Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

À la fois aristocrate et populiste, la France est en train de chasser ses forces vives

IMG Auteur
Publié le 08 novembre 2017
1297 mots - Temps de lecture : 3 - 5 minutes
( 8 votes, 4,6/5 ) , 4 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
[titre article pour referencement]
0
envoyer
4
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editorial du Jour

 

Prise en tenailles entre élitisme et populisme, la classe moyenne n’a souvent pas d’autre choix que de s’exiler pour survivre.

On pourrait croire qu’en 2017, on a depuis longtemps dépassé cette fameuse lutte des classes qui fit les beaux jours des révolutions idéologiques des deux cents dernières années. Et pourtant, il n’en est rien : la France continue d’entretenir amoureusement, religieusement même, son système de castes sociales dont les garants ne sont plus aujourd’hui le clergé ou la force brute, mais plutôt la politique et l’économie.

Une autre fausse idée consisterait à croire que seuls les puissants ont intérêt à maintenir cette espèce de statu quo social qui les place systématiquement au sommet de la pyramide. Car, paradoxalement, ceux qui en constituent la base restent persuadés eux-aussi que c’est le meilleur système qui existe.

Une aristocratie d’État qui ne dit pas son nom

En France, si vous êtes riche et bien né (c’est-à-dire dans une famille qui a su s’imposer de longue date dans les plus hautes sphères de la société), vous êtes généralement – presque naturellement, dirons-nous – appelé à présider aux grandes destinées du pays. Homme ou femme politique, mais aussi grand capitaine d’industrie, votre destin rejoint souvent celui du pays et bien rares sont ceux de votre rang qu’on retrouvera en train de tourner des boulons à l’usine, ou d’élever des brebis dans les Pyrénées.

C’est vous que l’on élira aux plus hautes fonctions de l’État, c’est vous qui serez chargé de dire à 67 millions de personnes ce qui est bon pour elles, c’est vous enfin qui serez choisi (démocratiquement, donc rien à dire) pour parler au nom du peuple français. Même si vous ne partagez en réalité qu’un très faible pourcentage du patrimoine socio-génétique de l’écrasante majorité de ceux que vous êtes censé représenter.

Même ceux qui prétendent défendre les intérêts d’un obscur peuple “insoumis” n’ont en réalité rien de commun avec ceux dont ils se permettent de dicter la pensée. Millionnaires, transfuges de partis politiques au sein desquels ils n’avaient pas la place qu’ils pensaient mériter, hommes (ou femmes) d’affaires, rentiers, voilà le profil de ces quelques arrivistes qui ont simplement trouvé dans la défense des “petites gens” un nouveau débouché professionnel.

Une France qui aime ses pauvres

À l’autre bout du spectre social, on trouve les pauvres, qu’on appelle plutôt aujourd’hui les “foyers modestes“, dans ce souci constant de souscrire au politiquement correct à grands coups d’euphémismes et de novlangue. Si vous faites partie de cette catégorie, alors vous êtes, là encore naturellement, appelé à être soutenu, épaulé, orienté (d’aucuns diraient aussi “assisté“) par cette même élite qui va tout faire pour vous aider à mieux vivre votre situation…

Mais attention, sans jamais vraiment vous permettre d’en sortir. Car la France aime ses pauvres, elle les soigne (dans le sens où elle en prend soin) mais elle ne les guérit pas. Car pour continuer à se sentir privilégiée, puissante et cultivée, l’élite du pays a besoin que le peuple reste défavorisé, en galère et mal éduqué.

Néanmoins, il arrive parfois que cette même élite permette à quelques uns de ces Français d’en-bas de prendre l’ascenseur social pour s’élever dans les strates. Bon, pas l’ascenseur des VIP non plus, n’exagérons rien, juste l’ascenseur de service, celui dans lequel on vous colle un ballon entre les pattes ou encore un micro branché sur auto-tune et une mini-jupe bien trop courte pour que vous puissiez vous permettre de négliger votre épilation un jour sur deux.

Ça distrait le peuple tout en lui donnant l’illusion que, lui aussi, il peut rêver de sommets. Et ça offre aussi un peu de nouveauté à l’élite qui s’amuse à y piocher des candidats pour ses jeux du cirque (télévisés pour la plupart), ses bacchanales dont tout le monde sait tout mais dont personne ne dit rien, ou tout simplement ses fameux “dîners de cons” popularisés au cinéma par Francis Veber en 1998 (oui, oui, ils existent bel et bien).

Indispensable et honnie : la classe moyenne

L’ennui c’est qu’entre ces deux extrêmes il existe une troisième catégorie, celle que l’on nomme aujourd’hui la classe moyenne et qu’on appelait autrefois la “bourgeoisie” (de ceux qui vivent dans les bourgs, les “gens de la ville“). Et cette classe moyenne est détestée par les deux autres. Oui, exactement comme avant la Révolution française de 1789, rien n’a changé.

En fait, le seul rôle qu’on veut bien lui concéder c’est d’être la force motrice de l’économie, à travers les activités qu’elle exerce en général, telles que le commerce, l’artisanat ou encore les services et l’industrie, que ce soit au rang de salarié comme à celui d’entrepreneur. Et de la même façon, le seul privilège que personne ne souhaite lui disputer, c’est bien celui… de payer des impôts ! Impôts sur le revenu, impôts fonciers, impôts sur les sociétés, taxes sur le patrimoine, taxes sur l’épargne, taxes sur la valeur ajoutée, taxes sur les successions, taxes sur les bénéfices, taxes sur les taxes, surtaxes, etc.

Or, l’histoire se répète. Un pays qui méprise une partie de ses citoyens s’expose à un risque de révolte à plus ou moins court terme. Révolte brutale parfois, que l’on appelle insurrection ou révolution selon le côté duquel on se trouve. Ou révolte plus feutrée, plus sournoise aussi, qui consiste à s’exiler peu à peu, plongeant le pays dans une situation inextricable dans laquelle l’élite se retrouve finalement à rendre des comptes directement à son peuple, sans plus pouvoir compter sur l’amortisseur social d’une classe moyenne qui prenait jusqu’alors les coups à sa place.

Ces Français moyens contraints de fuir une nation ingrate

Et c’est exactement ce qui est en train de se passer, en dépit des efforts déployés par les gouvernements successifs depuis quinze ans pour enrayer le désinvestissement progressif de ces français moyens qui en ont assez de jouer les vaches à lait d’une nation ingrate.

Ainsi, dépossédés de la plupart des droits naturels sur leurs biens au nom d’une solidarité qu’ils sont seuls à assumer, les propriétaires ne louent plus, il vendent, faisant du même coup chuter les prix de l’immobilier. Asphyxiés par une fiscalité et une réglementation toujours plus centrée sur eux, ils délocalisent aussi, dès qu’ils le peuvent. Leur activité souvent, mais aussi parfois une partie de leur patrimoine, de leurs investissements. Quand ils ne choisissent pas tout simplement de partir pour de bon, physiquement, définitivement.

Près de 3 millions de Français ont ainsi fait ce choix, certains en abandonnant carrément leur nationalité d’origine. Ce qui les fait d’ailleurs sortir des statistiques du Ministères des affaires étrangères qui ne voit “que” 1,8 millions de Français expatriés (forcément, les autres ne sont plus Français). Et ce nombre augmente de 2% chaque année. Même les plus jeunes qui ont un peu d’ambition ne sont pas en reste, car ils savent que les prochains à payer, ce seront eux. Aujourd’hui, un quart des diplômés de l’enseignement supérieur quittent la France pour partir vivre à l’étranger.

Un pays qui se paupérise

Au final, à l’instar de ces villes qui voient leur centre se paupériser et l’insécurité grimper à mesure que la classe moyenne déserte les lieux pour aller vivre un peu plus loin, à la campagne, là où la pression fiscale est moins forte notamment, la France est en train de perdre ses forces vives, celles qui assurent sa cohésion sociale en créant des emplois et en générant de la richesse.

Ne reste plus qu’un peuple désemparé face à des rois qui apparaissent bien nus, tout à coup.

C’est comme ça qu’un pays fait peu à peu le lit des extrémismes de tout poil. Et s’il reste encore quelques journalistes à s’étonner de la montée des populismes en Europe, les observateurs un peu avisés ont depuis longtemps compris que ce mécanisme ne doit rien au hasard.

 

Données et statistiques pour les pays mentionnés : France | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : France | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4,6 (8 votes)
>> Article suivant
Entrepreneur depuis vingt ans dans le domaine de la communication et l'information stratégique, il a été amené à travailler plusieurs fois en partenariat avec des banques et des assurances, dont la principale matière d'œuvre était constituée de l'argent des épargnants. Peu complaisant à l'égard de leurs pratiques dont il a entrevu les coulisses, il délivre aujourd'hui régulièrement son analyse sans concession (et souvent piquante) non seulement sur les agissements des professionnels de la finance, mais aussi de tous ceux qui, de près ou de loin, se font les auteurs ou les complices des manipulations qui spolient chaque jour un peu plus les honnêtes citoyens. Il publie régulièrement des chroniques sur le site L'or et L'Argent
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
personne n'a envie de travailler pour le roi de Prusse ou pour la bande de macaques qui nous gouvernent assistés d'une myriade de ponx nuisibles au possible (hormis régaliens)
Les flux migratoires dans un pays sont intéressants dans la mesure où on s'ouvre vers d'autres gens, ce qui permet de ne pas rester borné dans son coin. Après, tout dépend des quantités et de la qualité. Grosso modo, les gens qui arrivent (massivement) chez nous n'ont à peu près rien à nous apporter et ne sont pas vraiment dans une dynamique d'intégration dans un pays au chômage de masse. Voir par exemple même en province le nombre de médecins spécialistes étrangers alors que des étudiants en médecine se "plantent" à l'internat . Quant aux Français qui partent, ils ont tous un savoir-faire et n'attendent plus rien du pays. Le problème est évident. Nos gouvernants ne peuvent pas l'ignorer. Quand Macron dit aux entrepreneurs Français de New-York de revenir au pays, c'est qu'il n'a rien compris à la réalité française du moment, donc ce n'est pas lui qui redressera la barre. L'hémorragie ne fera que s'accentuer. Le pays finira saigné à blanc. Traiter les gens qui ont les yeux ouverts de "populistes" est totalement honteux et c'est finalement le seul argument trouvé par les "bien-pensants" pour justifier leurs dérives.
Si la France arrive à s'en relever, ce sera dans la douleur et le chaos. Comment peut-il en être autrement quand de veules aveugles nous dirigent depuis un demi-siècle?
Evaluer :   4  0Note :   4
EmailPermalink
Le modèle économique français ressemble grosso modo à ceci : on exporte des BAC + 5 et on importe des BAC - 5.

Pas étonnant qu'on aie des problèmes de balance des paiements !
Evaluer :   6  0Note :   6
EmailPermalink
Bonjour, voici mon désarroi p-r-p à vos dires : Je suis rentré en France en 1993 avec un Bac +5 en Agronomie. N'ayant pas d'accords entre mon pays "l'Argentine et la France", et ayant demandé pendant plus de 10 ans à mon employeur, un tel M.... cash & carry, pour un poste mieux adapté que le mien d'attaché Commercial, celui-ci à finit pour me remercie de mes loyaux et fidèles années de travail, "fatigué de m'entendre" un procès en justice qui dure depuis bientôt 6 ans !!! L'employeur n'a jamais joué le joue voir il est devenu SANS PITIÉ !
Dernier commentaire publié pour cet article
personne n'a envie de travailler pour le roi de Prusse ou pour la bande de macaques qui nous gouvernent assistés d'une myriade de ponx nuisibles au possible (hormis régaliens) Lire la suite
zelectron - 16/11/2017 à 18:31 GMT
Top articles
Derniers Commentaires
Pourquoi la théorie du réchauffement climatique doit nous faire rir...
20 nov.Louis L.
Saoulez vous et fumez sans la moindre retenue car il est formellement prouvé que cela est sans incidence sur le taux de mortalité qui demeure obsti...
L'illusion de la gratuité
19 nov.zelectron
Même Hollande s'était fendu d'un : c'est gratuit, c'est l'état qui paye.
Propriété menacée. La société de l’usage, c’est la société du serva...
19 nov.zelectron
L'ignominie de cette proposition montre à quel point le communisme a laissé des traces quasi- indélébiles pour les débiles de la société.
Or, pourquoi ça baisse, pourquoi ça va monter ensuite !
14 nov.Alain J.
et pourquoi çà monte et çà baisse ensuite Il y a 10 ans l'article ci dessus aurait pu s'écrire ... mais autrement. Je suis les articles sur l'o...
Comment on a étranglé la Grèce. Mediapart
15 nov.Patrick W1
La video doit être absolument regardée. Je l'ai vue, et j'ai envie d'acheter le livre de Varouflakis " Conversations entre Adultes" et de voir...
Or, pourquoi ça baisse, pourquoi ça va monter ensuite !
13 nov.blitzel
Ahahah, ils veulent nous saborder le "mental." Erreur aujourd'hui mercredi 13 pleine lune sur la dégringolade des cours des banques, Elles ...
Pour « sauver la planète », l’industrie tue les campagnes. Reporterre
13 nov.blitzel
Article impeccable. Un 11 novembre dans les labours Quand j'entends cela, cela nous rappelle, "aux oreilles de nos ancêtres dans les tranc...
Pour « sauver la planète », l’industrie tue les campagnes. Reporterre
08 nov.Patrick W3
Tout ce que vous notez est trop vrai.!!!....trop sombre, et le véritable drame est que la machine ne s'arrêtera pas, quelque soient les actions men...
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX