Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

En images : préparez vous pour pour "la crise financière 2.0"

IMG Auteur
Publié le 20 octobre 2009
1294 mots - Temps de lecture : 3 - 5 minutes
( 0 vote, 0/5 )
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
0
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux




Malgré les bons résultats de JP Morgan, de Goldman, et ceux moins brillants de Citi mais tout de même positifs, pour le Q3 2009, les ennuis bancaires des USA ne sont pas terminés.


Le site du livre More Mortgage Meltdown, édité par la compagnie d'investissement T2 partners, met en ligne une impressionnante collection de « slides » dont j'ai extrait quelques graphiques frappants sur la situation réelle des banques américaines qui viennent confirmer mes précédents rapports pessimistes sur leur état réel (ici ou ). Soyez prêts pour "La Crise 2.0" dans les 18 prochains mois.


A noter: les graphes sont pris directement sur le site de T2, en espérant qu'ils ne cassent pas les URL sur le long terme. Or, certains seront updatés en continu. Cela permettra de voir l'évolution, l'article, écrit le 14 et 15/10, précise à chaque fois la date d'arrêt choisi.

Tout d’abord, voyons l’évolution des prêts en retard ou en faillite aux USA, au Q4 2008 :






Nous voyons que le pourcentages de prêts connaissant un problème à un moment donné passe de 2 à 3% dans une période normale, à plus de 9% fin 2008, avec une pente en flèche. Récemment, je livrais à votre curiosité un chiffre de retards + faillites de 13%.

Pire encore, alors qu’en période « normale », 45% des prêts en retard voyaient l'emprunteur redresser la situation, aujourd’hui, cette proportion est tombée à 6%. Même les prêts « prime » sont touchés, avec un taux de délinquance de 4.5% (Q4, 2008). Cela peut sembler peu, mais la pente de la courbe ne laisse pas espérer un renversement de tendance. Quant à savoir si on va vers une prolongation ou un adoucissement de la dégradation, bien malin qui peut le prévoir.







Or, vous pouvez voir que le pourcentage de prêts dont la valeur du collatéral est inférieure au capital restant dû, touts prêts confondus, grimpe vertigineusement. Cette estimation de Moodys et T2 partners, plutôt conservatrice (elle ne compte que les emprunts "unederwater" effectivement enregistrés par les banques) fait déjà apparaître une hausse vertigineuse des prêts donnant aux emprunteurs une forte incitation à se mettre en défaut (Mars 2009).






Mais cette seconde estimation (Standards and poor, Jan 2009) est encore plus pessimiste, puisque le pourcentage de prêts en déficit de la catégorie la plus sûre y apparait plus faible que la moyenne des prêts calculés par Moodys. Après recherche, il apparait qu'elle prend en compte une estimation de nombreuses pertes non encore enregistrées par les banques, dépassées par le rythme des mises en faillite personnelles, et qui ne sont pas forcément pressées d'inscrire toutes les mauvaises nouvelles dans leurs comptes, mais d'ores et déjà ces pertes sont bien réelles du point de vue des emrpunteurs. 







Vous noterez que si la principale vague de prêts subprimes a déjà enregistré la plupart de ses défauts de paiement, il n’en va pas de même pour les prêts Alt-A et ARM qui vont voir les réajustements contractuels (date à laquelle la période de remboursements « discount » se termine et la mensualité due fait un bond en avant) se multiplier entre fin 2009 et 2013. C’est en général après le « contract reset » que les faillites se multiplient comme on l’a vu pour les prêts subprime






La situation de l’emploi et la tendance observée ne laisse pas espérer un meilleur sort pour les prêts Alt A (ni pour les options ARM, qui sont dans la même situation) que pour les prêts subprimes en 2007-2008 (Q2,2009) :




Cette récession est de loin la pire de l'après guerre. Même les années 70, pourtant de sinistre mémoire, n'avaient pas été aussi noires en terme de variation de la population inemployée (Q2,2009)






Et donc, qu'est-ce que cela signifie sur la capacité des prêts à être remboursés ? Tous types de prêts confondus, voici les expositions des banques US sur différents segments du crédit (oct 2008)






Tous ces secteurs du crédit (consommation, immobilier commercial, etc…) connaissent également un taux de défaillances inhabituellement élevé. Aussi, voici une estimation des pertes faites par T2 Partners (date non communiquée), une firme d’investissement. Pas nécessairement parole d’évangile, mais cela cadre bien avec l’estimation de 4 000 milliards de valeurs artificielles injectées dans l’économie pendant la bulle, faite par Wendell Cox ou moi-même.






Enfin, voici plusieurs estimations des pertes totales du système financier, rapportées aux provisions passées à la fin du premier trimestre 2009.






Il restait donc à cette date, si ces estimations plutôt pessimistes sont exactes, un montant de nouvelles pertes potentielles qui pourraient être au moins égales à celles déjà inscrites dans les comptes des banques américaines.

Avec en prime la perspective d’une insolvabilité de la FDIC, l’assurance fédérale des comptes en banques des déposants… alors même que le nombre de banques "en difficultés", mons médiatiques que Goldman ou JPM, semble exploser (graphe fin 2008). Il semblerait que le nombre d'institutions en difficulté depuis septembre 2008 dépasse aujourd'hui 400.



Et ce dernier graphe, pour une fois pris ailleurs que chez T2 (yahoo biz), confirme que le rythme des faillites bancaires soutenues par la FDIC s'accélère: 50 faillites sèches au troisième trimestre 2009, contre 20 au rpemier ! les officiels de la FDIC s'attendent à un pic... fin 2009 ou en 2010, et n'ont d'autre solution que d'augmenter les primes des banques en moins mauvaise santé... Ce qui n'améliorera pas leurs comptes, vous vous en doutez.







Non, décidément, les marges du troisième trimestre 2009 des grandes banques de trading, alimentées par les injections artificielles d'argent de la FED dans les banques, ne sont que purs artifices qui ne doivent pas nous masquer la perspective d'une rechute. La crise financière 2.0 est devant nous.

Conclusion

La question n’est de savoir si il y aura une deuxième vague de sinistres bancaires, elle a commencé, mais si cette seconde vague sera aussi brutale que la première ou si elle sera lissée sur toute la période 2009-2013. Dans un premier cas, une nouvelle panique bancaire pourrait survenir, affectant les banques du monde entier, et risquant d’envoyer par le fond certains états, par ricochet. Dans le second, le système tiendra cahin caha, dans une morosité économique sans précédent, mais les mesures structurelles nécessaires à une refondation de notre système financier risquent d’être retardées, et l’économie traversera une longue phase de fièvres et de rémissions molles, avec comme perspective le mur de la faillite des systèmes de santé et de retraite de nombreuses nations.

Faute d'avoir traité la crise par un vaste désendettement en cascade du système financier (voir mon article pour l'AGEFI, ou encore celui ci), par échanges de dettes contre capital, les états ont juste colmaté la brèche du titanic avec de la toile de sac.  Mais la deuxième vague d'icebergs pourrait être encore plus meurtrière.


            

Vincent Bénard

Objectif Liberte.fr


Egalement par Vincent Bénard




Vincent Bénard, ingénieur et auteur, est Président de l’institut Hayek (Bruxelles, www.fahayek.org) et Senior Fellow de Turgot (Paris, www.turgot.org), deux thinks tanks francophones dédiés à la diffusion de la pensée libérale. Spécialiste d'aménagement du territoire, Il est l'auteur d'une analyse iconoclaste des politiques du logement en France, "Logement, crise publique, remèdes privés", ouvrage publié fin 2007 et qui conserve toute son acuité (amazon), où il montre que non seulement l'état déverse des milliards sur le logement en pure perte, mais que de mauvais choix publics sont directement à l'origine de la crise. Au pays de l'état tout puissant, il ose proposer des remèdes fondés sur les mécanismes de marché pour y remédier.

 

Il est l'auteur du blog "Objectif Liberté" www.objectifliberte.fr

 

Publications :

"Logement: crise publique, remèdes privés", dec 2007, Editions Romillat

Avec Pierre de la Coste : "Hyper-république, bâtir l'administration en réseau autour du citoyen", 2003, La doc française, avec Pierre de la Coste



Publié avec l’aimable autorisation de Vincent Bénard – Tous droits réservés par Vincent Bénard.


<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :0 (0 vote)
>> Article suivant
Vincent Bénard, ingénieur et auteur, est Président de l’institut Hayek (Bruxelles, www.fahayek.org) et Senior Fellow de Turgot (Paris, www.turgot.org).
Voir son site webFaire une donation
Publication de commentaires terminée
Dernier commentaire publié pour cet article
Soyez le premier à donner votre avis
Ajouter votre commentaire
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX