Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Au revoir, Liberté

IMG Auteur
Publié le 21 décembre 2012
504 mots - Temps de lecture : 1 - 2 minutes
( 13 votes, 4,7/5 ) , 4 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
4
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux

 

 

 

 

La race humaine, sous sa forme économique la plus avancée, engendre sa propre euthanasie. Les Etats-Unis, le Royaume-Uni, l’Europe et le Japon adoptent des politiques économiques qui déboucheront sans conteste sur la destruction totale de leurs devises. Et si vous détruisez votre moyen d’échange destiné à l’achat de biens et services, votre population finit par mourir de faim. La classe politique et les établissements du gouvernement nous précipitent vers une fin tragique. Bien loin d’être les guides de nos sociétés, ils en sont les destructeurs.


Nous attendons tous de notre gouvernement qu’il prenne soin des besoins auxquels nous subvenions autrefois par nous-mêmes, puisque nous pensons naïvement qu’il est notre servant, qu’il porte nos intérêts à cœur et qu’il peut nous offrir ce dont nous avons besoin. Collectivement, nous avons choisi non pas la coopération sociale mais la désintégration et la destruction ultime de la société dans son ensemble. Nous avons tant oublié quels sont nos intérêts réels que nous sommes aujourd’hui complètement désorientés. Nous avons pu voir d’autres nations détruire leurs structures économique et sociale, mais nous refusons d’accepter que cela puisse se passer chez nous.


Lorsque la réalité nous est jetée à la figure, nous nous contentons de l’ignorer. L’Etat contrôle la monnaie et les prix. Il rend les calculs économiques complètement insensés. Il nous dérobe notre propriété au nom de la communauté et en dispose à sa guise. Il n’y a rien de nouveau dans tout cela : Keynes lui-même préconisait l’euthanasie du rentier et de l’épargnant dans sa Théorie Générale, qui est aujourd’hui le Vade Mecum de tout économiste néoclassique. Il conseillait le remplacement de l’investisseur par un Etat dépensier et demandait même à ce que soient plafonnés les profits des entrepreneurs. Voilà 90 ans que nous appliquons les erreurs économiques de Keynes. Sa vision est notre triste réalité.


Le coût de l’application de telles théories est la perte de notre liberté. L’Etat ne nous attribue de la valeur que pour les contributions que nous sommes capables de lui apporter. Nous devons être contrôlés pour notre propre bien. L’Etat ne craindra rien tant qu’il pourra nous soutirer de l’argent et qu’il nous restera assez de liberté pour poursuivre des objectifs non-Etatiques.


Tous les gouvernements cités dans le premier paragraphe commencent à manquer d’argent. Ensemble, ils détruisent leur capital à un rythme accéléré pour pouvoir continuer de survivre. Ils se reposent sur un système de planification commune dans l’espoir erroné de pouvoir un jour s’en sortir, alors que leur seule chance de survivre est en réalité de mettre fin à leurs conspirations et faire face aux problèmes qu’ils ont créés.


L’année prochaine – lorsque les gouvernements les plus faibles commenceront à s’effondrer sous le poids de la réalité économique – lorsqu’ils ne pourront plus dissimuler l’insolvabilité de leurs systèmes bancaires, les gouvernements les plus puissants séquestreront les ressources qui resteront encore entre les mains de leurs citoyens pour leur venir en aide, comme le fait l’Allemagne aujourd’hui.


Pour paraphraser Macbeth : ‘C’est un conte plein de son et furie, ne signifiant rien’.

 

 

Données et statistiques pour les pays mentionnés : Etats-unis | Japon | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Etats-unis | Japon | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4,7 (13 votes)
>> Article suivant
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
Un problème de l'Europe est qu'elle ne produit pas grand chose... à part la Norvège qui produit du pétrole, et sinon y en a un peu avec du gaz dans la Mer du Nord... mais à part ça ?
- Pas de terres rares
- Pas d'uranium
- Pas d'or, argent, diamants

Il reste des mines de charbon, mais ce n'est pas très propre..
Ou alors faudra se remettre dans une économie basée sur le bois, on en a replanté beaucoup (y a plus de surfaces boisées en Europe que depuis 2-300 ans)

Bientôt d'autres pays seront à sec (surtout au Moyen Orient).

Un empire, soit il produit, soit il exploite ceux qui produisent.... si les USA ont attaqué l'Irak en 2003, c'était pour "s'asseoir" sur les réserves de pétrole (et pas pour les exploiter immédiatement) et faire en sorte que les Chinois ne les aient pas.
Il y a eu des révolutions dans le monde arabe....comme par hasard, c'est dans les pays qui produisent le plus de pétrole que c'est le plus violent (guerre en Libye, avec assassinat de Kadhafi - guerre en Syrie.... par contre en Tunisie c'était vite réglé, en Egypte ça traîne un peu mais ils s'en sont encore bien sorti malgré tout, au Maroc c'était réglé en moins de deux). Il y a des forces extérieures qui essaient de manipuler discrètement ces pays producteurs de pétrole afin de les garder ou faire tomber dans leur giron...
Peut-être même qu'une guerre indirecte oppose les USA et le pays de l'Orient (Chine, Russie) en ce moment même en Syrie, mais que cela est tu, ou caché derrière les apparences délicates de fanatiques islamistes contre méchant dictateur qui a des armes chimiques.
Evaluer :   5  2Note :   3
EmailPermalink
Faux , la france produit un modèle de société qui est envié dans le monde entier.
Y en a marre, c’est le cri de guerre des anars, sous la bannière de gens comme Ferré, Brel, Brassens ou même, à certains moments, Ferrat. Y en a marre de l’hypocrisie, des mensonges, qui ne servent qu’à détourner l’attention sur des pseudo-larcins pour mieux couvrir des vols de grande envergure.

« Y en a marre » est le cri de révolte de ceux qui en ont assez d’être pris pour des c…s et des idiots. Y en a marre des diversions sur le mariage homo, le vote des étrangers, les affaires Cahuzac, les expéditions au Mali et autres.

Entendons-nous bien, avant d’être anar, il faut être démocrate. Tout comme avant d’être bourgeois marchand, il fallait être féodal. L’histoire, c’est l’histoire d’un progrès balbutiant et il ne faut pas rater les étapes. Donc, d’abord et avant tout, ce qu’il faut réclamer, c’est la démocratie. La souveraineté du peuple contre la représentation mystifiante et aliénante. Il faut refuser ces cliques qui récupèrent la raison d’Etat et s’en servent pour vous mettre au pas.

Y en a marre de de la grande campagne de la moralité fiscale qui lave plus blanc, sauf les comptes des hommes politiques, dont je me fiche; les comptes des banquiers offshore, dont je ne me fiche pas. Ce qui est important, ce ne sont pas les faiblesses humaines, mais… le système. Le système de la connivence cher à des précurseurs comme Montaldo, le système klepto-maffieux.

Tout le milieu politique ment, triche, sur ses ressources, sur ses revenus réels, sur l’origine des fonds de campagne; on triche sur le financement des services de renseignements, sur le financement des grands contrats d’exportation, sur les moyens de réaliser les grosses transactions d’Etat, sur le financement des amitiés africaines, sur tout, tout. Et même sur les ressources des maîtresses, des larbins et des enfants adultérins. On ment pour financer les journaux amis; on ment pour acheter les alliances et ralliements, on ment pour arroser les syndicats.

Depuis 40 ans, nous avons été au cœur de toutes ces dérives, nous avons connu celles de la bande d’Edgard Faure, celles des amis de Giscard; celles des TPG, celles des Tribunaux de Commerce, celles des différents ministres du budget, même ceux du Général, nous avons assisté à la constitution d’un trésor de guerre pour Bérégovoy quand ses amis francs-maçons le pressaient de faire une cagnotte pour le cas où il se présenterait à des présidentielles, nous avons vu passer l’argent des fonds publics et bancaires pour financer les entreprises défaillantes proches des Pouvoirs, les entourloupes des Ciasi et autres, pour financer un candidat Front National face à un radical de droite, etc. etc. Nous omettons bien entendu l’essentiel, trop précis, car notre but n’est pas de scandaliser, de stigmatiser, mais de dire haut et fort que la France fonctionne comme cela. Tout le système du Pouvoir fonctionne sur l’argent occulte. Tout ce qui dépend du Pouvoir, tout ce qui conduit au Pouvoir fonctionne de la même façon.

Alors, y en a marre que l’on tape sur Cahuzac et que l’on s’en serve pour renforcer les contrôles sur les citoyens, les terroriser fiscalement, les démoniser. L’affaire Cahuzac a une fonction systémique, celle de faire peur aux citoyens et de faire entrer dans leur tête que frauder le fisc est un crime, que l’Etat est légitime à confisquer ce qui ne lui appartient pas. On désigne un coupable et on le marque d’infamie pour crédibiliser la terreur fiscale, pour affirmer que tenter de conserver son argent est un crime et, en même temps, autoriser la mise en place du Panopticon fiscal, voire bientôt institutionnaliser la délation. Le tout pour masquer la vraie politique en cours, le grand transfert des richesses le plus important que l’histoire ait connu, celui des citoyens vers les banques d’abord et l’Etat ensuite. Le grand transfert qui sert à financer la prise et le maintien au pouvoir d’une élite illégitime, à acheter les voix des marginaux qui constituent les troupes d’appoint de la pseudo-démocratie et du réel remplacisme. L’affaire Cahuzac, c’est la Grande Inversion, elle devrait terroriser les Pouvoirs, elle leur sert à terroriser les citoyens tout en se maintenant en place.


BERTEZ

Athènes ne veut toujours pas de mosquée !
L’Église veille au grain : le métropolite Séraphin du Pirée a déclaré que « la Grèce a souffert de cinq siècles de tyrannie musulmane sous le pouvoir turc. Construire une mosquée serait une insulte pour les martyrs qui nous ont libérés. » Un message qui passe davantage que celui des politiques, car le clergé orthodoxe – qui aujourd’hui se charge de nourrir les plus démunis – a été de tout temps proche du peuple, l’aidant à reconquérir sa liberté et à secouer quatre siècles de joug ottoman.
Le voisin ottoman n’est d’ailleurs pas à une provocation près : le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdoğan, a eu le toupet de proposer, en février dernier, de financer la construction de la future mosquée d’Athènes. Un peu héroïquement, le trop fier Antónis Samarás a refusé l’offre, rappelant poliment à son homologue des rives du Bosphore que la Turquie ne respectait guère les minorités religieuses dans son pays. Hormis l’islam, pas de salut ! Elle refuse surtout de reconnaître un statut légal au patriarche œcuménique de l’Église orthodoxe – « pape » des orthodoxes grecs à travers le monde – qui, malgré toutes les vexations, siège courageusement à Constantinople depuis le Ve siècle. Même si « Sainte-Sophie la putain », comme l’appellent les Grecs, est devenue une mosquée, puis un musée.
Déjà, à la veille des Jeux olympiques de 2004, l’Arabie saoudite avait joué les « souteneurs », en proposant de construire un centre culturel islamique et une mosquée à proximité de l’aéroport. On imagine l’impression que cela aurait donnée aux visiteurs arrivant à Athènes. Bienvenue chez Allah ! Malgré le feu vert du gouvernement socialiste de l’époque, les autorités locales du parti conservateur et les habitants s’opposèrent au projet. Ils érigèrent une croix de trois mètres de haut à l’endroit proposé pour la construction, ce qui exorcisa à tout jamais les velléités de Riyad. Le projet de rouvrir une ancienne mosquée au pied de l’Acropole en 2006 se heurta à la même opposition des habitants, malgré l’avis favorable de la municipalité d’Athènes.
Des minorités islamiques se sont parfaitement intégrées à la vie grecque, ce qui – hélas Hellas ! – n’est pas le cas des musulmans d’Athènes – environ 300.000 – la plupart sans papiers, d’origine pakistanaise ou albanaise et que la crise a souvent jetés dans la délinquance.
Dernier commentaire publié pour cet article
Athènes ne veut toujours pas de mosquée ! L’Église veille au grain : le métropolite Séraphin du Pirée a déclaré que « la Grèce a souffert de cinq siècles de tyrannie musulmane sous le pouvoir turc. Construire une mosquée serait une insulte pour les mart  Lire la suite
MI - 19/08/2013 à 05:23 GMT
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX