Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

31 Janvier 1934 : Déjà une dévaluation du dollar contre l’or pour sauver les banques

IMG Auteur
Extrait des Archives : publié le 21 octobre 2009
1114 mots - Temps de lecture : 2 - 4 minutes
( 10 votes, 4,9/5 ) , 1 commentaire
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
1
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Histoire de l'or




Le Bulletin de Publication de la Réserve Fédérale de juin 1934 présente un graphique montant l’ampleur de la dévaluation de janvier 1934 et son impact sur les réserves des banques du système de réserve fédéral.

Comme vous vous en souvenez peut-être, le Gold Act (décret sur l’or) ou plus exactement le décret 6102 du 5 avril 1933 a exigé des américains qu’ils restituent leur monnaie or et les certificats sur les banques de réserve fédérale pour le 1er mai 1933. Il n’y a eu aucune poursuite pour non respect de la législation sauf dans un cas qui a été porté volontairement devant le tribunal par une personne qui souhaitait mettre en cause la loi devant la justice.

Après qu’une quantité substantielle d’or ait été restituée par les citoyens américains et sortie de leurs coffres-forts de leurs banques respectives, le gouvernement a officiellement dévalué le dollar de 20,67 $ l’once à 35 $ (la loi sur les réserves d’or du 31 janvier 1934).

 
Les gains réalisés par le biais de cette dévaluation ont été utilisés pour donner un coup de pouce significatif aux positions des banques membres de la Réserve Fédérale comme le montre le premier graphique ci-dessous.

L’inflation a été subie par le peuple américain parce que cette mesure a contribué à la hausse de l’indice des prix à la consommation de 1200 points de base (0,01%) de -8% à +4% à la fin de 1933. Pour compenser quelque peu l’inflation monétaire, la Fed a contracté la base monétaire ce qui plutôt desservi la convalescence à peine entamée de l’économie réelle et ce qui est largement considéré désormais comme partie d’une série d’erreurs de politiques économiques.


Le fait que ces actions aient peu contribué à la baisse du chômage a été un remède douloureux pour les salariés.






Heureusement, au même moment, F.D. Roosevelt a mis en place les programmes du New Deal, qui en dépit d’une opposition constante d’une minorité républicaine au Congrès ont permis des mesures de soulagement pour les plus de 20% du public qui souffraient du chômage et de la stagnation des salaires.


Une question revient de manière récurrente : « Le gouvernement pourrait-il  confisquer l’or de nouveau ? ».

Alors qu’aucune certitude n’est possible concernant l’éventualité qu’un gouvernement commence à détourner la loi et confisquer la propriété privée, il faut s’interroger sur le contexte et les détails de ce qui s’est afin de comprendre le précédent historique.

Techniquement, le gouvernement américain n’a pas purement et confisqué la propriété privée parce qu’à cette époque  les Etats Unis étaient encore sous le régime de l’étalon-or et une grande partie des réserves d’or des citoyens américains étaient faites sous la forme de pièces de monnaie et de certificats.

Les gouvernements affirment toujours que la monnaie est leur propriété et que l’usager ne la détient qu’en tant que médium d’échange. L’argument est fondé sur le fait que le gouvernement a exigé de rappeler son or pour soutenir la garantie du dollar US contre le flux d’or sortant des Etats-Unis dans le cadre du commerce international.

Les gens demandent aussi : « Pourquoi le gouvernement n’a-t-il pas réévalué le dollar sans rappeler tout l’or détenu par le peuple américain ? »

 
La réponse semble être que cela aurait été plus juste et plus équitable pour le public. Le Trésor aurait pu acheter l’or du peuple pour soutenir ses besoins du commerce extérieur.

Mais cela aurait laissé bien moins de liquidités pour les banques.

Un meilleur argument consiste à dire que le rappel de l’or monétaire,  incluant les réévaluations qui ont suivi et bénéficié à un petit segment de la population des banques, a constitué une forme de confiscation des richesses sans compensation en contrepartie. D’où l’absence de poursuites actives.

Bon, alors est-ce que le gouvernement va confisquer de nouveau l’or pour sauver les banques en dévaluant le dollar ?

Cela est hautement improbable parce que non seulement, le gouvernement n’a pas besoin de le faire mais aussi parce que le dollar n’est plus garanti par l’or et qu’il n’aurait plus besoin de le faire parce qu’il a déjà dévalué le dollar pour sauver les banques.


Cette fois, la confiscation pour sauver les banques s’est appelée TARP (troubled assets relief program ou plan de sauvetage pour les actifs en danger).

Si l’on y réfléchit, les dollars US ont été créés et fournis directement aux banques pour stimuler leurs réserves disponibles de manière significative à une échelle comparable ou plus importante qu’en 1933-34.

La confiscation des richesses est partagée par tous les détenteurs de dollars US et en actifs en dollars, domestiques et étrangers dans une forme plus subtile d’inflation monétaire.

Je vous l’accorde, le gouvernement doit être encore plus flou pour masquer ses actions tout en soutenant la confiance dans le dollar tandis qu’une dévaluation a lieu mais, c’est exactement ce qui se passe actuellement et qui arrive forcément dans un régime de monnaie à cours forcé.

Il n’y a pas de raison de confisquer des matières premières exogènes largement détenues par le public telles que l’or ou le pétrole brut mais il leur suffit de réduire les signaux avertissant que le dollar subit de nouveau une dévaluation significative pour sauver les banques et cela, aux dépens du peuple américain.

Regardez attentivement le graphe juste dessous.






En premier lieu, notez la grande chute de l’or en circulation de 9.8 millions d’onces soit à peu près 36% du stock répertorié fin 1932. Pensez-vous que quelqu’un avait prévu la dévaluation du dollar ? Nous suspectons que l’ordre a été passé aux banques d’accumuler de l’or avant la dévaluation  pour commencer à pousser le stock d’or vers les banques.

La réduction de l’or en circulation après l’annonce du décret sur l’or en avril a été d’environ 3,9 millions d’once soit environ 22% de l’or restant en circulation en mars 1933.

Considérant que toutes les pièces de monnaies détenues par les banques dans les coffres ont été confisquées automatiquement, le taux d’obéissance volontaire n’est pas si impressionnant. Nous ne savons pas exactement combien d’or était détenu à l’étranger entre les mains des entités non US.

Cela dit et pour conclure, il est clair que cette confiscation (injuste et probablement même illégale) de l’or en 1934 a été le préalable à une dévaluation du dollar préjudiciable aux citoyens, et a permis de renflouer le système bancaire. 


Il aurait été bien plus équitable de dévaluer le dollar et de changer la base dollar/or tout d’abord avant d’exiger des citoyens privés qu’ils ne remettent leur or au gouvernement. Mais bien sûr, cela aurait diminué la liquidité directement disponible pour une transfusion directe aux banques de la réserve fédérale.



Jesse

Le Café Américain





Traduit et publié avec l’aimable autorisation de Jesse. Tous droits réservés


Données et statistiques pour les pays mentionnés : Etats-unis | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Etats-unis | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4,9 (10 votes)
>> Article suivant
IMG Auteur
Jesse 13 abonnés
Visitez le Café Américain de Jesse pour des nouvelles rafraichissantes sur les marchés.
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
Passionnant, ce passage trouble de la présidence de Roosevelt, alors que du reste, il a été exemplaire en soutenant l'économie réel. Bonne esprit nuancé, juste dommage de ne pas connaître les comptes rendus des discussions au sommet à cette époque.
Evaluer :   1  1Note :   0
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
Passionnant, ce passage trouble de la présidence de Roosevelt, alors que du reste, il a été exemplaire en soutenant l'économie réel. Bonne esprit nuancé, juste dommage de ne pas connaître les comptes rendus des discussions au sommet à cette époque.  Lire la suite
fx D. - 31/01/2010 à 16:27 GMT
Note :  1  1
Top articles
Derniers Commentaires
Les 25 choses à avoir en permanence avec soi en cas de crise
21:35Clepsidre
...en cas de crise. Laquelle ? Majeure ? Si oui, au su et au vu des imbrications économiques mondiales, alors c'est d'une crise planéta...
Le terrible drame espagnol… Partagez, informez, faites suivre.
16:54Librio
Lol : Y en a ici qui s'écoute parler (ou plutôt écrire) et qui prennent les autres pour des cons. Pendant que vous phrasez, d'autres se bougent...
Le terrible drame espagnol… Partagez, informez, faites suivre.
16:43Louis L.
Il me paraissait évident que mon propos impliquait, de facto, les lourdes fautes de dispatching qu'inconsciemment, vous dénoncez. Toute armé...
Le terrible drame espagnol… Partagez, informez, faites suivre.
04 avr.Librio
Ben pour l'instant c'est la "pléthorique fonction publique" hospitalière qui essaie de sauver le cul des français avec du système D. Espérons qu'un...
Nos politiciens sont des criminels
03 avr.Louis L.
"Incompétence" ? Voire ! Se développe de plus en plus ouvertement, avant censure, une thèse selon laquelle ce fléau est délibéré. C'est fou...
Le terrible drame espagnol… Partagez, informez, faites suivre.
01 avr.Louis L.
20 ans de rigueur,.............. pas pour la pléthorique fonction publique, sans oublier ses retraités avec 75% du dernier salaire c'est à dire , ...
Non, la France n’est pas en guerre! Slobodan Despot
27 marsLouis L.
Il serait aussitôt banni .
Non, la France n’est pas en guerre! Slobodan Despot
25 marsSebastien H2
Bravo, cet article est extraordinaire; il se situe au-dessus de la mêlée! Quel courage pour oser écrire un tel papier "contrarien". Aucun journaleu...
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX