Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Discuter oui, annuler non ! Continuons à peigner la girafe !…

IMG Auteur
Publié le 02 février 2015
782 mots - Temps de lecture : 1 - 3 minutes
( 16 votes, 4/5 ) , 25 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
25
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Je dois vous avouer que j’ai encore une fois bien rigolé. Bon, non en fait, j’étais là à me creuser la tête et à embêter ma femme pour savoir de quoi j’allais vous parler aujourd’hui… Bon, encore de la crise grecque… Mouais, bof… pas génial comme idée… De Bill Gates… Pfff, il me fatigue Bill Gates avec sa tête de premier bienfaiteur de l’humanité à la générosité variable et bien organisée…

Bref, impossible de choisir un sujet jusqu’à ce que je tombe sur l’excellente blague du jour de Michel Sapin qui rencontrait dimanche le ministre de l’Économie grec en déplacement à Paris. « Discuter oui, annuler non » ! Alors ça c’est de la motion de synthèse digne d’un congrès du PS !!

Ne pas fâcher Athènes et ne pas se disputer avec Berlin…

Voilà la grande ligne diplomatique et politique de notre pays, la grande vision de nos mamamouchis franchouillards pour l’avenir de l’Europe ! Lol de lol de re-lol comme disent les jeunes qui se « lol » de tout (ça veut dire beaucoup de rigolade ou un truc comme ça). En tant que bons socialos incapables de recevoir Syriza il y a deux ans, il ne faudrait pas passer pour des crétins en étant vilains avec ces pauvres Grecs… Bon, d’un autre coté, on ne va pas se mettre mal avec la grosse Bertha d’outre-Rhin, parce que les sous… c’est elle qui les a. En plus, de vous à moi, on fait les fanfarons mais on sait tous qu’à la maison, le patron… c’est la dame… (demandez à ma femme).

Alors voici les propos exacts et néanmoins parfaitement hilarants de notre ministre des Finances Michel Sapin à Paris, le 28 janvier :

« On peut discuter, on peut reporter, on peut alléger mais on n’annule pas… »

Haaaa…. Haaaa hahahahahhahha !! Alors discuter ça n’a jamais fait bouillir une marmite, fut-elle grecque !

Reporter une dette dont la maturité moyenne est déjà assez lointaine, vu que la Grèce est bien incapable de rembourser sa dette aujourd’hui ou même demain, n’est pas du tout une solution économiquement pertinente.

Pourquoi ? Parce que plus la maturité, c’est-à-dire l’horizon de remboursement, est lointain plus le coût du crédit est élevé… Encore plus grave : si j’emprunte à 20 ans… mon taux sera disons de 3 % alors qu’en empruntant à 30 ans, mon taux sera de 5 % !! Double effet coût donc, non seulement je rembourse des intérêts pendant plus longtemps mais en plus à un taux supérieur…

Enfin, selon Sapin, on pourrait « alléger » mais pas annuler… Bon, d’accord, c’est peut-être de la sémantique dans l’esprit de notre ministre mais alléger c’est tout de même une forme d’annulation, fut-elle partielle, parce que si alléger c’est passer la dette grecque de 50 ans à 70 ans cela n’allégera rien du tout et certainement pas le coût final du crédit…

Quant à Varoufakis, le vilain ministre marxiste de l’Économie grec, sa vision est la suivante : « Le programme d’austérité mené en Grèce est très mauvais pour toute l’Europe. N’oublions pas que tout ceci n’est pas qu’une crise grecque. Nous avons l’Italie dont la dette n’est pas viable, la France qui sent le souffle de la déflation sur sa nuque, même l’Allemagne est entrée en déflation, dans une phase de baisse des prix. »

Vous pouvez retourner le problème dans tous les sens, la Grèce ne PEUT PAS rembourser sa dette

On pourrait même d’ailleurs ajouter que la France, l’Italie, l’Espagne non plus… On ne remboursera jamais notre dette. Le problème est assez simple en fait : si l’on dit que la Grèce ne peut pas rembourser, alors par extension c’est un certain nombre de pays qui seront sur la sellette car susceptibles d’être en faillite… Et cela personne ne veut le reconnaître.

Nous sommes donc engagés dans une course assez stupide où personne ne veut être celui qui devra annoncer que la partie d’endettement généralisé à l’œuvre depuis plus de 40 ans est désormais terminée, que tout le monde est ruiné et que le système économique est mort… Mais reculer le moment de l’annonce du décès ne change rien au fait que le système est déjà mort…

En attendant, et pour occuper la galerie encore quelques instants de plus, il est donc indispensable de peigner la girafe le plus longtemps possible… On va donc discuter le plus longtemps possible avec la Grèce car tant que l’on discute, on n’est pas obligé de reconnaître que l’on ne sera jamais d’accord !!

Il est déjà trop tard, préparez-vous.

Charles SANNAT

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes » (JFK)

Données et statistiques pour les pays mentionnés : Allemagne | Espagne | France | Grèce | Italie | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Allemagne | Espagne | France | Grèce | Italie | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4 (16 votes)
>> Article suivant
Charles Sannat est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l’Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires Il a exercé les fonction de directeur des études économiques de la société Aucoffre.com de 2012 à 2015, et créé le Contrarien Matin un site de « décryptage quotidien, sans concession, humoristique et sarcastique de l’actualité économique ». Il a fondé en Septembre 2015 le site Insolentiae.com et se consacre depuis pleinement à ce nouveau projet éditorial.
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
La démocratie et la liberté d'opinion et d'expression d'après les membres d'une certaine communauté (l'école où se déroule le fait est à forte "mixité" - terme démagogique utilisé pour cacher le fait qu'il n'y a plus aucune mixité dedans).

http://www.lesoir.be/775675/article/actualite/belgique/2015-02-02/milquet-exige-une-enquete-apres-passage-tabac-d-un-eleve-oppose-tuerie-charlie-h
Evaluer :   0  1Note :   -1
EmailPermalink
Syriza ("La Grèce" du coup) change de stratégie ! une semaine à peine après les élections, le parti de la gôche radicale ne demande plus l'annulation ni totale ni partielle de la dette, revendication faite durant la campagne, mais un "debt swap" !! le Ministre des Finances (Varoufakis) propose des bonds indexés sur le PIB et des bonds perpétuel (échéance infini) et d'appeler ça le "smart debt engineering" et d'éviter le terme haircut, politiquement incorrect vis à vis du sergent allemand et des maîtres banquiers de la sainte Troika... comme prévu, Syriza a bien joué son rôle de fausse opposition à l'UE et les moutons grecs sont tombés dans le panneau, maintenant ils vont dégusté.
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
"un "debt swap" !! le Ministre des Finances (Varoufakis) propose des bonds indexés sur le PIB et des bonds perpétuel (échéance infini)".

Si cela n'est pas une annulation pure et simple de la dette telle que definie actuellement : Qu'est ce que c'est ?

Accord 1 : Je te prête à un taux fixe et une échéance.
Accord 2 : Tu reviens et me dis : Plus de taux fixe, on se base sur ma croissance (en gros, "si j'ai de l'argent, je te paye des interets, sinon je ne paye rien"), et le capital est renvoyé au calanque Grec.

Si pour toi l'accord 1 et le 2 se valent : ne fais pas banquier !!
L'accord 2 est une ANNULATION TOTAL de l'accord 1. Ils acceptent tout au plus de payer une partie des interets "si tout va bien".
sauf que 1 les obligations indexés au pib se serait pour remplacer uniquement les prêts accordés par les pays Européens (FESF) et le 2 serait pour remplacer uniquement la dette détenue par la BCE/FMI , ils ne se valent pas, ils sont complémentaires.

Enfin pour moi une annulation totale de dette c'est lorsque ma dette devient nulle, si je dois continuer à rembourser ma dette quelque soit la forme qu'elle prend c'est pas une annulation.

En tout cas le Ministre des Finances est bien coincé, il se fait déjà lyncher par les médias grecs pour avoir voulu "faire marche arrière" sur le plan anti-austérité pour réduire la dette... ^o^
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Discuter ! Encore et encore.
Un ministre n'est pas là pour ça!

Ca me fait penser à un VRP qui rapporte consciencieusement ses notes de frais, kilomètres et restaus mais ne rapporte jamais un bon de commande !
Il cause ! Et se fait payer pour ça.
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Pour savoir ce qui va mal dans le monde, en réalité tout, car tout le système repose sur la fraude.

Toutes les grandes entreprises profitables cachent leur argent "offshore".... l'exemple récent d'Apple avec ses bénéfices monstres est absolument criant, son fric est aux Bahamas.

---> Donc, ces entreprises ne paient pas d'impôts dans leurs pays d'origine ou d'opération..
---> Donc, manque à gagner pour les Etats qui sont obligés de taxer le peuple... (le même sur le dos duquel s'enrichissent ces entreprises).

Tout le monde sait que les entreprises fraudent ainsi....même Juncker, vu qu'il a lui-même mis en place ce système au Luxembourg.

Pourtant, on accepte.... aucun Etat n'essaie de casser ce système et le peuple accepte de se faire mener par Juncker...

Ce qui manque dans ce système ? Des citoyens responsables et proactifs. (en masse, pas les quelques pourcents qui râlent sur le forums car s'ils organisaient une manif, ils seraient genre 100 face à 200 flics).

Mais le peuple, on l'éduque à quoi ? Au matérialisme.... un homme puissant c'est quoi ? c'est un t-d-c en costar cravate dans une Audi A5 avec toutes les options. Et s'il peut partir en vacances au cap vert ou en thailande, il est épanoui.

Mais dès qu'il a un rhume, il court chez les médecin pour se faire prescrire des gouttes ou des pastilles....

Si déjà le citoyen n'est pas capable de se soigner tout seul des maladies bénignes.... comment peut-il seulement essayer de soigner le monde (ou simplement, penser à le faire, trop occupé qu'il est à profiter de la puissance de son iPhone 6)
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Au Canada le peuple a gagné contre la Banque... quasi personne n'en parle, même pas ici

http://metatv.org/silence-des-medias-le-peuple-canadien-gagne-un-proces-historique-contre-la-banque-du-canada
Evaluer :   4  0Note :   4
EmailPermalink
Nous vivons dans un océan de mensonge, un de plus n'y changera rien. Seul le discours compte.

A quoi sert de savoir qu'AH est mort en Juillet 44 si le monde entier a repris en chœur la posture officielle de J.Göbbels clamant qu'il avait survécu sans égratignure ?

A quoi sert de savoir si vous êtes seul et que les moyens d'informer les autres vous sont hostiles ?
La Justice n'est pas de ce monde.
Oh mon beau sapin, roi des forêts plie mais ne se rend pas ! Il discute ... C'est mieux que d'avoir une idée. Au moins, depuis 2012 ça mange pas de pain.

Mais j'ai noté quelques apostrophes croustillants au sujet du problème grec.
_ De GB, Osborne :
- Les désaccords sur la Grèce représentent "la plus grande menace pour l'économie mondiale", a estimé aujourd'hui le ministre britannique des Finances George Osborne à l'issue d'un entretien avec son homologue grec Yanis Varoufakis.
"Ce désaccord entre la Grèce et la zone euro représente la plus grande menace pour l'économie mondiale" et "toutes les parties doivent agir avec responsabilité", a dit George Osborne, dans une déclaration retransmise par les chaînes de télévision britanniques. ( LE fig)
...Pour une fois qu'ils rendent une info sans la truquer !
Il parait qu'il disait la semaine dernière que si la Grèce sortait de la zone euro , il avait tout prévu, ce ne serait pas si problèmatique.

_ Autour de l'entrevue Dijsselbloem/Varoufakis le site grec "Keep talking Greece" rapporte le "non" du 1er ministre grec : - Pas d'accord avec la Troïka.
Réponse de Dijsselbloem: “You just killed Troika” –.....
www.youtube.com/watch?v=LPmFHW60Ho8

S'il n' y a pas de problème, pourquoi font-ils des pieds et des mains, même les déclarations des ponces de la Banque de france disent que les CDS de la Grèce ne sont pas si "grave" que celà. Quand il y a des milliards qui risquent de se déclencher sur chaque pays, il n'y a sans doute un problème.. On croit rêver.
Bien sûr je ne parle pas du remboursement des prêts européens sur la Grèce par le complexe FESF, MES et j'en passe...
N'aurait-on jamais pensé qu'un petit grain de sable puisse faire sauter l'usine à gaz de l' UE. (il parait que Juncker réfléchit à changer tout cela (???) sur proposition du 1er ministre (Gloups et re-Gloups !!) On le disait, on le pensait mais en couleur, ça a plus de contraste.
Et encore on pousse encore plus le bouchon en parlant d'un éventuel prêt russe . (L'idée est bonne quand même pour mettre sous pression l' UE avec les sanctions russes.)
Je ne pense pas que Tsipas franchisse le pas, -que la Grèce se transforme en Crimée, ça ferait pas correct- !
Ca fâcherait pour le coup vraiment jusqu'au Pentagone. Et Tsipas aurait en plus l'Obama sur le dos. Les vieilles légendes de la Grèce antique ressuscitent avec leurs démons et leurs titans. Je verrai bien Tsipas soulevant tout l' Olympe et les colonnes du monde s'crouleront sous lui comme Samson avec le temple des Philistins.
heu... en attendant, un casque et le reste serait le bien venu pour nous.. Bon, je retourne à mon film " la Route".
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
"d'un éventuel prêt russe "
Ca, évidemment, ça ferait désordre. En cherchant à se faire une marche occidentale en Ukraine, Poutine passe déjà pour le grand Satan.
En asservissant par la dette un pays membre de l'Otan, ce serait un coup de maître, Obama aurait de quoi s'étrangler. Pensez! Perdre le monopole. De quoi faire éclater l'Otan ? Une fois éclatée, on peut bombarder un ex-membre ?

En plus, Poutine n'aurait même pas besoin de vendre des roubles, il dispose de quelques centaines de milliards de dollars dont il cherche à se séparer sans les dévaluer...
Les créanciers actuels de la Grèce ne peuvent quand même pas faire la fine bouche devant de vrais dollars...
" En cherchant à se faire une marche occidentale en Ukraine, Poutine... "

Ne pensez-vous pas que ce seraient plutôt les occidentaux qui essaient de se faire une marche orientale en Ukraine ? Et beaucoup plus si possible :

https://www.youtube.com/watch?v=grwxSfV8BMk&feature=player_embedded
Je vous accorde "avoir" à la place de "se faire".

L'UE et l'Empire par contre ne veulent pas de marches tampon. Ils s'élargissent !
Avec ou contre eux, ils ne laissent pas la place au non-choix.
Je crois en effet que , le verbe "se faire" aidant, j'ai mal interprété votre expression " marche occidentale ". Je l'ai ressenti comme un empiettement sur l'occident, alors que le terme "marche" indique bien un territoire situé aux confins mais à l'intérieur d'un royaume ou d'un empire. L'Ukraine faisait bien partie de celui-ci et l'occident n'aurait jamais dû y mettre les pieds ou même le nez, conformément aux promesses faites à Gorbatchev. Nous sommes donc parfaitement d'accord là-dessus.

A titre de compensation pour ce malentendu, voici une vidéo qui devrait nous rendre quelqu'espoir :

https://www.youtube.com/watch?v=vjV6j1T3iy8

A mon sens, une marche fait partie de la zone d'influence, elle "est dans le giron" et sous la protection d'un pays/empire plus gros qu'elle, mais elle n'en fait pas partie.

[La Belgique a été conçue comme une marche de la France l'isolant de l'Allemagne, avec succès d'aillleurs puisque c'est l'invasion d'un pays neutre qui a fait entre le RU en guerre en 1914. Sans invasion de la Belgique, les Anglais auraient regardé le continent s'embraser comme en 1870. Pour comprendre l'Ukraine de 2014, imaginons que l'Allemagne ou la France de 1913 ait annexé la Belgique, rien de moins].


Les deux sens du dictionnaire ne m'aident pas:
A. − Province frontalière particulièrement exposée en temps de guerre.
− En partic., HIST. District militaire établi au voisinage d'un pays ennemi, et ayant à sa tête des margraves ou des marquis. Les Marches d'Ancône, de Lorraine, de Bretagne, de l'Est.

B. − P. ext. Toute province, région située en bordure d'un pays étranger ou d'une province voisine.

Étymol. et Hist. Ca 1100 «province frontière d'un État» (Roland, éd. J. Bédier, 190). Empr. au germ. *marka «frontière», cf. l'a. h. all. marcha, all. Mark, got. marka, ags. mearc «id.». Cf. aussi le lat. médiév. marcha, marca «limite» (viiies. ds Nierm.; Nov. gloss.), «frontière» (ibid.), «région frontière placée sous le commandement d'un marquis» (fin du viiies. ds Nierm.).

A la lecture du dico, je ne sais toujours pas si la marche fait ou pas partie de l'ensemble.
C'est vrai que les définitions imprécises des dictionnaires laissent place à un certain doute. C'est pourquoi je me suis tourné vers un mot dérivé : celui de marquis ou de marquisat. El là , cela me paraît nettement plus clair. Cette fonction était en effet dotée au départ d'un privilège qui ne laisse guère de doute sur la question :

" Le marquis — marchensis en bas latin, Markgraf en ancien allemand, de Mark, la frontière, et Graf, le comte, francisé en Margrave — est un comte doté de pouvoirs militaires lui permettant de lever le contingent de l’armée sans en avoir reçu l’ordre du souverain. Cette extension de l’autorité comtale se justifie par le fait qu’il s’agit d’un comté situé à la frontière du royaume et donc particulièrement exposé, et qu’en cas d’invasion, une réaction militaire rapide doit être possible. " ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Marquis ) .
Je sais, c'est du Wikipedia, mais cela paraît sérieux et logique. Il faudrait pouvoir vérifier dans un ouvrage traitant des institutions du haut moyen-âge. Le marquis était un "super"-comte parce qu'il dirigeait un comté à risques, mais un comté tout de même, donc faisant partie du même territoire que les comtés ordinaires. C'est sans doute par extension tardive et abusive qu'on a pu éventuellement appliquer au mot "marche" une localisation extérieure aux frontières.
L'Ukraine va recevoir des armements américains pour 3 milliards de dollars.

Pourtant elle n'a expédié "que" 17 tonnes d'or (tout).

Ca met donc le cours réel du kilo à $176470 ou 4,3 fois le spot. !

[au passage, on rigole des conventions internationales sur les ventes d'armes aux pays en guerre et autres conneries pour pintades apeurées]
Aux dernières nouvelles, l' Administration us fait marche arrière ( ???)
L' idée était croustillante mais dangereuse car cela provoquait d'avantage l' Armée russe pour soutenir la Novorussia.
C'est une surenchère périlleuse. A mon avis c'est Obama qui a dit stop parce que les autres faucons sont là pour pousser au conflit ouvert!
Si seulement la livraison à visage découvert d'armes à un pays en guerre pouvait servir d'électrochoc et réveiller les conscience des pays serviles satellisés...
Mais comme les guerres ne sont plus déclarées (ni donc terminées), les USA pourraient encore arguer que l'Ukraine n'est pas en guerre. Que c'est un pays ami qui ne fait jamais que du maintien de l'ordre à coups d'obus de 155. Et qui le maintiendrait encore mieux avec des drones d'attaque.




En Ukraine: trois ministres ont été naturalisés la veille de leur nomination ! Y a-t-il d'autres exemples dans l'histoire ?
Allemagne vs / Grèce : une vieille tradition :

http://www.herodote.net/3_fevrier_1830-evenement-18300203.php#drapeau

Extraits :

Un drapeau aux couleurs de la Bavière !
Le drapeau de la Grèce. Un an après l'intronisation du roi Othon 1er, la Grèce se donne un drapeau.
Il porte les couleurs de la Bavière, pays d'origine du souverain (le bleu et le blanc), une croix qui évoque la religion officielle du pays (l'orthodoxie chrétienne) et neuf bandes qui rappellent les syllabes de la phrase grecque « éleuthéria i thanatos » (la liberté ou la mort).

Dès sa majorité, le nouveau souverain s'entoure d'Allemands et gouverne en monarque absolu, ce qui n'a pas l'heur de plaire à ses sujets. Il tente d'apaiser leur mécontentement en accordant une Constitution en 1844. Cela ne suffit pas et il est en définitive renversé par un coup d'État militaire en octobre 1862.

Les Allemands de l'entourage royal, qui étaient arrivés sans un sou en poche, repartent les mains pleines, laissant derrière eux un État endetté et corrompu. La Grèce ne se relèvera jamais de cette kleptocratie.
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Vous écrivez que la Grèce ( et les autres aussi) ne pourra jamais rembourser la dette : "Et cela personne ne veut le reconnaître.". Or nombreux le disent depuis longtemps, et le Gourou de la gauche en tête, Jacques Attali, qui , après nous avoir branchés dans la main-mise de l'Etat avec Mitterrand et ses 110 propositions, a un nouveau slogan: " débrouillez vous !". En résumé, on vous a largués sans parachute dorsal en 1981, et à présent, débrouillez vous pour faire ventral ! Mais il avoue ne pas savoir où est la poignée, puisqu'il nous conseille de la chercher nous mêmes... Pour ceux qui, comme moi, ont vécu le désastre de 1940 ( j'étais petit mais ma mémoire est encore fraiche) et la panique de nos irresponsables se débarrassant du bâton me***deux de la défaite et du million et demi de prisonniers, sans parler de ceux qui erraient sur les routes, sur un grand vieillard, puis la période sombre de la Libération d'où nous n'avons commencé à sortir que Fin 1947 avec le plan Marschall, suivie du bourbier de l'Indochine, aboutissant au largage lamentable de l'AFN à coups de discours creux, de lois-cadre irréalistes et qui changeaient tous les ans, de promesses honteuses car inapplicables, le spectacle actuel n'a rien de nouveau. Nos élus espèrent un Deus ex machina qui les sortira de la panade où ils nous ont précipités, en violant même l'expression du suffrage universel lors du "non" à la Constitution européenne concoctée par Giscard, lequel nous a amené Mitterrand et "l'invasion" par son "Regroupement familial", catastrophe dont on parlera encore dans 5 siècles comme de la fin du Royaume Franc en Palestine. Au fond, chacun espère que c'est l'Allemagne qui va donner le top départ de la fin de l'Euro, pour pouvoir dire: " c'est pas ma faute, M'sieur ! C'est la faute à Angéla !", suivie d'une gigantesque dévaluation inéluctable ( comme en 1928: 80 % de Poincaré, en 1936: 35 puis 25 % du Front Popu, 2 fois en 1945: 13 puis 60 % de De Gaulle , début 1948: 44,40 % du Plan René Mayer ( le coup des billets de 5.000), en 1958: 20 + 17,55 % de De Gaulle à nouveau, en 1969: 11;1 % de Chaban Delmas, et enfin Mitterrand: 13 % en tout, plus un démarrage vertigineux de la dette publique avec l'emprunt "Arlequin", pour citer les plus énormes . Tout finira comme cela, avec une spoliation énorme des classes moyennes, principale force de la France depuis Philippe le Bel le Roi faux monnayeur ( premières dévaluations connues de notre Histoire 1306 et 1313 en rognant sur le poids d'or-fin des pièces)
Evaluer :   7  0Note :   7
EmailPermalink
"Mais reculer le moment de l’annonce du décès ne change rien au fait que le système est déjà mort…"

Pendant tout ce temps, il y a des braves gens (pas des spécialistes en économie) qui sentent bien que ça pue déjà, et de plus en plus fort, sans avoir d'explication. Faute de compréhension, elles ne peuvent pas se préparer.

Mettre des mots justes sur les réalités palpables ne rescuscitera pas le cadavre, au contraire, mais permettrait à des innocents de moins souffrir.
Au passage, plus de vérité c'est plus de liberté, et, même dans une misère noire, ça fait toujours du bien.
Evaluer :   4  0Note :   4
EmailPermalink
Les pilleurs ne veulent pas perdre la face ! Pour ménager la susceptibilité des allemands, il est vraisemblable que la maturité de la dette grecque sera allongée (50, 70, 90 ans ?) et son taux moyen abaissé à presque zéro. Il faudra faire les deux pour que la Grèce puisse rembourser un peu.

L'autre voie est plus simple et plus honnête : la Grèce se déclare en défaut de paiement, sort de l'UE et abandonne l'Euro. Je doute que les eurocrates préfèrent cette solution, donc ils bluffent.

De toute façon, l'argent prêté a servi à payer les banques et la dette grecque est aujourd'hui portée par la BCE et les banques centrales. Dans tous les cas, les contribuables seront les dindons de cette sinistre farce, comme toujours.
Evaluer :   5  0Note :   5
EmailPermalink
"Dans tous les cas, les contribuables seront les dindons de cette sinistre farce, comme toujours."

Quand le pognon ne vient pas par les voies consenties "normales", ils le font venir par la seule manière légale de le prendre de force.

Nota: pour un banquier, abandonner une créance ou la réduire à 0% sur 100 ans, c'est du pareil au même. Le retour du capital ne les intéresse pas, il ne leur a rien coûté. Ce n'est rien d'autre qu'une contrainte comptable.
Le fond de leur désir ce sont les intérêts tout de suite et, si possible, la privatisation des bijoux de famille après quelques années de paiement d'intérêts.
Evaluer :   5  0Note :   5
EmailPermalink
@ Pâris
Bien sûr que le capital ils s'en foutent puisque l'euro ne repose sur rien, de même que le dollar depuis 1971 d'ailleurs. Le capital versé, ce n'est qu'une ligne comptable. Par contre, là où ça devient intéressant, ce sont les engagements signés de part et d'autre, c'est à dire les intérêts à verser. Où comment une banque se fait servir une rente quasiment à vie ! Quitte à être dans la mouise, autant sortir de tout le système, revenir à sa monnaie nationale et gérer en interne ce genre de problème sans avoir la pression de la communauté internationale !
La France, c'est à dire NOUS, les couillons d'en bas, nous raquons 50 Md d'euros par an qui manquent à la nation. C'est 2 fois et demi notre participation annuelle à l'UE ! Autant rester chez soi !
Evaluer :   4  0Note :   4
EmailPermalink
Ben alors Charlie? je voudrais pas jouer les rabat-joie, mais peindre la girafe , je veux bien...Par contre "peigner la dite girafe" Où as-tu trouvé çà ?
lol de re-lol :-)
Dernier commentaire publié pour cet article
Si seulement la livraison à visage découvert d'armes à un pays en guerre pouvait servir d'électrochoc et réveiller les conscience des pays serviles satellisés... Mais comme les guerres ne sont plus déclarées (ni donc terminées), les USA pourraient encore  Lire la suite
Pâris - 04/02/2015 à 07:41 GMT
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX