Chart yenGOLD   Chart yenSILVER  
 
Food for thought
Money is a guarantee that we may have what we want in the future. Though we need nothing at the moment it insures the possibility of satisfying a new desire when it arises.
Aristotle  
Search for :
LATEST NEWS  :
MINING STOCKS  :
Subscribe
Write Us
Add to Google
Search on Ebay :
PRECIOUS METALS (US $)
Gold 1252.575.86
Silver 17.580.16
Platinum 1276.7515.25
Palladium 772.2512.72
WORLD MARKETS
DOWJONES 1649488
NASDAQ 438468
NIKKEI 14804-307
ASX 53135
CAC 40 407180
DAX 8866148
HUI 1942
XAU 801
CURRENCIES (€)
AUS $ 1.4458
CAN $ 1.4284
US $ 1.2728
GBP (£) 0.7889
Sw Fr 1.2065
YEN 135.8210
CURRENCIES ($)
AUS $ 1.1360
CAN $ 1.1222
Euro 0.7857
GBP (£) 0.6198
Sw Fr 0.9479
YEN 106.7140
RATIOS & INDEXES
Gold / Silver71.25
Gold / Oil15.28
Dowjones / Gold13.17
COMMODITIES
Copper 3.04-0.02
WTI Oil 81.970.59
Nat. Gas 3.66-0.01
Market Indices
Metal Prices
RSS
Precious Metals
Graph Generator
Statistics by Country
Statistics by Metals
Advertise on 24hGold
Projects on Google Earth
In the same category
Coûts, Méfaits et Dangers du Dollar
Published : January 11th, 2008
4911 words - Reading time : 12 - 19 minutes
( 2 votes, 5/5 ) Print article
 
    Comments    
Tweet

 

 

 

24hGold - Coûts, Méfaits et Da...Ceux qui utilisent le dollar à l’extérieur des États-Unis payent en permanence une contribution aux États-Unis. Celle-ci consiste en une inflation de 1,25 millions de dollar par minute. C’est le résultat de la croissance rapide de la dette extérieure des États-Unis. La moitié de leurs importations est simplement rajoutée à la dette extérieure et est payée par les détenteurs de dollars à l’étranger par l’inflation. En outre, ces détenteurs ne semblent pas conscients, que le cours du dollar qu’ils contemplent, n’est guère plus qu’une façade lézardée. S’ils ne comprennent pas ce qui la retient encore debout, ils risquent de la recevoir sur le nez par surprise. Entretemps, bien camouflé, le dollar est au centre de divers conflits des États-Unis.


Contenu :

1. Demande mondiale de dollars

2. Achats gratuits pour les États-Unis

3. En faillite et continuer quand-même

4. Réserves de dollars du Japon et de la Chine

5. Conflits camouflés

6. Comment vole-t-on des réserves de pétrole ?

7. Euro versus dollar

8. Cellules cancérigènes vertes


1. Demande mondiale de dollars

Jusqu’à 1971 : dollar = or

Jusqu’en 1971 chaque US-dollar représentait un poids fixe en or. Les États-Unis disposaient d’énormes réserves d’or, qui couvraient la totalité de la quantité de dollars mis en circulation. Quand des banques étrangères avaient plus de dollars qu’elles ne voulaient, elles pouvaient les échanger contre de l’or. C’était la raison la plus importante pourquoi le dollar était accepté partout dans le monde.

Depuis 1971 : le pétrole de l’OPEP est payé en dollars

En 1971, la valeur du dollar a été séparée du poids fixé en or. En fait, c’était une mesure de détresse du président Nixon. La guerre du Vietnam avait vidé les caisses de l’état. Les États-Unis avaient imprimé plus de dollars que ne leur permetttaient leurs réserves d’or. Depuis lors, la valeur du dollar est déterminée par la loi de l’offre et de demande sur les marchés de change.

A cette époque, les États-Unis produisaient encore assez de pétrole pour leur propre consommation. Pour protéger leurs propres entreprises pétrolières, ils avaient instauré des limitations d’importation de pétrole. En échange de la levée des limitations, les pays de l’OPEP promettaient de ne plus vendre leur pétrole qu’en dollars. Déjà à l’époque le dollar était la monnaie la plus utilisée dans le commerce mondial. Donc rien de spécial ?

Tous les pays ont besoin de dollars

Depuis 1971, tous ceux qui souhaitent importer du pétrole doivent d’abord acheter des dollars. [1] Et voici que la fête commence pour les États-Unis. Quasiment tout le monde a besoin de pétrole, donc tout le monde veut des dollars.

Les acheteurs de pétrole du monde entier donnent leurs yens, couronnes, francs et autres monnaies. En échange ils reçoivent des dollars, avec lesquels ils peuvent acheter du pétrole dans les pays de l’OPEP. Ensuite, les pays de l’OPEP vont dépenser ces dollars. Bien entendu ils pourront faire cela aux États-Unis, mais également dans tous les autres pays du monde. En effet, tout le monde veut des dollars, car tout le monde aura de nouveau besoin de pétrole.

2. Achats gratuits pour les États-Unis

Dans ce commerce de pétrole, il y a besoin d’une quantité importante de dollars. Beaucoup de ces dollars ne servent que dans le cycle à l’extérieur des États-Unis, c’est à dire entre les autres pays au monde et les pays de l’OPEP.

 


 

Au début il n’existait pas assez de dollars pour cela. Ils devaient être imprimés aux États-Unis. [2] Cela leur coûtait du papier et de l’encre verte. Ensuite, ces dollars devaient être mis à disposition à l’étranger, là où les acheteurs de pétrole en avaient besoin. Et c’est ici qu’arrive le bénéfice gigantesque. En effet, il n’existe qu’une façon de mettre ces jolis billets neufs à disposition à l’étranger : les États-Unis vont faire des achats avec. Et puisque cette quantité de dollars reste en permanence en usage à l’étranger, les États-Unis ne fournissent rien en échange. Leurs achats sont donc gratuits !

Ces achats gratuits se perpétuent. Dès qu’il faut plus de dollars dans le commerce de pétrole, par montée de prix ou de volume, ce sont des bénéfices pour les États-Unis. Cela ne se limite pas aux croissances dans le commerce de pétrole, mais vaut également pour l’usage du dollar dans le reste du commerce mondial. La globalisation, le libre commerce mondial, la privatisation mondiale des services publics, comme par exemple les services de gaz, eau, électricité, téléphone et transports publics, engloutissent des quantités énormes de dollars. C’est toujours plus de dollars qui disparaissent aux quatre coins du monde. Et en premier lieu cela signifie à chaque fois des achats gratuits pour les États-Unis !

Dette

Évidemment ceci implique que les États-Unis créent des dettes avec tous ces achats gratuits. Car, un jour, l’étranger pourrait venir faire des achats aux États-Unis avec tous ces dollars, et alors, finalement, les États-Unis devraient fournir quelque chose en échange.

Bilan commercial


Pour ne pas courir de risque, les États-Unis devraient prendre soin de maintenir l’équilibre entre leurs importations et leurs exportations. A partir de 1971, date à laquelle une quantité accrue de dollars avait été mise en circulation, il n’y a qu’en 1973 que les ventes ont dépassé les achats. Ensuite ce fût la descente et les États-Unis vivaient de plus en plus au crochet du reste du monde. [3] Pour la seule année 2004, le déficit sur le bilan commercial était de 650 milliards de dollars ! [4] Sur une population de 300 millions, cela veut dire que chaque citoyen des États-Unis a acheté pour 2.167 dollars de marchandises étrangères, pour lesquelles il n’a pas payé.

 


 

Face à ce déficit du bilan commercial, il n’y a pas eu d’amélioration sur le bilan des paiements. La dette extérieure des États-Unis s’est donc accrue de 650.929.500.000 dollars en une année. Cela revient à 1,25 millions de dollars par minute !

Le déficit du commerce extérieur des États-Unis est le plus important dans son commerce avec la Chine (162 milliards de dollars), le Japon (76), le Canada (66), l’Allemagne (46), le Mexico (45), le Venezuela (20), la Corée du Sud (20), l’Irlande (19), l’Italie (17), la Malaisie (17). [5]

Le cours du dollar

Tout autre pays, qui achète plus qu’il ne vend, verra diminuer la valeur de sa monnaie. Quand on ne peut pas acheter grand-chose avec une monnaie, la demande baisse, comme son cours sur le marché de change. Mais ce qui vaut pour les autres pays, ne vaut par pour les États-Unis. Le monde entier a tant besoin de dollars pour acheter du pétrole qu’il y a toujours de la demande.

 


 

Les États-Unis consomment ¼ de la production de pétrole mondiale. Quand le cours du dollar monte, seul le prix pour les autres ¾ de consommateurs de pétrole monte. Pour les États-Unis le prix ne bouge pas.

Quand le prix de l’OPEP monte, il faut rajouter des dollars dans le cycle. Si la consommation reste la même, ils peuvent être imprimés et rajoutés à la circulation, sans que le cours du dollar ne baisse.

En 2004, les États-Unis produisaient la moitié du pétrole qu’ils consommaient, l’autre moitié (1/8 de la consommation mondiale de pétrole) était importée. De tous les dollars supplémentaires qui sont nécessaires lors d’une augmentation des prix à l’OPEP, 7/8 sont donc nécessaires à l’extérieur des États-Unis. A chaque augmentation des prix du pétrole, les États-Unis peuvent financer leur propre augmentation du surcoût grâce à des billets neufs et, simultanément, fournir sept fois plus de dollars à l’étranger. Donc, à nouveau, faire des achats gratuits et créer des dettes supplémentaires (la dépendance des importations de pétrole s’accroît rapidement ; en 2006 les États-Unis devaient importer déjà 60 pourcent de sa consommation).

Les États-Unis disposent de quantité de tours de passe-passe pour maintenir le cours du dollar. Quand, à l’étranger, l’utilisation du dollar augmente, il leur suffit d’attendre un peu pour réagir à la demande accrue pour voir les cours monter. Les États-Unis peuvent mettre plus de dollars en circulation quand le cours monte trop. Ils peuvent racheter des dollars eux-mêmes quand la demande baisse. Par exemple en vendant des obligations, comme des bons du Trésor. Pour les États-Unis cela entraîne cependant des frais : les intérêts. Tous ces intérêts réunis sont déjà tellement élevés, qu’ils doivent chaque fois faire de nouveaux emprunts pour les payer. La dette des États-Unis s’accroît de plus en plus vite.

3. Faillite et continuer quand-même

Sur http://www.babylontoday.com/national_debt_clock.htm on peut voir le dernier chiffre de la dette et la vitesse à laquelle il grimpe par seconde… 45% de cette somme sont dûs à des créanciers étrangers. La dette extérieure est tellement élevée, que les États-Unis ne peuvent plus la rembourser. Les États-Unis sont en faillite.

Malgré cela les dollars sont achetés et vendus comme avant. Pour les achats de gaz et de pétrole, ils sont toujours nécessaires. Trompé par le cours du dollar, qui semble en bonne santé, le commerce mondial continue à faire ses affaires en dollars. Business as usual ? Suivant la logique habituelle de l’économie, un cours plus bas devrait aboutir à plus d’exportations et moins d’importations. C’est que les acheteurs étrangers peuvent acheter moins cher. Cependant, aussi longtemps que les vendeurs étrangers sont assez fous pour accepter des dollars, ce n’est pas un problème pour les États-Unis d’émettre un peu plus de ces billets verts. Donner quelques dollars de plus pour des chaussettes Chinoises ou pour des articles électroniques du Japon ? Aucun problème. Les États-Unis laissent simplement monter leur dette extérieure un peu plus vite. Plus de dollars pour un même article, cela veut dire inflation. Et 1% d’inflation signifie en même temps que la valeur de la dette déjà existante diminue d’1%. Donc, les États-Unis n’ont aucun intérêt à freiner leurs importations.

Dans le commerce du pétrole une baisse du dollar est généralement suivi de sa conséquence logique. A la longue les exportateurs de pétrole n’accepteront pas une valeur moindre pour leurs ventes. Si le cours du dollar baisse de 10%, il est quasiment certain que les prix du pétrole augmenteront de 10% de sorte que la valeur reste au moins identique.

S’il n’y a plus besoin de dollars pour acheter du pétrole, le reste du monde n’aura aucun avantage à se servir encore du dollar. Que des désavantages. Le dollar ne représente plus d’équivalence or et la dette extérieure gigantesque conduira à la conséquence logique : le cours du dollar chutera. Et quand les étrangers n’accepteront plus de dollars, les États-Unis ne pourront plus imprimer de dollars pour vivre aux crochets du reste du monde. Ils ne pourront plus entretenir leur armée coûteuse. Ils perdraient leur influence.

Dissolution de la dette

La chute du dollar aura un effet secondaire miraculeux pour les États-Unis. Quand le dollar ne vaudra plus rien, la dette extérieure aura disparu du même coup. En effet, celle-ci est composée de dollars se trouvant à l’étranger. A l’extrême, il atteindront la valeur du vieux papier. Hélas, la chute du dollar sera accompagnée également de la faillite des banques, entreprises et organisations internationales, ... qui ont lié leur sort à celui du dollar.

4. Réserves de dollar du Japon et de la Chine

Un groupe important d’acheteurs de dollars est formé par les banques centrales de différents pays. Les banques centrales gardent des réserves stratégiques. Ce sont des réserves en monnaie étrangère, avec lesquelles ces banques peuvent racheter leur propre monnaie, si jamais de grosses quantités sont proposées sur les marchés de change. Ainsi, elles peuvent empêcher que le cours de leur monnaie chute. De préférence elles gardent ces réserves dans la monnaie la plus acceptée au monde, jusqu’ici le dollar. Mais en Chine, au Japon, et également à Taïwan et en Corée du Sud, ces réserves de dollar sont montées loin au dessus de ce qui est stratégiquement nécessaire. [6]

Ce n’est pas tant parce que ces banques aiment garder les dollars. Au contraire. Ces pays exportent beaucoup et, en conséquence, des masses de dollars affluent. Ils doivent être échangés contre de la monnaie locale pour régler les travailleurs et les matières premières. Si la demande d’argent locale pousse son cours vers le haut, les produits deviennent plus chers pour l’étranger. Ainsi, pour ne pas mettre en danger la position d’exportation du pays, les banques centrales essayent de garder le cours de la monnaie stable. Et c’est pour cela qu’elles achètent massivement ces dollars, évitant ainsi que le cours de leur propre monnaie n’augmente.

Pour ces pays c’est un gros problème. Pour tous ces dollars stockés, les banques centrales émettent de l’argent local. Donc, en fait, les travailleurs reçoivent de l’inflation en échange de leurs produits exportés. [7]

De cette manière ils exportent des mois de travail et de matières premières en échange de rien. Aux les banques centrales, ces dollars ne rapportent quasiment rien. Ils peuvent certes être échangés contre des obligations, comme des bons du Trésor, et rapporter quelque intérêt. Mais même ces intérêts ne payent en définitive qu’eux-mêmes, puisque les États-Unis les payent simplement avec une nouvelle augmentation de leur dette extérieure.

Pendant ce temps, la valeur de tous ces dollars stockés est tributaire des fluctuations du cours sur les marchés de change. Et en plus, à cause de la dette extérieure gigantesque des États-Unis, le dollar menace d’imploser à tout moment. Ces banques centrales sont donc coincées entre la nécessité de se défaire de ces réserves de dollars, la nécessité d’acheter des dollars pour maintenir le cours de leur propre monnaie et, éventuellement d’acheter des dollars quand le cours du dollar risque de chuter sur les marchés de change mondiaux. Pendant ce temps, les États-Unis laissent monter leur dette extérieure de plus en plus vite. Combien de temps cela peut-il encore continuer ?

Des experts de l’Asian Development Bank estiment que le cours du dollar devrait descendre de 30 à 40%. [8] Une telle baisse comporte le risque qu’un nombre important de banques et d’entreprises vendent leurs dollars au plus vite et que même les banques centrales ne veuillent ou ne puissent plus empêcher la chute totale du dollar. Celui qui vend ses dollars en premier a de la chance, celui qui attend n’a plus qu’à calculer ses pertes.

5. Conflits camouflés

Pour maintenir la demande permanente de dollars, les ventes de pétrole doivent rester en dollars. C’est pour cela que les États-Unis essaient de garder le plus d’influence possible, d’une part sur le marché du pétrole, d’autre part sur les dirigeants locaux. De cette façon ils sécurisent simultanément leur approvisionnement en pétrole. Et, pour les dirigeants chez les locaux, il y a des contrat lucratifs à obtenir avec lesquels on peut s’approprier un maximum de bénéfices sur la production de pétrole.

La peur gagne toujours sur la raison

Mais quand ces dirigeants locaux ne veulent plus vendre leur pétrole en dollars, les États-Unis ont un problème. Dans ce cas, le président des États-Unis n’expliquera pas combien son pays est dépendant de la demande de dollars. Le conflit sera donc toujours camouflé. Pour cela, systématiquement, un thème émotionnel sera choisi. Autrefois c’était le danger communiste, aujourd’hui c’est le danger terroriste, fondamentaliste et autres peurs populaires telle que comme « l’ennemi a de armes de destruction massive » ou « l’ennemi essaie de fabriquer des armes nucléaires ». Qu’il n’existe, rationnellement, aucune preuve, est sans importance. Les émotions l’emportent toujours. Même le fait, que les accusations soient inversées, preuves à l’appui, n’est remarqué par quasiment personne : les États-Unis ont des armes de destruction massives et les ont déjà utilisé ; les États-Unis ont des armes nucléaires et les ont déjà utilisé. En 2006 ils ont encore menacé d’en faire usage. Mais, encore une fois, à partir du moment où les accusations sont chargées émotionnellement, l’humain débranche son intelligence. La raison n’est plus un argument pour maintenir la paix. Le théâtre ne se concentre plus qu’au tour des accusations. Et puisqu’aucun spécialiste d’armes de destruction massive ou d’armes nucléaires n’a la parole, pratiquement personne ne découvre le problème réel des États-Unis. Faisons un tour pour voir quelques conflits de plus près.

Le Vénézuéla

Au Vénézuela les États-Unis essaient depuis de longues années de faire tomber le président Chavez, avec le prétexte qu’il est un dangereux communiste. Chavez a nationalisé l’industrie du pétrole et exporte une partie de son pétrole en transactions d’échange, comme par exemple du pétrole contre des soins médicaux avec Cuba. Dans les transactions d’échange il n’y a pas besoin de dollars et les États-Unis ne peuvent pas profiter.

L’Irak

Jusqu’à 1990, les États-Unis avait des contacts commerciaux lucratifs avec Saddam Hussein. Saddam était un bon allié, qui, en 1980, avait tenté de libérer le personnel à l’ambassade des États-Unis à Téhéran. En 1989, Saddam accusait le Koweit d’inonder le marché de pétrole et de faire tomber les prix. En 1990, Saddam annexait le Koweit . Cela provoquait un retournement immédiat de l’attitude des États-Unis. Avec l’annexion du Koweit, Saddam disposait de 20%des réserves de pétrole mondiales. Les Irakiens sont donc chassés du Koweit par les États-Unis, soutenus par une coalition de 134 pays, et mis au pain et à l’eau pendant dix ans dans le cadre d’un embargo des Nations Unies.

Bien que les États-Unis aient songé depuis des années à une manière de rétablir leur influence en Irak, le passage à l’euro de Saddam, le 6 novembre 2000 [9], devait rendre la guerre inévitable. Le dollar s’enfonçait et en juillet 2002 la situation devenait tellement critique que le Fonds Monétaire International avertissait que le dollar risquait de s’effondrer. [10] Quelques jours plus tard, à Downing Street (Londres), les plans d’attaque étaient discutés. [11] Le mois suivant, le vice-président Cheney proclamait qu’il était désormais certain que l’Irak disposait d’armes de destruction massive. [12] Utilisant ce prétexte, les États-Unis envahissait l’Irak le 19 mars 2003. Le 5 juin 2003, ils rétablissait les ventes de pétrole irakien en dollars. [13]

L’Iran

Avec l’Iran, les États-Unis sont déjà en conflit depuis qu’ils ont perdu leur influence sur la production de pétrole iranienne en 1979. D’après les États-Unis, l’Iran est un pays de fondamentalistes dangereux.

La position géographique de l’Iran, entre la Mer Caspienne et l’Océan Indien, compliquait les ambitions des États-Unis pour exploiter les riches réserves de gaz et de pétrole du côté est de la Mer Caspienne. Pour transporter ce gaz et ce pétrole vers les marchés mondiaux, sans passer par la Russie ou l’Iran, des pipelines devaient être construits à travers l’Afghanistan. Cela a résulté en plusieurs conflits d’intérêt avec l’Iran. George W. Bush allait prétexter la présence d’Osama bin Laden pour commencer une guerre contre l’Afghanistan. [14]

En 1999, l’Iran annonçait publiquement qu’il était également prêt à accepter des euros pour son pétrole. L’Iran vend 30% de son pétrole à l’Europe, le reste surtout à l’Inde et à la Chine, et pas une goutte aux États-Unis suite à l’embargo que les États-Unis ont eux-mêmes établi. Malgré les menaces de Bush, qui mentionnait le pays dans son fameux « axe du mal », l’Iran a commencé à vendre du pétrole en euros à partir du printemps 2003.

Ensuite l’Iran voulait également établir sa propre bourse de pétrole, indépendante de l’IPE et du NYMEX. Elle devait ouvrir ses portes le 20 mars 2006. Compte tenu de la faiblesse du dollar à cette époque, un succès de cette bourse mènerait au désastre pour le dollar et donc des États-Unis. Au début de 2006, les tensions ont sérieusement monté. Finalement l’ouverture de la bourse a été retardée. Au plus vite, le président Poutine a alors ouvert une bourse en Russie, qui faisait perdre l’intérêt de cette bourse iranienne. [15]

Les États-Unis accusent l’Iran de vouloir fabriquer des bombes nucléaires. Ce n’est pas nouveau. L’Iran et d’autres pays arabes se sentent en effet menacés par l’arsenal nucléaire d’Israël, qui n’est pas membre du Traité de Non-Prolifération. En 1981, Israël avait bombardé la centrale nucléaire quasi-achevée à Osirak, en Irak. Depuis, plusieurs pays arabes envisagent de se munir d’armes nucléaires pour contrer la menace israélienne. [16]

Il peut sembler étrange, qu’un pays disposant de pétrole veuille de l’énergie nucléaire. L’Iran exporte du pétrole brut, mais importe des produits pétroliers raffinés. Ceux-ci sont nécessaires pour l’éclairage, le chauffage, le transport et l’industrie de sa population croissante. Pour beaucoup d’iraniens, le prix réel de ces produits serait trop élevé. C’est pour cela, qu’ils sont vendus bon marché, et à perte pour le Trésor iranien. Le passage à l’électricité doit fournir de l’énergie à un prix abordable à tout le pays. L’Iran a besoin des revenus de ses exportations de pétrole pour financer les importations de beaucoup d’autres produits, dont le pays a besoin.

Les centrales iraniennes semblent une cible privilégiée pour ses adversaires. Si elles étaient détruites, l’Iran devrait se résoudre à consommer son pétrole au lieu de l’exporter en euros. Dernièrement, le chef de l’AIEA, ElBaradei, a mis en garde ces adversaires, pour qu’ils n’attaquent pas les centrales iraniennes. [17] .

Aujourd’hui, en prenant l’Iran comme prétexte et comme test, un coup fourré a été concocté. Ensemble avec les autres pays dotés d’armes nucléaires, plus l’Allemagne et le Japon, les États-Unis veulent s’emparer du marché mondial des combustibles pour centrales nucléaires. Avec ce plan, la demande de dollars serait assurée pour une période longue, même au delà de l’aire du pétrole. [18]

La Russie

Depuis 2006, la Russie a également tourné le dos au dollar. [19] En vendant le surplus de dollars aux banques centrales, le président Poutine a pris soin que cela n’ait pas de conséquences sur le cours du dollar. Cependant, la base pour la demande mondiale de dollars a bien diminué. Les États-Unis ont besoin de la Russie pour le holdup sur le marché des combustibles nucléaires, donc des représailles semblent peu probables.

6. Comment vole-t-on des réserves de pétrole ?

Il y a encore un autre aspect à l’abus du dollar. Pendant les manifestations contre l’invasion par les États-Unis de Irak, la plupart des manifestants comprenaient qu’il ne s’agissait pas d’armes de destruction massive. L’Irak a la deuxième plus grande réserve de pétrole au monde. Les manifestants se rendaient compte que les États-Unis étaient après le pétrole irakien. C’est vrai, mais comment peut-on voler des réserves de pétrole qui se trouvent sous terre et sont si gigantesques qu’on ne peut les emporter ?

On le fait donc avec la monnaie. En imposant, que ce pétrole ne soit vendu qu’en dollars, les États-Unis en deviennent d’un seul coup propriétaires. Les États-Unis sont les seuls qui ont le droit d’imprimer des dollars et pourront en disposer librement à tout moment. Les autres pays qui veulent acheter du pétrole en Irak, doivent d’abord acheter des dollars. En fait, c’est à ce moment-là qu’ils le payent aux États-Unis. Les dollars qu’ils achètent sont des droits pour se faire livrer une certaine quantité de pétrole (comme chez Ikea quand on achète un meuble : d’abord on règle à la caisse et on reçoit un bon, avec ce papier on peut se faire livrer à la porte des marchandises à l’arrière du magasin). Les dollars sont donc des bons pour du pétrole. Et parce que tout le monde a toujours besoin de pétrole, tout le monde veut avoir ces bons.

Le passage à l’euro de Saddam Hussein au début de novembre 2000 n’était donc pas seulement une attaque du cours du dollar, mais impliquait également, que les États-Unis ne pourraient plus disposer librement de la deuxième plus grande réserve de pétrole mondiale. Les États-Unis devaient acheter des euros pour en disposer. Depuis le rétablissement de la vente de pétrole irakien en dollars, le 5 juin 2003 [20] , les États-Unis ont donc de nouveau, au moins financièrement, la libre disposition du pétrole irakien. Encore faut-il des hommes de paille à la tête du pays et empêcher que le commerce de pétrole irakien ne tourne à nouveau le dos au dollar. Cela s’avère plus facile à dire qu’à faire.

L’économie du dollar

L’économie du dollar ne se limite pas aux frontières des États-Unis. Il n’y a pas que les réserves de pétrole labellées en dollars, qui en font partie. Également les entreprises, banques et investissements payés en dollar en font partie, peu importe où ils se trouvent. Ils sont comme des îlots de l’économie du dollar. Les bénéfices et dividendes retournent à leurs propriétaires. Par ailleurs la valeur de ces investissements est influencée par le cours d’échange du dollar. Les vendeurs de pétrole, qui vendent en dollars, sont des acteurs dans l’économie du dollar et se comportent généralement comme de représentants parfaits des intérêts des États-Unis. Ils considèrent cela comme leur propre intérêt.

7. Euro versus dollar

Depuis janvier 1993, l’euro est côté. En juin 2005, le cours est le même que lors de l’introduction : $ 1,22. La nouvelle monnaie a déjà connu des fluctuations multiples durant sa courte vie. A partir de 1998, l’euro s’enfonçait de plus en plus jusqu’à ce que Saddam Hussein passe à l’euro. Bien que le commerce de pétrole irakien ait été rétabli en dollars en juin 2003, l’avancée de l’euro continuait. L’Iran avait commencé à vendre son pétrole en euros.

 


 

L’euro s’est développé en une petite monnaie mondiale. Entre juillet 2004 et juillet 2005, la part du dollar dans le commerce mondial est descendue de 70% à 64%. Un peu moins de ces 64% concernent la part des États-Unis dans le commerce mondial. Mais si l’euro veut devenir aussi important que le dollar, il a encore du chemin à parcourir.

Euro mêmes désavantages que le dollar

En principe, l’euro connaît les mêmes risques que le dollar. Tant qu’il y aura un moteur permanent pour une demande d’euros, comme par exemple des ventes de pétrole en euros, la zone euro pourrait faire des dettes et les laisser grandir sans fin.

Pour éviter des dettes, l’euro-zone devrait garder dans ses coffres une quantité équivalente en monnaies étrangères à la valeur des euros hors d’Europe. Pourquoi le ferait-elle ? Le tour de passe-passe du crédit sans fin fonctionne déjà depuis plus de 30 ans sans problèmes pour les États-Unis !

Si les pays producteurs de pétrole vendent leur pétrole en deux ou trois devises différentes, comme il a été envisagé, cela signifie seulement que les trois pays concernés pourront faire le même tour de passe-passe que les États-Unis. A la longue cela multiplierait les problèmes par trois. La seule solution pour ce problème serait que les pays producteurs de pétrole acceptent toutes les devises sur le marché. Téhéran a déjà envisagé d’accepter plus d’une seule monnaie. Pas à pas.

8. Cellules cancérigènes vertes

Le fait que les États-Unis ne laissent que croître leur « dette extérieure » et aillent jusqu’à utiliser la force militaire pour prolonger cette exploitation, fait qu’on ne peut plus parler d’une dette extérieure normale, telle qu’on en connaît dans le commerce international entre les autres pays du monde. En ce qui concerne les États-Unis, on peut parler de vol. On peut aussi parler d’escroquerie ou de taxe impériale, que les États-Unis imposent aux usagers étrangers du dollar. Mais il y a plus.

Chaque billet de dollar est une reconnaissance de dette des États-Unis, une promesse qu’ils livreront quelque chose en retour. Par la quantité énorme de ces reconnaissances de dette qui a été mise en circulation, les États-Unis ne sont plus en mesure de rembourser leurs dettes depuis longtemps. Ils sont en faillite. Il n’y a que le cours du dollar, qui donne l’apparence qu’il ne se passe rien. L’obligation de payer le gaz et le pétrole en dollars maintient une demande permanente. Le cours du dollar est cependant maintenu de façon artificielle, comme par le stockage des dollars dans les banques centrales en Chine, au Japon, à Taiwan et dans d’autres pays. Comme cela signifie un appauvrissement de la population de ces pays et que les États-Unis font monter leur dette extérieure de plus en plus vite, il viendra un moment où ces banques centrales devront s’arrêter de stocker. La question n’est donc pas, est-ce que le dollar va chuter, mais QUAND.

Comme le monde est trompé par le cours de change apparemment en bonne santé, beaucoup d’opérateurs dans le commerce mondial acceptent encore ces billets qui se nichent dans toutes les économies du monde comme des cellules cancéreuses. L’issue est incontournable. Toutes les économies infectées seront entraînées le jour où la demande de dollars chute et l’empire des États-Unis s’effondrera.


 

[1] Excepté les importations de pétrole provenant de l’Irak entre le 6 novembre 2000 et le 5 juin 2003, de l’Iran depuis printemps 2003 et de la Russie depuis le 8 juin 2006.

[2] « Imprimer des dollars » est une façon de parler. La plupart des dollars n’existe qu’en tant que chiffres sur des comptes bancaires.

[3] Bilans Import-Export 1960- 2002

[4] Déficit commercial 2004

[5] Pays 2004 NOTE : grandes différences entre chiffres des E-U et de la Chine pour importations US ! (p. 9)

[6] Washington Post

[7] Epoch Times

[8] Int. Herald Tribune

[9] Pétrole irakien en euros

[10] Avertissement Fonds Monétaire International, que dollar risque de s’effondrer

[11] Downing Street Memo

[12] Cheney

[13] How can the dollar collapse in Iran ? (Voir : Irak)

[14] Pipelines vers le 11 septembre

[15] Annonce RTS ; Accélération RTS & Ouverture RTS

[16] Attaque israélienne contre centrale nucléaire irannienne en 1981 , Avertissement ElBaradei

[17] ElBaradei

[18] Hold-up sur le marché des combustibles nucléaires & article complet en anglais : Raid on Nuclear Fuel Market

[19] Financial Times, le 5 juin 2003

[20] RTS opening

 

Par Rudo de Ruijter,

www.courtfool.com

 

 

Plus d'informations sur cet auteur ? Visitez l'excellent site www.LEAP2020.eu

 

 

 

 

 

Tweet
Rate :Average note :5 (2 votes)View Top rated
Previous article by
Rudo de Ruijter
All articles by
Rudo de Ruijter
Receive by mail the latest articles by this author  
Latest comment posted for this article
Be the first to comment
Add your comment
TOP ARTICLES
Editor's picks
RSS feed24hGold Mobile
Gold Data CenterGold & Silver Converter
Gold coins on eBaySilver coins on eBay
Technical AnalysisFundamental Analysis

Rudo de Ruijter

Fools cannot lie. Welcome in the world of the Court Fool. Let him surprise you with facts, proofs and his unconventional views.
Rudo de Ruijter ArchiveWebsite
Comment this article
You must be logged in to comment an article8000 characters max.
 
Sign in
User : Password : Login
Sign In Forgot password?
 
Receive 24hGold's Daily Market Briefing in your inbox. Go here to subscribe or unsubscribe.
Disclaimer