Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

En finir avec Radio France

IMG Auteur
Publié le 13 avril 2015
1209 mots - Temps de lecture : 3 - 4 minutes
( 9 votes, 4,4/5 ) , 6 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
6
commenter
Notre Newsletter...

Comme tous les ans à pareille saison, la gréviculture de printemps bat son plein. Aux petites grèves locales habituelles, on ajoutera celle des contrôleurs aériens qui aura rappelé aux Français et aux étrangers en transit la propension de certains à vouloir emmerder un maximum de monde. Ce qui n’est pas le cas, reconnaissons-le, de la grève à Radio-France.

Car oui, Radio-France est en grève.

Le fleuron français de diffusion de la bonne parole gouvernementale, du prêt-à-penser et des dogmes officiels n’émet plus sa grille de programmes normaux. Si si, je vous le confirme. Je sais que, notamment parmi mes lecteurs habituels, peu s’en seront rendus compte tant il leur est rare d’écouter, même distraitement, la Société Nationale de Radiodiffusion, mais c’est bel et bien le cas : beaucoup d’émissions de Radio-France (France Inter, France Culture, France Info, France Musique, France Bleu, FIP, RFI, Mouv’) ne sont actuellement plus diffusées, et cela dure depuis plus de deux semaines puisque nous dépassons maintenant les 25 jours d’interruption volontaire de bassesse programmes vitaminés.

24hGold - En finir avec Radio ...La raison d’un tel agacement syndical ? La direction, emmenée par le sémillant Mathieu Gallet, a en effet proposé un plan de réduction d’effectifs, touchant de 250 à 340 postes de la radio nationale, qui compte, pour rappel, 4600 salariés (tout de même). Cette réduction (d’environ 7%) de la masse salariale n’est absolument pas du goût des syndicats pour qui la notion de Service Public a toujours été portée très haut, au point de l’interrompre sans faiblir pendant plus de vingt jours. Et rapidement, comme tout ceci est éminemment politique, la ministre de ce qui reste de culture dans ce pays est montée au créneau histoire de mettre son grain de sel à une histoire qui en manquait d’autant plus que les auditeurs, déjà peu nombreux, se sont maintenant tous tournés vers d’autres radios sans pleurnicher : dans un tsunami de banalités sur la nécessaire refonte de la radio publique, Fleur Pellerin essaie donc de camoufler à la fois le bilan financier désastreux de la radio et le refus des syndicats, pourtant manifeste, de tout changement structurel de cette entité publique de plus en plus éloignée des réalités de terrain à l’heure où le numérique bouleverse profondément la donne.

Et « bilan financier désastreux » est un terme pudique pour cacher une réalité encore pire.

Déjà, on peut s’étonner de la masse salariale du groupe. Si l’on peut comprendre qu’il faille pas mal de monde pour faire tourner autant de radios, il est plus difficile à comprendre que cette masse salarial augmente sans cesse : entre France Info (+63% de 2004 à 2013) ou FIP (+61%), on a bien du mal à comprendre ce qui justifie une telle obésité, d’autant que les audiences, en face, ne justifient en rien une telle augmentation, d’ailleurs pas plus en rapport avec l’augmentation d’effectif sur la même période, plus calme à (seulement ?) 20%. Autrement dit, non seulement le nombre de salariés augmente, mais les salaires aussi, et plus vite.

À cela, on doit ajouter les nombreux avantages de certaines catégories de personnels (d’ailleurs abondamment représentés dans les grévistes) et dont la Cour des Comptes faisait la liste dans un récent rapport, comme un nombre assez stupéfiant de congés payés : aux 25 jours légaux, les journalistes de Radio France bénéficient de 5 jours de repos dus au passage de 40h à 39h, 4 jours dits « de modernisation », 15 jours pour récupération de jours fériés, 16 jours de RTT (si leur travail est planifié en 5/2) et encore 5 jours au-delà de 8 années d’ancienneté, ce qui fait jusqu’à 14 semaines de vacances.

Ces avantages pourraient encore passer s’il n’y avait pas plus de 8% des effectifs de la radio d’état élus ou délégués syndicaux, dont les heures syndicales équivalent à plus de 130 personnes à temps plein, ou si, à ces éléments déjà inquiétants en regard de la situation financière de la chaîne publique, on ne devait ajouter la quantité minimaliste d’heures prestées par les musiciens des deux (oui, deux) orchestres (le philharmonique et le national), qui ne dépassent pas les 800 heures par an là où un salarié lambda doit en effectuer le double (1607 par an) pour être considéré à temps plein.

24hGold - En finir avec Radio ...Enfin, on pourra passer rapidement sur le chantier de rénovation qui aura occupé la Maison de la Radio et dont le total atteint plus de 575 millions d’euros (un demi-milliard, les enfants, c’est une bagatelle !) alors qu’il était établi à 262 millions initialement (ça fait plus qu’un doublement), parce qu’en réalité, on devra surtout tenir compte de la trésorerie négative, d’une centaine de millions d’euros à la fin 2015, et du déficit prévu, à cette même fin 2015, à plus de 21 millions d’euros, alors que les « recettes » sont toujours aussi rachitiques.

En effet, si l’on oublie la redevance, qui fournit grosso-modo 90% de son budget, Radio France ne parvient pas, même de loin, à rentabiliser ni ses orchestres (dont les entrées payantes sont une goutte d’eau) ni ses plages publicitaires ou ses services divers. Si le groupe de radios devait vivre de ses recettes réelles, il devrait couper 90% de ses dépenses. On est loin, très loin des misérables 7% que la direction tente d’obtenir auprès des syndicats, des salariés et du ministère de la Culture dont tout indique qu’il l’a lâchée en rase campagne.

Pourtant, l’impact réel de cette grève donne une indication extrêmement claire sur ce qu’il convient de faire.

En effet, si l’on met de côté quelques frétillantes cucurbitacées qui pleurnichent niaisement sur la crise que traverse Radio-France (en réclamant, au passage, une augmentation de la redevance — les impôts, c’est bon, mangez-en), force est de constater que l’interruption des programmes normaux des chaînes de Radio France a laissé l’écrasante majorité des Français dans la plus totale indifférence, et, pour la partie (congrue) la plus lucide d’entre eux, dans une certaine béatitude que seul permet l’arrêt du Niagara de conneries déversé par ce véritable sévice public.

En d’autres termes, personne ne regrette l’arrêt des programmes de Radio France. Et, plus précisément, la fermeture complète et définitive de ces chaînes apporterait un bien être parfaitement quantifiable (plusieurs dizaines d’euros) aux 20 millions de foyers français qui payent la redevance.

24hGold - En finir avec Radio ...

Oh, bien sûr, les salariés de ces radios d’État penseront différemment. Oh, bien sûr, les politiciens qui trouvaient un refuge facile dans les locaux de Maison de la Radio estimeront cet arrêt insupportable. Oh, bien sûr, les chroniqueurs, les journalistes et les musiciens bien au chaud dans les rédactions et les orchestres du groupe couineront à l’idée de devoir se confronter au privé dont les fins de mois ne sont assurées que par cette audience qui ne semble absolument pas dans les priorités du groupe Radio France.

Mais après tout, le gouvernement n’est-il pas engagé dans une recherche d’économies ? Ne prétend-il pas tout faire pour couper les dépenses inutiles ? Et quelle dépense plus inutile que celle qui finance des radios dont l’absence d’émission n’a gêné personne ces 25 dernier jours ?

J'accepte les Bitcoins !

1PT5Uw8ugc2w1JEnLQkx7MEVxVuosJvwBj

Vous aussi, aidez à mettre Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Source : h16free.com
Données et statistiques pour les pays mentionnés : France | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : France | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4,4 (9 votes)
>> Article suivant
H Seize écrit sur http://h16free.com ses chroniques humouristiques d’un pays en lente décomposition, et apporte des solutions dans son livre, Egalité, Taxes, Bisous. Dans un monde toujours plus dur, et alors que la crise, la vilénie, les aigreurs et les misères allant de la maladie aux bières tièdes font rage, un pays fait courageusement face et propose toute une panoplie de mesures plaisamment abrasives qui permettront d'aplanir les aspérités, gommer les difficultés et arrondir les angles. Ce pays, rempli de gentils et d'aimables tous les jours mieux pensant, est devenu un véritable phare scintillant dans la nuit noire de l'obscurantisme des méchants et des vilains. Et pour mieux scintiller, il s'est doté d'une devise qui est parvenue à se hisser au rang de slogan, d'accroche et de modus vivendi : pour chacun et pour tous, il faudra de l'égalité, des taxes, et des bisous.
Voir son site webS'abonner à ses offres
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
"Pourtant, l’impact réel de cette grève donne une indication extrêmement claire sur ce qu’il convient de faire"

L'impact réel de la grève a le mérite de montrer de façon assez éclatante si le service rendu existe ou pas.
En l'absence service rendu, on se rend très facilement compte que le pays continue sa marche à l'identique, ni mieux ni pire.

Ni utiles ni malfaisants = dispensables
Pas utiles + très coûteux = à supprimer

664 Mio de budget annuel, environ 20€ par foyer et par an, mais la cession de l'énorme capital immobilier pourrait donner à chaque famille une plus grosse somme ponctuelle.
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Je suis loin de conaître tous le dtenants et aboutissants de cette gigantesque maison.
Mais une fois de plus on se trouve face à un bateau ivre avec des tas de privilégiés par rapport à la population du pays. Si on subventionne, alors effectivement voir ce qu'en dit tès justement Pierre 70. Sinon, que la boutique fasse ses preuves, marre de raquer pour les uns et les autres, + encore une niche pour les planqués du syndicalisme.
Je n'écoute plus que France Musique très occsionnellement.
Quant à France Inter, c'est fini depuis des années. J'y ai trouvé des émissions sympas, mais en son temps j'ai déploré que des gens comme Pascale Clark ou que le 68ard de service, j'ai nommé Daniel Mermet aient pu se servir du service public pour y faire leur propagande de gauchos-bobos!
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
"Se confronter au privé", pour un musicien, c'est avant tout "cachetonner" dans une grande compagnie de musique "commerciale", souvent complètement dégénérée, et contribuer à l'avachissement de cet art totalement prostitué au capital. A force d'écrire sur à peu près tout, on finit par accumuler tous les a-peu-près. Bientôt, vous nous direz qu'il faut démolir les cathédrales au nom des profits des banques. La tonsure intégrale est pour bientôt.
Evaluer :   1  1Note :   0
EmailPermalink
les meilleurs programmes de la radio française, depuis qu'ils sont en grève il s'entend ,pourvu que ça dure,surtout s'ils ne sont pas payés!!!
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Je ne suis pas d'accord. Il doit y avoir une radio publique pour, par exemple, annoncer les nouvelles lois ou expliquer la politique du gouvernement. Mais je reconnais que pour ça, une bande passante, 20 m² de studio et trois fonctionnaires non syndiqués suffisent largement.
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Quand je me trouve en France et que je souhaite m'informer de la marche du Monde, il m'arrive d'allumer F Info.
Et là je suis surpris d'entendre que les seules nouvelles portent sur l'activité de gouvernement la veille ou le matin-même, et d'éteindre. Forcément.
Au mieux, elle parle de ce qui a été subventionné par le gouvernement ou organisé par ses satellites (fédérations sportives par ex.).

Si cette radio est payée par le gouvernement et qu'elle ne parle que de lui, qu'elle soit cohérente, et prenne le nom de radio-gouvernement.
Ou radio-ministère, si elle veut éviter le jeu de mots prévisible.
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
Quand je me trouve en France et que je souhaite m'informer de la marche du Monde, il m'arrive d'allumer F Info. Et là je suis surpris d'entendre que les seules nouvelles portent sur l'activité de gouvernement la veille ou le matin-même, et d'éteindre. Fo  Lire la suite
Pâris - 14/04/2015 à 13:22 GMT
Note :  2  0
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX