Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Aidez-vous les uns et les autres mais surtout pas en France !

IMG Auteur
Publié le 04 avril 2018
1148 mots - Temps de lecture : 2 - 4 minutes
( 6 votes, 5/5 ) , 6 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
[titre article pour referencement]
0
envoyer
6
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux

Dans la plupart des pays, il est de bon ton d’aider son prochain qui, à un moment ou un autre, pourrait bien rendre la pareille. Et puis, disons-le tout franchement, une société saine repose évidemment sur des valeurs d’entraide qu’on appelait jadis charité et qui, une fois nationalisée et vigoureusement subventionnée par l’État, devient la solidarité (avec, d’ailleurs, le même effet de bord que ce que toute subsidiation provoque immanquablement).

Mais en France, question entraide, il faut y aller mollo.

Oui, venir en aide à son prochain, dans ce pays, est un acte forcément réfléchi, mûri à l’aune de l’expérience et des péripéties qui secouent l’actualité. Faire don de son temps, de son argent, de ses biens ou effectuer un service de façon désintéressée, sur un coup de tête, peut parfois provoquer des effets que certains pourraient hardiment qualifier d’adverses voire désagréables.

Sans même aller chercher dans les récents événements tragiques qui ont tout de même montré que certains n’hésitaient pas à trouver réjouissant le sacrifice pourtant ultime du Colonel Beltrame, force est de constater que la France a bien du mal à gérer ceux qui ont choisi d’aider les autres sans passer par les bonnes voies officielles, qui font des dons mais qui méritent un contrôle fiscal bien poivré, ou qui ont eu l’idée aussi sotte que grenue de contrebalancer une situation injuste par une intervention personnelle immédiate.

C’est ce dernier cas qu’illustre un récent différent musclé entre d’un côté, l’un de ces sentiments d’insécurité défavorablement connu des services de police, et de l’autre, trois légionnaires manifestement pas trop au courant de ce qu’il ne faut surtout pas faire en France.

Les faits sont, comme d’habitude, d’une banalité confondante : dimanche matin, dans le cadre d’une opération habituelle de redistribution de richesses par ingénierie sociale comme on en voit de plus en plus dans ce pays, un jeune mineur arrache le téléphone portable d’une jeune fille dans un wagon de métro, au niveau de la station Saint-Ambroise (XIe) sur la ligne 9 parisienne.

Rien que de très routinier pour les habitués des transports en commun parisien, ce qui n’a pas empêché trois légionnaires en permission à Paris, âgés de 21 et 24 ans, d’être témoins du vol et de décider, très étrangement, de se mettre à poursuivre notre ingénieur social improvisé. La bonne santé et le jarret pétillant de nos fiers soldats leur permettent de rattraper le voleur au niveau de l’impasse Truillot, derrière le boulevard Voltaire (XIe).

Étonnamment, notre futur prix Nobel en communications cellulaires a choisi de ne pas se laisser faire. Las : la Légion ne forme pas suffisamment au vivrensemble et nos trois engagés ont décidé de faire rentrer quelques notions de base (pour tout dire probablement fort conservatrices) dans le crâne de notre jeune apprenti en sciences sociales, au point de lui péter une dent (ce qui, compte tenu de la situation, est finalement un moindre mal).

Pour faire bonne mesure, le trio de légionnaires et le voleur ont été placés en garde à vue. Comme je vous le disais en introduction, il ne pouvait être envisagé qu’on décide ainsi de flanquer une rouste à un voleur, ni – à plus forte raison – qu’on puisse féliciter des militaires d’avoir fait exactement ce pour quoi ils sont payés et entraînés, c’est-à-dire protéger la population qui paye leur solde. Pour la substitut du procureur qui aime les prisons trop pleines et les tribunaux correctement engorgés, il était nettement plus important que ces légionnaires soient poursuivis.

Cette affaire n’en finit pas de surprendre puisqu’au cours de leur garde à vue, les légionnaires dépités ont lâché :

« Si c’est pour se retrouver en garde à vue, la prochaine fois, on n’interviendra pas pour défendre une victime. »

Oh.

Franchement, que voilà une attitude étrange !

Cela nous rappelle avec acuité les péripéties d’une certaine Laurence Rossignol, alors sénatrice de son état et qui avait, souvenez-vous, découvert le sel de la vie lorsqu’un individu même pas élu lui avait sobrement piqué son pognon lorsqu’elle était, un 14 juillet, en train d’en retirer à un automate bancaire.

La pauvre sénatrice, elle aussi dépitée, s’était mise à courir après son voleur sans pouvoir le rattraper, et s’était par la suite épanchée dans les colonnes du Courrier Picard où elle expliquait trouver insupportable l’attitude des riverains, impassibles devant ses déboires et ses appels à l’aide.

En cela, elle rejoignait les constats affolés de certains commentateurs à la bonne conscience en bandoulière qui fustigeaient l’absence de réaction de la foule lors d’une agression à caractère sexuel dans un métro de Lille.

Dans ces deux cas, la soi-disant passivité de la foule était mise sur le compte d’un individualisme et d’un égoïsme sans borne, façonnés par une société ultranéolibérale (ou une variante d’icelle) incitant les uns et les autres à ne surtout rien faire pour troubler les tentatives criminelles de tous ces sentiments d’insécurité défavorablement connus des services de l’État par ailleurs totalement absent. Grâce à un raisonnement implacable type « libéralisme = caca » et « agression sans réaction = caca », on en déduisait que l’un ne pouvait advenir sans l’autre, fermez le ban et lancez le programme de rééducation.

Malheureusement, la réalité rappelle (avec cette histoire soldatesque) qu’elle est un tantinet plus complexe que ces raisonnements pour enfants défavorisés : tout indique que la façon dont on poursuit ceux qui aident trop vigoureusement des victimes joue très défavorablement contre l’extension de cette pratique.

On le sait amplement depuis l’apparition de la bijouterie de combat : l’auto-défense est, quoi qu’il arrive, punissable en France. En parler est moralement condamné. L’évoquer est honni. Y penser montre une déviance. Quant à chercher à sanctionner aussi prestement que possible un malfrat, c’est chose impensable puisqu’on le sait, dans ce pays, une décision de justice, c’est comme le vin : ça demande beaucoup de sueur, pas mal de travail et plusieurs années, ça dépend de plein de facteurs aléatoires dont la météo et ça tourne parfois au vinaigre.

Dès lors, imaginer qu’on puisse refaire les plombages d’un mineur sans papier qui emmerde tout le monde depuis trop longtemps et vole tout ce qu’il peut sans que la police y puisse quoi que ce soit, c’est bien évidemment interdit et passible de poursuites.

Non, décidément, en France, s’aider et aider les autres sera minutieusement préparé, encadré, et surtout pas laissé à l’initiative personnelle. Les débordements d’entraide, les sauveteurs un peu trop enthousiastes, les redresseurs de torts pas assez calmes seront rapidement remis dans le droit chemin, avec une sanction pénale au moins égale à celle de l’agresseur (et une sanction sociale toujours supérieure, certains citoyens ayant encore cette notion idiote de probité et le désir mal placé de conserver un casier judiciaire vierge).

Moyennant quoi, l’individu fera fort de ne pas se défendre et de ne surtout pas aller défendre les autres.

C’est efficace : « la prochaine fois, on n’interviendra pas »…

Source : h16free.com
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :5 (6 votes)
>> Article suivant
H Seize écrit sur http://h16free.com ses chroniques humouristiques d’un pays en lente décomposition, et apporte des solutions dans son livre, Egalité, Taxes, Bisous. Dans un monde toujours plus dur, et alors que la crise, la vilénie, les aigreurs et les misères allant de la maladie aux bières tièdes font rage, un pays fait courageusement face et propose toute une panoplie de mesures plaisamment abrasives qui permettront d'aplanir les aspérités, gommer les difficultés et arrondir les angles. Ce pays, rempli de gentils et d'aimables tous les jours mieux pensant, est devenu un véritable phare scintillant dans la nuit noire de l'obscurantisme des méchants et des vilains. Et pour mieux scintiller, il s'est doté d'une devise qui est parvenue à se hisser au rang de slogan, d'accroche et de modus vivendi : pour chacun et pour tous, il faudra de l'égalité, des taxes, et des bisous.
Voir son site webS'abonner à ses offres
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
Dans la situation actuelle, le balancier est à bout de course d'un côté. Et on ne pourra pas le retenir éternellement. Là où ça va faire drôle, c'est quand il sera à bout de course de l'autre côté.
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Policé, mais pas très "politiquement correct" dites donc.

Et puis, n'oubliez surtout pas de tolérer... encore et toujours !

(message ironique)

Cacher des faits et empêcher une population d'appeler les choses par leur nom depuis si longtemps, ne fait qu'accumuler les problèmes et reculer les nécessaires ajustements.
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Et n'oublions pas la misérable "substitut du procureur"qui, tout au long de son imperturbable carrière va prendre des milliers de calamiteuses décisions destructrices pour notre société et systématiquement à l'encontre du plus élémentaire sens de la justice qu'elle bafoue "au nom de la loi".
Et, bien entendu, omerta sur son identité.
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
@ LOUIS L.
Ce qui permet d'ailleurs de constater le niveau d'endoctrinement de certains magistrats dûment "façonnés et endoctrinés" pendant leur formation. C'est déjà à l'ENM où il faudrait commencer à faire le ménage.
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Voilà un fait divers qui résume bien l'état de notre pays à ce jour :

- On ne doit pas se défendre si on est agressé (et pas défendre les autres)
- On ne doit pas déloger des importuns qui se seraient approprié un logement vous appartenant

Tout le reste découle de cet état de fait : le français moyen doit subir, et il subit...
Evaluer :   3  0Note :   3
EmailPermalink
"le français moyen doit subir, et il subit..."

@Pouf1

A l'évidence le Français moyen doit subir sans moufter!Et tant qu'il accepte de subir le "vivre ensemble" prôner par des gens qui se gardent de le pratiquer pour eux-mêmes et les leurs,pour nos idéologues bornés et les juges chargés de réprimer les réfractaires tout est OK!

Cela dit, nul n'est obligé de subir!On a le droit de se rebiffer!Que ce soit mal vu ne doit pas empêcher de dire m..de aux cyniques tartuffes commissaires au politiquement correct.Je ne reconnais aucune légitimité à qui que ce soit pour me dire ce que je dois penser ou ne pas penser!Aucun politicard du système que ce soit un politicard de gauche aveuglé par son idéologie et emprisonné dans son déni ou que ce soit un politicard dit de droite,soucieux de par sa soumission au politiquement correct, de se concilier les bonnes grâces des journalistes du système, aucun n'a de légitimité à me dire ce que je dois penser ou ne pas penser!

Mais pour être convaincu de cela, il faut se servir de ses neurones.Cela trop peu de gens le font.L'imprécateur de gauche faute d'arguments recoure à l'invective,l'insulte et aux anathèmes!Staline disait :" traite ton adversaire de fasciste,pendant qu'il se défend il n'argumente plus!"

Le "petit père des peuples" a disparu depuis longtemps,mais son "enseignement" est mis en pratique par les maîtres actuels du système!Et bien il faut faire fi de leurs imprécations,résister à leurs imprécations et ne pas se soumettre à leurs oukases!Si nous sommes arrivés à la situation actuelle c'est que la droite depuis plus de 30 ans n'a plus fait ce qu'elle aurait du faire.Elle n'a pas résisté aux diktats de la gauche et a accepté de se soumettre au politiquement correct!Cela a commencé avec Chirac,s'est poursuivi avec Sarkosy ...Pendant combien de temps encore?

Edouard Herriot a dit :
"POUR CREER UN HERETIQUE IL FAUT DIX FOIS D'INTELLIGENCE QUE POUR FORMER UN ORTHODOXE!"

Ce n'est certes qu'une affirmation et me concernant, je ne peux pas le prendre mot pour mot!Si je pense effectivement,sur le plan politique, être un hérétique, je ne suis sûrement pas plus intelligent que bien des idéologues obtus de gauche ou des soumis de le droite honteuse et intellectuellement soumise aux commissaires du politiquement correct!Mais,compte tenu de mon parcours,intellectuellement formaté par la bien-pensance de gauche bobo,je pense qu'il est indispensable de réfléchir et de ne pas prendre pour argent comptant ce que le gauche et les médias dominants véhiculent comme mot d'ordre et message.Il est indispensable d'avoit conscience que certains sujets sont minimisés,occultés er que d'autres sont montés en épingle.Pour devenir un hérétique au sens d'Edouard Herriot, il faut réfléchir,recourir au sens critique,et ne pas gober les bobards.En un mot comme en cent,faire fonctionner ses neurones.Et sans doute dix fois plus que le gauchiste décérébré qu que le type de droite tétanisé par les anathèmes lancés par les "élèves" de Staline...

Depuis que j'ai compris cela, les vociférations des aboyeurs du système ne font que renforcer ma détermination!

Que ceux qui ont compris se gardent autant que faire se peut, de jouer le jeu voulu par le pouvoir au service de la domination de l'hyper classe mondiale!

La passivité que nous voyons autour de nous n'est pas un motif de résignation.Que ceux qui ont compris refusent de se soumettre.Le mot est très fort,mais, il faut entrer en "RESISTANCE" ou au moins s'inspirer de l'esprit qui a animé les résistants.

Le pouvoir craint par-dessus tout les gens qui réfléchissent par eux-même!

Martinez avait appelé à voter Macron,maintenant il organise des manifs contre la politique de celui-ci.N'ayant pas voté Macron, je ne me rendrai à aucune manif où la CGT sera présente.Je ne vois pas pourquoi je ferai nombre et contribuerai à faire le succès de Martinez...

La CGT fait partie du système! A mes yeux elle n'a plus la moindre cérédibilité et, je n'ai pas envie de vivre un pays qui s'inspire du Venezuela après avoir reçu des millions de gens attirés par le système social qui distribue à tort et à travers!

Bien cordialement.
Dernier commentaire publié pour cet article
"le français moyen doit subir, et il subit..." @Pouf1 A l'évidence le Français moyen doit subir sans moufter!Et tant qu'il accepte de subir le "vivre ensemble" prôner par des gens qui se gardent de le pratiquer pour eux-mêmes et les leurs,pour nos idéo  Lire la suite
Attilio - 09/04/2018 à 07:36 GMT
Top articles
Derniers Commentaires
Démondialisation. Comment Trump vient de tuer l’OMC !
12 déc.Saphir
La mondialisation c'est avant tout le dollar comme monnaie de réserve et son extraterritorialité, je n'ai ni vu ni entendu Trump tenter d'y changer...
Pourquoi la théorie du réchauffement climatique doit nous faire rir...
20 nov.Louis L.1
Saoulez vous et fumez sans la moindre retenue car il est formellement prouvé que cela est sans incidence sur le taux de mortalité qui demeure obsti...
L'illusion de la gratuité
19 nov.zelectron
Même Hollande s'était fendu d'un : c'est gratuit, c'est l'état qui paye.
Propriété menacée. La société de l’usage, c’est la société du serva...
19 nov.zelectron0
L'ignominie de cette proposition montre à quel point le communisme a laissé des traces quasi- indélébiles pour les débiles de la société.
Or, pourquoi ça baisse, pourquoi ça va monter ensuite !
14 nov.Alain J.
et pourquoi çà monte et çà baisse ensuite Il y a 10 ans l'article ci dessus aurait pu s'écrire ... mais autrement. Je suis les articles sur l'o...
Comment on a étranglé la Grèce. Mediapart
15 nov.Patrick W2
La video doit être absolument regardée. Je l'ai vue, et j'ai envie d'acheter le livre de Varouflakis " Conversations entre Adultes" et de voir...
Or, pourquoi ça baisse, pourquoi ça va monter ensuite !
13 nov.blitzel
Ahahah, ils veulent nous saborder le "mental." Erreur aujourd'hui mercredi 13 pleine lune sur la dégringolade des cours des banques, Elles ...
Pour « sauver la planète », l’industrie tue les campagnes. Reporterre
13 nov.blitzel
Article impeccable. Un 11 novembre dans les labours Quand j'entends cela, cela nous rappelle, "aux oreilles de nos ancêtres dans les tranc...
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX