Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Aux origines du Parti socialiste : Jean Jaurès et la critique de Yves Guyot (2nde partie)

IMG Auteur
Extrait des Archives : publié le 04 juillet 2011
1163 mots - Temps de lecture : 2 - 4 minutes
( 12 votes, 4/5 ) , 1 commentaire
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
[titre article pour referencement]
0
envoyer
1
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Fondamental





(…Précédent)



La réponse de Yves Guyot (1843-1928)


Yves Guyot, contemporain de Jean Jaurès, fut l'un des principaux économistes français partisans du laissez-faire à la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle. Il a commencé sa carrière comme rédacteur en chef de plusieurs journaux et revues à la fin des années 1860 et au début des années 1870. Pendant la Troisième République, il a été élu au conseil municipal de Paris et en 1885 à la Chambre nationale des députés. En 1889, il a été nommé ministre des Travaux publics. Il a succédé à Gustave de Molinari à la direction du Journal des Economistes, il a été président de la Société des Économistes de Paris, membre du Cobden Club britannique et de la Royal Statistical Society, et également membre de l'Académie américaine des sciences sociales et politiques. Ses centres d’intérêt ont été la politique fiscale et l'opposition au socialisme sous toutes ses formes.


Yves Guyot exercera une influence fondamentale sur la détermination de la politique monétaire jusqu’en 1922. En particulier, les articles de Guyot ont convaincu le gouvernement français de renoncer à augmenter la masse monétaire, et ils ont épargné à la France l’inflation qui a détruit l’économie allemande et fut l’une des causes de l’hitlérisme.


Individualisme et socialisme


Dans La Démocratie individualiste, qui date de 1907, Yves Guyot entend démontrer qu'il y a antinomie entre la démocratie et le socialisme. La Révolution a proclamé la liberté individuelle ; selon lui, le socialisme vise à la supprimer, puisqu'il nie le droit des ouvriers à rester en dehors du syndicat et le droit du patron à employer des ouvriers non syndiqués. La Révolution a proclamé l'égalité et supprimé les classes et les castes ; les socialistes les rétablissent et ne s'intéressent qu'à l'une d'elles. La Révolution a proclamé la propriété individuelle ; le socialisme entend l'abolir et veut faire de l'État le seul propriétaire. Dans sa préface, il résume le problème en quelques mots :


L'Individualisme est la doctrine politique d'après laquelle l'Individu est la fin et l'État le moyen. L'Individualisme remplace l'ancienne formule : « l'individu pour l'État » par celle-ci : L'État pour l'individu. L'Individualisme n'admet pas qu'on puisse imposer une contrainte à un individu qui ne fait de mal à personne.


Selon Guyot, le rôle essentiel de l'État est d'assurer la sécurité extérieure et intérieure de la nation. La sécurité intérieure comporte pour chacun la liberté de parler et d'agir, de posséder et de contracter, la protection de sa personne et de ses biens contre tous actes de violence ou de fraude, qu'ils viennent d'individus, de groupes ou des pouvoirs publics. Une société n'est sortie de la barbarie que si l'individu est sûr de n'être ni arrêté, ni condamné sur le caprice d'un pacha ou d'un comité révolutionnaire, de n'être ni assommé, ni volé à un coin de rue soit par un bandit isolé, soit par une bande.


C’est pourquoi l’individualisme combat le vol collectif et légal, qui s'appelle la spoliation et qui est pire que le vol privé. Le mouvement libéral doit regrouper autour de sa doctrine ceux qui sont menacés de confiscations fiscales ou d'être mis à la porte de leurs établissements par des syndicats et des délégués investis de pouvoirs de police.


Jaurès : la négation du droit au nom du bien


Selon Guyot, la conception socialiste est celle du roi de droit divin : faire le bonheur des sujets. « Et à quoi aboutissent toutes les conceptions socialistes ? » se demande Guyot. « A rejeter l’adulte dans la situation de l’enfant, à le faire rétrograder en ce petit être qui ne peut exprimer sa volonté que par ses cris, à le livrer bien emmailloté afin qu’il soit bien sage, à cette marâtre inconnue, la Société, dont l’existence ne pourrait se révéler que par la tyrannie. Changer l’homme en bébé, criant à la Société : maman ! Tel est l’idéal socialiste ! ».

Le socialisme est donc le paternalisme, avec ce défaut : c'est qu'il a pour aspiration, non pas dissimulée, mais proclamée, la spoliation. Il repose donc sur la négation du droit de ceux qu'il dénonce au nom de la lutte de classes.


La thèse de Guyot, c’est donc que Jaurès méconnait le droit. Toute politique socialiste a pour programme la négation de la propriété et, par conséquent, implique l’injustice et la violence aux dépens d'une partie de ses membres. Elle est ainsi en contradiction avec la morale nécessaire pour la conservation sociale.


 Dans son discours des 12 et 14 juin, M. Jaurès a exposé comment se ferait la transition entre la société actuelle et la société collectiviste. D'un côté, il voit quelques grands capitalistes possédant de vastes domaines, de vastes usines, des maisons à loyer, d'un autre côté, la foule des ouvriers et des locataires. Il suppose que les non-possesseurs sont les plus nombreux ; donc ils représentent la souveraineté populaire. Ils sont le droit et la force, poursuit M. Jaurès ; et s'ils ne confisquent pas, au profit de la société, les biens de la minorité, ils font banqueroute ; et avec une sérénité admirable, qui ne paraît choquer personne, il conclut : Cette expropriation constituera une évolution régulière et elle ne saurait constituer une spoliation, puisqu'elle sera légale. Et comme M. Jaurès considère que les spoliés livreront leurs propriétés sans plus de résistance qu'un malheureux tombé au milieu d'une bande d'apaches n'en apporte à donner sa bourse, il considère que l'opération sera pacifique.


Par conséquent, conclut Guyot, le droit pour Jaurès est tout simplement une question de nombre. Dans tout pays soumis au suffrage universel et dont la constitution n'offre pas de barrières, « le nombre ou l'illusion du nombre peut faire la loi, comme le caprice d'un autocrate ou d'un khalife, cette loi fût-elle une loi d'assassinat et de vol. » C’est pourquoi, écrit encore Guyot : « Les socialistes qui veulent user de la liberté politique pour supprimer la liberté économique, la perdraient, s'ils parvenaient à réaliser leur programme ».


En effet, un droit qui ne peut être réalisé que par la violation d’un autre droit n’est pas un vrai droit. Tels sont les droits économiques et sociaux, qui ne peuvent être réalisés que par la servitude réglée d’une partie de la population, les plus riches mais aussi et surtout la classe moyenne. Si l’on accorde aux uns un droit sur ce qui est produit par le travail des autres, cela signifie que ces derniers sont privés d’une partie de leurs droits, et donc condamnés à une forme de travail servile.


Selon Guyot, la démocratie n’est donc légitime qu’à une condition : le respect intégral des droits individuels, qui constituent la seule norme de justice objective. Les seuls droits qui soient inscrits dans la nature des choses humaines, ce sont les droits-libertés (les droits formels, par opposition aux droits matériels). C’est d’ailleurs aussi à condition de respecter ces droits que la prospérité est possible et donc avec elle une plus grande égalité matérielle pour l’ensemble des hommes.



Damien Theillier




<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4 (12 votes)
>> Article suivant
Damien Theillier est professeur de philosophie. Il est l’auteur de Culture générale (Editions Pearson, 2009), d'un cours de philosophie en ligne (http://cours-de-philosophie.fr), il préside l’Institut Coppet (www.institutcoppet.org).
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
100 ans après ce jaurès, après la fin de l'URSS, après les les massacres des populations par les rouges, après toutes ces expériences mortifères, après tout ça, on les a au pouvoir avec plus ou moins d'extrémisme depuis 30 ans !
Résultat : faillite du pays, banqueroute, perte des libertés fondamentales, Lois mémorielles et comportementales à foison etc.

Sarkozy et l'ouverture à gauche, Sarkozy et 500 milliards d'emprunt, Sarkozy et l'accroissement de l'Etat et de ses Lois, Sarkozy saluant Jaurès ! etc.

Hollande je préfère ne rien dire, je vais aggraver ma tension !

Comment cette pensée inique peut elle encore marcher ?

A cause de la masse des ignorants ?

D'ou l'intéret de la REEDUCATION Nationale ! Ha ! J'ai compris...
Evaluer :   0  1Note :   -1
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
100 ans après ce jaurès, après la fin de l'URSS, après les les massacres des populations par les rouges, après toutes ces expériences mortifères, après tout ça, on les a au pouvoir avec plus ou moins d'extrémisme depuis 30 ans ! Résultat : faillite du pa  Lire la suite
Noumounke - 03/07/2014 à 11:17 GMT
Note :  0  1
Top articles
Derniers Commentaires
Pourquoi la théorie du réchauffement climatique doit nous faire rir...
20 nov.Louis L.
Saoulez vous et fumez sans la moindre retenue car il est formellement prouvé que cela est sans incidence sur le taux de mortalité qui demeure obsti...
L'illusion de la gratuité
19 nov.zelectron
Même Hollande s'était fendu d'un : c'est gratuit, c'est l'état qui paye.
Propriété menacée. La société de l’usage, c’est la société du serva...
19 nov.zelectron
L'ignominie de cette proposition montre à quel point le communisme a laissé des traces quasi- indélébiles pour les débiles de la société.
Or, pourquoi ça baisse, pourquoi ça va monter ensuite !
14 nov.Alain J.
et pourquoi çà monte et çà baisse ensuite Il y a 10 ans l'article ci dessus aurait pu s'écrire ... mais autrement. Je suis les articles sur l'o...
Comment on a étranglé la Grèce. Mediapart
15 nov.Patrick W1
La video doit être absolument regardée. Je l'ai vue, et j'ai envie d'acheter le livre de Varouflakis " Conversations entre Adultes" et de voir...
Or, pourquoi ça baisse, pourquoi ça va monter ensuite !
13 nov.blitzel
Ahahah, ils veulent nous saborder le "mental." Erreur aujourd'hui mercredi 13 pleine lune sur la dégringolade des cours des banques, Elles ...
Pour « sauver la planète », l’industrie tue les campagnes. Reporterre
13 nov.blitzel
Article impeccable. Un 11 novembre dans les labours Quand j'entends cela, cela nous rappelle, "aux oreilles de nos ancêtres dans les tranc...
Pour « sauver la planète », l’industrie tue les campagnes. Reporterre
08 nov.Patrick W3
Tout ce que vous notez est trop vrai.!!!....trop sombre, et le véritable drame est que la machine ne s'arrêtera pas, quelque soient les actions men...
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX