Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en
Dans la même rubrique

Dépossession: les confiscations bancaires ont déjà commencé.

IMG Auteur
Publié le 15 avril 2019
1364 mots - Temps de lecture : 3 - 5 minutes
( 2 votes, 5/5 ) , 7 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
[titre article pour referencement]
0
envoyer
7
commenter
Notre Newsletter...
SUIVRE : Bancaires
Rubrique : Editoriaux

Compte tenu de la qualité de la vidéo, qui a semble-t-il souffert d’une défaillance de l’éclairage, il est recommandé de l’écouter plutôt que de la visionner.

Avant-propos:

Selon l’analyste Mike Mayo de la Wells Fargo, les Américains ont d’ores et déjà perdu 500 à 600 milliards de dollars juste en intérêts payés aux banques et autres fonds monétaires. (article ci-dessous de CNBC). Et quand on parle d’épargne, on parle avant tout des capitaux de retraite qui en sont la première source de ravitaillement.

24hGold - Dépossession: les co...

Auteurs: Esther Jeffers, Université Paris 8, LED et Dominique Plihon, Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité, CEPN

Le phénomène est similaire en Suisse, mais ses effets pourraient être amplifiés au vu de la politique monétaire mortifère durable de la BNS. (cf  la présentation de la banque Bonhôte ci-dessous)

Le livre Après la Crise de Vincent Held décrit le nouvel ordre économique qui pourrait émerger suite à l’effondrement qui nous guette.

Un long entretien a été enregistré, dont nous publions un extrait qui en pose la 1ère phase: celle de la confiscation des avoirs. Il est intéressant d’apprendre que tout a été prévu de longues dates par l’ensemble de la classe politique de droite comme de gauche. (cf vidéo ci-dessus)

La suite de l’entretien sera posté prochainement.

Compte tenu de la qualité de la vidéo, qui a semble-t-il souffert d’une défaillance de l’éclairage, il est recommandé de l’écouter plutôt que de la visionner.

Nous recommandons aussi les précédentes publications sur la confiscations bancaires, et la politique monétaire de la BNS qui mènera en particulier à l’effondrement du système des retraites. Pareil pour les autres pays dont la France.

Au Japon, on voudrait bien repousser l’âge de la retraite à 80 ans, histoire de ne plus jamais rendre l’épargne de la retraite.

https://www.rtbf.be/info/monde/detail_l-age-d...apon?id=9837573

Au fil du temps, il nous deviendra toujours plus difficile de différencier ces ponctions obligatoires de l’AVS, LPP, et autres participations au système des retraites, d’un impôt à destination du marché de la haute finance.

LHK

Rendements négatifs : pourquoi et jusqu’à quand ? Banque Bonhôte

Ils génèrent l’inquiétude auprès des consommateurs et des investisseurs. Ils mettent en péril le modèle traditionnel de fonctionnement des banques. Les rendements négatifs pèsent sur l’activité économique et financière. On s’en accommode pourtant. Certains acteurs de l’économie n’ont pas d’autre choix que de les accepter. Ce phénomène, unique dans l’histoire de la finance, pourrait toutefois n’être que transitoire.

Les taux d’intérêt négatifs créent une situation étrange, voire absurde, qui n’a pas été envisagée par les théories économiques et financières. L’homo economicus agit de façon rationnelle, il attend donc un rendement positif lorsqu’il investit. En 5000 ans d’historique de crédit, on n’a trouvé aucune trace d’intérêts négatifs. L’idée, qui semblait pourtant reposer sur un solide fondement, que l’argent « travaille » est aujourd’hui mise à mal.

Les banques centrales mènent des politiques monétaires plus souples en pénalisant les dépôts et en réduisant le coût du crédit. La Banque du Japon et la BCE, par exemple, appliquent des taux directeurs (-0.4% pour la BCE) négatifs. Par ce moyen, elles visent à encourager la dépense dans l’économie réelle, à stimuler l’inflation, à exercer une pression sur le taux de change et à rendre les exportations plus compétitives. Elles s’attendent, par ailleurs, à ce que les taux négatifs exercent un effet de redistribution de richesse entre créanciers et débiteurs.

Les rendements négatifs sont également le signe d’une ère de stagnation économique. Engendrée par des facteurs démographiques et sociaux, celle-ci conduit à l’érosion des gains de productivité, à un faible rendement marginal du capital, à des problèmes qui dépassent le champ d’action des politiques monétaires.

Une longue liste d’inconvénients

Dans ce contexte inédit, le débat fait rage. Economistes patentés, chercheurs, banquiers multiplient les critiques quant à l’efficacité et aux dangers liés aux taux négatifs. Les banques centrales seraient-elles à côté de la plaque ? On pourrait le penser tant la liste des conséquences indésirables est longue. Même s’il est encore trop tôt pour tirer des conclusions, on constate, par exemple, que l’effet de ces taux sur l’économie globale est faible. L’investissement des entreprises reste atone, tandis que l’instabilité financière est accrue par la fragilité des banques. Dans la zone euro, le crédit bancaire aux particuliers a peu réagi car l’offre n’était pas limitée auparavant.

De son côté, l’épargnant, dont le rendement des placements traditionnels tend vers zéro, fait grise mine. Le modèle de fonctionnement des banques, des assureurs et des fonds de pension est mis en péril. La marge bancaire, pierre angulaire des revenus des banques de détail, est laminée. Et comme si cela ne suffisait pas, les taux négatifs génèrent de l’anxiété chez les consommateurs et les investisseurs. Au lieu de risquer des pertes sur d’autres actifs, ces derniers acceptent de petites pertes sur leurs liquidités.

Taux négatifs, une véritable lame de fond

Et pourtant, les rendements négatifs se propagent. Les institutions, comme les caisses de pension ou les assureurs, doivent s’en accommoder. Elles n’ont pas le choix, obligées qu’elles sont d’assurer la sécurité de leurs placements. Quelques investisseurs privés jouent aussi le jeu. Ils attendent des taux plus bas encore et anticipent une ère de déflation.

On assiste à une marée montante d’obligations gouvernementales à rendement négatif. La dette obligataire souveraine mondiale à rendement négatif, s’élève à 13 trilliards de dollars, dont plus de 8 trilliards d’emprunts japonais (cf graphique 1).

La palme revient à la Suisse avec une courbe des rendements de la Confédération sous zéro pour toutes les échéances (graphique 2), ce qui indiquerait que l’investisseur s’attend à une persistance des taux négatifs.

Les taux négatifs sont-ils viables à long terme ou juste transitoires ? Nous penchons pour la seconde hypothèse. Faute de résultats probants, il est vraisemblable que les Etats en finissent avec l’obsession d’austérité budgétaire et que des politiques expansionnistes prennent le relais, notamment en Europe et au Japon. L’offre accrue de titres d’Etat pour financer la dépense publique devrait ainsi faire remonter les taux.

La question pragmatique que se pose, dès lors, tout investisseur est comment générer un rendement minimal sans prendre un risque exacerbé ? Dans ce contexte, les actions d’entreprises qui versent un dividende stable (valeurs de consommation, pharma…) sont attractives, d’autant plus que ces sociétés pourraient être amenées à racheter leurs titres pour contrer la ponction des rendements négatifs sur leurs liquidités.

https://www.bonhote.ch/rendements-negatifs...et-jusqua-quand

Savers have lost an estimated $500 billion since the financial crisis. CNBC

American savers have lost $500 billion to $600 billion in interest payments on bank accounts and money market funds thanks to the Federal Reserve’s post financial crisis policies, according to Wells Fargo anal target="_blank"yst Mike Mayo.

Mayo included the statistic in a research note about the Congressio target="_blank"nal hearing scheduled for Wednesday called « Holding Megabanks Accountable: A Review of Global Systemically Important Banks 10 Years After the Financial Crisis. » Lawmakers are likely to grill bank CEOs on lending, compensation and regulation, he wrote.

As the CEOs of several of the biggest U.S. banks gather in Washington to testify before the Democrat-led House Financial Services Committee, Mayo pointed out that one long-lasting impact from the crisis — caused in part by irresponsible bank behavior — is suppressed interest rates. Rates on about $6.6 trillion in interest bearing accounts would have been at least 100 basis points higher over the past decade, according to the note.

« Savers are still paying due to the financial crisis, » said Mayo. « It’s absolutely a wealth transfer from prudent savers to the borrowers and risk takers. »

The Fed cut its benchmark interest rate to a low target range of 0% to 0.25% during the crisis in 2009. It has since raised rates nine times to the current 2.5%. The central bank kept that rate the same last month on fears hiking again could tip the economy into a recession.

Despite the punishment it may give on savers, President Donald Trump earlier this month urged the Fed to lower rates again to spark faster economic growth.

Bank CEOs, including J.P. Morgan Chase’s Jamie Dimon and Bank of America’s Brian Moynihan, are likely to emphasize the banking industry’s improved soundness and the roles their huge institutions play in enabling transactions for Main Street and Wall Street clients.

 

<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :5 (2 votes)
>> Article suivant
"A force de tout voir on finit par tout supporter… A force de tout supporter on finit par tout tolérer… A force de tout tolérer on finit par tout accepter… A force de tout accepter on finit par tout approuver !" Saint Augustin (354-430)/
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
Vous écrivez :"L’offre accrue de titres d’Etat pour financer la dépense publique devrait ainsi faire remonter les taux." Il n'y a pas de caractère automatique entre l'offre et les taux, le critère de rareté n'a pas d'effet sur les offres d'emprunts souverains et les taux pourraient rester bas très longtemps surtout au moment où la TMM pour Théorie Monétariste Moderne se développe auprès des économistes écoutés par les politiques.Ce que nous avons appris en Sciences économiques semble balayé par ces nouveaux penseurs "monétaristes" (auxquels je n'adhère pas pour autant, auxquels j'ai du mal à adhérer car trop rigoureux peut-être)
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
« Il n'y a pas de caractère automatique entre l'offre et les taux »
Tout à fait! Ce qu’il faut comprendre c’est que les taux sont d’avantage influencés par le marché du crédit. Par contre les taux influent sur la demande du marché obligataire. Il faut faire la distinction entre le prix de l’obligation qui est fixé par le marché et les taux. Le marché obligataire, c’est « l’open market » où les investisseurs (des gestionnaires de fonds) s’échangent des titres d’emprunts. L’offre et la demande détermine le prix des obligations. Les obligations étant libellées en devise du pays, l’offre et la demande des obligations suit celle de la devise dans laquelle elles sont libellées.
L’intérêt est d’avantage influencé par les politiques des banques centrales. Si la banque centrale resserre sa politique monétaire par une hausse des taux, les taux obligataires suivent. La hausse des taux aura pour effet de baisser le prix des obligations, les investisseurs délaissant les obligations à taux inférieur pour acheter les obligations à taux (rendement) plus élevé. Il en résulte une augmentation de l’offre sur le marché obligataire ce qui provoque une baisse du prix des obligations. C’est ce qui fait craindre une hausse des taux à certains comme Charles Sannat, une hausse qui provoquerait un crash obligataire.
https://www.youtube.com/watch?v=x4YLtCooKkM
Je lisais que certains ont gagné beaucoup sur les obligations japonaises losrque la banque centrale du Japon a abaissé les taux. Le prix des obligations a augmenté pour favoriser la demande.
Le problème des pays comme la Suisse, ces pays qui font bien et qui sont exportateur net, les taux bas ne leur permettent pas de cueillir les fruits de leurs efforts puisque la demande en devise leur offre des taux bas et l’épargne est mal rémunéré par les politiques des banques centrales qui offrent des taux anormalement bas.

Quant aux politiques de stimulations proposé dans l’article, je crois que nous sommes arrivé au bout de ce genre de politique keynésiennes qui ont rendu les états dépendant du crédit : dès que l’état stop ses interventions, c’est la chute.
On dit qu’un bon père de famille se doit de s’efforcer à contrôler ses dépenses et à rembourser ses dettes, mais lorsqu’on applique ces politiques au niveau étatique, certains pays parlent d’austérité. À refuser la réalité, elle finira forcément par nous frapper.
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Cet article ne se réfère pas suffisamment à l'histoire
Revoyez la période de Giscard d'Estaing les taux étaient négatifs
Nos parents ou grands parents qui avaient emprunté se sont payés la maison très facilement
Evaluer :   0  2Note :   -2
EmailPermalink
LULULU,
Tapez "taux d'intérêt réel" et vous trouverez sur Wikipedia:
Années 70 : ?
Années 80 : 5,5%
Années 90 : 4,6%
Années 2000 : 2,2%
Années 2010 : 0,65%
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
@LULULU

Si mes souvenirs sont bons,sous Giscard nous avions un taux d'inflation supérieurs à 10% et les salaires étaient revalorisés en conséquence et au minimum les salaires étaient indexés!

Ceux qui avaient empruntés à taux fixe,au bout de quelques années voyaient le poids de la mensualité à rembourser sérieusement diminuer pour,au bout de 15 ans de remboursement,ne plus représenter qu'un fraction limitée des revenus.Oui,ceux qui se sont endettés sous Giscard ont pu s'offrir la maison ou l'appartement avec de réelles facilités.Cela dit,les taux n'étaient pas négatifs comme ils le sont actuellement...
Evaluer :   3  0Note :   3
EmailPermalink
http://france-inflation.com/taux-livret-A.php
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
https://www.ecb.europa.eu/explainers/tell-me/html/nominal_and_real_interest_rates.fr.html
Dernier commentaire publié pour cet article
« Il n'y a pas de caractère automatique entre l'offre et les taux » Tout à fait! Ce qu’il faut comprendre c’est que les taux sont d’avantage influencés par le marché du crédit. Par contre les taux influent sur la demande du marché obligataire. Il faut f  Lire la suite
silvera - 20/04/2019 à 03:25 GMT
Note :  1  0
Top articles
Derniers Commentaires
Une canicule prévisible mais insurmontable
26 juinmerisier1
Perso je fais ma "contre-propagande" auprès des jeunes autour de moi ! Il faut d'ailleurs se rendre compte qu'ils ne sont pas totalement lobotomisé...
Dépenses sociales : un pognon de dingue
24 juinmerisier1
@LOUIS L. Si nous avions des gouvernants avec des baloches (des vraies !) et qui voudraient vraiment faire de l'écologie pour le bien public, ...
Dépenses sociales : un pognon de dingue
24 juinLouis L.2
A propos de sécu, je trouvais un peu fort de café les honoraires de dispensation en pharmacie pour un service inchangé mais je trouve avec effareme...
Dépenses sociales : un pognon de dingue
24 juinmerisier2
@ gloopy La sécu qui coule lentement mais sûrement la France, est un schéma de Ponzi de par son mode de fonctionnement, structure financière à ...
Immobilier : Les Français organisent leur propre misère
24 juinSaphir
Les français, ou les gouvernements français ?
Dépenses sociales : un pognon de dingue
24 juingloopy1
sans doute notre merveilleuse "Sécu" ( qui fut imposée aux Français, sans jamais leur demander leur avis, dans l'immédiate après-guerre ) n'est-ell...
Des élus de plus en plus dangereux
24 juinmerisier1
@ LOUIS L. et gloopy Après vérification, 24h Gold n'a plus publié les cours des Mpx depuis le 09 avril 2019 ! ???????????????????????
Dépenses sociales : un pognon de dingue
23 juinmerisier2
Pas de souci, grâce à Agnès Buzyn (ministre de la santé !) on va avoir la couche supplémentaire avec la prise en charge de la PMA si l'on en croit ...
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX