Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en
Dans la même rubrique

Ce que révèle l’amende de 7 milliards de dollars à Citigroup

IMG Auteur
Publié le 17 juillet 2014
574 mots - Temps de lecture : 1 - 2 minutes
( 13 votes, 5/5 ) , 6 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
6
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux

La banque américaine Citigroup vient d'être condamnée par le Département de la justice à payer une amende 7 milliards de dollars. Elle est sanctionnée pour son rôle dans la crise des subprimes : "Citigroup était informée des déficiences sérieuses et généralisées des prêts de plus en plus risqués qu'elle transformait en obligations" et, pourtant, elle a continué, explique Eric Holder, le Procureur général des Etats-Unis. Les grandes banques sont dans le collimateur de la justice américaine pour leurs responsabilités dans la crise des subprimes. JP Morgan a déjà payé 13 milliards de dollars d'amende et on parle de 17 milliards pour Bank of America, pour laquelle les discussions sont en cours. Les banques préfèrent payer une forte amende, de façon à éviter un procès au civil, long et risqué.

On pourrait se réjouir que de lourdes sanctions tombent sur les banques fautives… on pourrait penser que cela les rendra plus prudentes à l'avenir. C'est une possibilité. Mais on peut aussi déplorer plusieurs éléments qui ne vont pas dans ce sens. En premier, c'est la seule responsabilité morale de la banque qui est en cause, mais pas celle, personnelle, des anciens dirigeants, y compris d'ailleurs de sociétés qui ont fait faillite comme Countrywide d'Angelo Mozziloo (pour prendre l'un des pires dans le genre). Si la justice leur avait repris l'intégralité des salaires et stock options qu'ils s'étaient versés à l'époque, voici qui aurait constitué une sacrée mise en garde pour les dirigeants actuels ! Mais cette voie n'a pas été empruntée.

L'autre inquiétude apparaît lorsqu’on apprend la répartition de ces 7 milliards d'amende. 4 vont directement dans la poche du Département de la justice… on a un peu l'impression que l'Etat fédéral cherche surtout des recettes d'appoint pour réduire son déficit budgétaire. 500 millions sont partagés entre les procureurs des Etats associés à la procédure et le Fonds de garantie des dépôts bancaires. Autrement dit, ce dernier, qui sert à limiter l'impact des crises financières et à protéger les épargnants, ne touchera que des miettes; voici une drôle de façon de préparer l'avenir. Enfin, le reste de l'amende, soit 2,5 milliards de dollars, doit servir à financer des allégements de conditions de crédit aux particuliers piégés par la crise immobilière. Là, c'est incroyable : l'Etat fédéral subventionne l'accès à la propriété, c'est-à- dire qu'il refait la même erreur qui est à l'origine de la crise des subprimes !

Dans le dossier des subprimes, les responsabilités sont en effet partagées : les banques revendaient des produits qu'elles savaient avariés, mais au début de cette histoire c'est bien l'Etat fédéral qui a encouragé l'accession à la propriété, en limitant le pouvoir des banques à refuser un crédit (avec le Community Reinvestment Act), ainsi qu'en subventionnant largement et en accordant sa garantie à deux agences publiques, Fanny Mae et Freddy Mac, qui servaient de grandes lessiveuses d'emprunts hypothécaires.

Avec ces fortes amendes imposées aux banques, l'Etat s'exonère de toute responsabilité, de toute autocritique. Pire (ou conséquence inéluctable), il refait les mêmes erreurs. De là à ce que, pareillement, les banquiers en activité empochent de confortables indemnités (les bénéfices des banques sont au plus haut) tout en négligeant des risques qu'ils voient passer devant leur yeux, il n'y a qu'un pas. Mais ce sont leurs successeurs qui devront gérer ce problème, ainsi que d'autres gouvernements. Pendant ce temps, ce mélange nocif de politique keynésienne et d'avidité à court terme continue, avec tous les dégâts que cela occasionne sur l'économie.

Données et statistiques pour les pays mentionnés : Etats-unis | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Etats-unis | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :5 (13 votes)
>> Article suivant
Philippe Herlin est chercheur en finance et chargé de cours au Conservatoire National des Arts et Métiers à Paris. Il est également contributeur sur le site Goldbroker.com
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
Ce que j'ai préféré dans cet article :
Les dirigeants qui se sont sucrés ne rembourseront rien.
Et la répartition de l'amende...
On en arrive à se demander si fabriquer de la fausse monnaie dans son coin n'est pas plus respectable !
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Question : quand Citigroup va payer les 7 milliards, ce sera fait avec quel argent ? Celui imprimé par la FED ?

Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Il en existe d'autre?
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink

Bien sûr !

Vous ne pouvez pas vous imaginer
le nombre de faux billets qui circulent...
C'est proprement hallucinant !
(mais on se garde bien de révéler ce chiffre)

C'est de l'ordre de 1 à 2 sur 10.

Avec les technologies actuelles,
les faux-monnayeurs sont devenus de véritables orfèvres
(rendons à César ce qui est à César),
et seul le détecteur à infra-rouge peut faire le distinguo.

Tout le monde commerce, tous les jours,
avec de faux billets.
Sans le savoir.

"En haut" ils le savent parfaitement.
Mais ils ne disent rien,
car ça ne change strictement rien à leurs affaires
(voire même ça les arrange,
en augmentant la masse monétaire en circulation).

Conclusion...
(je la laisse à la libre interprétation)

Evaluer :   1  3Note :   -2
EmailPermalink
La monnaie n'étant, me semble-t-il, que le vecteur matériel de l'idée de vie commune, le distinguo entre la vraie et la fausse est paradoxe puisque, me semble-t-il, nous vivons vraiment tous ensemble, quoiqu'il arrive.

C'est exactement ce que je voulais dire !

Partant de là, ma conclusion est que,
plutôt que de couiner contre le système,
achetez du bon papier, de la bonne encre,
et devenez chacun des orfèvres en la matière.

Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
La monnaie n'étant, me semble-t-il, que le vecteur matériel de l'idée de vie commune, le distinguo entre la vraie et la fausse est paradoxe puisque, me semble-t-il, nous vivons vraiment tous ensemble, quoiqu'il arrive. Lire la suite
nymeo - 20/07/2014 à 08:40 GMT
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX