Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Au secours, ils veulent la peau du libéralisme !

IMG Auteur
 
 
Publié le 10 novembre 2014
666 mots - Temps de lecture : 1 - 2 minutes
( 7 votes, 3,6/5 ) , 7 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
[titre article pour referencement]
0
envoyer
7
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Article du Jour

 

 

 

 

Ce collectif regroupe plus d'une trentaine d'associations et de think-tanks libéraux (parmi lesquels Students for Liberty, Think Libéral Sciences Po, Génération Libre, l'Iref, l'Institut Turgot, Institut économique Molinari…).

________________________________________

La série Capitalisme, diffusée par Arte du 14 au 28 octobre, s'est confondue en amalgames intellectuels dommageables pour cette chaîne qui nous a habitués à des émissions de qualité. Les six épisodes ont été présentés comme une histoire objective ; ils débouchent sur un discours partisan à charge. Dans sa série de reportages sur l'économie du troc, Arte avait pourtant su montrer que l'initiative spontanée peut répondre efficacement aux défis du temps présent.

Ce capitalisme de connivence est unanimement critiqué par les défenseurs de l'économie libre. S'il existe un capitalisme d'État, Arte le confond avec le libéralisme.

Ici, l'affiche annonce qu'il s'agit de comprendre la mécanique du capitalisme présenté comme «le plus grand des prédateurs». Un discours biaisé et partisan: des raccourcis malhonnêtes laissent entendre que l'esclavagisme est une émanation quasi parfaite des idées «libérales» d'Adam Smith alors que celui-ci a été l'un des premiers philosophes à s'engager contre l'esclavage. Il est d'ailleurs cité aux côtés de Victor Schoelcher au Mémorial de l'abolition de l'esclavage à Nantes.

Il n'est pas acceptable que l'argent de tous serve à financer l'idéologie de certains. Les économistes interviewés sont tous politiquement engagés et le socialiste Thomas Piketty est accueilli comme le seul «expert économiste», lui dont les ouvrages sont dans la veine d'un matérialisme scientifique qu'il veut réhabiliter alors même que l'émission accuse le libéralisme de s'être constitué comme une science qui se veut infaillible.

L'enfer est pavé de bonnes intentions mais Frédéric Bastiat nous a appris à distinguer entre ce que l'on voit et ce que l'on ne voit pas.

Il y a bien un capitalisme dévoyé fondé sur les liens incestueux entre le pouvoir et l'argent, le vrai désastre d'un capitalisme de connivence systémique à la française dont nous subissons lourdement les conséquences aujourd'hui. Subventions, protections légales pour éliminer la concurrence, fiscalité avantageuse: certaines entreprises et nombre de professions «réglementées» obtiennent de l'État des privilèges législatifs, administratifs ou fiscaux qui faussent l'équilibre du marché, figent des inégalités.

Mais ce capitalisme de connivence est unanimement critiqué par les défenseurs de l'économie libre. S'il existe un capitalisme d'État, Arte le confond avec le libéralisme qui, lui, puise ses sources dans une vision philosophique qui défend la liberté pour chacun, le respect individuel et réciproque, l'État de droit pour tous, sans aucun privilège particulier. Le capitalisme libéral a été à l'origine de la richesse des nations et il continue d'innover, comme le montrent les solutions nouvelles propres aux échanges entre individus en dehors de chemins balisés par l'État.

Pour toutes ces raisons, ce collectif partisan de think-tanks et d'associations étudiantes s'engage dans la campagne de sensibilisation.

Respectueux, précisément, de la liberté de chacun, nous ne remettons pas en cause la possibilité pour certains de penser que leur idéologie doit s'appliquer avec toujours plus de coercition. Mais nous ne voulons pas qu'ils le fassent avec notre argent. Ou du moins, lorsqu'une chaîne publique aborde des sujets sensibles, qu'elle veille à ouvrir le débat à toutes les sensibilités, sans considération des clivages politiques traditionnels qui n'ont pas leur place dans ce débat que nous situons plutôt entre, d'une part, constructivistes de droite et de gauche, et, d'autre part, libéraux partisans d'une société libre.

Les libéraux en ce sens ne veulent ni de l'intervention de l'État dans les choix de vie des individus, ni de son intervention dans la vie économique. Ces libéraux ont d'ailleurs souvent eu à siéger à gauche au cours du XIXe siècle, comme ne le rappelle pas le cycle d'émissions.

Pour toutes ces raisons, ce collectif partisan de think-tanks et d'associations étudiantes s'engage dans la campagne de sensibilisation sur twitter #ArteCliché. Du vendredi 31 octobre au dimanche 2 novembre, des signataires du collectif ont publié des articles sur Contrepoints parce que nous jugeons qu'il est de notre devoir de répondre à certains amalgames, et ce pour le bien du débat public.

 

 

<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :3,6 (7 votes)
>> Article suivant
Cécile Philippe est docteur ès sciences économiques de l'Université Paris-IX Dauphine et d'un Desup en gestion des entreprises dans les pays en développement. C'est au sein d'un think tank américain qu'elle a terminé sa thèse portant sur les théories de l'information et l'émergence d'un marché de l'information sur Internet. De retour en Europe, elle a crée en 2003 l'Institut économique Molinari, dont elle assure depuis la direction. Auteur d'un grand nombre d'articles publiés dans des journaux aussi bien francophones qu'anglophones, elle a publié en 2007 son premier livre aux Éditions JC Lattès intitulé "C'est trop tard pour la terre". Le livre s'intéresse aux questions d'environnement et cherche à mettre fin à un certain nombre de mythes, en particulier celui qui consiste à croire que réglementation et taxation vont de pair avec amélioration de l'environnement. Elle est intervenue à maintes reprises à la radio (BFM, RFI, etc.) et à la télévision (France 3, LCI, etc.) sur des questions de politiques publiques.
Voir son site webS'abonner à ses offres
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
Chère Cécile Philippe,

L'engagement d'Adam Smith contre l'esclavage ne prouve rien sur le destin de ses idées et leur développement peut tout de même très bien conduire à une situation d'esclavage telle que nous la voyons aujourd'hui, sous une forme ou sous une autre, selon les pays. Le communisme aussi ça présentait plutôt bien, au départ. A l'arrivée, c'est l'échec historique de la raison, parce que les forces de l'histoire - soit, les tendances lourdes de l'esprit humain - ne s'appliquent pas sur ce registre. Toute analyse est par là condamnée. Le libéralisme ne s'équilibre pas tout seul, les marchés sont soumis à des contraintes passionnelles qui conduisent à la tyrannie. Si ce n'était le cas, la solution aurait été trouvée depuis longtemps: des gens très très intelligents ont vécu, bien longtemps avant nous, et leur intelligence (leur "raison") ne leur a au mieux servi qu'à s'enrichir personnellement - pour les moins ambitieux d'entre eux -, les autres n'ont jamais réussi à changer le monde. Avoir conscience de cela, c'est déjà se libérer: le but de la vie n'est pas de changer la vie. Elle change, quoiqu'on fasse. C'est un peu comme si l'on disait que la fonction d'un moule est de changer de forme. C'est tout simplement quelque chose qui n'arrivera pas, les choses iront leur train, de ci de là et le chaos régnera encore. Le but de la vie c'est de se connaître soi-même et c'est ça qui s'appelle liberté. Tout le reste n'est que passion, n'est que prison.
Evaluer :   1  2Note :   -1
EmailPermalink
Je ne partage absolument pas votre opinion.

La difficulté avec le libéralisme est qu'il est totalement contra intuitif pour la plupart des gens et qu'il lutte intellectuellement contre une propension naturelle de l'etre humain à préférer la protection à la liberté.

Evaluer :   6  1Note :   5
EmailPermalink
"une propension naturelle de l'etre humain à préférer la protection à la liberté"

Ah bon ?
Ou alors je ne suis pas un humain (?)
Ou bien mes sentiments spontanés ne sont pas naturels (?)
Mais alors quoi ? Ils sont frelatés ou sur-naturels ? (et qui pourrait bien avoir un intérêt à m'avoir insinué ces sentiments à mon insu ??)

expliquez-vous, expliquez-moi!
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Je vous prie d'accepter mes excuses : j'aurais du écrire : "de la majorité des êtres humains". Majorité dont vous ne faites manifestement pas partie.
Evaluer :   2  1Note :   1
EmailPermalink
On est d'accord, le libéralisme est une supercherie dont se gargarisent nos dirigeants actuels faute de vision.
Evaluer :   0  1Note :   -1
EmailPermalink
Chère Cécile, le libéralisme tel que vous le décrivez n'existe pas. Celui qui règne en maitre aujourd'hui (et auquel se réfère Arte je pense) est fait d'un gloubi-glouba de " je perds l'état me renfloue, je gagne et je me garde les bénéfices pour ma pomme".) En ce sens le documentaire d'Arte colle à l'actualité et vous avez tord de dire le contraire... Nous sommes bel et bien dans un capitalisme de connivence sous couvert de libéralisme...
Evaluer :   3  1Note :   2
EmailPermalink
capitalisme de connivence.
L'association (de malfaiteurs?) entre l'Etat et les grands groupes s'appelle le fascisme. Enfin, d'après Mussolini du moins.
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
On est d'accord, le libéralisme est une supercherie dont se gargarisent nos dirigeants actuels faute de vision. Lire la suite
VeroResistance - 04/12/2014 à 01:57 GMT
Note :  0  1
Top articles
Derniers Commentaires
Dépenses sociales : un pognon de dingue
24 juinmerisier
@LOUIS L. Si nous avions des gouvernants avec des baloches (des vraies !) et qui voudraient vraiment faire de l'écologie pour le bien public, ...
Dépenses sociales : un pognon de dingue
24 juinLouis L.2
A propos de sécu, je trouvais un peu fort de café les honoraires de dispensation en pharmacie pour un service inchangé mais je trouve avec effareme...
Dépenses sociales : un pognon de dingue
24 juinmerisier2
@ gloopy La sécu qui coule lentement mais sûrement la France, est un schéma de Ponzi de par son mode de fonctionnement, structure financière à ...
Immobilier : Les Français organisent leur propre misère
24 juinSaphir
Les français, ou les gouvernements français ?
Dépenses sociales : un pognon de dingue
24 juingloopy1
sans doute notre merveilleuse "Sécu" ( qui fut imposée aux Français, sans jamais leur demander leur avis, dans l'immédiate après-guerre ) n'est-ell...
Des élus de plus en plus dangereux
24 juinmerisier1
@ LOUIS L. et gloopy Après vérification, 24h Gold n'a plus publié les cours des Mpx depuis le 09 avril 2019 ! ???????????????????????
Dépenses sociales : un pognon de dingue
23 juinmerisier2
Pas de souci, grâce à Agnès Buzyn (ministre de la santé !) on va avoir la couche supplémentaire avec la prise en charge de la PMA si l'on en croit ...
Des élus de plus en plus dangereux
21 juingloopy3
ce site agonise complètement depuis qu'il a cessé, depuis plus de 2 mois, de publier l'évolution des cours des métaux précieux ( à l'avantage évide...
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX