Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Brent Cook: Investir en plein pic des découvertes de gisements aurifères

IMG Auteur
The Gold Report
Publié le 15 mars 2016
2395 mots - Temps de lecture : 5 - 9 minutes
( 0 vote, 0/5 )
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
[titre article pour referencement]
0
envoyer
0
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editorial du Jour

Nous avons atteint le pic des découvertes de dépôts d’or, mais contrairement à l’industrie pétrolière qui a pu être sauvée par des technologies comme la fracturation, aucune technologie similaire n’existe qui nous permette d’extraire des richesses minérales à partir de dépôts plus profonds. Face à cette pénurie, le géologue Brent Cook, de chez Exploration Insights, a cherché à déterminer quelles sociétés seront le plus à même de continuer de produire alors que d’autres se retrouveront à racler le fond du seau. Dans cette interview avec The Gold Report, Cook nous explique ce qu’il attend de l’exploration aurifère en 2015, et pourquoi ces prochaines années devraient s’avérer très intéressantes pour les sociétés minières de l’industrie aurifère.

24hGold - Brent Cook: Investir...

The Gold Report: Brent, vous avez cité le directeur de Goldcorp Inc.'s (G:TSX; GG:NYSE), Charles Jeannes, selon lequel nous aurions atteint le pic de la production d’or. Comment en sommes-nous arrivés là ?

Brent Cook: C’est une importante question qui nous ramène vers ce qui s’est passé il y a plus de vingt ans sur le secteur de l’exploration. Je n’ai pas envie de m’attarder sur l’idée du pic de la production d’or et préfèrerais me concentrer plutôt sur la courbe de la découverte et ce qui se cache derrière les problèmes que nous pouvons voir sur le secteur aurifère.

Pourquoi ne nous est-il plus possible de découvrir autant de gisements qu’auparavant, ou du moins autant de dépôts économiquement viables ? En 1995, l’explosion du nombre de découvertes sur le secteur aurifère a atteint un pic, et ce succès est largement lié à l’ouverture d’importantes zones qui étaient jusqu’alors inaccessibles aux opérations d’exploration. Depuis lors, le succès rencontré par l’industrie et les nouvelles découvertes ont peu à peu diminué. En termes de production en revanche, il a fallu attendre vingt ans pour que ces découvertes entrent en phase de production.

24hGold - Brent Cook: Investir...

Ce que perçoit Charles Jeannes, c’est qu’en 2015, la production d’or devrait commencer à ralentir plutôt que continuer de s’étendre. C’est particulièrement vrai compte tenu du prix actuel de l’or et de la structure des prix. Un certain nombre de ces compagnies n’enregistrent pas beaucoup de chiffre d’affaire, voir rien du tout. Elles devraient commencer à fermer les projets qui ne leur rapportent rien d’ici ces prochaines années.

TGR: Le monde est-il sur le point de manquer d’or, ou avons-nous juste promptement profité d’un investissement il y a disons vingt ans ?

BC: Non, nous avons encore de l’or. Nous continuons de découvrir des dépôts, mais la plupart d’entre eux ne sont pas économiquement viables. C’est toute l’étendue du problème. Il y a par exemple 20 millions de tonnes d’or sous le fond des océans, mais la teneur des sols n’est que de 13 parties par trillion et leur extraction de sera jamais économique. C’est l’obstacle économique qui pose problème.

Dans les années 1990, le monde s’est ouvert à l’exploration. Nous avons découvert un certain nombre de dépôts de surface dans des juridictions qui étaient autrefois inaccessibles, disons qu’il s’est agi des fruits les plus mûrs. Mais pour l’essentiel, il y a un nombre fini de gisements de minerai en affleurement, et ceux qui restent sont de plus en plus difficiles à trouver. Nous avons pratiquement épuisé la surface et sommes forcés de forer à la recherche de dépôts au travers de roches stériles à l’aide de méthodes ésotériques. Les chances de succès sont bien moindres, et les coûts bien plus importants.

Laissez-moi vous donner un chiffre approximatif basé sur le fonctionnement de la Terre et de la géologie. Pour dix dépôts d’or de plus d’un million d’onces à teneur de plus d’un gramme par tonne, nous avons un dépôt d’un million d’onces à teneur de 2,5 grammes par tonne. Le problème, c’est que bien qu’un dépôt à teneur d’un gramme par tonne puisse être économiquement viable en surface, lorsqu’il se trouve 200 mètres sous une roche stérile, il ne l’est plus. La triste réalité pour nous, explorateurs, est que ces chances signifient que nous continuerons de découvrir dix dépôts à teneur d’un gramme pour chaque dépôt à teneur de 2,5 grammes par tonne. Notre succès économique diminue, et les chiffres prouvent cette conclusion. C’est aussi la raison pour laquelle nous avons tant de compagnies qui disposent de ressources conformes à NI-43-101 mais qui ne devraient jamais les convertir en réserves économiques.

TGR: Mais l’industrie de l’exploration n’enregistre-t-elle pas actuellement une forte baisse des investissements ? Les sociétés ne tentent-elles pas de réduire leurs coûts ?

BC: Oui, et c’est un point à soulever. L’exploration a été fortement touchée sur tout le secteur. Pour ce qui est des juniors, il est pratiquement impossible d’obtenir des financements pour des projets d’exploration. Nous ne dépensons pas suffisamment d’argent pour découvrir de nouveaux dépôts de qualité, et cette situation devrait s’aggraver. Sachez également que la découverte de nouveaux dépôts devrait coûter de plus en plus cher, parce que 1) pour la plupart, ils se trouveront de plus en plus profond sous terre et demanderont davantage d’opérations de forage, 2) comme je l’ai déjà mentionné, nous continuerons de découvrir plus de dépôts non-économiques que de dépôts économiques, et 3) une majorité de ces dépôts non-économiques devront faire l’objet de forages pour que leur teneur puisse être déterminée. Chaque nouvelle découverte économique coûtera à l’industrie plus que par le passé.

TGR: Quels sont les délais ? Combien de temps faudra-t-il attendre pour en ressentir les conséquences ?

BC: Je pense que nous commencerons à les ressentir l’année prochaine et au cours des années qui suivront. Mon point de vue est que les sociétés minières qui produisent actuellement finiront par se rendre à l’évidence. Elles ne disposent plus de suffisamment de réserves pour remplacer ce qu’elles ont déjà extrait. Elles auront alors à aller acheter le peu de dépôts qui enregistrent des rentrées d’argent. Ces dépôts sont ceux qu’il vaut mieux avoir le plus tôt possible.

La solution actuelle à ce qui semble être une équation fondamentale de l’offre et de la demande sur le marché de l’or est bien entendu une hausse du prix de l’or. En revanche, je ne suis pas convaincu qu’il puisse se développer un problème d’offre qui se traduise directement en une hausse des prix qui puissent sauver les sociétés minières et leurs dépôts marginaux. Tout l’or qui a jusqu’à présent été produit est toujours disponible sous une forme ou sous une autre, et une grande partie de cet or pourrait éventuellement être vendu à un certain prix.

A moins qu’une véritable ruée sur l’or se développe, et que nous assistions à une vague d’accumulations, nous pourrions ne pas voir le prix de l’or compenser pour les dépôts les moins économiques. De plus, comme nous avons pu le voir lors de la flambée du prix de l’or, les coûts d’équipement, d’énergie et tous les autres ont augmenté en parallèle à celui du métal jaune. Même avec un or à 1.300 dollars l’once, les marges des sociétés minières n’ont pas beaucoup augmenté. Je pense que les années à venir s’avèreront très intéressantes.

Certains pensent que les nouvelles technologies devraient changer la donne, comme elles l’ont fait suite au pic pétrolier. Je ne suis pas du même avis. La géologie des roches dures et de l’exploitation des ressources minérales est plus complexe que celle de l’extraction de pétrole et de gaz. Nous enregistrons sans cesse de nouvelles avancées en matière technologique et métallurgique qui font baisser les coûts de production de quelques dollars par once, mais elles n’ont rien à voir avec la technologie de fracturation.

TGR: Et lorsque des découvertes sont faites, est-il de plus en plus difficile d’obtenir la permission d’exploiter dans certaines régions du monde ?

BC: C’est une autre considération. Disons que si vous faisiez une découverte, vous auriez immédiatement des problèmes sociaux à régler. Vous auriez d’abord des politiciens et tous les habitants des 100 kilomètres à la ronde qui viendraient vous hurler au visage pour obtenir leur part du gâteau. Vous devriez obtenir une permission d’exploitation, et ces dernières sont aujourd’hui bien plus difficiles à décrocher qu’elles ne l’étaient. Les sociétés minières ont donc à faire des projections en relation à leur découverte, non seulement en termes de ce que pourrait être le prix de l’or dans quinze ans, mais aussi ce que pourrait être le coût de la main d’œuvre, de l’énergie, et ainsi de suite.

TGR: Existe-t-ils certaines régions dans lesquelles il est plus facile de s’implanter que dans d’autres ?

BC: C’est évident. Le Canada est très favorable, et le Québec est une très bonne zone. Aux Etats-Unis, dans le Nevada, en Utah, dans le Wyoming et dans certaines régions de l’Idaho, au Mexique en général et dans certaines régions d’Amérique du Sud (dont le Pérou et le Chili – bien que pour ce dernier, il soit bon de considérer les problèmes liés à l’eau et à l’énergie à l’avance). L’Afrique de l’ouest ne pose pas non plus de problèmes. Il existe des zones plus sûres que d’autres. Mais il y a toujours un risque de voir la situation changer d’un point de vue politique. La Zambie a récemment élevé la redevance des sociétés de 6 à 20%, et Barrick Gold Corp. (ABX:TSX; ABX:NYSE) a fermé sa mine de cuivre dans le pays.

TGR: Compte tenu de tout cela, quelles sociétés mènent leurs activités comme elles le devraient, disposent des bonnes équipes et de l’argent pour exécuter leurs projets ?

BC: Pas tant que ça. Si vous chercher à acheter un projet d’exploration, le plus important est la compétence humaine. Il est critique pour une société d’exploration de disposer d’une équipe technique suffisamment compétente pour reconnaître un bon système et l’exploiter comme il se soit et, plus important encore, pour savoir quand se retirer. Malheureusement, sur ce secteur, on a souvent tendance à forer, forer et encore forer parce que c’est ainsi que beaucoup de gens gagnent leur croûte. Vous voulez être propriétaire d’une société qui dispose d’une équipe technique qui sait à quoi ressemble un dépôt. Et puis vous avez besoin d’une société qui dispose l’argent nécessaire à la poursuite de ses activités, et d’une structure d’actions qui ne soit pas démesurée.

TGR: Quelles sociétés sont conformes à ces qualités ?

BC: Mirasol Resources Ltd. (MRZ:TSX.V) a eu beaucoup de succès en Argentine. Elle a vendu un dépôt pour la somme de 20 millions de dollars. Elle a racheté des propriétés au Chili qui n’avaient jamais vraiment été explorées. Elle rencontre un succès conséquent pour ce qui est de définir ses nouvelles cibles.

TGR: Mirasol vient de publier un communiqué concernant cette propriété, baptisée Grobea, au Chili. Le marché semble avoir réagi positivement. La compagnie a-t-elle d’autres catalyseurs en vue ?

BC: Elle a une joint-venture avec First Quantum Minerals Ltd. (FM:TSX; FQM:LSE) au Chili, et First Quantum a dépensé 5 millions de dollars pour tester l’un de ses projets d’exploitation de cuivre dans le Porphyre. Le projet Gorbea n’en est encore qu’à ses débuts – creusage de tranchées, géophysique, géologie. Mais des cibles intéressantes ont été découvertes qui devraient être forées en 2015 par une société partenaire.

TGR: Un autre nom ?

BC: Reservoir Minerals Inc. (RMC:TSX.V) est derrière l’une des plus importantes découvertes de ces dernières années, menée en partenariat avec Freeport-McMoRan Copper & Gold Inc.'s (FCX:NYSE) en Serbie. Quelques 65 millions de tonnes à teneur de 3,1% de cuivre. Sous plus de 400 mètres de roches stériles. Reservoir a quelques 38 millions de dollars en banque et est propriétaire de 100% de ses projets de découverte testés actuellement. Voilà qui pourrait s’avérer un grand succès pour la société. Et Reservoir emploie des gens intelligents, qui savent ce qu’ils font.

TGR: Qu’en est-il des projets africains ? Vous y intéressez-vous aussi ?

BC: Au Cameroun, les projets miniers en sont à leurs débuts. De très bons résultats ont été enregistrés, des échantillons de roches ont été prélevés, ce genre de choses. La compagnie qui en est responsable établira certainement une joint-venture pour une majorité de ses projets. En Afrique, les projets sont développés jusqu’à ce que d’importantes cibles soient atteintes, et puis quelqu’un vient forer, et si les résultats sont satisfaisants, l’exploitation peut commencer.

TGR: Un autre nom ?

BC: Pilot Gold Inc. (PLG:TSX) est un groupe qui fait un excellent travail. Son prédécesseur a vendu son projet dans le Nevada à Newmont Mining Corp. (NEM:NYSE). C’est un projet que Pilot n’a pas personnellement découvert, mais qu’elle a développé avant de pouvoir vendre. Pilot a un projet dans le Nevada, appelé Kinsley Mountain, ou une minéralisation aurifère de type Carlin a été découverte là où personne ne s’y attendait. Le projet n’est pas assez important pour être économiquement viable, mais il est la preuve de la qualification de Pilot. La société a également un projet en Turquie, surnommé TV Tower, une joint-venture avec Teck Resources Ltd. (TCK:TSX; TCK:NYSE), qui est contributeur à 40%. J’aime beaucoup ce projet. Je pense qu’il mérite d’être observé cette année. Il est financé. Tout est réglé. Nul besoin de se soucier d’une éventuelle faillite.

TGR: Vous avez dit vous-mêmes que le prix de l’or s’est maintenu contre de nombreuses devises, et qu’une grande partie de sa tendance baissière est désormais derrière nous. Vous avez même parlé d’optimisme temporaire. Donnez-nous de quoi reprendre espoir.

BC: La situation a été mauvaise pendant si longtemps que les choses ne peuvent plus que s’améliorer. Il est raisonnable de croire que 2015 nous réservera de bonnes surprises, mais je ne suis pas très positif pour ce qui concerne le secteur des juniors et le prix de l’or sur le court terme. 2015 ressemble beaucoup à l’année qui vient de s’écouler. Mais pour voir le bon côté des choses, nous allons bientôt avoir l’opportunité d’acheter des groupes et projets d’exploration de qualité qui auront bien plus de valeur courant 2016-17.

TGR: Les prix de l’or et des actions des juniors minières sont souvent cycliques. Il y a les ventes fiscales à perte, l’effet janvier, ou encore l’idée qu’il faille « vendre en mai et s’en aller ». Ces clichés tiennent-ils la route sur le marché actuel ? Pouvons-nous nous attendre à un effet janvier en 2015 ?

BC: C’est ce à quoi je m’attends pour les trois dernières actions dont nous avons parlé, mais qui peut en être sûr. Ces quelques dernières années ont été mouvementées.

TGR: Merci de vous être entretenu avec nous, Brent.

BC: Tout le plaisir est pour moi.

 

Données et statistiques pour les pays mentionnés : Argentine | Cameroun | Canada | Chili | Etats-unis | Mexique | Serbie | Turquie | Zambie | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Argentine | Cameroun | Canada | Chili | Etats-unis | Mexique | Serbie | Turquie | Zambie | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :0 (0 vote)
>> Article suivant
Publication de commentaires terminée
Dernier commentaire publié pour cet article
Soyez le premier à donner votre avis
Ajouter votre commentaire
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX