Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Économie dirigée et démocratie

IMG Auteur
 
Extrait des Archives : publié le 05 avril 2015
1279 mots - Temps de lecture : 3 - 5 minutes
( 0 vote, 0/5 )
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
[titre article pour referencement]
0
envoyer
0
commenter
Notre Newsletter...

 

 

 

 

Le libéralisme économique et le libéralisme politique sont de même essence, ils sont issus du même tronc et entrèrent solidairement dans l'histoire. Ce n'est que dans la deuxième moitié du XIXe siècle qu'on commença à admettre que le libéralisme politique et la démocratie pourraient, à la longue, s'allier utilement avec l'interventionnisme de l'État en matière économique. Cette conception est actuellement en honneur dans l'Europe occidentale et aux États-Unis. Elle est à l'origine de la confusion de toutes les notions politiques et économiques.

 

Nul ne contestera que, dans ces dernières décades, le discrédit du libéralisme économique est allé du même pas que le discrédit du parlementarisme et la limitation des droits des citoyens. La Russie soviétique, qui fut la première à rejeter le libéralisme économique, a également été la première à proclamer la dictature, à qualifier le parlementarisme et la liberté de « préjugés bourgeois », et à supprimer toutes les institutions destinées à protéger l'individu contre l'arbitraire du pouvoir. Aucun autre État n'a poussé aussi loin la suppression de la propriété privée et le despotisme des tenants du pouvoir. Cependant, d'autres États ont suivi l'exemple de la Russie, moins complètement, il est vrai, et surtout, avec moins de cruauté. D'année en année, la dictature gagne du terrain et s'affaiblissent le parlementarisme et la démocratie. Il n'y a pas longtemps encore, des Anglais affirmaient que l'Europe occidentale, et les États créés par elle au-delà des mers, étaient immunisés contre toutes les tendances autoritaires. Ils étaient convaincus que les peuples qui ont créé la civilisation moderne ne renonceraient jamais aux éléments essentiels de cette civilisation, qui sont : le gouvernement représentatif et les droits politiques des citoyens. Et voici qu'aujourd'hui le système parlementaire est dangereusement compromis en France, qu'en Angleterre, le pays de l'Habeas Corpus, la dictature a des partisans, et qu'aux États-Unis, un écrivain de renom, Sinclair Lewis, croit devoir mettre ses concitoyens en garde contre les dangers qui menacent leurs libertés. Ces dernières années, notamment, enregistrent, d'une part, les victoires ininterrompues de l'interventionnisme, et, de l'autre, les progrès constants de la dictature. Cette simultanéité, serait-elle l'effet du hasard, ou bien, y aurait-il, à la base, quelque rapport organique ? L'économie échangiste, basée sur la propriété privée des moyens de production, est la démocratie appliquée à l'économie. Chaque sou représente un bulletin de vote. Ce sont les consommateurs qui dirigent le mécanisme de ce système, soit qu'ils achètent, ou qu'ils s'abstiennent d'acheter. Les producteurs et les capitalistes sont obligés de se conformer aux exigences du marché. Au cas où ils sont incapables d'y satisfaire aux meilleures conditions, ils sont au-dessous de leurs affaires et finalement — au cas où ils n'y remédient pas à temps — ils se trouvent évincés de leur situation privilégiée et relégués sur un plan où ils ne disposent plus des moyens de production et sont, par conséquent, incapables de nuire. C'est le marché qui choisit les producteurs et les capitalistes, il les enrichit, et, au cas où ils ne savent pas s'adapter aux exigences des consommateurs, il les ruine et les écarte. Il est vrai que, sur le marché, le suffrage, bien qu'universel, n'est pas égal : le riche y dispose de plus de voix que le pauvre. Mais cette supériorité est elle-même déjà la conséquence d'un suffrage. Elle n'est acquise et conservée que grâce à une utilisation des moyens de production qui réponde aux exigences des consommateurs. Dans un système capitaliste que rien ne bride, l'appartenance à l'élite du monde des affaires est le résultat d'un plébiscite des consommateurs spontané et quotidiennement renouvelé, lequel confère un mandat impératif et toujours révocable. La propriété foncière provenant d'une époque antérieure à l'ère capitaliste est, elle aussi, soumise à ce régime.

 

A ce caractère démocratique de l'économie correspond, dans la structure de l'État, la démocratie politique. De même que le citoyen, en sa qualité de consommateur, décide qui dirigera la production conformément à ses besoins, et de même qu'il remplacera par d'autres hommes les producteurs et les capitalistes qui ne répondent pas à ses exigences, ainsi également l'électeur a le pouvoir d'écarter les chefs politiques qui veulent le conduire là où il ne veut pas aller, et de les remplacer par d'autres. De même que le marché libre veille à ce que la production satisfasse aux désirs des consommateurs, ainsi également la constitution démocratique veille à ce que le pouvoir exécutif soit exercé conformément aux idéals politiques des électeurs.

 

Mais voici que la démocratie politique s'est prononcée contre la démocratie économique. Qu'on le déplore ou qu'on s'en réjouisse, il est indéniable qu'aujourd'hui l'opinion publique tend à remplacer l'économie échangiste capitaliste par un système où ce n'est plus le jeu des échanges, mais l'intervention du pouvoir qui règle la production et la répartition. Pour employer un slogan d'origine marxiste, nous dirons qu'on en a assez de « l'anarchie de la production », c'est-à-dire du manque d'autorité, de la liberté du marché. On s'enthousiasme pour l'interventionnisme, l'étatisme, la socialisation. Les résultats de toutes les élections prouvent à nouveau que les masses ne veulent plus du capitalisme, mais de l'économie dirigée.

 

L'insoluble contradiction de la politique des partis de gauche en Angleterre, en France et aux États-Unis est qu'ils s'adonnent à l'économie dirigée, sans se rendre compte que, par là, ils préparent les voies à la dictature et à la suppression des droits civiques. La confusion de toutes les notions est arrivée à ce point qu'ils se proposent de sauver la démocratie avec l'aide des soviets. En revanche, les partisans des dictatures dites fascistes ont clairement reconnu et exprimé que l'organisation démocratique et la liberté individuelle sont un non-sens dans un État dont le gouvernement dirige l'économie. Ils argumentent comme suit : Si le paysan n'est plus libre de cultiver sa terre comme il l'entend ni de disposer des produits du sol, si le fabricant n'a plus le droit de diriger son entreprise à son idée, alors il ne peut pas non plus être question pour l'écrivain, l'artiste, le savant de travailler en suivant ses vues particulières. Lorsque la vie économique est toute aux mains de l'autorité, il lui est loisible d'empêcher la publication de toutes les productions de l'esprit qui la gênent, de supprimer l'exercice de tous les cultes qu'elle n'approuve pas. Même l'affirmation expresse de la liberté de conscience et du libre examen est alors inopérante. La puissance de l'État totalitaire est telle qu'il peut, sans faire d'éclat, priver tout non-conformiste de toute possibilité d'activité.

 

Le système du contrôle des changes ne peut jamais atteindre son but qu'il se propose. Son utilité comme mesure de politique monétaire est nulle. En revanche, partout où il est strictement appliqué, il entraîne non seulement la nationalisation du commerce extérieur et de toutes les relations économiques avec l'étranger, mais il exerce également son emprise sur la liberté personnelle du citoyen. Veut-on se rendre à l'étranger, ou lire des publications étrangères, on ne peut le faire que dans la mesure où les autorités chargées du contrôle des changes accordent les devises nécessaires. Le planisme en matière de production du papier et de son emploi en imprimerie a pour conséquence que, seuls, peuvent paraître les livres et les journaux approuvés par les pouvoirs publics. Dans l'État totalitaire, l'activité créatrice n'est permise qu'aux penseurs, poètes, artistes docilement soumis aux vues de l'autorité. La puissance que l'économie dirigée met aux mains des hommes chargés de son application est telle que l'importance de toutes les institutions démocratiques et les droits civiques en sont annihilés. Il faut s'en rendre compte : le monde a le choix entre la démocratie politique et le système économique basé sur la propriété privée, d'une part, et, de l'autre, l'économie dirigée et la dictature. La démocratie et l'économie dirigée sont inconciliables.

 

24hGold

www.24hGold.com

 

 

Données et statistiques pour les pays mentionnés : France | Russie | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : France | Russie | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :0 (0 vote)
>> Article suivant
Ludwig von Mises (1881 - 1973) est un économiste majeur de l'école autrichienne d'économie. Il expose dans son magnum opus, L'Action humaine, les positions épistémologiques et méthodologiques qui caractérisent l'école autrichienne : conception subjective de la valeur, individualisme méthodologique et praxéologie. Son nom reste également attaché à la critique théorique du socialisme, que Mises considère voué irrémédiablement à l'échec en raison de l'absence des mécanismes de fixation des prix par le marché. Friedrich Hayek, Murray Rothbard et Israel Kirzner comptent parmi ses élèves les plus éminents.
Publication de commentaires terminée
Dernier commentaire publié pour cet article
Soyez le premier à donner votre avis
Ajouter votre commentaire
Top articles
Derniers Commentaires
Reprise économique mon œil ! Plus d’un tiers des Français rendus in...
10 déc.LEOLA3
Il est connu et reconnu depuis des "lustres" que les ventes de smartphones explosent surtout après le versement des primes de rentrée scolaire, not...
Pannes à la SNCF : les symptômes d’un mal profond
10 déc.samideano1
L'Argent sera le nouveau Bitcoin, seulement une question de temps - Keith Neumeyer http://www.kitco.com/news/2017-11-28/Silver-Will-B...
Reprise économique mon œil ! Plus d’un tiers des Français rendus in...
10 déc.LEOLA2
Un feu à pellets. 3500 euros à l'achat, puis 250 euros la tonne. Conso 400 watts pendant un quart d'heure puis 60 watts. Et pour une ma...
Pannes à la SNCF : les symptômes d’un mal profond
09 déc.Pascal BILLY Tricotyn4
Les investisseurs en argent métal auront un cadeau de Noël en 2018 : le cours sera proche de 200 $ l'once . Même manipulés , les méta...
Pannes à la SNCF : les symptômes d’un mal profond
09 déc.silvera1
Cela m'amuse toujours de voir des gens y aller de conjectures, mais il reste qu'il y a du vrai dans ce qui est dit. Avec la possibilité de gel des...
Pannes à la SNCF : les symptômes d’un mal profond
09 déc.samideano
Le BTC est net d'impôts, puisque BCC (bitcoin cash) représentait environ 25% de la valeur de BTC et a été versé gratuitement à tous les détenteurs ...
Pannes à la SNCF : les symptômes d’un mal profond
08 déc.samideano1
Rob Kirby - Les banquiers enverront des prix d'or et d'argent à la Lune https://www.youtube.com/watch?v=kwZqIl17v_Y&t=1537s
Pannes à la SNCF : les symptômes d’un mal profond
08 déc.samideano1
31 octobre 2017 - Ted Butler : Le cauchemar d'argent sera bientôt terminé Il est sympa ce Ted, depuis le temps qu'on moisit !
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX