Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en
Dans la même rubrique

Ce qu'on voit et ce qu'on ne voit pas: le crédit

IMG Auteur
frédéric bastiat.
Extrait des Archives : publié le 06 mai 2012
1528 mots - Temps de lecture : 3 - 6 minutes
( 14 votes, 5/5 ) , 4 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
[titre article pour referencement]
0
envoyer
4
commenter
Notre Newsletter...

 

 

 

 

Presque tout le monde aujourd'hui, y compris la presque totalité des soi-disant économistes, croit que la banque centrale peut augmenter la quantité de crédit dans l'économie. Et presque tout le monde croit que lorsque l'État garantit des prêts à des entreprises ou à des particuliers, cela permet aussi de rendre le crédit plus facilement disponible, ce qui ne peut qu'être bénéfique. 

          La banque centrale peut créer plus d'argent, non? Et le gouvernement n'enlève rien à personne en garantissant simplement des prêts. Qu'y a-t-il de mal à permettre à plus d'entreprises d'avoir accès à ce crédit? Ne veut-on pas plus d'investissements pour permettre d'accroître la production et ainsi augmenter la prospérité?

          Ceux qui croient que le crédit peut être augmenté sans épargne correspondante succombent en fait à une illusion qui découlent de la présence de l'intermédiaire qu'est l'argent. L'argent n'est pas une ressource réelle ou un facteur de production. Il n'est que l'unité d'échange qui permet de les obtenir. Lorsqu'on crée de l'argent, on n'augmente pas la quantité de ressources dans l'économie. La création de crédit ne fait pas soudainement apparaître plus de travailleurs, de matériaux, de moyens de transport, d'énergie ou de logiciels informatiques. On ne fait qu'augmenter le nombre d'unités monétaires permettant de se les procurer. Et inévitablement, si des ressources en quantité limitée vont aux uns, elles ne pourront être utilisées par d'autres. 

          Voilà pourquoi ces manipulations monétaires ne constituent en fait qu'une création de faux crédit et qu'elles résultent simplement en un transfert de ressources des uns vers les autres, vers ceux qui ont la chance de mettre la main sur les fonds nouvellement créés à partir de rien. 

          Les illettrés économiques ne font tout simplement pas cette distinction très simple entre l'unité d'échange et les ressources réelles. Ils confondent le crédit permettant d'obtenir les facteurs de production qu'on souhaite investir avec les facteurs de production disponibles pour être investis. On peut bien multiplier le premier par cent, les seconds n'apparaîtront pas par magie pour répondre à la nouvelle demande ainsi créée. On aura par contre créé de nombreuses distorsions dans la production, qu'il faudra un jour réparer en liquidant les investissements non rentables que le faux crédit aura financés. 

          On ne se surprendra pas que le plus grand vulgarisateur de la science économique de l'histoire, Frédéric Bastiat, ait consacré une section de son immortel Ce qu'on voit et ce qu'on ne voit pas à cette question du crédit. Les mêmes sophismes étaient courants à son époque. Pour bien comprendre la situation, Bastiat nous demande d'oublier l'argent et de nous concentrer sur ce qui arrive aux ressources réelles quand on augmente artificiellement la quantité de crédit. En quelques paragraphes que n'importe qui peut comprendre, il démolit la théorie débile selon laquelle le crédit pousse dans les arbres, propagée aujourd'hui par presque toute la classe politique, bureaucratique, médiatique et universitaire. 

          Voici l'explication simple mais lumineuse de Bastiat, qui vaut plus que tous les modèles mathématiques utilisés par les charlatans qui sévissent dans nos départements d'économie.

 

M.M.

IX. Le crédit

Frédéric Bastiat

          De tous les temps, mais surtout dans les dernières années, on a songé à universaliser la richesse en universalisant le crédit. 

          Je ne crois pas exagérer en disant que, depuis la révolution de Février, les presses parisiennes ont vomi plus de dix mille brochures préconisant cette solution du Problème social

          Cette solution, hélas! a pour base une pure illusion d'optique, si tant est qu'une illusion soit une base. 

 

 On commence par confondre le numéraire avec les produits, puis on confond le papier-monnaie avec le numéraire, et c'est de ces deux confusions qu'on prétend dégager une réalité. 

          Il faut absolument, dans cette question, oublier l'argent, la monnaie, les billets et les autres instruments au moyen desquels les produits passent de main en main, pour ne voir que les produits eux-mêmes, qui sont la véritable matière du prêt. 

          Car quand un laboureur emprunte cinquante francs pour acheter une charrue, ce n'est pas en réalité cinquante francs qu'on lui prête, c'est la charrue. 

          Et quand un marchand emprunte vingt mille francs pour acheter une maison, ce n'est pas vingt mille francs qu'il doit, c'est la maison. 

          L'argent n'apparaît là que pour faciliter l'arrangement entre plusieurs parties. 

          Pierre peut n'être pas disposé à prêter sa charrue, et Jacques peut l'être à prêter son argent. Que fait alors Guillaume? Il emprunte l'argent de Jacques et, avec cet argent, il achète la charrue de Pierre. 

          Mais, en fait, nul n'emprunte de l'argent pour l'argent lui-même. On emprunte l'argent pour arriver aux produits. 

          Or, dans aucun pays, il ne peut se transmettre d'une main à l'autre plus de produits qu'il n'y en a. 

          Quelle que soit la somme de numéraire et de papier qui circule, l'ensemble des emprunteurs ne peut recevoir plus de charrues, de maisons, d'outils, d'approvisionnements, de matières premières, que l'ensemble des prêteurs n'en peut fournir. 

          Car mettons-nous bien dans la tête que tout emprunteur suppose un prêteur, et que tout emprunt implique un prêt. Cela posé, quel bien peuvent faire les institutions de crédit? c'est de faciliter, entre les emprunteurs et les prêteurs, le moyen de se trouver et de s'entendre. Mais, ce qu'elles ne peuvent faire, c'est d'augmenter instantanément la masse des objets empruntés et prêtés. 

          Il le faudrait cependant pour que le but des Réformateurs fût atteint, puisqu'ils n'aspirent à rien moins qu'à mettre des charrues, des maisons, des outils, des approvisionnements, des matières premières entre les mains de tous ceux qui en désirent. 

          Et pour cela qu'imaginent-ils? 

          Donner au prêt la garantie de l'État. 

          Approfondissons la matière, car il y a là quelque chose qu'on voit et quelque chose qu'on ne voit pas. Tâchons de voir les deux choses.    Supposons qu'il n'y ait qu'une charrue dans le monde et que deux laboureurs y prétendent. 


          Pierre est possesseur de la seule charrue qui soit disponible en France. Jean et Jacques désirent l'emprunter. Jean, par sa probité, par ses propriétés, par sa bonne renommée offre des garanties. On croit en lui; il a du crédit. Jacques n'inspire pas de confiance ou en inspire moins. Naturellement arrive que Pierre prête sa charrue à Jean. 

          Mais voici que, sous l'inspiration socialiste, l'État intervient et dit à Pierre: Prêtez votre charrue à Jacques, je vous garantis le remboursement, et cette garantie vaut mieux que celle de Jean, car il n'a que lui pour répondre de lui-même, et moi, je n'ai rien, il est vrai, mais je dispose de la fortune de tous les contribuables; c'est avec leurs deniers qu'au besoin je vous payerai le principal et l'intérêt. 

          En conséquence, Pierre prête sa charrue à Jacques: c'est ce qu'on voit. 

          Et les socialistes se frottent les mains, disant: Voyez comme notre plan a réussi. Grâce à l'intervention de l'État, le pauvre Jacques a une charrue. Il ne sera plus obligé à bêcher la terre; le voilà sur la route de la fortune. C'est un bien pour lui et un profit pour la nation prise en masse. 

          Eh non! messieurs, ce n'est pas un profit pour la nation, car voici ce qu'on ne voit pas. 

          On ne voit pas que la charrue n'a été à Jacques que parce qu'elle n'a pas été à Jean. 

          On ne voit pas que, si Jacques laboure au lieu de bêcher, Jean sera réduit à bêcher au lieu de labourer. 

          Que, par conséquent, ce qu'on considérait comme un accroissement de prêt n'est qu'un déplacement de prêt. 

          En outre, on ne voit pas que ce déplacement implique deux profondes injustices. 

          Injustice envers Jean qui, après avoir mérité et conquis le crédit par sa probité et son activité s'en voit dépouillé. 

          Injustice envers les contribuables, exposés à payer une dette qui ne les regarde pas. 

          Dira-t-on que le gouvernement offre à Jean les mêmes facilités qu'à Jacques? Mais puisqu'il n'y a qu'une charrue disponible, deux ne peuvent être prêtées. L'argument revient toujours à ce que, grâce à l'intervention de l'État, il se fera plus d'emprunts qu'il ne peut se faire de prêts, car la charrue représente ici la masse des capitaux disponibles. 

          J'ai réduit, il est vrai, l'opération à son expression la plus simple; mais, éprouvez à la même pierre de touche les institutions gouvernementales de crédit les plus compliquées, vous vous convaincrez qu'elles ne peuvent avoir que ce résultat: déplacer le crédit, non l'accroître. Dans un pays et dans un temps donné, il n'y a qu'une certaine somme de capitaux en disponibilité et tous se placent. En garantissant des insolvables, l'État peut bien augmenter le nombre des emprunteurs, faire hausser ainsi le taux de l'intérêt (toujours au préjudice du contribuable), mais, ce qu'il ne peut faire, c'est augmenter le nombre des prêteurs et l'importance du total des prêts. 

          Qu'on ne m'impute point, cependant, une conclusion dont Dieu me préserve. Je dis que la Loi ne doit point favoriser artificiellement les emprunts; mais je ne dis pas qu'elle doive artificiellement les entraver. S'il se trouve, dans notre régime hypothécaire ou ailleurs, des obstacles à la diffusion et à l'application du crédit, qu'on les fasse disparaître; rien de mieux, rien de plus juste. Mais c'est là, avec la liberté, tout ce que doivent demander à la Loi des Réformateurs dignes de ce nom. 

 

 

Article originellement publié par le Québéquois Libre ici

 

 

<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :5 (14 votes)
>> Article suivant
Frédéric Bastiat (30 juin 1801 - 24 décembre 1850) est un économiste français. Économiste et pamphlétaire, élu député des Landes en 1848, il n'a de cesse de combattre le protectionnisme et le socialisme, et de promouvoir le libre-échange et les droits de l'individu. Il a été la figure centrale de l'école de Paris. Écrivain au style direct, ses écrits (articles ou pamphlets) manient les comparaisons pédagogiques et les fables satiriques, et visent à débusquer les principaux mythes ou sophismes entretenus autour de l'État (la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde), du socialisme (la spoliation légale), de la richesse (le profit de l'un est le profit de l'autre), de la solidarité (il m'est tout à fait impossible de concevoir la Fraternité légalement forcée, sans que la Liberté soit légalement détruite, et la Justice légalement foulée aux pieds), de l'impôt, de l'interventionnisme, du machinisme, etc.
Commenter cet article
>Suivre tous les commentaires du site
Vous devez être connecté pour commenter un article8000 caractères max.
connectez-vous ou inscrivez-vous
  Tous Favoris Mieux Notés  
A zoppas-vous avez une manière expéditive pour traiter des problèmes que l’on nomme de complexes qui exigent un développement conséquent. Je ne connais pas votre aptitude des marchés financiers mais étant un professionnel de ceux-ci, je me permets de vous opposer le raisonnement ci-après. Préalablement il y a plusieurs thèmes à développer devant vos raccourcis qui interpellent par vos jugements qui seront défaits.
1) Pour les banques je me permettrais de vous conseiller de lire les Accords des comités de Bâle I, II et III, qui permettent de créer de la monnaie scripturale avec des coefficients nommés Cooke et Mc Donnough et la création monétaire qui s’en suit est dans le droit fil de l’article, la masse de crédit n’augmente en rien la masse des charrues disponibles immédiatement ce qu’il faut lire et qui répond aussi à votre sentence dans votre 4e paragraphe (curieuse compréhension d’une métaphore, en effet Bastiat ne connaissait pas les produits dérivés que je saches !!!!)
2) Votre 3e paragraphe contient plusieurs sujets mêlés et vous faites des confusions qu’il est nécessaire de corriger. Si vous empruntez en USD et prêtez à un fonds brésilien, je n’en comprends pas l’intérêt pour le fonds brésilien qui peut lui-même contracté ce prêt directement en USD (votre exemple est un non-sens dont l’intérêt n’effleurerait aucun professionnel). Ensuite, si le fonds brésilien achète un call, il achète bien un « produit dérivé » offert par le marché mais il n’est plus dans la sphère des emprunts explicitée par Bastiat dans sa métaphore des charrues. Il est dans l’univers des produits de couverture sur un sous-jacent réel, dans votre exemple « le soja » qui est acheté en vue de couvrir une fluctuation soit du prix de la denrée soit de la parité des monnaies dans lesquelles se déroulera la transaction. Un call est un produit de couverture qui n’exige aucunement la livraison mais la couverture de la transaction. Votre connaissance des produits dérivés est sommaire !!! Il n’y a aucun lien avec l’emprunt dans cette transaction. Vous faites un amalgame avec autre chose.
3) Pour la métaphore des charrues apparemment vous n’avez pas compris la pensée de Bastiat qui explicite que l’emprunt n’augmente pas la masse des produits disponibles, l’emprunt ne fait que déplacer le prêt d’un utilisateur à un autre pour une quantité définie de produits disponibles à l’instant T. Les produits que vous le vouliez ou non sont réputés rares même si leur masse disponible apparait en quantité impressionnante comme les véhicules, les ordinateurs, leur quantité produite à un instant t est celle-là et non une plus importante. L’augmentation des emprunts ne permet pas d’acquérir plus que ce qui est produit. Si par contre des industriels s’intéressaient à la production de nouvelles charrues (ou d’autres biens), il leur faudrait un certain temps et non pas illico comme vous le dites car les machines, les bâtiments, les matières premières nécessaires, les ouvriers ne sont pas forcément disponibles pour les réaliser immédiatement le cycle de production demande une certain temps et une décision de l’entrepreneur qui ne va pas forcément déclencher un cycle avec les investissements correspondants pour satisfaire une demande qui pourrait ne pas être pérenne.
J’espère vous avoir aidé dans votre assertion.
Evaluer :   0  1Note :   -1
EmailPermalink
Bastiat dit " Mais, en fait, nul n'emprunte de l'argent pour l'argent lui-même. On emprunte l'argent pour arriver aux produits."

Que font les banques et les financiers alors ?

Si j'emprunte à 1% aux US en dollar pour repreter à 1+X% à un fond brésilien qui achète un call sur le soja dont il ne demandera jamais la livraison physique, ce n'est pas un emprunt d'argent pour l'argent lui-même ?

L'exemple de la charrue est totalement bidon. Un fabricant de charrue se pressera de fabriquer illico une deuxième charrue pour la vendre au 2ème. Tous les biens ne sont pas en quantité limité. Son exemple peut marcher pour une récolte de tomates mais certainement pas pour un produit manufacturé comme une charrue.
Evaluer :   2  1Note :   1
EmailPermalink
A zelectron-S’il y a une quantité définie de charrues et une quantité défini de crédit, il n’y a rien d’autre. C’est ce qu’il faut comprendre.
Si vous introduisez un instrument financier qui n’a rien à voir ni avec les charrues ni avec le crédit, il n’y a toujours qu’une quantité limitée de charrues et de crédit, c’est ce qu’il faut comprendre.
Cependant, vous introduisez dans la discussion, les produits dérivés qui ne sont ni des charrues ni du crédit. Mais vous avez là une notion intéressante en ce sens que la charrue pourrait être achetée dans une monnaie qui n’est pas la votre et que lors de la transaction vous craignez de perdre une certaine somme d’argent par différentiel de taux de change et vous achetez une garantie qui est bien un produit sous la forme d’une assurance. Il y a bien un échange. Nous avons quitté l’univers des charrues et du crédit pour venir dans un autre univers d’échange, donc rien n’a changé dans la notion de quantité de monnaie de part et d’autre car il a fallu convertir une monnaie dans une autre avec l’achat (la vente) d’un service (le produit dérivé) celui-ci est toujours en quantité limitée par rapport à son sous jacent. Pensez à l’assurance d’un bien (véhicule ou maison) vous avez une quantité limitée d’assurance en fonction du nombre de biens à assurer. Il n’y pas de virtualité dans tout cela il s’agit d’un service qui a un prix consenti par les parties.
Evaluer :   5  0Note :   5
EmailPermalink
Aujourd'hui il y a même des charrues virtuelles qui ne peuvent bien évidemment pas labourer mais qui s’achètent et se vendent même à terme, vous y croyez vous ?
Evaluer :   4  2Note :   2
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
A zoppas-vous avez une manière expéditive pour traiter des problèmes que l’on nomme de complexes qui exigent un développement conséquent. Je ne connais pas votre aptitude des marchés financiers mais étant un professionnel de ceux-ci, je me permets de vou  Lire la suite
CLAUDE F. - 18/05/2012 à 20:30 GMT
Note :  0  1
Top articles
Derniers Commentaires
Notre-Dame de Paris : risques, enseignements et espoir
18 avr.Saphir2
Les promesses des riches sont à l'image des promesses de dons au téléthon, ce ne sont que des promesses. Ne soyons pas naïfs, il est évide...
Notre-Dame de Paris : risques, enseignements et espoir
18 avr.Attilio4
A plusieurs reprises j'ai été très critique au sujet des éditos de H. Seize.Notamment quand il se prenait à Marine Le Pen en termes très durs au su...
Dépossession: les confiscations bancaires ont déjà commencé.
18 avr.L Held-Khawam
https://www.ecb.europa.eu/explainers/tell-me/html/nominal_and_real_interest_rates.fr.html
Dépossession: les confiscations bancaires ont déjà commencé.
18 avr.L Held-Khawam1
http://france-inflation.com/taux-livret-A.php
Dépossession: les confiscations bancaires ont déjà commencé.
17 avr.Attilio2
@LULULU Si mes souvenirs sont bons,sous Giscard nous avions un taux d'inflation supérieurs à 10% et les salaires étaient revalorisés en co...
Dépossession: les confiscations bancaires ont déjà commencé.
17 avr.Louis L.1
LULULU, Tapez "taux d'intérêt réel" et vous trouverez sur Wikipedia: Années 70 : ? Années 80 : 5,5% Années 90 : 4,6% ...
Salvini et Di Maio convoitent toujours l’or de la Banque d’Italie
17 avr.Saphir
Je les entends encore les aveugles, me dirent que l'Iatlie a enfin des nationalistes au pouvoir, et que le peuple italien a bien de la chance face ...
Dépossession: les confiscations bancaires ont déjà commencé.
17 avr.LULULU-2
Cet article ne se réfère pas suffisamment à l'histoire Revoyez la période de Giscard d'Estaing les taux étaient négatifs Nos parents ou gra...
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX