Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en
Dans la même rubrique

Et ils se pensaient libres

IMG Auteur
Extrait des Archives : publié le 11 mars 2016
999 mots - Temps de lecture : 2 - 3 minutes
( 3 votes, 4,7/5 ) , 3 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
3
commenter
Notre Newsletter...

 

« Voyez-vous, a poursuivi mon collègue, il est difficile de savoir quand et comment agir’. C’est la vérité, croyez-moi. Chaque acte est pire que le précédent, mais pas bien pire. Il suffit d’attendre le prochain, d’attendre que quelque chose de plus choquant se passe, et de penser que les autres, quand ce choc frappera, joindront votre résistance. Vous ne voulez pas agir, ni parler à qui que ce soit. Vous ne voulez pas ‘sortir et causer le trouble’. Pourquoi pas ? Parce que ce n’est pas dans votre habitude. Et ce n’est pas que la peur de vous défendre seul qui vous retient, mais aussi votre incertitude.

L’incertitude est un facteur essentiel, et plutôt que de diminuer à mesure que le temps passe, elle ne fait qu’augmenter. Dans les rues, la communauté, les gens, sont ‘heureux’. Personne ne proteste. En France ou en Italie, il y aurait eu des slogans contre le gouvernement placardés sur les murs et les grillages. En Allemagne, en dehors des grandes villes, il n’y en avait même pas. Dans la communauté universitaire, nous parlions en privé entre collègues, et certains pensaient comme moi, mais que disaient-ils ? ‘Ce n’est pas si terrible’, ‘Tu t’imagines des choses’, ou ‘Tu es un alarmiste’.

Et vous êtes un alarmiste. Vous vous écriez que ceci mènera à cela, mais vous ne pouvez rien prouver. C’est un commencement, mais savez-vous ce que réserve la finalité, et comment elle se présentera ? D’une part, vos ennemis, la loi, le régime, le Parti, vous intimident. De l’autre, vos collègues vous accusent d’être pessimiste ou névrotique. Il ne vous reste que vos amis proches, qui pensent naturellement comme vous l’avez toujours fait.

 

Mais vous en avez de moins en moins. Certains se sont déplacés, d’autres sont submergés par le travail. Vous n’en voyez plus autant aux réunions et aux sorties habituelles. Les groupes informels deviennent plus petits, et eux-mêmes se désintègrent. Parmi le petit groupe d’amis qu’il vous reste, vous avez l’impression de parler entre vous, d’être isolés de la réalité des choses. Cela ne fait que contribuer à votre incertitude et vous retient davantage – mais de faire quoi ? Il est clair que, si vous décidez de faire quelque chose, vous devez en faire un évènement, et devenez un faiseur de troubles. Alors vous attendez, toujours plus longtemps.

Mais le grand choc, qui fera affluer des centaines, des milliers d’autres dans vos rangs, ne se produit jamais. C’est là le paradoxe. Si le premier et le dernier des actes affreux commis par le régime étaient survenus en même temps, des millions de personnes auraient été suffisamment secouées et se seraient soulevées – disons si l’extermination de Juifs en 1943 était survenu juste après le placardage d’autocollants ‘Juif’ sur les fenêtres des magasins juifs en 1933. Mais ce n’est pas ainsi que les choses se sont déroulées. Entre les deux, des centaines d’autres actions ont été entreprises, certaines imperceptibles, chacune visant à vous désensibiliser à la prochaine. L’étape C est toujours plus violente que l’étape B, mais si vous ne vous soulevez pas à l’étape B, alors pourquoi le faire à l’étape C ? Et ainsi de suite…

Et puis un jour, il est trop tard ; vos principes, si vous y étiez sensibles, vous sautaient au visage. La déception de vous-même est devenue trop lourde à porter, et un incident mineur, dans mon cas mon petit garçon, pas plus âgé qu’un bébé, prononçant les mots ‘porc juif’, fait tout s’effondrer autour de vous. Et puis vous voyez tout, tout ce qui a changé sous votre nez. Le monde dans lequel vous vivez, votre nation, votre peuple, n’est plus celui dans lequel vous avez grandi. Ses formes sont toujours là, identiques et rassurantes, les maisons, les magasins, les emplois, les pauses repas, les visites, les concerts, le cinéma, les vacances… Mais l’esprit, auquel vous n’avez jamais prêté attention parce que vous avez fait l’erreur de l’identifier avec la forme, a changé. Vous vivez dans un monde de haine et de crainte, et ceux qui haïssent et qui craignent ne le savent pas eux-mêmes. Quand tout le monde a changé, personne n’a changé. Vous vivez désormais dans un système qui règne sans aucune responsabilité, pas même devant Dieu. Le système lui-même n’y était pas destiné, mais pour survivre, il a dû aller jusqu’au bout.

Et vous-même êtes allé presque jusqu’au bout. La vie est un processus continuel, un flot, pas une succession d’actes et d’évènements. De l’eau a coulé sous les ponts, et vous a emporté avec elle, sans que vous fassiez quelque effort que ce soit. Et vous avez vécu plus confortablement chaque jour, avec de nouvelles règles morales, de nouveaux principes. Vous avez accepté des choses que vous n’auriez pas accepté il y a cinq ans, il y a un an, des choses que votre père, même en Allemagne, n’aurait pas pu imaginer.

Tout s’effondre, tout d’un coup. Vous percevez ce que vous êtes, ce que vous avez fait, ou ce que vous n’avez pas fait (puisque c’était ce qui était attendu de nous, ne rien faire). Vous vous souvenez de ces premières réunions universitaires au cours desquelles, si l’un de vous s’était levé, d’autres l’auraient fait aussi. Mais personne ne s’est levé. Une question bénigne, employer cet homme ou celui-là. Et vous avez employé cet homme, au lieu de celui-là. Vous vous souvenez de tout désormais, et votre cœur se brise. Mais il est trop tard. Les dommages sont irréparables.

Et puis quoi ? Vous vous tirez une balle dans la tête. Beaucoup l’ont fait. Ou vous ‘ajustez’ vos principes. Beaucoup ont essayé, et y sont parvenus ; mais pas moi. Certains ont appris à vivre avec leur honte pour le reste de leur vie. Cette dernière option est celle qui se rapproche le plus de l’héroïsme. La honte. Beaucoup d’Allemands sont devenus ce triste genre de héros. Bien plus, je pense, que ce que pense le monde. »


Milton Mayer, They Thought They Were Free: The Germans, 1933-45



 

Données et statistiques pour les pays mentionnés : Allemagne | France | Italie | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Allemagne | France | Italie | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4,7 (3 votes)
>> Article suivant
IMG Auteur
Jesse 13 abonnés
Visitez le Café Américain de Jesse pour des nouvelles rafraichissantes sur les marchés.
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
Oui, c'est vrai rg100. Bien peu de choses sont à modifier dans ce texte pour l'adapter à la France de 2017.
Par exemple, jamais je n'ai entendu "Porc Juif" en France. Les Français ne sont pas des gens racistes et/ou antisémites. Ils sont, autant que je sache, des gens tolérants, bien trop tolérants, et pour tout dire bien trop crédules.

Ils le paient aujourd'hui et sont la cible de terribles insultes. "Sale Français", "Sale Blanc", sans compter les propos à l'égard des jeunes femmes dont le seul crime est d'être Française et blanche, fusent à tout va ! J'en ai moi-même fait l'expérience il y a des années (avant de quitter la France). Ajoutons que certaines zones géographiques deviennent dangereuses pour les Français blancs (de peau) sur leur propre territoire. Franchement, vous iriez vous promener dans les banlieues nord de Paris ou de Marseille ?

Tout ceci est d'autant plus inquiétant que le pouvoir en place ne cesse de vous insulter. Des spots TV, payés avec vos impôts, suggèrent que vous êtes racistes et antisémites. Ca ne vous choque pas ? N'êtes vous pas en colère de subir ce genre d'outrages ?

Cette situation n'est elle pas un signe que vous êtes menacés, dans votre propre pays, par vos propres élites ?

Allez vous en tirer des conclusions et y penser lors du 26 avril et du 7 mai 2017 ? Si vous ne le faîtes pas, soyez certains que vous n'en aurez plus jamais l'occasion.
Evaluer :   3  0Note :   3
EmailPermalink
" Le monde dans lequel vous vivez, votre nation, votre peuple, n’est plus celui dans lequel vous avez grandi. Ses formes sont toujours là, identiques et rassurantes, les maisons, les magasins, les emplois, les pauses repas, les visites, les concerts, le cinéma, les vacances… Mais l’esprit, auquel vous n’avez jamais prêté attention parce que vous avez fait l’erreur de l’identifier avec la forme, a changé. Vous vivez dans un monde de haine et de crainte ..."

C'est tout a fait une phrase que l'on pourrait aussi appliquer à la France et son changement de visage depuis 35 ans. Un monde de haine je ne sais pas mais un monde de crainte, il est certain que c'est ce que moi je ressens au niveau de l'insécurité (physique et matérielle).
Evaluer :   3  0Note :   3
EmailPermalink
....Dieu merci vous n'êtes pas seul, mais rares sont hélas les grenouilles qui ressentent clairement la montée en température de l'eau.
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
Oui, c'est vrai rg100. Bien peu de choses sont à modifier dans ce texte pour l'adapter à la France de 2017. Par exemple, jamais je n'ai entendu "Porc Juif" en France. Les Français ne sont pas des gens racistes et/ou antisémites. Ils sont, autant que je s  Lire la suite
glanduron - 22/03/2017 à 14:17 GMT
Note :  3  0
Top articles
Derniers Commentaires
Démondialisation. Comment Trump vient de tuer l’OMC !
12 déc.Saphir
La mondialisation c'est avant tout le dollar comme monnaie de réserve et son extraterritorialité, je n'ai ni vu ni entendu Trump tenter d'y changer...
Pourquoi la théorie du réchauffement climatique doit nous faire rir...
20 nov.Louis L.1
Saoulez vous et fumez sans la moindre retenue car il est formellement prouvé que cela est sans incidence sur le taux de mortalité qui demeure obsti...
L'illusion de la gratuité
19 nov.zelectron
Même Hollande s'était fendu d'un : c'est gratuit, c'est l'état qui paye.
Propriété menacée. La société de l’usage, c’est la société du serva...
19 nov.zelectron0
L'ignominie de cette proposition montre à quel point le communisme a laissé des traces quasi- indélébiles pour les débiles de la société.
Or, pourquoi ça baisse, pourquoi ça va monter ensuite !
14 nov.Alain J.
et pourquoi çà monte et çà baisse ensuite Il y a 10 ans l'article ci dessus aurait pu s'écrire ... mais autrement. Je suis les articles sur l'o...
Comment on a étranglé la Grèce. Mediapart
15 nov.Patrick W2
La video doit être absolument regardée. Je l'ai vue, et j'ai envie d'acheter le livre de Varouflakis " Conversations entre Adultes" et de voir...
Or, pourquoi ça baisse, pourquoi ça va monter ensuite !
13 nov.blitzel
Ahahah, ils veulent nous saborder le "mental." Erreur aujourd'hui mercredi 13 pleine lune sur la dégringolade des cours des banques, Elles ...
Pour « sauver la planète », l’industrie tue les campagnes. Reporterre
13 nov.blitzel
Article impeccable. Un 11 novembre dans les labours Quand j'entends cela, cela nous rappelle, "aux oreilles de nos ancêtres dans les tranc...
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX