Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Billet invité – Une autre contrevérité : les taux d’intérêt bas favorisent la croissance économique

IMG Auteur
Extrait des Archives : publié le 12 juillet 2017
1305 mots - Temps de lecture : 3 - 5 minutes
( 5 votes, 5/5 ) , 2 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
[titre article pour referencement]
0
envoyer
2
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux

Par Charles Gave dont la pensée est toujours salutaire.

Il y a deux semaines, dans la chronique « Lettre ouverte à notre nouveau Président », j’avais essayé de montrer que si le poids de l’État dans l’économie augmentait, alors la croissance économique baissait de façon structurelle.

Dans le papier de cette semaine, je vais m’attacher à prouver (une fois encore) que si les taux d’intérêts sont anormalement bas, alors la croissance économique se met à baisser de façon tout aussi structurelle et qu’il ne peut pas en être autrement. Je ferai cette démonstration en analysant l’économie américaine, mais cela est vrai pour toutes les économies.

Commençons par une définition : je considère que les taux d’intérêts sont certainement anormalement bas si les taux d’intérêts sur les placements sans risques (bons du Trésor à trois mois) ont des rendements négatifs en termes réels. Je m’explique. Si les taux d’intérêts sont à 3 % et l’inflation à 4 %, celui qui aurait épargné 100 se retrouvera avec un pouvoir d’achat d’environ 99 après une année, ce qui veut dire qu’il se sera appauvri.  La banque centrale aura donc procédé à ce que Keynes appelait de tous ses vœux, c’est-à-dire à « l’euthanasie du rentier », car pour Keynes empêcher les gens d’épargner était LA façon de faire croître le niveau de vie. Dans sa « Grande Théorie », les récessions sont en effet créées par l’excès d’épargne. Pour les empêcher, il faut donc simplement ne pas rémunérer les épargnants, voire les spolier.

Dans le graphique suivant, ces périodes «Keynésiennes» de taux d’intérêts réels négatifs sont hachurées en vert.

La ligne en trait rouge représente la hausse du PIB par habitant aux USA sur les 10 années précédentes. Quand la ligne rouge est à 2 % sur l’échelle de gauche, cela veut dire que le PIB US par tête est monté de 2 % par an sur la décennie précédente, ce qui est tout à fait satisfaisant et correspond plus ou moins à la tendance historique qui a prévalu de 1958 à 2005.

La thèse que je vais soutenir est que les taux d’intérêts trop bas entraînent automatiquement un écroulement de la croissance et donc sont l’une des causes des ralentissements structurels, l’autre étant bien sûr une croissance incontrôlée des dépenses étatiques.

Pour prouver le lien de causalité, il suffit de constater que sur le graphique, j’ai avancé de deux ans les périodes de taux d’intérêts bas, ce qui veut dire que si les taux d’intérêts sont anormalement bas, deux ans plus tard la croissance commence à ralentir.

Je précise ce point car la totalité des économistes pensent que les taux bas sont une conséquence de la faible croissance alors même qu’ils en sont la cause.

Comme le lecteur peut le voir en regardant la relation aux États-Unis, nous avons eu trois périodes de taux réels très bas : 1957 à 1959, 1970 à 1980 et 2002 à aujourd’hui et ces trois périodes ont été suivies à chaque fois deux ans plus tard par un véritable effondrement de la croissance structurelle du PIB par habitant.

Et cela est parfaitement logique.

Commençons par une évidence quasiment « philosophique ».

Le taux d’intérêt est LE prix qui permet à la demande d’épargne d’être égale à l’offre d’épargne, un peu comme il existe un prix du blé qui permet à l’offre et à la demande d’être à l’équilibre pour cette matière première. Si le gouvernement, dans sa grande sagesse, décide de fixer le cours du blé à un niveau trop bas, la demande va être supérieure à l’offre et il faudra procéder à des rationnements autoritaires (files d’attente, un peu comme dans la Sécu aujourd’hui). Ceux qui sont proches du gouvernement (dont le rôle dans ce cas est de distribuer les tickets de rationnement) mangeront bien sûr de la brioche tandis que les opposants mourront de faim comme au Venezuela aujourd’hui. Comme le disait l’un de mes professeurs il y a bien longtemps : « Toute société doit choisir à un moment ou à un autre entre la main invisible d’Adam Smith ou le coup de pied dans le derrière de Joseph Staline… »

Des taux d’intérêts « bas » favorisent donc en réalité ceux qui sont « proches » du gouvernement et de la banque centrale, telles les banques d’affaires, qui ont un accès quasiment illimité à l’argent « subventionné », ce qui défavorise bien sur les entrepreneurs qui eux n’ont pas les connections politiques nécessaires.

Pour faire simple, les taux bas favorisent donc la spéculation et défavorisent l’investissement.

Donnons un exemple chiffré.

Si le taux d’intérêt est à son niveau d’équilibre, c’est-à-dire là où la demande d’épargne = l’offre d’épargne, tous ceux qui ont une rentabilité inférieure à 5 % ne peuvent pas emprunter. N’empruntent que ceux qui ont une espérance de gain supérieure à 5 %, soit grosso modo les entrepreneurs qui sont dans des secteurs de croissance, et tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes.

Si la banque centrale, qui bien sûr sait mieux que le marché là où les taux devraient être, met les taux à 2 % que va-t-il se passer ?

Dans le système économique, il y a de nombreuses affaires qui rapportent 3 % ou 4 %.

Les Goldman Sachs de ce monde, proches (ô combien !) de la banque centrale, vont immédiatement emprunter à 2 % pour faire une OPA sur ces valeurs, ce qui va forcer ces affaires à emprunter pour racheter leurs propres titres à la place d’investir dans l’espoir de faire monter leurs cours à un niveau où le risque d’OPA hostile disparaît.

La VALEUR de ces sociétés va donc monter en bourse (bull market), mais la quantité de capital productif dans l’économie ne va pas monter puisque plus personne n’investit et que tout le monde se met à faire de l’ingénierie financière. Bien entendu, le niveau de la dette va monter dans des proportions considérables, ce qui rendra le système très fragile en cas de récession (voir la récession de 2009).

Comme le stock de capital ne monte plus, la productivité du travail se met à baisser et du coup, les salaires stagnent. Et donc, les riches deviennent plus riches puisque ce sont eux qui possèdent les actifs qui montent et les pauvres qui n’ont que leur force de travail à offrir, voient leur niveau de vie baisser, c’est-à-dire qu’ils deviennent plus pauvres. Et quand les riches deviennent plus riches et les pauvres plus pauvres, en général les pauvres se mettent à voter pour ceux que les riches appellent des démagogues. Nous y sommes en plein.

Mais comme le PIB ce n’est que le nombre de travailleurs multiplié par leur productivité, la croissance du PIB se met à ralentir de façon structurelle, ce qui, à terme, rend le remboursement de la dette de plus en plus difficile.

Conclusion

Depuis vingt ans, la politique économique menée dans nombre des pays du monde suit les principes du keynésianisme : pour éviter les récessions, la dépense publique ne cesse de monter tandis que les taux d’intérêts sont maintenus à un niveau artificiellement bas, ce qui garantit une mauvaise allocation du capital et qui permet en plus de financer les déficits de l’État à bon compte. Ces deux politiques amènent donc automatiquement à une baisse structurelle de la croissance. Il ne peut en être autrement.

L’Union soviétique, qui a pratiqué ces deux politiques pendant toute son existence, a échoué lamentablement « in fine ». Les technocrates qui nous gouvernent ont tiré de cette expérience non pas les leçons qu’il aurait fallu en tirer mais la certitude que les Russes avaient échoué parce qu’ils avaient de mauvais technocrates. Et eux, ils sont « compétents », ce qui veut dire qu’ils ont toujours été premiers de classe.

Les mêmes causes cependant produisent toujours les mêmes effets.

L’issue finale sera la même.

Données et statistiques pour les pays mentionnés : Venezuela | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Venezuela | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :5 (5 votes)
>> Article suivant
Charles Sannat est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l’Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires Il a exercé les fonction de directeur des études économiques de la société Aucoffre.com de 2012 à 2015, et créé le Contrarien Matin un site de « décryptage quotidien, sans concession, humoristique et sarcastique de l’actualité économique ». Il a fondé en Septembre 2015 le site Insolentiae.com et se consacre depuis pleinement à ce nouveau projet éditorial.
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
« Toute société doit choisir à un moment ou à un autre entre la main invisible d’Adam Smith ou le coup de pied dans le derrière de Joseph Staline… »
Merci pour cette aphorisme qui en réalité, ouvre à des océans de réflexion. Qu'est ce que "la main invisible" ? Un Dieu ? et quel grand architecte ? ou une régulation spontanée fondée sur la "sympathie" naturelle", les bons sentiments ? Adam Smith, père du libéralisme économique ? Qui n'avait pas vu le révolution qu'amenait l'industrie ? Qui ne comprenait pas l'amour des Physiocrates ( Quesnay) pour l'agriculture ? La notion d'avantage absolu, de bien commun à notre époque de mondialisation sauvage parait bien dépassée...
Tout aussi trouble est celui qui reçoit le coup de pied de Staline et pourquoi ? Est ce une classe privilégiée, les militaires (1937), les blouses blanches, les Juifs (1952-53) ? Ou les bons à rien que Macron croise sur les quais de gare, les sans dents, les vieux-à-charge cibles d'Attali ? Ou, in fine ,n'importe qui, pour faire table rase et rajeunir la société, et supprimer les avantages acquis (Mao) ?
Une société choisit-elle ? En a-t-elle les capacités ? Quand on voit l'élection présidentielle récente et ses péripéties, comment croire à la rationalité du choix, avec 50 % d'abstentionnistes et des programmes inapplicables d'emblée au vu et au su de tous ? Le cœur de l'électeur a ses raisons que la raison ne connaît pas.
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
" car pour Keynes empêcher les gens d’épargner était LA façon de faire croître le niveau de vie."

Franchement, est-ce bien le fond de sa pensée ? Parce que sans épargne préalable, les banques ne prêtent rien. Allez donc acheter un appartement à 250 000 euros avec un apport nul...A la rigueur, pour une automobile d'occasion, et encore. Sinon, à des taux pas bon marché du tout.
S'il y a excès d'épargne, c'est qu'il y une grande incertitude sur l'avenir. Où plutôt une grande certitude sur un avenir des plus sombre.

Tous ces grands auteurs sont ils encore d'actualité de nos jours ? J'en doute de plus en plus.

Sinon, les taux bas, voire négatifs (une forme d'inflation déguisée ?) sont un vrai problème pour le système bancaire, qui ne se rémunère plus sainement. D'où une incroyable inventivité pour faire payer une multitude de services...
Evaluer :   2  1Note :   1
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
" car pour Keynes empêcher les gens d’épargner était LA façon de faire croître le niveau de vie." Franchement, est-ce bien le fond de sa pensée ? Parce que sans épargne préalable, les banques ne prêtent rien. Allez donc acheter un appartement à 250 000  Lire la suite
ungars - 15/07/2017 à 15:42 GMT
Note :  2  1
Top articles
Derniers Commentaires
Opération Yellowhammer. Le plan ultime de Boris Johnson pour le Brexit
11 oct.glemet
Il y a longtemps que la chèvre de M Seguin rêvait de quitter son petit enclos. L’herbe est si verte ailleurs et l’Europe montre tant de faiblesses,...
Nouveau Monde, la mobilité de masse arrive. Un visuel
09 oct.Patrick W2
C'est drôle..... quand on clique sur vos liens pour obtenir des renseignements pour trouver vos livres, ça ne fonctionne pas. En tout cas, brav...
Opération Yellowhammer. Le plan ultime de Boris Johnson pour le Brexit
09 oct.Patrick W3
Oui, il est fort possible que Boris Johnson arrive à ses fins et on doit reconnaître que pour ou contre le Brexit, Boris Johnson est droit dans sa ...
La France et ses administrations criminelles
08 oct.Louis L.
Heureusement, il est consolant de savoir que pour cette épidémie d'incendies industriels depuis Notre Dame jusqu'à ce jour, aucune autre cause qu'...
Les réserves de cash au plus haut ! 600 milliards planqués sous les...
07 oct.Louis L.
Charles parle ici de 600 Mds € stockés par tous les européens sous forme d'espèces. Sa phrase est ambigüe car tous les européens sont 513 mil...
La France et ses administrations criminelles
07 oct.blitzel
Très bon article.... vu la situation critique. Les choses hélas ne sont plus comme elles étaient dans le temps il y a 50 ans. Il y avait ...
Crise de liquidité. Mais où est donc le cadavre ?
06 oct.blitzel
Mise à jour, Delamarche vient de donner sa version (définitive ?) de la crise des taux repo, et son explication un temps évasive dans un premie...
Les réserves de cash au plus haut ! 600 milliards planqués sous les...
02 oct.Attilio
Si on considère qu'en France il y a 67 millions d'habitants,les milliards d'euros planqués en cash cela fait en en moyenne pratiquement 9 000 euro...
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX