Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Alors que la France coule, la majorité délire, et l’opposition dort

IMG Auteur
Publié le 06 novembre 2014
812 mots - Temps de lecture : 2 - 3 minutes
( 17 votes, 4,6/5 ) , 5 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
5
commenter
Notre Newsletter...

Vous le savez, la situation économique du pays se dégrade semaine après semaine. Le chômage empire, les chiffres du pouvoir d’achat sont désastreux, le mal logement s’amplifie, et, pire encore, aucune perspective crédible d’inversion ne se dessine. Nos politiques ont ils vraiment pris la mesure du désastre qui s'annonce ?

Vous le savez, la situation économique du pays se dégrade semaine après semaine. Le chômage empire, les chiffres du pouvoir d’achat sont désastreux, le mal logement s’amplifie, et, pire encore, aucune perspective crédible d’inversion ne se dessine.

Ce tableau général est largement corroboré par mes contacts, au plan local, avec la société civile. De toutes parts m’arrivent des bruits d’amplification du marasme ambiant. Rien de statistique, mais les dépôts de bilan ou fermetures d’activités de petits commerces se poursuivent à rythme soutenu, les ventes immobilières sont atones, de nombreux petits employeurs affirment avoir dû comprimer leurs effectifs, etc, etc, etc.

Pendant ce temps, que proposent ministres et députés de la majorité ? Ont-ils pris la mesure de l’abîme qui se présente à nous ? Jugez par vous même :

Le gouvernement annonce un recours accru aux contrats aidés, 80 000 de plus en 2015. On ne sait évidemment pas comment ces contrats seront financés, et naturellement, aucun ministre ne semble vouloir tenir compte du fait qu’aucun plan antérieur de contrats subventionnés n’a produit la moindre baisse du chômage.

Fleur Pellerin, qui n’a pas plus lu Bastiat que Modiano, annonce une taxe fantastiquement intelligente sur les cartouches d’encre pour financer un conseil national du livre dont j’ignorais l’existence, mais sans lequel, n’en doutons pas, pas un seul livre ne se vendrait encore…

Deux députés PS, Sylviane Bulteau et Jean Cresta, demandent « subtilement » au ministre des finances s’il envisage de « réguler » les ventes immobilières de particulier à particulier en ligne, arguant que ces ventes, échappant aux réseaux traditionnels, engendreraient un « manque à gagner » de 312 millions d’Euros en taxes. Naturellement, ils ne se demandent pas ce que les usagers du bon coin font de ces 312 millions de « non-manque à gagner ».

N’oublions pas le petit amendement chafouin obligeant les entreprises voulant engager des stagiaires à obtenir un certificat auprès de l’inspection du travail.

Ai-je mentionné que l’usine à gaz du compte de pénibilité entrait dans sa phase de mise en œuvre opérationnelle ?

La clause de la loi Hamon obligeant toute entreprise cherchant un repreneur à avertir les salariés en avance entre en vigueur en novembre, et ne sera pas supprimée.

Un amendement renforce la répression contre tous ceux qui prétendent s’affranchir du monopole public le plus dispendieux et inefficient qui soit, l’assurance maladie connue sous le sobriquet de sécu. Il vaut mieux cambrioler des maisons que militer pour la liberté de choix des assurances sociales dans ce pays.

Et enfin, cerise sur le gâteau, un certain Gérard Bapt, député PS, a fait passer un amendement conduisant à assujettir les dividendes de SA/SAS versés aux dirigeants et créateurs, aux charges sociales, plus de 60% de taxes sur une masse qui subit déjà un des Impôts sur les Sociétés parmi les plus élevés du monde. « Entreprenez, entreprenez, il en restera toujours quelque chose… pour l’État ! »

Bref, on oscille entre gesticulation ridicule et taxation mortifère, laquelle achèvera de tuer toute velléité d’investissement productif de moyen et long terme dans notre pays. Alors que celui-ci aurait besoin de voir l’énergie de ses entrepreneurs libérée, tout semble fait pour les étouffer. M. Valls ne sait que répéter l’acronyme « CICE, CICE » dont les 40 milliards qu’il représentera, dit-on, dans 3 ans, ne sont encore qu’une promesse. L’ambition réformatrice du gouvernement paraît bien pâle, et sa majorité semble prête à multiplier toutes les imbécillités pour rendre son travail encore plus ardu.

Le chef du gouvernement se dit « pro business » ? Pourtant, il n’a pas empêché l’amendement Bapt de passer. La droite ? Elle devait dormir, puisque ce n’est que 5 jours après le vote de l’amendement qu’un député UDI, J.-C. Fromantin, s’est aperçu de cette hérésie, félicitations tout de même à lui pour avoir su sonner le réveil. Quant à l’UMP, les dirigeants dorment encore. Prompts à mobiliser leurs troupes contre le mariage gay, issue ô combien secondaire, quoiqu’en pensent les plus conservateurs de mes lecteurs, ils sont en revanche incapables d’alerter les foules contre un assassinat délibéré de l’économie française par des idéologues économiquement aux abois. Le même reproche vaut contre les organisations patronales, qui auront attendu 6 jours après le vote de l’amendement Bapt pour se rendre compte qu’il y avait peut être un léger souci…

Si l’opposition est d’un niveau tellement faible qu’elle ne peut même plus réagir correctement aux hérésies nées dans les rangs de la majorité, on ne voit pas comment un changement de politique positif pourrait émerger de la fin du décidément désastreux quinquennat de François Hollande.

Pauvre France.


Données et statistiques pour les pays mentionnés : France | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : France | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4,6 (17 votes)
>> Article suivant
Vincent Bénard, ingénieur et auteur, est Président de l’institut Hayek (Bruxelles, www.fahayek.org) et Senior Fellow de Turgot (Paris, www.turgot.org).
Voir son site webFaire une donation
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
"les ventes immobilières de particulier à particulier ... engendreraient un « manque à gagner "

Quand je traverse la ville à pieds, j'engendre un manque à gagner modeste pour les compagnies d'autobus et important pour les compagnies de taxis.

Un prochain petit péage sur nos trottoirs devarait remédier à cela, et répartir jûûûûstement mes fonds économisés puis saisis entre les différentes compagnies que je n'aurai pas eu le plaisir de solliciter.
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
L'opposition dort:

dans un système d'alternance consentie, c'est précisément le rôle qui lui est confié.
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
La nef des fous évoluant vers le radeau de la méduse . . .
Rien que du bonheur !
Evaluer :   3  0Note :   3
EmailPermalink
Bonjour

D'après ce que vous écrivez ,je dois comprendre que nos hommes politiques sont incapable de gérer notre pays. Alors pourquoi ne prennent-ils pas conseils auprès de spécialistes en économie ?... Seraient-ils aussi stupides que leur position sociale les prive de toute intelligence , de bon sens, de logique et de créativité. Ce que je pense en réalité c'est qu'ils savent qu'ils ne dirigent plus et font semblant de croire qu'ils détiennent encore un pouvoir.La réalité c'est qu'ils sont mis à l'index par des forces financières et qu'ils touchent des dividendes pour qu'ils se taisent.. " Rester en place vous serez bien nourris, et quand au peuple qu'il soit dans la misère peu importe puisque la poignée de milliardaires détiennent les richesses et se partagent le pouvoir et le gâteau. Nos hommes politiques sont à la solde des milliardaires qui dictent le sens à adopter pour la gérance du pays et pour obtenir la servilité des peuples. On le constate ,dans une éducation de plus en plus désuète. Abêtissez le peuple en ne l'éduquant point et vous pourrez le gruger à loisir. Vous éviterez ainsi les grèves, les révoltes, et vous le mènerez là où bon vous semble en leur faisant croire qu'il sont libres mais redevable de cette liberté en travaillant jusqu'à l'épuisement et la mort sans toucher le moindre sous d'une retraite due. Donc bas salaire et sans retraite, voilà le mérite d'une liberté utopique, et de la constitution de la richesse pour une poignée d'hommes peu scrupuleux. Ce n'est pas une affaire de nullité politique mais bien une volonté intelligente de destruction. Je vois là une vengeance d'un peuple sur un autre peuple alors pour comprendre regardez dans le passé et vous aurez la réponse......
Evaluer :   4  0Note :   4
EmailPermalink
Nicola Beytout : La leçon de l'échec d'Obama s’adresse à la droite française : s’il est vrai que Barack Obama a accumulé les revers sur des points essentiels de son programme (réforme de santé, politique d’immigration, Guantanamo, place et rôle dans le monde, contrôle des armes, climat, budget fédéral, etc.), il n’en a pas moins été réélu, il y a deux ans, pour un second mandat. A l’époque déjà, la magie du « Yes we can » s’était évaporée. Mais le parti Républicain était en miettes et aucun leader n’en émergeait. Moralité : on peut être un piètre président et être réélu, faute d’opposition crédible.
Evaluer :   6  0Note :   6
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
"les ventes immobilières de particulier à particulier ... engendreraient un « manque à gagner " Quand je traverse la ville à pieds, j'engendre un manque à gagner modeste pour les compagnies d'autobus et important pour les compagnies de taxis. Un procha  Lire la suite
Pâris - 07/11/2014 à 11:55 GMT
Note :  2  0
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX