Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Brexit : encore un report ?

IMG Auteur
Publié le 05 septembre 2019
1521 mots - Temps de lecture : 3 - 6 minutes
( 0 vote, 0/5 )
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
[titre article pour referencement]
0
envoyer
0
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Or et Argent
Hard Brexit conséquences sur l'orHard Brexit conséquences sur l’or

" data-medium-file="https://i0.wp.com/www.loretlargent.info/wp-content/uploads/Eu-Outlet-Brexit-Farewell-Separation-Goodbye-1478118.jpg?fit=300%2C200&ssl=1" data-large-file="https://i0.wp.com/www.loretlargent.info/wp-content/uploads/Eu-Outlet-Brexit-Farewell-Separation-Goodbye-1478118.jpg?fit=618%2C412&ssl=1" data-lazy-src="https://i0.wp.com/www.loretlargent.info/wp-content/uploads/Eu-Outlet-Brexit-Farewell-Separation-Goodbye-1478118.jpg?resize=660%2C330&ssl=1&is-pending-load=1">

Septembre 2019 : le psychodrame est relancé au Parlement Britannique. Le Premier Ministre Boris Johnson pensait passer en force en suspendant les activités du Parlement avant la date du 31 octobre. Les députés se sont rebiffés, y compris de sa majorité le 4 septembre. Ils ont rejeté deux propositions de leur dirigeant : un nouveau report du Brexit et la tenue d’élections générales.

Brexit : une incertitude mauvaise pour l’économie

Pendant que la classe politique britannique fait sa rentrée au niveau d’une école maternelle, le monde économique est dans l’incertitude. Cela se traduit par une Livre Sterling qui s’écroule et un cours de l’or qui augmente.

Mais parce que le Brexit cela se traduira concrètement par le retour de frontières administratives, la France vient de recruter 700 douaniers supplémentaires et les décideurs économiques tentent de s’organiser pour limiter les effets d’une sortie de la Grande-Bretagne de l’Union Européenne.

A voir : l’interview de Jean-François Faure, pdg d’Aucoffre.com sur France Info TV. Il tempère le “risque Brexit” en relevant aussi des éléments positifs et surtout le pragmatisme et la créativité des britanniques dans les affaires. Ils finiront par s’adapter, inventer de nouveaux business….

Le Brexit et Theresa May

Le 24 mai, le premier ministre anglais comprend qu’elle n’a plus la confiance de son camp : ministre et parlementaires. Elle annonce sa démission pour le 7 juin. C’est donc Boris Johnson qui reprend le “piece of shit stick”.

12 avril 2019 : Theresa May a finalement obtenu un délai. L’Europe a donc voté à l’unanimité la possibilité pour les Britanniques de s’organiser jusqu’au 31 octobre pour réussir leur Brexit. Il s’agit là d’une date butoir, c’est à dire que les Anglais peuvent tout à fait quitter l’Europe avant. On parle ainsi du 22 mai, c’est à dire avant les élections européennes du 26 mai prochain. En effet, sinon, il y aura plusieurs dizaines de députés européens britannique élus au parlement européen. Assez cocasse pour un pays qui souhaite quitter l’Union. Dans ce magma de décisions, votes, rejets et accords “incroyables”, on retiendra cette tribune dans les Echos de Dominique Strauss-Kahn (qui a quand même été Ministre de l’économie et patron du FMI, on l’oublie parfois) assez “cash” sur sa perception du rapport des anglais avec l’Europe.

Chronologie “live” du Brexit

2 avril 2019 : Dans la nuit, les parlementaires britanniques n’ont pas su s’entendre sur une des solutions qu’ils avaient eux-mêmes proposées. Notamment, la solution dite de “Common Market 2.0”, une union douanière entre la Grande-Bretagne et l’Union Européenne comme c’est le cas avec la Norvège. Autre solution rejetée, un nouveau référendum sur le Brexit ou bien encore une annulation pure et simple du Brexit.

Cette nouvelle nuit de votes “contre” laisse penser à de nombreux observateurs que le No Deal, le Brexit sans accord, devient l’hypothèse la plus probable le 12 avril 2019.

29 mars 2019 : pour la troisième fois, les députés britanniques ont voté contre l’accord obtenu par Theresa May. Le rejet de l’accord a été voté par 344 voix contre 286.

Maintenant, le premier ministre anglais a jusqu’au 12 avril pour proposer une nouvelle solution à l’Union Européenne. Sinon, c’est le “No Deal”, pas d’accord et donc un Hard Brexit tant redouté par les milieux économiques.

Vers le No Deal !

Le président du Conseil européen Donald Tusk a annoncé sur Twitter un sommet européen le 10 avril

In view of the rejection of the Withdrawal Agreement by the House of Commons, I have decided to call a European Council on 10 April. #Brexit

— Donald Tusk (@eucopresident) March 29, 2019

Hard Brexit ou délai ?

Le 29 mars 2019 ou le 30 juin 2019, la Grande-Bretagne risque bien de ne plus faire partie de l’Union Européenne. Le Brexit est l’aboutissement d’un processus voulu par une majorité d’anglais à la suite d’un référendum en juin 2016. A la fin du mois de mars, la période de négociation et de transition voulue par l’Europe pour la sortie d’un de ses membres sera terminée, un court délai est demandé par le parlement anglais. Risque ou opportunité ?

Tant que ce n’est pas “signé” on utilise toujours le conditionnel mais à part un court délai accordé par l’Union, il faut accepter l’idée que, dans quelques jours, la Grande-Bretagne sera à nouveau une île politique séparée du Vieux Continent. Et comme pour les grands séismes qui s’annoncent, on est vraiment surpris par l’absence de réaction que provoque cette information. Dans quelques jours, les anglais quittent l’Europe !

Depuis le 12 mars à 15 jours de l’échéance, les “politiques” s’activent ! Les informations contradictoires se multiplient. On n’y comprend vraiment plus rien.

[mise à jour 14/03/2019 dans la soirée] Le parlement Britannique a finalement voté la proposition de report du Brexit au 30 juin prochain. Les parlementaires estiment que cela leur laissera le temps de trouver un accord, une solution qui fera consensus. Toutefois, cette proposition doit être adoptée par les 27 membres de l’Union Européenne, à l’unanimité le 20 mars prochain. [fin de mise à jour]

En revanche on peut quand même s’étonner en tant que citoyen européen que toutes les solutions n’aient pas été étudiées pendant les quasiment 3 années qui viennent de se dérouler. Pourquoi un tel affolement maintenant ? Comment se fait-il qu’on découvre face au mur l’ensemble des secteurs impactés par le Brexit ?

Les Anglais l’ont voulu mais personne n’est prêt !

Le Brexit a gagné en Grande-Bretagne. C’est le résultat d’une expression populaire, du “peuple” pourrait-on dire. Et les conditions de la sortie d’un membre de l’Union est d’ailleurs prévue. Donc cela ne devrait pas être un problème. Sauf qu’en pratique, aucune administration qu’elle soit anglaise ou française n’est préparée à ce changement. Le Brexit c’est un choix politique avec des conséquences très pratiques.

Et alors ? Alors, cela va avoir des incidences importantes sur nos économies, nos entreprises, notre consommation, ainsi que pour celles des anglais. Le jour du “Leave” (quitter l’union européenne) chez AuCoffre.com, la nouvelle avait provoqué un afflux important de visiteurs. Nous avions même été obligés d’aménager le site pour qu’il puisse supporter cette audience exceptionnelle. Oui, la nouvelle avait alors fait l’effet d’un tsunami ! Mais depuis…plus d’inquiétude visiblement.

Brexit : quelles sont les conséquences ?

Depuis le début de la semaine, les douaniers français se sont mis en configuration “frontière entre la France et la Grande-Bretagne”. Résultat, plusieurs heures de retard Gare du Nord pour les Eurostars. Les douaniers ont voulu montrer l’incidence du retour d’une frontière avec un contrôle systématique de l’ensemble des voyageurs.

On ne compte plus les secteurs qui vont être touchés par ce rétablissement d’une frontière. Les transporteurs ont aussi manifesté pour montrer les difficultés qu’ils rencontreront dès que les contrôles et les barrières (au sens propre comme au figuré) seront remis en place. Des heures d’attente sont à prévoir, les installations portuaires, aéroportuaires, ferroviaires et autour du Tunnel ne sont absolument pas dimensionnées.

Les secteurs les plus touchés par le Brexit

On a pu s’amuser de cette information qui annonce que nos voisins anglais risquent une pénurie de papier toilette puisqu’ils importent  ce produit de “première nécessité”. Les rouleaux pourraient rester bloqués à la frontière.

Mais plus sérieusement, comment va faire Airbus pour gérer les pièces produites par ses usines galloises ? L’industriel “à l’européenne” à en effet cette particularité d’utiliser les savoir-faire de plusieurs  pays pour construire ses avions. L’avionneur a déjà annoncé qu’il trouverait d’autres pays en Europe qui seraient ravis d’accueillir la conception des ailes des Airbus. L’industrie automobile a aussi fait comprendre aux anglais qu’elle n’hésiterait pas à délocaliser ses unités de production britanniques.

C’est pourquoi, rapidement, le secrétaire d’État à la politique commerciale, George Hollingbery a annoncé que pratiquement 90% des importations ne seraient pas soumises à droit de douane afin de ne pas pénaliser les industries.

Autre secteur lourdement impacté l’agro-alimentaire. Une activité dont les flux sont importants dans les deux sens.

Comment réagit la City ?

Enfin, il y a la finance. La City est un Etat dans l’Etat en Angleterre. C’est le lieu d’établissement de nombreux sièges de banques, d’assureurs et de courtiers et traders ou même de prestataires de la finance.. Londres c’est aussi une place forte pour les marchés du pétrole et des matières précieuses.
On y trouve les associations et groupements commerciaux du diamant et bien évidemment de l’or (y compris les transactions pour les réserves de certains pays) et de l’argent. La Royal Mint, la Monnaie anglaise est une référence du secteur.

Le Brexit risque d’être dur et va sans aucun doute coûter très cher à l’économie européenne et à celle de la Grande-Bretagne.

En revanche personne ne peut prédire ce qu’il adviendra après cette période de transition “administrative et douanière”, quand la Grande-Bretagne aura repris son autonomie complète. (Après 2020 sans doute). C’est là qu’on pourra dire si le Brexit est une bonne ou une mauvaise option. (

Petit bonus “so british”

Les anglais sont “crazy” on le sait. Alors pour conclure, voici une vidéo traduite par l’Obs. On y voit une économiste expliquer que “le Brexit va nous mettre à poil !”…Attention, éloignez les enfants, elle est complètement nue pendant son intervention.

<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :0 (0 vote)
>> Article suivant
Jean-François Faure est le président d’AuCOFFRE.com, un service en ligne de placement en or physique avec garde en coffres fondé en 2007. Afin de guider au mieux les épargnants intéressés par les matières tangibles, il édite le blog LORetLARGENT.info, crée régulièrement des livres blancs sur des sujets pointus. Il a publié en 2011 un livre intitulé L’or, un placement qui (r)assure.
Publication de commentaires terminée
Dernier commentaire publié pour cet article
Soyez le premier à donner votre avis
Ajouter votre commentaire
Top articles
Derniers Commentaires
Pourquoi la théorie du réchauffement climatique doit nous faire rir...
20 nov.Louis L.1
Saoulez vous et fumez sans la moindre retenue car il est formellement prouvé que cela est sans incidence sur le taux de mortalité qui demeure obsti...
L'illusion de la gratuité
19 nov.zelectron
Même Hollande s'était fendu d'un : c'est gratuit, c'est l'état qui paye.
Propriété menacée. La société de l’usage, c’est la société du serva...
19 nov.zelectron0
L'ignominie de cette proposition montre à quel point le communisme a laissé des traces quasi- indélébiles pour les débiles de la société.
Or, pourquoi ça baisse, pourquoi ça va monter ensuite !
14 nov.Alain J.
et pourquoi çà monte et çà baisse ensuite Il y a 10 ans l'article ci dessus aurait pu s'écrire ... mais autrement. Je suis les articles sur l'o...
Comment on a étranglé la Grèce. Mediapart
15 nov.Patrick W1
La video doit être absolument regardée. Je l'ai vue, et j'ai envie d'acheter le livre de Varouflakis " Conversations entre Adultes" et de voir...
Or, pourquoi ça baisse, pourquoi ça va monter ensuite !
13 nov.blitzel
Ahahah, ils veulent nous saborder le "mental." Erreur aujourd'hui mercredi 13 pleine lune sur la dégringolade des cours des banques, Elles ...
Pour « sauver la planète », l’industrie tue les campagnes. Reporterre
13 nov.blitzel
Article impeccable. Un 11 novembre dans les labours Quand j'entends cela, cela nous rappelle, "aux oreilles de nos ancêtres dans les tranc...
Pour « sauver la planète », l’industrie tue les campagnes. Reporterre
08 nov.Patrick W3
Tout ce que vous notez est trop vrai.!!!....trop sombre, et le véritable drame est que la machine ne s'arrêtera pas, quelque soient les actions men...
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX