Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Bonne nouvelle : les légumes “interdits” vendus par Carrefour

IMG Auteur
Publié le 21 septembre 2017
313 mots - Temps de lecture : 0 - 1 minutes
( 3 votes, 5/5 ) , 5 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
5
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Opinions et Analyses
24hGold - Bonne nouvelle : les...

L’enseigne se lance dans la vente de légumes issus de semences paysannes “interdites” pour défendre la biodiversité et même si cela fleure bon le coup de communication et la stratégie marketing, c’est une bonne nouvelle car aujourd’hui, mener le combat du sauvetage des semences d’autrefois nécessite d’avoir quelques alliés de poids et Carrefour a les moyens de lutter contre les grands semenciers qui ont réussi par une directive à rendre non-commercialisables toutes les semences d’autrefois !!

En effet, “la loi interdit la commercialisation de plus de 96,4 % des semences”, affirme Carrefour, faisant référence au décret n°81-605 du 18 mai 1981 qui bloque la vente de certaines semences de fruits et légumes de variétés paysannes. Mais c’est surtout l’application récente des derniers textes qui a rendu impossible l’exploitation de ces graines d’autrefois et traditionnelles.

“En d’autres termes, depuis l’instauration de cette loi, certaines graines sont interdites de commercialisation. Celles-ci ne sont pas inscrites au catalogue officiel des semences autorisées par le Groupement national interprofessionnel des semences et plants (Gnis). Les légumes inscrits dans ce catalogue doivent répondre à certains critères d’homogénéité. Mais aussi, ils sont censés apporter aux consommateurs une certaine sécurité. Comme l’écrit le Gnis dans un communiqué, ”ces nouvelles variétés des sélectionneurs résistent mieux aux maladies et aux parasites pour qu’on puisse limiter ou se passer de produits phytosanitaires”.”

Ce que le Gnis oublie de dire, c’est que les belles semences officiellement autorisées sont stériles et au mieux sélectionnées, au pire… génétiquement modifiées…

Cela promet un beau combat car pour Carrefour, ce sera aussi un combat différenciant car la grande distribution souffre terriblement, et elle doit monter en gamme et chercher des relais de croissance face notamment au rouleau compresseur Amazon.

C’est donc une bonne nouvelle pour tous les passionnés qui, sous le manteau, échangent des graines reproductibles “interdites”.

Un jour je vous ferai quelques photos de mon potager secret ;);)

<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :5 (3 votes)
>> Article suivant
Charles Sannat est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l’Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires Il a exercé les fonction de directeur des études économiques de la société Aucoffre.com de 2012 à 2015, et créé le Contrarien Matin un site de « décryptage quotidien, sans concession, humoristique et sarcastique de l’actualité économique ». Il a fondé en Septembre 2015 le site Insolentiae.com et se consacre depuis pleinement à ce nouveau projet éditorial.
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
Voir le site de Kokopelli.
A quand la commercialisation d'insecte à consommer en magasin ?

Il y a la limite culturelle, mais surtout les lois en interdisant la vente*, alors que ces denrées ont de nombreuses qualités (coût, nutritionnel, écologiques...) !

* Notamment les morceaux, et bientôt les animaux entiers.
Très bonne nouvelle, Charles, on n'y croyait pas !
Il est étonnant que Carrefour ait cette liberté de choix !?
Comment a t-il pu détourner cette loi ?
Le Gnis doit recevoir ses subventions de Monsanto.
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Pour détourner la loi, carrefour s'est référé à la lecture précise du décret du 18 mai 1981 qui interdit la commercialisation des graines non inscrites au catalogue officiel des semences, mais...non des produits (fruits et légumes) qui en sont issus.

En tous cas, heureuse initiative dont, au delà d'un coup marketing, il faut espérer qu'elle fera boule de neige et mettra des battons dans les roues de cette loi inique qui s'arroge le droit de privilégier tous ces acteurs fallacieux du brevet du vivant, entre autres ; alors qu'au delà de la volonté de codifier à outrance une uniformisation sous prétexte de rigueur sanitaire -bin voyons-, on allait vers la négation qu'une semence ne peut s'uniformiser ; au contraire, elle procède d'une différentiation souvent adaptée en fonction du biotope particulier à chaque terroir et lui inculquant ses caractéristiques utiles.
Evaluer :   4  0Note :   4
EmailPermalink
Merci pour votre réponse éclairée.
Dernier commentaire publié pour cet article
Voir le site de Kokopelli. Lire la suite
merisier - 23/09/2017 à 20:46 GMT
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX