Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Autoroutes Macron par-ci, dentistes Macron par-là

IMG Auteur
Publié le 11 novembre 2014
1337 mots - Temps de lecture : 3 - 5 minutes
( 9 votes, 5/5 ) , 15 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
15
commenter
Notre Newsletter...

Bon, on rigole, on s’amuse avec Fillon, Jouyet et la contre-performance rigolote de Hollande à la télé jeudi dernier, mais il ne faut pas oublier que les battants, les ouineurs, ceux qui en veulent et qui sont au gouvernement pour redresser le pays, pendant ce temps, ils turbinent à fond les ballons pour un avenir meilleur. Les réformes n’attendent pas et c’est pour cela qu’Emmanuel Macron a mis le turbo, a déclenché les boosters, a écrasé le champignon et a gobé un quatre-heures à moteur.

Et dans les multiples projets que le sémillant trentenaire nous prépare avec la fougue que sa jeunesse permet, on en trouve deux croustillants comme une baguette tout juste sortie du fournil où viennent d’être préparés à la hâte quelques jolis pains constellés du caca des multiples rongeurs qui l’habitent.

Le premier concerne les autoroutes de notre beau pays. On le sait, surtout depuis Ségolène, ces ouvrages majeurs de l’infrastructure française qui ont fait la renommée de notre pays sont, outre des artères vivifiantes amenant la sève routière aux hameaux les plus reculés, des tuyaux pratiques pour des mouvements de fonds entre les sociétés qui les exploitent et l’État. Récemment, de manière aussi fortuite que commode, avec un sens du timing politique qui frôlerait la perfection si les coïncidences n’existaient pas, un rapport de l’Autorité de la Concurrence (organisme d’une neutralité évidemment irréprochable) découvrait et nous avec que ces sociétés autoroutières engrangeaient un bénéfice frisant l’indécence, le tout avec des tarifs en hausse constante, les salauds.

Bien que parfaitement légaux, ces bénéficies furent bien vite considérés comme immoraux, puisque sur le dos des conducteurs, donc du Peuple, dont nos hommes politiques ont à cœur de le satisfaire toujours et en tout point, à commencer par lui en ménager le portefeuille.

24hGold - Autoroutes Macron pa...Ce n’était donc que justice qu’Emmanuel Macron, syntonisé comme pas deux sur les attentes populaires, se fixe comme objectif de remédier à tout ça. Il s’en est donc ouvert dimanche dernier, dans l’émission Capital, et a ainsi expliqué vouloir policer un peu ces brigands modernes qui osent ainsi détrousser le conducteur simplement parce qu’il veut rouler vite — notez qu’on parle toujours de société autoroutières ici, pas de radars automatique, restons concentrés je vous prie. Et pour policer, ce sera facile :

« Nous allons mettre beaucoup plus de pression sur les sociétés d’autoroutes. Ce ne sont pas des mots. Une autorité de régulation, un gendarme, qui agit déjà sur certains transports va étendre ses compétences »

Ah, chouette ! Un gendarme va mettre la pression sur les sociétés d’autoroutes, ça change un peu des gendarmes qui mettent la pression sur leurs clients. Le but ? Il est clairement affiché : faire « baisser les tarifs là où ce sera possible ». Et pour la pression, on va l’exercer sur un point bien particulier :

« Concrètement, année après année, nous allons verrouiller et maintenir la pression pour baisser la rentabilité des sociétés d’autoroutes.« 

Et vlan, prenez-vous ça dans les gencives, salauds de sociétés autoroutières capitalistes ! L’État et Emmanuel Macron vous ont à l’œil, et ça va massacrer de la rentabilité à la tronçonneuse, c’est lui qui vous le dit, parce que tout le monde sait que lorsque le pays est au bord du gouffre, baisser la rentabilité d’une société est le rôle de l’État.

24hGold - Autoroutes Macron pa...

Ne vous emballez pas.

Nous ne sommes qu’à mi-billet (et mi-mandat pour mi-molette, mais c’est sans rapport). Il faut aussi évoquer, même succinctement, l’autre Menu Malin de Manu Macron, qui ne s’arrêtera pas en si bon chemin. Si, pour les sociétés autoroutières, l’affaire est entendue, il y a encore plein de paquets de petits comiques qui ne font rien qu’à faire du bénéfice sur le dos des autres et qui méritent amplement qu’on se penche sur leur cas, en appliquant avec soin et répétitions la nécessaire batte de baseball fiscale pour enfin les remettre sur le droit chemin de l’ascèse socialiste.

24hGold - Autoroutes Macron pa...Et dans ce paquet de comiques, on trouve bien sûr les dentistes. Ces honteux profiteurs n’hésitent pas à facturer leurs prothèses dentaires avec une marge scandaleuse que certains, notamment dans les pays du bloc soviétique il y a 25 ans, auraient jugée suffisante pour un envoi en aller simple vers le goulag le plus proche. Pour résoudre ce problème qui touche toujours plus de personnes et, même le cœur de notre charitable Président au point qu’il les appelle les sans-dents, frère Emmanuel s’est fixé comme apostolat de faire apparaître au grand jour le coût de revient de ces dentiers.

Pour cela et concrètement, le projet de loi de Manu Les Belles Ratiches prévoit d’obliger les dentistes à indiquer sur leur devis le prix d’achat des prothèses qu’ils facturent ensuite à leur patient.

24hGold - Autoroutes Macron pa...

Comme par hasard, les koulaks de la gencive s’y opposent fermement. L’idée est donc forcément bonne, et on peut être certain qu’une fois mise en place, ces salauds de profiteurs du peuple diminueront leur marge sur les prothèses tout en continuant pourtant à sous-facturer les actes conventionnés, c’est évident. Aucun ne choisira de se déconventionner. Aucun ne commettra la bêtise évidente de ne plus faire que les actes les plus rémunérateurs. Et le fait de s’attaquer au prix de la prothèse résout évidemment le problème de la rémunération des dentistes sur tous les actes.

Évidemment que tout va bien se passer !

Mais je dis : Manu, ne visez pas trop petit, allez plus loin ! Obligez toutes les factures, tous les devis, tous les tickets et autres facturettes à faire enfin apparaître les marges pratiquées ! Combien de plombiers se sucrent sur leur devis, hein ? Et les serruriers, qui profitent du malheur d’une clef oubliée dans le canon de serrure ! Et les chauffagistes, notamment ceux du Nord, où les températures polaires l’hiver venu oblige les habitants du cru à s’isoler chaudement !

On peut faire encore mieux : marquons exactement, sur tous les tickets, la proportion de tous les coûts dans l’élaboration du prix final. Y apparaîtra alors tout ce qui part dans les charges sociales et patronales, toutes les lignes de taxes diverses et variées, tous les coûts induits par les ponctions diverses, en ce compris celles de l’état et de ses sbires satellitaires. Ah pour sûr, le méchant burger à 4€ n’aura plus le même goût, avec son coût de 1€ et ses taxes et cotisations à hauteur de 2.85€ ! En faisant apparaître ainsi ces marges et ces coûts de façon claire, le travail du garagiste, d’un charpentier ou d’un chirurgien ressemblera de plus en plus à celui d’un fonctionnaire et les factures, devis ou tickets vont avoir un petit parfum de feuille de paie (encore que non, puisqu’elles vont être simplifiées).

Parce qu’avec son idée, Emmanuel Macron tue deux lièvres d’une seule pierre : celui du profit, suspect, que dis-je, honteux, spoliateur même, et celui de la complexité administrative ; car la simplification passe bien sûr par l’ajout des lignes aux tickets, aux factures et aux devis, ainsi que par les nouvelles procédures imposées à ceux qui en avaient déjà quelques unes à respecter.

Pas de doute, quand on apprend tout ça, on ne peut que pousser un grand « ouf » de soulagement. Certains ne sont pas des bras cassés et, au moins, travaillent d’arrache-pied sans perdre la main sur le sujet. Qu’entends-je dans le fond ? Quoi ? « Marché libre » ? Oh. Quel gros mot.

Bien sûr, les propositions de Manu la Bricole ne résolvent pas les problèmes de l’État obèse, des finances publiques gravement déficitaires, de la croissance en berne ou du chômage galopant, et font semblant de s’attaquer au pouvoir d’achat qui dégringole, conséquence directe de ces problèmes-là. Bien sûr, il s’attaque de travers à la conséquence et pas à la cause. Mais ce n’est pas grave.

N’oubliez pas, le socialisme, vraiment, c’est magique™.

24hGold - Autoroutes Macron pa...

J'accepte les Bitcoins !

19EAMacwwot4jQrrMVyWRM2o6svwyr3X49

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Source : h16free.com
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :5 (9 votes)
>> Article suivant
H Seize écrit sur http://h16free.com ses chroniques humouristiques d’un pays en lente décomposition, et apporte des solutions dans son livre, Egalité, Taxes, Bisous. Dans un monde toujours plus dur, et alors que la crise, la vilénie, les aigreurs et les misères allant de la maladie aux bières tièdes font rage, un pays fait courageusement face et propose toute une panoplie de mesures plaisamment abrasives qui permettront d'aplanir les aspérités, gommer les difficultés et arrondir les angles. Ce pays, rempli de gentils et d'aimables tous les jours mieux pensant, est devenu un véritable phare scintillant dans la nuit noire de l'obscurantisme des méchants et des vilains. Et pour mieux scintiller, il s'est doté d'une devise qui est parvenue à se hisser au rang de slogan, d'accroche et de modus vivendi : pour chacun et pour tous, il faudra de l'égalité, des taxes, et des bisous.
Voir son site webS'abonner à ses offres
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
"Et vlan, prenez-vous ça dans les gencives, salauds de sociétés autoroutières capitalistes ! L’État et Emmanuel Macron vous ont à l’œil, et ça va massacrer de la rentabilité à la tronçonneuse, c’est lui qui vous le dit, parce que tout le monde sait que lorsque le pays est au bord du gouffre, baisser la rentabilité d’une société est le rôle de l’État."

Si cette rentabilité ne sert qu'à ponctionner les portefeuilles des usagers (c'est donc un impôts, mais privé) d'une manière élevée mais sans aucune justification, y mettre un frein est légitime. C'est aussi cela redonner du pouvoir d'achat aux consommateurs.

"Et dans ce paquet de comiques, on trouve bien sûr les dentistes. Ces honteux profiteurs n’hésitent pas à facturer leurs prothèses dentaires avec une marge scandaleuse que certains, notamment dans les pays du bloc soviétique il y a 25 ans, auraient jugée suffisante pour un envoi en aller simple vers le goulag le plus proche. Pour résoudre ce problème qui touche toujours plus de personnes et, même le cœur de notre charitable Président au point qu’il les appelle les sans-dents, frère Emmanuel s’est fixé comme apostolat de faire apparaître au grand jour le coût de revient de ces dentiers."

Vu les déficits de l'assurance maladie, les coût exorbitant des mutuelles, le nombre toujours croissant d'assurés repoussant les soins, voire les abandonnant, c'est logique qu'il y ait une certaine transparence sur les prix, non ? Mais le problème de la juste rémunération des actes standard reste entière !

Évidemment que tout va bien se passer !

"Mais je dis : Manu, ne visez pas trop petit, allez plus loin ! Obligez toutes les factures, tous les devis, tous les tickets et autres facturettes à faire enfin apparaître les marges pratiquées ! Combien de plombiers se sucrent sur leur devis, hein ? Et les serruriers, qui profitent du malheur d’une clef oubliée dans le canon de serrure ! Et les chauffagistes, notamment ceux du Nord, où les températures polaires l’hiver venu oblige les habitants du cru à s’isoler chaudement !"

Pourquoi pas ! Mais ils ne sont pas remboursés par le système de soins français :)

"On peut faire encore mieux : marquons exactement, sur tous les tickets, la proportion de tous les coûts dans l’élaboration du prix final. Y apparaîtra alors tout ce qui part dans les charges sociales et patronales, toutes les lignes de taxes diverses et variées, tous les coûts induits par les ponctions diverses, en ce compris celles de l’état et de ses sbires satellitaires. Ah pour sûr, le méchant burger à 4€ n’aura plus le même goût, avec son coût de 1€ et ses taxes et cotisations à hauteur de 2.85€ ! En faisant apparaître ainsi ces marges et ces coûts de façon claire, le travail du garagiste, d’un charpentier ou d’un chirurgien ressemblera de plus en plus à celui d’un fonctionnaire et les factures, devis ou tickets vont avoir un petit parfum de feuille de paie (encore que non, puisqu’elles vont être simplifiées)."

Je vous laisse le soin de monter une telle comptabilité analytique chez tous les entrepreneurs : déjà que le Code du Travail leur fait peur (enfin, ils savent s'en servir pour virer n'importe qui comme ils l'entendent), vous imaginez le travail ???

"Parce qu’avec son idée, Emmanuel Macron tue deux lièvres d’une seule pierre : celui du profit, suspect, que dis-je, honteux, spoliateur même, et celui de la complexité administrative ; car la simplification passe bien sûr par l’ajout des lignes aux tickets, aux factures et aux devis, ainsi que par les nouvelles procédures imposées à ceux qui en avaient déjà quelques unes à respecter."

Les profits sont à l'étranger, de plus en plus, par les délocalisations directes et par des réseaux de filiales très bien structurés...
Le récent scandale du Luxembourg le montre.

"Pas de doute, quand on apprend tout ça, on ne peut que pousser un grand « ouf » de soulagement. Certains ne sont pas des bras cassés et, au moins, travaillent d’arrache-pied sans perdre la main sur le sujet. Qu’entends-je dans le fond ? Quoi ? « Marché libre » ? Oh. Quel gros mot."

Vous pensez que les marchés sont libres aux USA ???

"Bien sûr, les propositions de Manu la Bricole ne résolvent pas les problèmes de l’État obèse, des finances publiques gravement déficitaires, de la croissance en berne ou du chômage galopant, et font semblant de s’attaquer au pouvoir d’achat qui dégringole, conséquence directe de ces problèmes-là. Bien sûr, il s’attaque de travers à la conséquence et pas à la cause. Mais ce n’est pas grave."

L'obésité des finances publiques sont liées principalement aux sauvetages successifs des banques depuis 2008. Faut-il rappeler les intérêts payés chaque année ?
Le chômage est général en Occident. Merci aussi les délocalisations ! Saviez-vous que la CNAF fait travailler la filiale espagnole de Sopra group pour la maintenance de 60 % du logiciel CRISTAL (qui comporte 6000 programmes informatique) ? Pourquoi ? Pour baisser les coûts. Et la Société Générale délocalise en Inde et au Maroc une partie de son informatique. Pour le LCL, c'est la Pologne.

"N’oubliez pas, le socialisme, vraiment, c’est magique™."

Ne parlez pas de ce que vous ne connaissez pas !
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Incroyable, ces petits cons qui se prennent pour Zorro, qui veulent tout taxer au nom de je ne sais quelles théories fumeuses, qui veulent régenter les citoyens en tous domaines.
Notre Macrounnet national devrait ne pas oublier qu'il vient de chez Rotschild et que les ancêtres de son employeur ont financé sans vergogne pendant la guerre se sécession américiane et les yankees (Rotschild Londres) et les confédérés (Rotschild Paris). Mais bon, peut-être est-il dégoûté de son expérience chez les vilains banquiers ????!!!!
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Mais mon pauvre Merisier, la guerre de sécession, c'est vieux !
Depuis cette époque là ils ont aussi financé les deux côté de TOUS les conflits armés.

Parce qu'on ne lâche pas aussi facilement sa dernière épargne de précaution que quand on sent sa vie ou son pays menacés. Parce que les fourmis (que nous serions) ne travaillent jamais avec autant d'ardeur que quand on leur a cassé leur fourmilière.

Les guerres détruisent du capital et les reconstructions construisent du crédit...
Si le gouvernement voulait faire baisser le prix des péages d'autoroute, il dispose d'un outil imparable, sans foutre ses grosses mains poisseuses dans un marché prétenduement libre:
--- la CONCURRENCE ---

En effet, qu'il laisse les conducteurs rouler plus vite sur les routes à deux et quatres voies, ceux-ci se détourneront NATURELLEMENT des voies privées payantes et les compagnies concessionnaires ne tarderont pas à réagir. (objectif annoncé obtenu)

Mais ne vous laissez pas illusionner par ces menteurs congénitaux:
il n'a JAMAIS voulu la baisse simple des prix de péages.

Ce qu'il veut c'est l'augmentation du trafic autoroutier, afin de générer une augmentation des rentrées fiscales (TVA et TiC ex-TiPP notamment). Le réservoir de croissance du trafic avec péage est encore grand du côté du trafic ordinaire sur route "libre".
Les ronds de cuir du ministère ont calculé l'élasticité du péage. Une baisse des prix (à charge des compagnies) générerait finalement par la hausse du trafic une hausse plus grande de TVA (au profit du gouvernement). Pile tu perds, face je gagne.

De grâce aussi, ne croyez pas qu'il veut "simplement" votre bien ou votre richesse...
il le veut "au pluriel" :
Il veut VOS biens et VOS richesses !!!!!!! RIEN d'autre.

(L'Espagne a récemment expérimenté l'inverse: quand le gouvernement a augmenté les péages, le trafic s'est effondré et les recettes avec. Tué la poule ! Tant pis pour eux.)
Evaluer :   4  0Note :   4
EmailPermalink
Vous etes énervé ou en forme (ou les deux) vous, aujourd'hui
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Il n'y a pas UN jour où ils ne mentent pas !!
Je trouve assez odieux d'entendre des mensonges éhonté "pour mon bien", "pour mon pouvoir d'achat" de la part de gens à qui je ne demande pas de se soucier de moi. Juste de ne pas trop s'occuper de moi.

les gardiens de la paix, au lieu de nous la garder, ils feraient mieux de nous la foutre !

A moins qu'en retour ou en échange je sois chargé de m'occuper du "bien" et du "pouvoir d'achat" du gouvernement ?? (et encore)
Il y a un son de cloche que je n'entend pas: c'est celui de ceux qui sont contre le principe d'une route privée à accès payant.

Pour ce qui est des reventes de dents:
il y a eu des pays et des époques dans lesquels l'artisanat et le commerce étaient séparés. Chacun pouvait ou vendre du travail ou revendre des marchandises, mais pas les deux en même temps camouflés dans une même ligne de facturation.

On a encore les inconvénients de ce système: un garagiste qui vend des heures et des pièces doit s'incrire à la chambre des métiers ET à la chambre de commerce.

Les avantages par contre (transparence des prix) ont disparu.
Evaluer :   3  0Note :   3
EmailPermalink
@ Pâris
Si vous êtes artisan ou agriculteur par exemple, vous pouvez faire acte de commerce en revendant certains produits dont vous n'êtes pas producteur, mais dans une certaine limite de % dont je ne me souviens plus exactement, je crois que ça tournait autour de 30%. A vérifier toutefois.
Dans l'Allemagne depuis Bismarck jusqu'à récemment (années 70-80??) l'artisan qui vendait ses heures pouvait aussi revendre des matières... mais sans marge ni profit ! Au prix d'achat.

En France on paye un pneu cher et on est content d'avoir "montage-valve-équilibrage "offerts" "...
En Belgique, le même pneu vaut 20€ de moins et il faut payer en sus 2€ de valve et 18€ de pose.
Lequel des deux systèmes est le plus transparent et montre le plus justement les efforts de compétitivité ?
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Le seul vrai bon système est celui qui laisse l'entrepreneur libre de former et de présenter ses prix comme il le veut.

Il est donc libre de faire ce qui plaira le plus aux clients pour développer son affaire. Résultat : les clients sont plus satisfaits, et l'entrepreneur développe son affaire. Il n'y a que des gagnants.

Les perdants sont les entrepreneurs qui servent moins bien leurs clients, mais qui s'en plaindra ?
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Je vous suis sur le grand principe et je bute sur l'application à cet exemple là. En effet je suis contre la taxation du travail. Dans cette acceptation du travail je ne compte pas la spéculation commerciale (achat et revente en quantités égales sans transformation). Il est donc nécéssaire à mes yeux de séparer un travail libre d'une revente taxable.
Vous pouvez résoudre l'équation de cette manière : il suffit de supprimer la taxation, que ce soit sur le travail ou le commerce, qui doivent etre également libres.

(bien que, cela dit, j'aie du mal à suivre votre distinction entre le travail et le commerce, comme si le second n'était pas du travail, et que la marge réalisée par un entrepreneur sur une matière première ne faisait pas partie de la valeur ajoutée qu'il crée et que le client reconnait comme telle)
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Je ne sais pas s'il existe un terme technique précis pour ma "spéculation commerciale", dans ce cas merci de me l'apprendre.

Je considère que l'opération d'achat-revente sans transformation ni changement d'échelle (achat puis revente en gros, ou achat puis revente au détail) ni de lieu de vente est sans génie (n'importe quel algorythme le fait très bien).

Une plus-value instantanée, sans risque et TOUTES choses égales par ailleurs, ne mérite pas à mes yeux le titre de valeur-ajoutée, elle est d'ailleurs nécessairement artificielle. Basée sur du copinage, des contre-parties invisibles ou un manque d'information d'un des acteurs, donc en résumé à un marché distordu.

S'il doit y avoir une taxation, je préfère qu'elle porte sur des opérations malfaisantes, des actes présentant des inconvénients, des situations malsaines... et foute la paix aux opérations bonnes, bénéfiques et honnêtes
(comme celle d'un gars qui vend ses heures, rien que ses heures, aussi cher qu'il le peut)

NB: celui qui fait des transactions honnêtes, qui n'a pas à maquiller ni à noyer les poissons, n'a aucune gêne à détailler ses factures. Aujourd'hui déjà quand deux parties d'une prestation portent un taux de TVA , les lignes sont détaillées sur factures sans aucun soucis. Le gaulois apprécie.
Je ne partage pas votre opinion : le simple fait d'analyser la demande, de mettre en œuvre les moyens pour la satisfaire, de prendre les risques associé à l'achat, au transport, le stockage, la distribution, le risque de non paiement) est une opération complexe, un véritable travail qui nécessite des qualités, un investissement et la gestion de risque complexe.

Cela vaut pour le plombier qui vous change un tuyau comme pour l'épicerie au coin de votre rue.

Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
"d'achat-revente sans transformation ni changement d'échelle ... ni de lieu de vente ...Une plus-value instantanée, sans risque et TOUTES choses égales par ailleurs"

"Je ne partage pas votre opinion "

Et bien moi je suis d'accord avec vous ! A mes yeux ce que vous décrivez représente une valeur ajoutée.
Et je ne suis pas incohérent puisque nous n'avons pas parlé de la même chose.
Dernier commentaire publié pour cet article
"d'achat-revente sans transformation ni changement d'échelle ... ni de lieu de vente ...Une plus-value instantanée, sans risque et TOUTES choses égales par ailleurs" "Je ne partage pas votre opinion " Et bien moi je suis d'accord avec vous ! A mes yeux  Lire la suite
Pâris - 14/11/2014 à 11:24 GMT
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX