Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en
Dans la même rubrique

Ce qui a donné au "bitcoin" toute sa valeur.

IMG Auteur
Publié le 13 juillet 2017
3554 mots - Temps de lecture : 8 - 14 minutes
( 4 votes, 4/5 ) , 1 commentaire
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
[titre article pour referencement]
0
envoyer
1
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editorial du Jour

Paris, le 13 juillet 2017.

Le prix du "bitcoin" en dollar des Etats-Unis d'Amérique est au plus haut ces temps derniers (cf. graphique 1 ci-dessous).

Graphique 1

Prix du bitcoin en $

Avril-juillet 2017

Source : https://www.bloomberg.com/news/articles/2017...-critical-month

A l'exemple de ce que dit la journaliste (cf. la source ci-dessus), peu de gens semblent comprendre ce qui se passe.

Pour les réconforter, je les renvoie au texte qui suit et qui a été écrit en août 2014 par target="_blank" Jeffrey Tucker, Director of Content for the target="_blank" Foundation for Economic Education.

Il prolonge mon target="_blank" texte de 1999 sur la monnaie électronique (pour ne pas parler de mon dernier target="_blank" billet de juillet 2017).

A chacun d'abandonner, s'il veut comprendre, les théories inexactes où il se vautre ou bien est incité à s'y vautrer par l'économie politique "mainstream".

                                          Sommaire.

1. Qu'est-ce qui a donné au Bitcoin sa valeur ?

2. Le Bitcoin n’a pas de valeur, d’accord ?

3. Dures leçons pour la bonne monnaie.

4. Pourquoi alors a-t-il eu une valeur ?

[The Theory of Money and Credit.]

5. Valeur d’usage du Bitcoin

6. Mises a-t-il tort ?

7. Comment résoudre le problème ?

[Que dit Nakamoto ?]

8. Preuve du concept.

9. Comptabilité finale.

Voici ma traduction.

Les rares inter titres et les graphiques sont de mon cru.

1. Qu'est-ce qui a donné au Bitcoin sa valeur?

Beaucoup de gens qui n'ont jamais utilisé le Bitcoin le regardent avec confusion.

Pourquoi cette monnaie Internet magique a-t-elle une valeur?

C'est juste un machin d’ordinateur que quelqu'un a inventé.

Prenez en considération la critique des avocats de l'or, qui, pendant des décennies, ont avancé l'idée que la bonne monnaie devait être appuyée sur quelque chose de réel, de matériel et, indépendamment, de valeur.

2. Le Bitcoin n’a pas de valeur, d’accord ?

Peut-être en est-il ainsi.

Mais regardons de plus près.

Le Bitcoin a d'abord émergé comme concurrent possible de la monnaie nationale, gérée par le gouvernement, il y a près de six ans.

Le target="_blank" white paper de Satoshi Nakamoto a été publié le 31 octobre 2008.

La structure et la langue de cet article ont envoyé le message: cette monnaie s'adresse aux techniciens de l’ordinateur, non pas à des économistes ni à des experts politiques.

La circulation de l'article a été limitée ; les novices qui l'ont lu ont été mystifiés.

Mais le manque d'intérêt n'a pas empêché l'histoire d’avancer.

Deux mois plus tard, ceux qui y prêtaient attention ont vu l'émergence du «bloc de genèse», le premier groupe de bitcoins généré par le concept proposé par Nakamoto, à savoir celui d'un grand livre distribué qui habitait sur n'importe quel nœud d’ordinateur du monde qui voulait l'héberger.

Voici que nous sommes six ans plus tard [2014] et qu’un seul bitcoin se négocie à 500 $ et a atteint 1 200 $ la pièce [cf. graphique 2 ci-dessous et le comparer au graphique 1 ci-dessus].

Graphique 2

Prix du bitcoin en $

décembre 2010-juillet 2017

La monnaie est acceptée par plusieurs milliers d'institutions, à la fois en ligne et hors ligne.

Son système de paiement est très target="_blank" populaire dans des pays pauvres sans vastes infrastructures ban-caires, mais aussi dans les pays développés.

Et les principales institutions - y compris la Réserve fédérale, l'O.C.D.E., la Banque mondiale et les grandes maisons d'investissement -, y accordent une grande attention.

Les amateurs, qui se trouvaient dans chaque pays, disent que sa valeur d'échange va monter à l'avenir parce que son offre est strictement limitée et fournit un système largement supérieur à la monnaie du gouvernement.

Le Bitcoin est transféré entre des personnes sans partie tierce.

Il est presque sans coût d'échange.

Il a une offre prévisible.

Il est durable, fongible et divisible, toutes les caractéristiques cruciales de la monnaie.

Il crée un système monétaire qui ne dépend pas de la confiance et de l'identité, beaucoup moins encore des banques centrales et du gouvernement.

C'est un nouveau système pour l'ère numérique.

3. Dures leçons pour la bonne monnaie.

Pour les personnes instruites dans la tradition de la « bonne monnaie », l'idée toute entière a été un sérieux défi.

En ce qui me concerne, j'avais beaucoup lu sur le bitcoin pendant deux ans avant d’en arriver à être près de le comprendre.

Il y avait juste quelque chose de l'idée qui m’ennuyait.

Vous ne pouvez pas gagner de la monnaie à partir de rien, beaucoup moins encore d’un code d’ordinateur.

4. Pourquoi alors a-t-il eu une valeur?

Il doit y avoir quelque chose en travers.

Ce n'est pas la façon dont nous nous attendions à ce que la monnaie soit réformée.

Voici le problème : nos attentes.

Nous aurions dû faire davantage attention à la théorie de Ludwig von Mises sur les origines de la monnaie, - non pas à ce que nous pensons qu'il a écrit, mais à ce qu'il a réellement écrit.

[The Theory of Money and Credit..]

En 1912, Mises a publié target="_blank" The Theory of Money and Credit.

Ce fut un énorme succès en Europe quand il est sorti en allemand, et il fut traduit en anglais.

Tout en couvrant chaque aspect de la monnaie, sa principale contribution a été de retracer la valeur et le prix de la monnaie - et pas seulement la monnaie elle-même - jusqu'à ses origines.

C'est-à-dire, il a expliqué comment la monnaie obtient son prix en termes des biens et services qu'elle obtient.

Il a dénommé plus tard ce processus le «théorème de régression», et, comme cela se révèle, le bitcoin satisfait toutes les conditions du théorème.

Le professeur de Mises, Carl Menger, a démontré que la monnaie elle-même a pour origine le marché, - non pas l'État ni le contrat social.

Elle émerge progressivement à mesure que les entrepreneurs monétaires recherchent une forme idéale de marchandise pour l'échange indirect.

Au lieu de simplement échanger les uns contre les autres, les gens acquièrent un bien non pas pour consommer, mais pour échanger. [... c’est la définition de JB Say]

Ce bien devient monnaie, la marchandise la plus commercialisable.

Mises a ajouté que la valeur de la monnaie pouvait se retracer jusqu’à sa valeur d’hier en tant que marchandise échangé.

Mises a dit que c’était la seule façon dont la monnaie acquérait de la valeur.

La théorie de la valeur de la monnaie en tant que telle peut se retracer jusqu’à la valeur d'échange objective de la monnaie seulement à ce point où elle cesse d'être valeur de la monnaie et devient simplement valeur d'une marchandise ...

Si, de cette façon, nous allons de plus en plus loin dans le passé, nous devons arriver réellement à un point

- où nous ne trouvons plus aucun élément dans la valeur d'échange objective de la monnaie qui découle d'évaluations basées sur la fonction de la monnaie comme moyen d'échange commun ;

- où la valeur de la monnaie n'est rien d'autre que la valeur d'un objet qui est utile d'une autre manière que comme monnaie ...

Avant qu’il soit habituel d'acquérir des biens dans le marché, non pas pour la consommation personnelle, mais simplement pour les échanger contre les biens qui étaient vraiment recherchés, chaque marchandise individuelle n’a été accrédité que de la valeur donnée par les évaluations subjectives fondées sur son utilité directe.

L'explication de Mises a résolu un problème majeur qui avait longtemps mystifié les économistes.

C'est un récit d'histoire conjecturelle, et pourtant il a un sens parfait.

Est-ce que le sel serait devenu de la monnaie s'il n'avait pas été complètement inutile?

Est-ce que les peaux de castor auraient obtenu une valeur monétaire si elles n'étaient pas utiles pour les vêtements?

L'argent ou l'or auraient-ils, chacun, une valeur de monnaie s'ils n'avaient aucune valeur comme marchandises ?

La réponse dans tous les cas de l'histoire monétaire est clairement « non ».

La valeur initiale de la monnaie, avant d'être largement échangée comme monnaie, provient de son utilité directe.

C'est une explication qui est démontrée par une reconstruction historique.

C'est le théorème de régression de Mises.

5. Valeur d’usage du Bitcoin.

À première vue, le bitcoin semble être une exception.

Vous ne pouvez pas utiliser un bitcoin pour autre chose que pour de la monnaie.

Il ne peut être porté comme bijoux.

Vous ne pouvez pas en tirer de machine.

Vous ne pouvez pas le manger ou même faire des décorations avec lui.

Sa valeur n'est réalisée que comme une unité qui facilite l'échange indirect.

Et pourtant, le bitcoin est déjà de la monnaie.

Il est utilisé tous les jours. Vous pouvez voir les échanges en temps réel. Ce n'est pas un mythe. C'est un vrai échange. Il ressemble à ce que nous devons choisir.

6. Mises a-t-il tort ?

Peut-être que nous devons rejeter toute sa théorie.

Ou peut-être son point de vue était-il purement historique et ne s'applique pas à l’avenir d'une ère numérique.

Ou peut-être son théorème de régression est-il la preuve que le bitcoin est juste une manie vide pour rester puissance, car il ne peut pas être réduit à sa valeur de marchandise utile.

Et pourtant, vous ne devez pas recourir à la théorie monétaire compliquée pour comprendre le sentiment d'alarme entourant le bitcoin.

Beaucoup de gens ont juste un sentiment de malaise, comme je l'ai eu, à propos d'une monnaie qui n'a aucun fondement physique.

Bien sûr, vous pouvez imprimer un bitcoin sur un morceau de papier, mais avoir un papier avec un code QR ou une clé publique n'est pas suffisant pour soulager ce sentiment de malaise.

7. Comment résoudre le problème?

En esprit, j'ai joué avec le problème depuis plus d'un an. Cela m'a passionné.

Je me demandais si l'intuition de Mises ne s'appliquait que dans une ère pré numérique.

J'ai suivi les spéculations en ligne selon quoi la valeur du bitcoin serait nulle sauf pour les monnaies nationales en quoi il était converti.

Peut-être la demande de bitcoin a-t-elle surmonté les exigences du scénario de Mises en raison d'un besoin désespéré de quelque chose autre que le dollar.

Au fil du temps, - et j'ai lu le travail de target="_blank" Konrad Graf, target="_blank" Peter Surda, et target="_blank" Daniel Krawisz -. finalement, la solution est arrivée.

Je mets de côté la recherche pour mieux révéler la solution ; le bitcoin est à la fois un système de paiement et une monnaie.

Le système de paiement est la source de la valeur, tandis que l'unité de compte se borne à exprimer cette valeur en termes de prix.

L'unité de monnaie et le paiement est sa caractéristique la plus inhabituelle, et celle que la plupart des commentateurs ont eu du mal à débrouiller.

Nous sommes tous habitués à considérer la monnaie comme séparée des systèmes de paiement.

Cette pensée reflète les limites technologiques de l'histoire.

Il y a le dollar et il y a des cartes de crédit.

Il y a l'euro et il y a PayPal.

Il y a le yen et il y a des services de fil de communication.

Dans chaque cas, le transfert de monnaie repose sur des fournisseurs de services de partie tierce.

Pour les utiliser, vous devez établir ce qu’on appelle une «relation de confiance» avec eux, ce qui revient à dire que l'institution qui organise l'opération doit croire que vous allez payer.

Ce coin placé entre la monnaie et le paiement a toujours été avec nous, sauf pour le cas de la proximité physique.

Si je vous donne un dollar pour votre tranche de pizza, il n'y a pas de partie tierce.

Mais les systèmes de paiement, les parties tierces et les relations de confiance deviennent nécessaires une fois que vous avez quitté la proximité géographique.

C'est quand des entreprises comme Visa et des institutions comme les banques deviennent indispensables.

Elles sont l'application qui fait que le logiciel monétaire fait ce que vous voulez qu'il fasse.

L’anicroche est que les systèmes de paiement dont nous disposons aujourd'hui ne sont pas accessibles juste à chacun.

En fait, une grande majorité de l'humanité n'a pas accès à de tels outils, ce qui constitue une des principales raisons de la pauvreté dans le monde.

Les personnes dans ce cas sont confinées aux seuls échanges locaux et ne peuvent pas étendre leurs relations commerciales au monde.

Un objectif majeur, sinon principal, de développer le Bitcoin était de résoudre ce problème.

Le protocole a consisté à tisser ensemble la caractéristique de la monnaie avec un système de paiement.

Les deux sont intimement liés dans la structure du code lui-même.

Cette connexion est ce qui fait que le Bitcoin est différent de toute monnaie nationale existante et, en fait, de toute monnaie dans l'histoire.

[Que dit Nakamoto ?]

Nakamoto parle à partir du résumé introductif de son livre blanc.

Observez à quel point le système de paiement est central pour le système monétaire qu'il a créé:

"une version de la monnaie électronique purement entre pairs permet d'envoyer directement les paiements en ligne d'une partie à l'autre sans passer par une institution financière.

Les signatures numériques fournissent une partie de la solution, mais les principaux avantages sont perdus si une partie tierce de confiance est toujours nécessaire pour éviter les doubles dépenses.

Nous proposons une solution au problème de la double dépense en utilisant un réseau entre pairs.

Le réseau enregistre par horodatage les échanges en les hachant dans une chaîne continue de preuves du travail fondées sur le hachage, formant un enregistrement qui ne peut être modifié sans refaire la preuve du travail.

La chaîne la plus longue non seulement sert de preuve de la séquence des événements témoins, mais encore de preuve qu'elle est provenue du plus grand groupe du processeur CPU.

Tant qu'une majorité du processeur CPU est vérifiée par des nœuds qui ne coopèrent pas pour attaquer le réseau, ils généreront la plus longue chaîne et s'attaqueront aux attaquants.

Le réseau lui-même requiert une structure minimale.

Les messages sont diffusés sur la base du meilleur effort, et les nœuds peuvent partir et rejoindre le réseau à volonté, acceptant la plus longue chaîne de preuve de travail comme preuve de ce qui s'est passé alors qu'ils étaient partis."

Ce qui est très frappant à propos de ce paragraphe, c'est qu'il n'y a même pas de mention de l'unité de monnaie elle-même.

Il n'y a que la mention du problème de la double dépense (ce qui revient à dire le problème de la création de monnaie inflationniste).

L'innovation ici, même selon les mots de son inventeur, est le réseau de paiement, non pas la pièce.

La pièce ou l'unité numérique n'exprime que la valeur du réseau.

C'est un outil de compte qui absorbe et transporte la valeur du réseau dans le temps et dans l'espace.

Ce réseau est dénommé la chaîne de blocs.

C’est un grand livre qui habite dans le cloud numérique, réseau distribué, et qui peut être observé en tout temps par n'importe qui.

Il est soigneusement surveillé par tous les utilisateurs.

Il permet le transfert de bits d’information sécurisés et non répétables d'une personne à une autre personne n'importe où dans le monde, et ces bits d'information sont sécurisés par une forme numérique de titre de propriété.

C'est ce que Nakamoto dénommait "signatures numériques".

Son invention du grand livre basé dans le « cloud » permet de vérifier les droits de propriété sans devoir dépendre d'une agence de fiducie tierce.

La chaîne de blocs a résolu ce qui est arrivé à être connu comme le target="_blank" problème des généraux byzantins.

C'est le problème de la coordination d'action sur un large espace géographique en présence d'acteurs potentiellement malveillants.

Parce que les généraux séparés par l'espace doivent compter sur les messagers et que cette dépendance prend du temps et de la confiance, aucun général ne peut être absolument sûr que l'autre gé-néral a reçu et confirmé le message, et beaucoup moins encore sa précision.

Mettre un grand livre, à quoi tout le monde a accès, sur Internet surmonte le problème.

Le grand livre enregistre les montants, les horaires et les adresses publiques de chaque transaction.

L'information est partagée à travers le monde et toujours mise à jour.

Le grand livre garantit l'intégrité du système et permet à l'unité de monnaie de devenir une forme numérique de propriété avec un titre.

Une fois que vous comprenez cela, vous pouvez voir que la proposition de valeur du bitcoin est liée à son réseau de paiement attaché.

Voici où vous trouvez la valeur d’usage à quoi se réfère Mises.

Elle n'est pas intégré dans l'unité de monnaie, mais plutôt dans le système de paiement brillant et innovateur où habite le Bitcoin.

S'il était possible pour la chaîne de blocs de se séparer quelquefois du bitcoin (et, en fait, ce n'est pas possible), la valeur de la monnaie tomberait instantanément à zéro.

8. Preuve du concept.

Maintenant, pour comprendre davantage comment la théorie de Mises est en accord avec le bitcoin, vous devez comprendre un autre point concernant l'histoire de la monnaie cryptée.

Le jour de sa publication (9 janvier 2009), la valeur du bitcoin était très exactement égale à zéro.

Et elle l’est restée pendant 10 mois après sa sortie.

Tout le temps, des échanges se sont déroulés, mais elle n'avait aucune valeur affichée au-dessus de zéro pour tout ce temps.

Le premier prix affiché du bitcoin est apparu le 5 octobre 2009.

A cet échange, 1 $ était égal à 1 309,03 Bitcoin (que beaucoup ont considéré trop cher à l'époque).

En d'autres termes, la première évaluation du bitcoin était un peu plus d'un dixième d'un penny.

[Par la suite, cf. graphiques 3 et 4 ci-dessous :

Graphique 3

Prix du bitcoin en $

fin 2010 – début 2011

Graphique 4 

Prix du bitcoin en $

années 2011-13

:

fin de l'inter titre]

Eh bien oui, si vous aviez acheté 100 $ de bitcoin à l'époque, et si vous ne les vendiez pas en panique, vous seriez demi milliardaire aujourd'hui.

Voici donc la question:

Que s'est-il passé entre le 9 janvier et le 5 octobre 2009, qui a amené le Bitcoin à obtenir une valeur du marché ?

La réponse est que les commerçants, les amateurs, les entrepreneurs et d'autres ont essayé la chaîne des blocs.

Ils voulaient savoir si elle fonctionnait.

- A-t-elle transféré les unités sans double dépense?

- Un système qui dépendait de la puissance volontaire du processeur CPU, a-t-il suffi réellement pour vérifier et confirmer les échanges?

- Les bitcoins récompensés atterrissent-ils au bon endroit comme paiements pour les services de vérification?

- Surtout, ce nouveau système a-t-il vraiment réussi à faire ce qui est apparemment impossible, - c'est-à-dire transporter des éléments sécurisés d'informations basées sur des titres à travers l'espace géographique,

non pas en se servant d’une partie tierce, mais plutôt entre pairs?

Il a fallu 10 mois pour construire la confiance.

Il a fallu "un autre" 18 mois avant que le bitcoin n'atteigne la parité avec le dollar américain.

Cette histoire est essentielle à comprendre, surtout si vous vous reposez sur une théorie des origines de la monnaie qui spécule sur la préhistoire de la monnaie, comme le fait le théorème de régression de Mises.

Le Bitcoin n’a pas toujours été une monnaie de valeur.

Il fut un beau jour une unité de compte pure attachée à un grand livre.

Ce grand livre a acquis ce que Mises a dénommé «valeur d'usage». Toutes les conditions du théorème sont ainsi satisfaites.

9. Comptabilité finale

En résumé, si quelqu'un dit

- que le bitcoin est fondé sur rien d’autre que de l'air,

- qu’il ne peut pas être de la monnaie parce qu'il n'a pas d'histoire réelle comme véritable marchandise,

et la personne en question disant soit qu’elle est un novice soit un économiste hautement qualifié,

vous devez apporter les deux points centraux suivants.

Primo, le bitcoin est

- non pas une monnaie de type autonome

- mais une unité de compte attachée à un réseau de paiement novateur.

Secundo, ce réseau et, par conséquent, le bitcoin n'ont obtenu leur valeur de marché que grâce à des tests en temps réel dans un environnement de marché.

En d'autres termes, une fois que vous avez pris en compte ses caractéristiques techniques « tape à l’oeil », le bitcoin a émergé exactement comme toutes les autres monnaies, du sel à l'or.

Les gens ont trouvé le système de paiement utile et la comptabilité attachée a été portable, divisible, fongible, durable et rare.

La monnaie est née.

Cette monnaie a toutes les meilleures caractéristiques de la monnaie tirée de l'histoire, mais y ajoute un réseau de paiement sans poids ni espace qui permet au monde entier de commercer sans avoir à faire intervenir des parties tierces.

Mais remarquez quelque chose d'extrêmement important ici.

La chaîne des blocs ne porte pas seulement sur la monnaie.

Elle porte aussi sur tous les transferts d'informations qui nécessitent sécurité, confirmations et assurance totale de l'authenticité.

Cela concerne les contrats et les échanges de toutes sortes, tous exécutés entre pairs.

Pensez à un monde sans parties tierces, incluant la partie tierce la plus dangereuse jamais conçue par l'homme: l'Etat lui-même.

Imaginez cet avenir et vous commencez à saisir l'ampleur des implications de notre avenir.

Mises serait étonné et surpris par le Bitcoin.

Mais il pourrait aussi ressentir un sentiment de fierté que sa théorie monétaire de plus de 100 ans ait été confirmée et donnât une vie nouvelle au 21ème siècle.

Retour au target="_blank" sommaire

Données et statistiques pour les pays mentionnés : Etats-unis | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Etats-unis | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4 (4 votes)
>> Article suivant
Georges Lane enseigne l’économie à l’Université de Paris-Dauphine. Il a collaboré avec Jacques Rueff, est un membre du séminaire J. B. Say que dirige Pascal Salin, et figure parmi les très rares intellectuels libéraux authentiques en France. Publié avec l’aimable autorisation de Georges Lane. Tous droits réservés par l’auteur
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
Ouais.... Faut être dans le coup, accessoirement avec lu et bien intégré von Mises.... Et surtout avoir du flair. Ceux qui ont bien "snifé" le Bitcoin au départ et en ont acheté ne le regrettent pas. Un peu comme certaines "minières".
Dernier commentaire publié pour cet article
Ouais.... Faut être dans le coup, accessoirement avec lu et bien intégré von Mises.... Et surtout avoir du flair. Ceux qui ont bien "snifé" le Bitcoin au départ et en ont acheté ne le regrettent pas. Un peu comme certaines "minières". Lire la suite
merisier - 15/07/2017 à 07:55 GMT
Top articles
Derniers Commentaires
On épargne en or mais on investit en argent
19 sept.samideano1
En fait, on se paye de mots, car la manipulation des MP brouille totalement le jeu et contredit toutes les prévisions qui ont été faites depuis lon...
Pour l’ONU, les emplois qualifiés sont menacés dans les pays dévelo...
19 sept.merisier
L'avenir appartiendra à ceux qui sauront entretenir et réparer les robots!
Pour l’ONU, les emplois qualifiés sont menacés dans les pays dévelo...
19 sept.50FHercule
Je cite: ”Pour éviter cette situation, on pourrait mettre en place des dispositifs par lesquels les revenus des employés seraient liés à la rentabi...
Pourquoi les salaires et l’inflation ne décollent pas ?
19 sept.Dorothée1
il est totalement ahurissant d'entendre les "journalistes économiques" de l'"information" mainstream se lamenter à longueur de temps de la "faible"...
CAC40: cette résistance graphique a été trop forte malgré trois ten...
19 sept.glanduron
Je lis "Tradobulle". 100% d'accord ! Je dirais même SuperTradoBulle... Ca devrait mal se terminer, un peu comme avec l'Hindenburg en 1937 ...
Écotaxe le retour !! Ça va chauffer…
19 sept.merisier1
J'en connais, petits transporteurs locaux (pas avec un semi-remorque) qui ne prendront plus les grands axes systématiquement et feront le détour n...
Écotaxe le retour !! Ça va chauffer…
18 sept.Y.Jullien0
Moi je parie sur les Bretons .
Pour des raisons de propagande, réchauffer le climat deviendra un c...
18 sept.Saphir2
Le réchauffement climatique est un leurre, nous allons vers un petit âge glaciaire. [ On peut se demander pourquoi les élites veulent un c...
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX