Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Ces crises à venir et inéluctables, peu importe qui est au pouvoir

IMG Auteur
Publié le 03 avril 2017
910 mots - Temps de lecture : 2 - 3 minutes
( 8 votes, 5/5 ) , 7 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
[titre article pour referencement]
0
envoyer
7
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux

l'avenir s'assombrit

Les commentateurs semblent divisés en trois camps : ceux qui voient en Trump la manifestation de nos maux socio-économiques intenses, ceux qui voient en Trump et ses partisans la cause de tous ces maux, et ceux qui voient en Trump aussi bien la manifestation que la cause de ces maux.

Je pense qu’ils passent à côté de l’essentiel, à savoir la superposition de crises qui se développent depuis cette décennie, c’est-à-dire les retours en baisse d’une dette qui explose, la démographie d’une population vieillissante, l’érosion du contrat social et la grande désunion qui règne parmi les élites politiques. Ces crises continueront d’empirer et de s’alimenter les unes les autres, peu importe qui est au pouvoir.

L’analyse historique semble partagée entre le récit du Grand Homme/Femme, qui estime que ce sont les individus qui font l’histoire, et le récit des Grandes Forces/La Loi Économique, qui estime que les individus jouent un rôle secondaire par rapport aux grandes forces qui s’exercent en dehors du contrôle de toute personne ou groupe.

Donc si la pensée dominante voit dans le président Lincoln le personnage principal de la guerre de Sécession (son élection a provoqué la sécession du Sud), l’opinion qui fait prévaloir les Grandes Forces estime que Lincoln ne fut que l’étincelle qui mit le feu aux poudres d’un conflit devenu inévitable bien avant l’élection de 1860.

Les frictions entre ces deux récits sont utiles, vu que l’histoire ne peut être simplement résumée à la décision d’individus ou à des forces exerçant leur pouvoir (la météo, la pénurie de ressources, une crise financière, des motifs géopolitiques, des catastrophes, la démographie, etc.). Ces deux dynamiques exercent tour à tour leur influence pour modeler l’histoire.

Les individus comptent, mais ils ne peuvent repousser indéfiniment les crises structurelles.

Ce qui nous amène à Trump. Le statu quo est en train d’imploser pour des raisons profondément structurelles : des promesses ont été faites lorsque la croissance était robuste, la dette peu élevée, l’énergie bon marché et abondante tandis que la population active était bien plus nombreuse que celle qui dépendait de l’État pour vivre (chômage, retraites et autres aides sociales). Les promesses qui ont été faites hier ne sont plus tenables aujourd’hui, peu importe qui est au pouvoir.

Il n’est pas possible de saigner un navet, ceux qui affirment que c’est possible ne font qu’exacerber les crises à venir avec leurs dénis et leurs rêves.

Cela fait 10 ans que je parle de ces crises qui se développent petit à petit et qui sont inévitables. Malgré l’illusion d’une croissance molle et le maintien du statu quo, sous la surface tout est bien plus fragile qu’il n’y paraît.

Même Timothy Geithner l’a récemment concédé dans son article publié dans Foreign Affairs qui explique comment faire face à la prochaine crise financière mondiale. Les banques centrales et les États ont utilisé toutes leurs cartouches : elles ont baissé les taux, créé de l’argent à partir de rien pour fournir des liquidités au système, acheté des obligations et d’autres actifs pour propulser des marchés vacillants ainsi qu’emprunté des sommes énormes pour les dépenses du gouvernement. Il ne reste plus grand-chose pour la prochaine crise.

L’opinion qui estime que de nouveaux tours de passe-passe des banques centrales peuvent sauver le système de la prochaine crise financière se base sur des suppositions qui sont probablement fausses. Car que se passera-t-il si l’énergie n’est plus bon marché et abondante ? Si la météo mondiale ne permet pas d’augmenter les rendements céréaliers ? Si les achats des banques centrales ne parviennent plus à doper les marchés ? Si les dettes gouvernementales atteignent des niveaux qui ne sont plus tenables ?

Est-ce que Hillary ou tout autre responsable politique serait capable d’endiguer ces crises profondément structurelles ? En bref, non. La seule chose que les responsables politiques peuvent faire, c’est réduire les attentes si bien que l’érosion des promesses qui ne peuvent être tenues sera acceptée comme étant inévitable, d’instiller l’espoir tout en exigeant des sacrifices de la part de ceux qui ont bénéficié du statu quo.

Si nous examinons les grands meneurs de l’histoire qui ont géré les nombreuses crises du passé, nous constatons qu’ils ne les ont pas fait disparaître, ils ont simplement su les gérer à la marge en insistant sur le besoin de faire des sacrifices pour bénéficier ensuite d’un futur plus radieux.

Si nous mettons à la poubelle notre paire de lunettes à verres roses, nous constatons que Franklin Roosevelt n’a pas « sorti le pays de la Dépression ». Le pays était toujours englué dedans en 1940, après 8 années de Roosevelt à sa tête. Il fallut attendre la Seconde Guerre mondiale et les dépenses gouvernementales via le crédit, à des échelles inimaginables, pour sortir les États-Unis du souci des créances douteuses que les autorités refusaient d’annuler et de la stagnation qui s’en suivait.

Ce qui nous ramène de nouveau à Trump. Vu que personne ne peut régler ces crises qui se superposent, se focaliser sur les actions de l’individu au sommet du pouvoir n’est qu’une distraction. Même s’il est vrai qu’un individu peut gérer les marges d’une crise plus ou moins efficacement. (…)

Il n’existe aucune possibilité d’endiguer les conséquences des forces démographiques, de la prédation financière, de l’impérialisme, de la dette, de la désunion politique, de la révolution technologique et des échecs de la centralisation étatique, toutes ces forces qui minent le statu quo. »

Article de Charles Hugh Smith, publié le 27 mars 2017 sur son blog

<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :5 (8 votes)
>> Article suivant
Charles Sannat est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l’Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires Il a exercé les fonction de directeur des études économiques de la société Aucoffre.com de 2012 à 2015, et créé le Contrarien Matin un site de « décryptage quotidien, sans concession, humoristique et sarcastique de l’actualité économique ». Il a fondé en Septembre 2015 le site Insolentiae.com et se consacre depuis pleinement à ce nouveau projet éditorial.
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
Je crois que tout est dit. Dans la mesure où nos "dirigeants" cherchent à imposer le mondialisme, il coule de source que l'intérêt des nations n'est pas leur préoccupation. C'est franchement antinomique !

Alors, au moment de voter, demandez vous si le candidat qui a vos préférences est mondialiste ou pas. S'il l'est, il est certain que la défense des intérêts nationaux sera écartée. Avec un peu de cynisme, je pense que l'on peut aller jusqu'à dire que lesdits intérêts nationaux seront combattus.

L'effondrement des nations est un puissant levier pour favoriser la mise en place de structures dirigeantes supranationales.

Bref, il n'a jamais été aussi simple de se situer sur l'échiquier politique. Tout se résume à une seule question : mondialisme ou états nations ?

Pourtant, je crois comprendre que les Français restent aveugles, hypnotisés qu'ils sont par une campagne qui élude soigneusement les sujets essentiels...
Evaluer :   3  0Note :   3
EmailPermalink
Le tout étant de savoir si nous aurons à la barre quelqu'un capable de naviguer en eaux tumultueuses avec une vision réaliste du futur.
Et non pas un capitaine de pédalo. Là, on a déjà perdu 5 ans. (Pour l'histoire récente).
Et savoir également si cette personne sortira des urnes (je n'y crois pas!) ou si cette personne s'imposera suite à des évènements...forts que nous risquons bien de vivre à brève échéance.
Evaluer :   6  0Note :   6
EmailPermalink
Pourquoi 5 ans ?
Si le(s) prédécesseur(s) avaient été à la hauteur et bien-intentionés, on vivrait autrement (mieux).
Evaluer :   7  2Note :   5
EmailPermalink
il me semblait pourtant AUSSI qu'une des causes fondamentales de notre ruine et des inéluctables désastres à venir, était ( indépendamment de la très grande nocivité de la haute finance mondialiste, du mercantilisme et du grand capitalisme frelaté et sans morale ) le socialisme et l'organisation collectiviste de plus en plus prégnant de nos sociétés ( phénomènes qui n'ont en fait rien d'incompatible puisqu'au contraire, les grands argentiers du Monde s'accommodent parfaitement d'une organisation communiste des nations, "systèmes" de contrôle des sociétés et des peuples qu'ils ont même tout à fait intérêt selon moi, à promouvoir, pour leur plus grand intérêt )... Bref, je ne crois plus depuis longtemps en une bipolarité simpliste "capitalisme // collectivisme"... ( il suffit par exemple et pour s'en convaincre, d'observer la situation en "république populaire" de Chine )
Evaluer :   3  0Note :   3
EmailPermalink
" Nous aurons UN GOUVERNEMENT MONDIAL, que cela nous plaise ou non.
La seule question est de savoir s'il sera créé par conquête ou par consensus."
James Paul Warburg, administrateur de la banque Kuhn and Loeb, financier de la "révolution" Russe, membre du C.F.R et du Bilderberg, s'adressant au Sénat américain le 17-02-1950.
Evaluer :   5  0Note :   5
EmailPermalink
la version consensus de l établissement du NOM parait compromise ....
donc il ne reste que l option violente par le chaos et la guerre c est bien ce que veulent les usa les initiateurs de l instauration de cette dictature mondiale d asservissement et d esclavage des peuples pour le seul profit de dangereux psychopathes qui se croient les élites grace a leur fortune et veulent imposés leur ignoble domination

David Rockefeller, discours à la Commission trilatérale, juin1991
« Nous sommes reconnaissants au Washington Post, au New York Times, au Time Magasine et aux autres grandes publications dont les dirigeants ont assisté à nos réunions
et ont respecté leurs promesses de discrétion pendant presque 40 ans.
Il nous aurait été impossible de développer notre plan d’action pour le monde si nous avions été sous la lumière des projecteurs pendant toutes ces années.
Mais maintenant le monde est plus sophistiqué et mieux préparé à la marche vers un gouvernement mondial.
La souveraineté supranationale d’une élite intellectuelle et de banquiers mondiaux est surement préférable à l’autodétermination nationale pratiquée au cours des siècles passés »


« La présente fenêtre d’opportunité, durant laquelle un ordre mondial pacifique et interdépendant peut-être construit, ne sera pas ouverte pour très longtemps.
Nous sommes à l’orée d’une transformation globale. Tout ce dont nous avons besoin est une crise majeure appropriée, et les nations accepteront le Nouvel Ordre Mondial.»

David Rockefeller, 23 septembre 1994
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Leur crise majeure appropriée ils vont l'avoir avec dépopulation massive favorisant une meilleure gestion du futur.
" Je ne peux prédire le déroulement de la 3ème guerre mondiale mais ce que peux prédire, c'est que la 4ème aura lieu à coups de gourdin". A Einstein.
Evaluer :   3  0Note :   3
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
Je crois que tout est dit. Dans la mesure où nos "dirigeants" cherchent à imposer le mondialisme, il coule de source que l'intérêt des nations n'est pas leur préoccupation. C'est franchement antinomique ! Alors, au moment de voter, demandez vous si le c  Lire la suite
glanduron - 04/04/2017 à 13:44 GMT
Note :  3  0
Top articles
Derniers Commentaires
Opération Yellowhammer. Le plan ultime de Boris Johnson pour le Brexit
11 oct.glemet
Il y a longtemps que la chèvre de M Seguin rêvait de quitter son petit enclos. L’herbe est si verte ailleurs et l’Europe montre tant de faiblesses,...
Nouveau Monde, la mobilité de masse arrive. Un visuel
09 oct.Patrick W2
C'est drôle..... quand on clique sur vos liens pour obtenir des renseignements pour trouver vos livres, ça ne fonctionne pas. En tout cas, brav...
Opération Yellowhammer. Le plan ultime de Boris Johnson pour le Brexit
09 oct.Patrick W3
Oui, il est fort possible que Boris Johnson arrive à ses fins et on doit reconnaître que pour ou contre le Brexit, Boris Johnson est droit dans sa ...
La France et ses administrations criminelles
08 oct.Louis L.
Heureusement, il est consolant de savoir que pour cette épidémie d'incendies industriels depuis Notre Dame jusqu'à ce jour, aucune autre cause qu'...
Les réserves de cash au plus haut ! 600 milliards planqués sous les...
07 oct.Louis L.
Charles parle ici de 600 Mds € stockés par tous les européens sous forme d'espèces. Sa phrase est ambigüe car tous les européens sont 513 mil...
La France et ses administrations criminelles
07 oct.blitzel
Très bon article.... vu la situation critique. Les choses hélas ne sont plus comme elles étaient dans le temps il y a 50 ans. Il y avait ...
Crise de liquidité. Mais où est donc le cadavre ?
06 oct.blitzel
Mise à jour, Delamarche vient de donner sa version (définitive ?) de la crise des taux repo, et son explication un temps évasive dans un premie...
Les réserves de cash au plus haut ! 600 milliards planqués sous les...
02 oct.Attilio
Si on considère qu'en France il y a 67 millions d'habitants,les milliards d'euros planqués en cash cela fait en en moyenne pratiquement 9 000 euro...
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX