Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

A quoi ressemblent des actions multipliées par 100 ou par 1000.

IMG Auteur
Extrait des Archives : publié le 09 décembre 2014
2333 mots - Temps de lecture : 5 - 9 minutes
( 1 vote, 5/5 )
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
0
commenter
Notre Newsletter...

Alors qu’il semble clair que le prix de l’or a désormais atteint un palier, il est temps d’arrêter d’essayer de deviner jusqu’où il pourra chuter et combien de temps la correction durera et de commencer à observer jusqu’où il est susceptible de grimper.

En observant le marché de l’or d’un point de vue historique, il est évident que les actions des juniors minières tendent à fluctuer de manière extrême. Elles peuvent voir leur prix doubler juste avant de s’effondrer de 75%, pour de nouveau doubler, tripler voire quadrupler avant de perdre 90%. Croissance, récession, et ainsi de suite.

Puisque nous venons tout juste de compléter un cycle de récession - l'un des plus extrêmes jamais enregistrés selon certains vétérans – la situation est aujourd’hui propice à un ralliement sur les actions aurifères.

Ce pourrait paraître quelque peu sensationnaliste, mais en observant les tendances historiques et les diverses prévisions du prix de l’or, il y a des chances que les producteurs d’or voient leurs actions s’échanger autour de 200 dollars l’unité avant la fin du cycle actuel. Puisque la plupart d’entre elles s’échangent aujourd’hui entre 20 et 40 dollars, les retours à en tirer pourraient être intéressants. Les retours sur investissement offerts par les juniors minières seront plus importants et pourront offrir des gains susceptibles de changer la vie des investisseurs les plus futés.

Ce que je suis sur le point d’aborder ici sont les retours historiques offerts par les producteurs et les juniors au cours de trois cycles de croissance. Ce sont des rendements factuels, ils n’ont rien d’hypothétique. Et si vous êtes d’accord avec le fait que le marché évolue en fonction de cycles, alors vous comprendrez qu’une situation similaire est susceptible de se présenter à nouveau.

L’or a enregistré une croissance spectaculaire entre 1979 et 1980, et les actions minières ont présenté des performances époustouflantes – un certain nombre d’entre elles ont été multipliées par 10 (gains de 1000% et plus). Bien que ce soit un fait bien connu, très peu de chercheurs ont pris la peine d’identifier les retours exacts des sociétés minières à cette époque.

Dénicher des données relatives aux juniors minières remontant au début des années 1980 est une tâche difficile, parce qu’à l’époque, les informations n’étaient pas informatisées. J’ai donc envoyé mon neveu Grant à la bibliothèque pour qu’il me déniche les microfiches du Wall Street Journal. J’ai également inclus des informations dont m’ont fait part Scott Hunter, de chez Haywood Security, Larry Page, alors président du Manex Resource Group, et les archives poussiéreuses de Northern Miner.

Note : cela signifie que mes tableaux, bien que corrects, ne sont pas complets.

Commençons par le commencement…

Le marché haussier caractéristique de 1979-1980

Le grand-père de tous les cycles haussiers de l’or s’est produit pendant les années 1970 et a culminé avec une mania en 1979 et 1980. Le prix de l’or a atteint un record de 850 dollars l’once le 21 janvier 1980, une hausse de 276% depuis le début de l’année 1979 (le prix de l’or à la fermeture des marchés le dernier jour ouvrable de 1978 n’était que de 226 dollars).

Voici quelques actions aurifères de l'époque. Vous noterez, en plus des retours qu’elles ont offerts, que les actions sur l’or n’ont atteint leur prix plafond que neuf mois après l’or.

Rendements des producteurs en 1979-1980

Société

Prix le
29/12/1978

Pic de sept.

1980

Rendements

Campbell Lake Mines

$28,25

$94,75

235,4%

Dome Mines

$78,25

$154,00

96,8%

Hecla Mining

$5,12

$53,00

935,2%

Homestake Mining

$30,00

$107,50

258,3%

Newmont Mining

$21,50

$60,62

182,0%

Dickinson Mines

$6,88

$27,50

299,7%

Sigma Mines

$36,00

$57,00

58,3%

Giant Yellowknife Mines

$11,13

$39,00

250,4%

MOYENNE

289,5%


GDX se vend aujourd’hui pour 26,05 dollars (26 février 2014). S’il venait à imiter le retour moyen de 289,5%, il atteindrait 101,46 dollars.

Gardez cependant à l’esprit que ces données indiquent le pic exact du prix de l’action de chaque société. Une majorité des investisseurs ne vend pas à ce prix. Si j’avais à deviner, je dirais qu’il est généralement possible d’enregistrer 80% des gains, ce qui revient donc à 231,6%.

Voici comment les juniors minières se sont comportées sur la même période :

Rendements des juniors en 1979-1980

Société

Prix le
29/12/1978

Pic de

Prix

Date
du Pic

Rendements

Carolin Mines

$3,10

$57,00

Oct. 80

1.738,7%

Mosquito Creek Gold

$0,70

$7,50

Oct. 80

971,4%

Northair Mines

$3,00

$10,00

Oct. 80

233,3%

Silver Standard

$0,58

$2,51

Mar. 80

332,8%

Lincoln Resources

$0,78

$20,00

Oct. 80

2.464,1%

Lornex

$15,00

$85,00

Oct. 80

466,7%

Imperial Metals

$0,36

$1,95

Mar. 80

441,7%

Anglo-Bomarc Mines

$1,80

$6,85

Oct. 80

280,6%

Avino Mines

0,33

$5,5

Déc. 80

1.566,7%

Copper Lake

$0,08

$10,50

Sep. 80

13.025,0%

David Minerals

$1,15

$21,00

Oct. 80

1.726,1%

Eagle River Mines

$0,19

$6,80

Déc. 80

3.478,9%

Meston Lake Resources

$0,80

$10,50

Oct. 80

1.212,5%

Silverado Mines

$0,26

$10,63

Oct. 80

3.988,5%

Wharf Resources

$0,33

$9,50

Nov. 80

2.778,8%

MOYENNE

2.313,7%


Si vous aviez établi un portefeuille diversifié sur les juniors minières avant 1979, votre investissement initial aurait pu être multiplié par 23 en seulement deux ans. Si vous étiez parvenu à gagner 80% de la hausse, vos gains auraient été supérieurs à 1.850%.

Cela signifie qu’une junior affichée à 0,50 dollar aujourd’hui pourrait se vendre 12 dollars après une nouvelle phase de croissance similaire, ou 9,75 dollars à 80%. Si vous possédez dix actions sur les juniors minières, imagineze que l’une d’entre elle enregistre les mêmes performances que Copper Lake.

Voici ce que des rendements de cette magnitude pourraient signifier pour vous. Disons que votre portefeuille inclue 10.000 dollars de juniors minières aux rendements aussi spectaculaires que ceux affichés ci-dessus. Si le prochain cycle de croissance venait à rivaliser avec celui de 1979-1980, votre portefeuille pourrait valoir 241.370 dollars en sommet de cycle, ou 195.000 dollars à 80%.

Notez qu’il est nécessaire que vous vendiez pour enregistrer des gains. Si vous ne vendez pas, vous pourriez terminer avec rien d’autre que vos larmes pour remplir votre pinte vide. Après un cycle de croissance, de nombreuses juniors, y compris celles listées ci-dessus, ont fini par s’assécher. Les investisseurs qui s’y sont accrochés jusqu’au bout n’ont pas seulement vu leurs gains s’évaporer, ils ont perdu l’intégralité de leur investissement.

Il est nécessaire de jouer le jeu des cycles.

Les gains enregistrés à l’époque ont déjà été mentionné par beaucoup d’articles, et beaucoup d’investisseurs continuent de dire « une telle chose ne se produit qu’une fois ».

Au contraire. Lisez ceci…

La hausse sur  Hemlo de 1981-1983

De nombreux investisseurs ne savent pas que l’or et les actions aurifères ont traversé de nombreux cycles haussiers depuis 1979-1980.

Ironiquement, le prix de l’or n’a presque pas bougé pendant le ralliement sur l’Hemlo, qui a duré de 1981 à 1983. Découverte des prix. Voilà comment il s’est produit…

A l’époque, les activités d’exploration étaient principalement effectuées par des équipes envoyées sur le terrain par les plus gros producteurs. Mais en raison de la stagnation du prix de l’or, les budgets d’exploration ont commencé à diminuer, et de nombreux géologues ont perdu leur emploi alors qu’ils avaient connaissance de terrains sur lesquels développer des projets. Beaucoup ont monté leur propre entreprise pour les exploiter.

Leurs opérations d’exploration ont mené à des découvertes extraordinaires, dont la première a eu lieu en 1982, alors que Golden Sceptre et Goliath Gold ont découvert le dépôt Golden Giant dans la région de l’Hemlo, à l’est du Canada. Le prix de l’or est remonté l’été même, et son marché haussier a duré jusqu’au mois de mai suivant. Le public a été impliqué, et comme vous pourrez le voir ci-dessous, les résultats en ont été phénoménaux pour une si courte période :

Rendements des producteurs, 1981-1983

Société

Prix

en 1981

Pic de

prix

Date

du pic

Rendements

Agnico-Eagle

$9,50

$21,00

Août 83

121,1%

Sigma

$14,13

$24,50

Jan. 83

73,4%

Campbell Red Lake

$16,63

$41,25

Mai 83

148,0%

Sullivan

$3,85

$6,00

Mars 84

55,8%

Teck Corp Class B

$17,00

$21,88

Juin 81

28,7%

Noranda

$33,75

$36,38

Juin 81

7,8%

MOYENNE

72,5%


Les producteurs d’or apporté des rendements moyens de 70% aux investisseurs sur la période. Bien qu’il ne s’agisse pas des gains spectaculaires enregistrés quelques années auparavant, souvenez-vous qu’il ne s’agit là que de gains sur 12 mois, comparables à la hausse d’une action qui coûterait 20 dollars aujourd’hui à 34,5 dollars en février prochain.

Une fois encore, ce sont les juniors qui ont présenté les rendements les plus impressionnants.

Rendements des juniors, 1981-1983

Société

Prix de

1981

Pic de

prix

Date

Du pic

Rendements

Corona Resources

$1,10

$61,00

Mai 83

5.445,5%

Golden Sceptre

$0,40

$31,00

Mai 83

7.650,0%

Goliath Gold

$0,45

$32,00

Mars 83

7.011,1%

Bel-Air Resources

$0,81

$1,60

Jan. 83

97,5%

Interlake Development

$2,10

$6,40

Mars 83

204,8%

MOYENNE

4.081,8%


Les rendements moyens offerts par ces juniors minières qui opéraient dans la région de l’Hemlo ont dépassé les 4.000%.

C’est particulièrement impressionnant lorsque l’on prend en compte le fait que l’ensemble de l’industrie a participé. Une importante découverte peut générer des gains importants, même si l’industrie dans son ensemble semble stagner.

En d’autres termes, il est possible que des rendements importants soient enregistrés en l’absence de mania grâce à des actions exposées directement à une zone d’exploration. Nous avons pu en voir quelques exemples au cours de ces dix dernières années, comme les lecteurs d’International Speculator le savent sans doute.

En mai 1983, un an après son apparition, le prix de l’or a recommencé à baisser pour marquer la fin de ce cycle – indiquant encore la nécessité de vendre pour enregistrer un profit.

Les années 1990 rugissantes

A l’arrivée des années 1990, un certain nombre de juniors minières avaient déjà acquis de la part des sociétés majeures le « capital intellectuel » dont elles avaient besoin. Une nouvelle série de découvertes a, au milieu des années 1990, donné naissance à l’un des marchés haussiers les plus spectaculaire de la génération actuelle.

Les sociétés qui ont enregistré les plus importantes découvertes sont Diamet, Diamond Fields, et Arequipa. C’est aussi à cette époque que s’est développé le scandale de Bre-X, qui a dit avoir découvert d’importants gisements alors qu’elle avait simplement salé ses résultats de forage (triché).

En été 1996, ces découvertes ont donné lieu à un nouveau cycle haussier, et des sociétés qui n’avaient rien de plus qu’une vingtaine de résultats de forage ont vu leurs actions se vendre pour plus de 20 dollars l’unité.

Le graphique ci-dessous, qui inclue certaines des sociétés les plus connues à l’époque, vaut de loin les mille mots dont parle le proverbe. Les producteurs moyens ont jusqu’à triplé les gains de leurs investisseurs sur la période. Une fois de plus, ces gains ont été enregistrés sur une période assez courte – deux ans.

Rendements des producteurs au cours du marché haussier des années 1990

Société

Prix avant

Marché haussier

Pic de

prix

Date
du pic

Rendements

Kinross Gold

$5,00

$14,62

Fév. 96

192,4%

American Barrick

$28,13

$44,25

Fév. 96

57,3%

Placer Dome

$26,50

$41,37

Fév. 96

56,1%

Newmont

$47,26

$82,46

Fév. 96

74,5%

Manhattan

$1,50

$13,00

Nov. 96

766,7%

Cambior

$10,00

$22,35

Juin 96

123,5%

MOYENNE

211,7%


Et voici les performances enregistrées par certaines juniors minières. Si vous faites partie des investisseurs qui ont le courage d’acheter à très bas prix et de vendre en période de frénésie, vous pourriez en tirer beaucoup.

Rendements des juniors au cours du marché haussier des années 1990

Société

Prix avant

Marché haussier

Pic de

prix

Date
du pic

Rendements

Cartaway

$0,10

$26,14

Mai 96

26.040,0%

Golden Star

$6,00

$27,50

Oct. 96

358,3%

Samex Mining

$1,00

$7,20

Mai 96

620,0%

Pacific Amber

$0,21

$9,40

Août 96

4.376,2%

Conquistador

$0,50

$9,87

Mars 96

1.874,0%

Corriente

$1,00

$19,50

Mars 97

1.850,0%

Valerie Gold

$1,50

$28,90

Mai 96

1.826,7%

Arequipa

$0,60

$34,75

Mai 96

5,691.7%

Bema Gold

$2,00

$12,75

Août 96

537,5%

Farallon

$0,80

$20,25

Mai 96

2.431,3%

Arizona Star

$0,50

$15,95

Août 96

3.090,0%

Cream Minerals

$0,30

$9,45

Mai 96

3.050,0%

Francisco Gold

$1,00

$34,50

Mars 97

3.350,0%

Mansfield

$0,70

$10,50

Août 96

1.400,0%

Oliver Gold

$0,40

$6,80

Oct. 96

1.600,0%

MOYENNE

3.873,0%


De nombreux analystes font référence au marché haussier des années 1970 comme à l’ancêtre de tous les marchés haussiers – ce qui est vrai dans une certaine mesure – mais vous pourrez constater que les rendements enregistrés par les actions au cours du marché haussier des années 1990 excèdent de loin ceux enregistrés par les juniors en 1979-1980.

C'est comme si l’action à 50 centimes de dollars d’une junior finissait par valoir 19,86 dollars… ou 16 dollars, si vous ne comptabilisez qu’un gain de 80%. Un portefeuille de 10.000 dollars qui enregistrerait des gains similaires vaudrait 397.000 dollars (ou plus de 319.000 dollars à 80%).

Actions aurifères et Grande dépression

Les déflationnistes pourraient passer outre tout ce que je viens d'écrire parce qu'ils sont persuadés qu’une déflation est en marche. Mais ils auraient tort de croire que les actions aurifères ne peuvent pas enregistrer de gains spectaculaires dans un tel environnement.

Voici les gains enregistrés par les deux plus gros producteurs américain et canadien au cours de la Grande dépression des années 1930, au cours de laquelle a été enregistrée une importante déflation des prix.

Rendements des producteurs pendant la Grande dépression

Société

Prix en 1929

Prix en 1933

Rendements

Homestake Mining

$65

$373

474%

Dome Mines

$6

$39,50

558%


Alors que les marchés des actions s’effondraient et que le prix de l’or était fixe, les plus gros producteurs d’or ont apporté à leurs investisseurs des gains de cinq à six fois leurs investissements de base. Même en période d’inflation, les investisseurs sur les actions aurifères peuvent enregistrer des profits.

Comment capitaliser sur le cycle actuel

L’Histoire nous indique que les actions liées aux métaux précieux évoluent en fonction de cycles. Un cycle de récession majeur vient de s’achever, et nous sommes vraisemblablement en passe d’assister à un nouveau cycle haussier. La seule manière d’enregistrer des gains tels que ceux présentés plus haut est d’acheter avant que la phase de croissance ne se soit complètement développée.





<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :5 (1 vote)
>> Article suivant
Jeff Clark est l'editeur de Big Gold,où il s'interesse plus particulièrement au secteur minier
Publication de commentaires terminée
Dernier commentaire publié pour cet article
Soyez le premier à donner votre avis
Ajouter votre commentaire
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX