Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Entretien avec Cécile Philippe, par Grégoire Canlorbe pour l’Institut Coppet, 2ème partie : la mondialisation

IMG Auteur
 
 
Publié le 18 décembre 2014
1170 mots - Temps de lecture : 2 - 4 minutes
( 0 vote, 0/5 )
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
0
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Article du Jour

 

 

 

 

Grégoire Canlorbe. Il existe encore un troisième facteur auquel on impute couramment (à l’instar du prix Nobel Maurice Allais) la responsabilité du chômage : à savoir la mondialisation des échanges marchands.

 

Le raisonnement qui sous-tend cette assertion peut se formuler comme suit : Dans le contexte de la mondialisation des échanges entre des pays caractérisés par des niveaux de salaires différents, plus le salaire minimal (déterminé par les forces du marché ou fixé par la loi) est élevé dans les pays développés, et plus les importations en provenance des pays à bas salaires sont favorisées. Ces importations sont certes compensées en valeur par des exportations. Cependant la compétition des travailleurs dans les pays développés avec les pays à bas salaires détruit nécessairement des emplois – à moins que le patronat ne réussisse à procéder à une baisse du coût du travail.

Dès lors la mondialisation des échanges mène soit à une hausse du chômage s’il y a rigidité des salaires, soit au nivellement vers le bas des salaires (et à une explosion des inégalités de revenu) s’il y a flexibilité des salaires. Grâce aux délocalisations et aux importations en provenance des pays à bas salaires, les consommateurs peuvent cela dit acheter des produits meilleur marché. En contrepartie de cette baisse des prix les consommateurs doivent cependant subir la perte de leur emploi ou la baisse de leurs salaires. Ce sont tout à fait ces conséquences qu’on peut observer en France depuis trente ans.

Que rétorqueriez-vous à cette analyse en vogue ?

 

Cécile Philippe : Pour répondre à votre question, je crois qu’il faut d’abord bien comprendre que l’échange dans nos sociétés est à la fois indispensable et source de grande richesse. Comme je l’explique dans mon livre, les capacités de l’homme isolé sont limitées, aussi bien dans le temps que dans l’espace. Il lui est impossible de produire tout ce dont il a besoin. En effet, il lui est indispensable d’échanger avec les autres pour satisfaire ses besoins.

 

Ce phénomène nous est devenu tellement familier et habituel que nous ne nous réjouissons plus de trouver sans difficulté de quoi manger, lire ou s’habiller. Nous en sommes même rendus à un point où nous pouvons nous permettre d’être très exigeants en la matière. De même que nous ne nous étonnons pas de pouvoir respirer, nous restons de marbre devant le miracle qui s’accomplit sous nos yeux, à savoir que des milliers d’individus œuvrent chaque jour à notre confort matériel et à notre bien-être psychique.

 

Or force est de constater que si nous devions aujourd’hui tenter de nous procurer par nous-mêmes ce que nous utilisons et consommons chaque jour, nous nous rendrions compte que ce serait tout simplement mission impossible.

 

Songeons simplement à ce qu’il nous faudrait pour confectionner une pizza à partir de nos seules ressources. La pizza est, par excellence, un produit simple. Elle se compose d’une pâte (un mélange d’eau et de farine), de fromage et de tomates. Il faut aussi la faire cuire. Or, pour disposer de farine, il faut posséder une terre et y avoir fait pousser du blé. Il faut avoir au préalable sélectionné des semences, les avoir plantées et attendre qu’elles poussent pour ensuite les récolter. Le processus est identique pour les tomates. Le fromage, quant à lui, suppose d’avoir du lait et donc des vaches. Celles-ci doivent naître puis grandir pour donner le lait qui permettra alors de faire un fromage. Le four à pain nécessite aussi des matières premières et des compétences pour le confectionner au même titre que le fromage ou la pâte à pain.

 

On l’aura compris, celui qui ne peut pas obtenir d’autres personnes ce qu’il veut consommer, devra attendre des mois avant de pouvoir déguster une pizza. Pendant ce laps de temps, il lui faudra subvenir à ses besoins autrement et surmonter toutes sortes d’obstacles.

 

Ce miracle qui permet d’avoir envie d’une pizza et d’en dévorer une dans l’heure a une explication : la division du travail. Chacun, en se spécialisant, peut augmenter sa productivité et ainsi produire ce qui lui permettra d’acquérir ce que d’autres développent.

 

Donc pour revenir à la mondialisation des échanges, si on reconnaît qu’ils sont seulement une extension de nos échanges locaux et proches, on ne peut que se réjouir de leur extension à une zone géographique plus large, qui plus est si cela nous donne accès à des produits moins chers et plus variés

 

Car cela libère du pouvoir d’achat qui permet d’acquérir d’autres biens. Mais encore faut-il que ceux-ci soient produits et donc qu’on laisse les entreprises s’adapter aux nouvelles demandes. Le fonctionnement d’une économie de marché repose intrinsèquement sur la création et la destruction simultanée d’emplois. Ce processus est indispensable pour permettre aux entreprises de s’adapter à l’évolution des préférences des consommateurs et aux changements technologiques. Ce faisant, l’économie prospère et le niveau d’emplois peut augmenter et compenser les destructions qui ont nécessairement lieu.

 

Dans un pays comme la France qui cherche avant tout à bloquer les destructions d’emplois, ce processus d’adaptation des entreprises est fortement retardé. On maintient trop longtemps des personnes dans des emplois sans avenir si bien que lorsque l’inéluctable arrive, il leur est parfois extrêmement difficile de s’adapter aux nouvelles offres d’emplois.

 

Vous mentionnez la baisse des salaires provoquée par la concurrence des bas salaires dans les pays émergents, par exemple. C’est vrai pour toute une catégorie d’emplois mais par pour tous les emplois et la baisse des salaires dans les secteurs concernés ne devrait pas inéluctablement conduire à une baisse de pouvoir d’achat. En effet, si la monnaie conserve sa valeur (à savoir n’est pas inflationniste) et que par ailleurs, nombre de biens et services voient leur valeur baisser, alors les travailleurs moins payés ne s’en trouvent pas forcément moins bien.

 

Divers problèmes viennent de ce que la monnaie (dans tous les pays du monde) est fortement manipulée et perd de sa valeur en alimentant des bulles qui font augmenter les prix comme ceux de logement, de l’énergie (au moins en Europe), etc. L’augmentation du prix de ces biens et services – cruciaux pour le bien être – fait plus que compenser les baisses d’autres biens et services dont nous pouvons profiter par ailleurs. D’où le malaise.

 

Incriminer la mondialisation et souhaiter le repli nationaliste et protectionniste est cependant très dangereux car cela nous conduirait au pire des mondes, à savoir un monde dans lequel nous subirions les hausses des prix, sans avoir accès à des produits bon marché et plus variés, un monde dans lequel le marché du travail continuerait de dysfonctionner et de générer du chômage, bref une société dans laquelle nous en aurions tous moins pour notre argent.

Les pertes d’emplois et le baisses de salaire sont des choses inéluctables car elles sont liées aux changements technologiques, aux changements des préférences des consommateurs, etc. Vouloir les empêcher est un gaspillage d’énergie et de ressources. On peut, par contre, en limiter les effets, en adoptant des structures flexibles et en cessant de manipuler comme on le fait aujourd’hui nos monnaies.

 

Voir la 1ère partie

 

 

 

Données et statistiques pour les pays mentionnés : France | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : France | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :0 (0 vote)
>> Article suivant
Cécile Philippe est docteur ès sciences économiques de l'Université Paris-IX Dauphine et d'un Desup en gestion des entreprises dans les pays en développement. C'est au sein d'un think tank américain qu'elle a terminé sa thèse portant sur les théories de l'information et l'émergence d'un marché de l'information sur Internet. De retour en Europe, elle a crée en 2003 l'Institut économique Molinari, dont elle assure depuis la direction. Auteur d'un grand nombre d'articles publiés dans des journaux aussi bien francophones qu'anglophones, elle a publié en 2007 son premier livre aux Éditions JC Lattès intitulé "C'est trop tard pour la terre". Le livre s'intéresse aux questions d'environnement et cherche à mettre fin à un certain nombre de mythes, en particulier celui qui consiste à croire que réglementation et taxation vont de pair avec amélioration de l'environnement. Elle est intervenue à maintes reprises à la radio (BFM, RFI, etc.) et à la télévision (France 3, LCI, etc.) sur des questions de politiques publiques.
Voir son site webS'abonner à ses offres
Publication de commentaires terminée
Dernier commentaire publié pour cet article
Soyez le premier à donner votre avis
Ajouter votre commentaire
Top articles
Derniers Commentaires
Dépenses sociales : un pognon de dingue
24 juinmerisier
@LOUIS L. Si nous avions des gouvernants avec des baloches (des vraies !) et qui voudraient vraiment faire de l'écologie pour le bien public, ...
Dépenses sociales : un pognon de dingue
24 juinLouis L.2
A propos de sécu, je trouvais un peu fort de café les honoraires de dispensation en pharmacie pour un service inchangé mais je trouve avec effareme...
Dépenses sociales : un pognon de dingue
24 juinmerisier2
@ gloopy La sécu qui coule lentement mais sûrement la France, est un schéma de Ponzi de par son mode de fonctionnement, structure financière à ...
Immobilier : Les Français organisent leur propre misère
24 juinSaphir
Les français, ou les gouvernements français ?
Dépenses sociales : un pognon de dingue
24 juingloopy1
sans doute notre merveilleuse "Sécu" ( qui fut imposée aux Français, sans jamais leur demander leur avis, dans l'immédiate après-guerre ) n'est-ell...
Des élus de plus en plus dangereux
24 juinmerisier1
@ LOUIS L. et gloopy Après vérification, 24h Gold n'a plus publié les cours des Mpx depuis le 09 avril 2019 ! ???????????????????????
Dépenses sociales : un pognon de dingue
23 juinmerisier2
Pas de souci, grâce à Agnès Buzyn (ministre de la santé !) on va avoir la couche supplémentaire avec la prise en charge de la PMA si l'on en croit ...
Des élus de plus en plus dangereux
21 juingloopy3
ce site agonise complètement depuis qu'il a cessé, depuis plus de 2 mois, de publier l'évolution des cours des métaux précieux ( à l'avantage évide...
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX