Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en
Dans la même rubrique

Fermer le Parlement de Strasbourg ? Un défi révélateur

IMG Auteur
 
Publié le 20 septembre 2013
880 mots - Temps de lecture : 2 - 3 minutes
( 26 votes, 4,5/5 ) , 8 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
8
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux

 

 

 

 

Imaginez un instant que l’Assemblée nationale française siège à Paris la plupart du temps, sauf une semaine par mois où elle serait convoquée à Bordeaux. L’administration de l’Assemblée nationale aurait ses locaux à Poitiers, les sommets ministériels seraient régulièrement organisés de façon éparpillée un peu partout en France, la Cour constitutionnelle et la Cour des comptes se réuniraient à Rouen, la Banque publique d’investissement serait à Bastia et la Banque de France aurait son siège à Toulouse.


Incommode et irréel ? En effet.


Mais cette situation ressemble à celle, bien réelle, de la transhumance des institutions européennes. Celles-ci sont non seulement éparpillées à Bruxelles, Strasbourg, Luxembourg, Francfort et Londres mais le Parlement européen est aussi obligé de faire une navette mensuelle entre la Belgique et la France.


Au cours des deux dernières années, une campagne visant à arrêter le cirque ambulant du Parlement européen a gagné en influence. Le Comité des affaires constitutionnelles débat actuellement d’un rapport sur la situation des principales institutions de l'Europe. Son objectif est de rationaliser le fonctionnement du Parlement en le situant dans une seule ville, très probablement le siège de la Commission européenne, c’est-à-dire Bruxelles.


Des décennies de cauchemars logistiques


Depuis les débuts de l'intégration européenne dans les années 1950, Strasbourg a accueilli les institutions européennes,  le Conseil de l'Europe d’abord, et plus tard le Parlement européen. Toutefois, Bruxelles est rapidement apparue comme le centre politique actuel de l'Union européenne, de sorte que le travail du Parlement se faisait de plus en plus à Bruxelles. Strasbourg est toujours le second siège du Parlement européen et un traité européen lui garantit le droit d'accueillir 12 sessions parlementaires par an. Le Parlement siège donc dans deux villes distinctes. Et le Secrétariat du Parlement européen ne se trouve ni à Bruxelles, ni à Strasbourg – ce serait trop simple. C’est à Luxembourg que la bureaucratie parlementaire travaille.


Que cela signifie-t-il concrètement ?


Une fois par mois, 766 députés européens, leurs 2 000 assistants, les centaines de membres du personnel et tous leurs dossiers font un voyage de 400 km de Bruxelles ou de Luxembourg à Strasbourg pour une séance parlementaire de seulement quatre jours. À la fin de la session, tout ce petit monde s’en retourne à Bruxelles ou à Luxembourg – s’ils sont chanceux. Pour les députés souhaitant retourner dans leur circonscription où qu’elle soit en Europe, la situation se complique puisque l’aéroport de Strasbourg ne propose des vols directs que pour six capitales européennes.


Un gâchis d’argent public


Ces déplacements inutiles sont une grande source de pollution et de gabegie de l’argent public. Outre le coût de fonctionnement du Parlement européen siégeant dans deux villes différentes, le remboursement des frais de transhumance de ce microcosme et de ces frais de logement (à ne pas négliger sachant que le prix d’une chambre d’hôtel à Strasbourg peut augmenter de 150% lorsque le Parlement y siège), il faut aussi financer la maintenance, le chauffage et l’éclairage des locaux strasbourgeois même si ceux-ci restent vides 317 jours par an.


Au moment où les contribuables se serrent la ceinture, ce genre de largesses est difficile à défendre.


Un statu quo inamovible


Une pétition en ligne pour changer cette situation a jusqu'à présent recueilli plus d’un million de signatures. Les députés européens sont eux aussi mécontents du statu quo actuel : 77% d'entre eux ont exprimé leur souhait de regrouper toutes les fonctions du Parlement dans une seule ville.


Cependant, il faut plus que la pression du public et le soutien parlementaire pour faire changer cette situation absurde. Le rôle de Strasbourg dans le processus décisionnel européen est garanti par les traités instituant l'Union européenne. Pour modifier ces traités, il faut l'unanimité des pays concernés. Sans surprise, la France et le Luxembourg ont jusqu'ici bloqué toute tentative de réforme. Pire, le conseil municipal de Strasbourg a récemment annoncé le financement d’une campagne de relations publiques afin de plaider sa cause.


Le choix de Strasbourg faisait sens autrefois. Située à proximité de la frontière entre l’Allemagne et la France, la ville symbolisait la réconciliation d'après-guerre. Cette justification initiale semble désormais un peu étrange, d'autant plus que l'Union européenne s'est élargie bien au-delà des six premiers pays de la Communauté économique européenne.


Aujourd'hui, l'UE compte 28 États membres. Pour les Finlandais, les Polonais ou les Portugais, il est difficile de comprendre pourquoi leurs impôts devraient financer un ancien symbole de l'amitié franco-allemande. Compte tenu du nombre de ses membres, chaque pays européen ayant été en guerre contre ses voisins dans le passé ne peut raisonnablement s'attendre à être le siège des institutions européennes.


Une bizarrerie révélatrice du fonctionnement de l’Union


Cette double localisation du Parlement européen n’est pas seulement un détail. Elle est aussi révélatrice du fonctionnement actuel de l’Union européenne.


Il est évidemment absurde de maintenir le statu quo. Dans le même temps, les chances de sortir du statu quo sont proches de zéro, parce que l'efficacité vient après le prestige national.


Si l'Union ne peut même pas s'entendre sur quelque chose d'aussi simple, que répondre à ceux s’interrogeant sur les chances qu'elle puisse trouver des solutions à d'autres problèmes plus complexes ? Que peuvent attendre les électeurs d'une organisation politique dans laquelle même une majorité absolue de ses membres ne peut arrêter un gaspillage aussi massif de l'argent des contribuables ?

 

 

Données et statistiques pour les pays mentionnés : Belgique | France | Luxembourg | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Belgique | France | Luxembourg | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4,5 (26 votes)
>> Article suivant
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
D'accord pour supprimer Strasbourg, mais assorti à une condition: virer un fonctionnaire européen sur trois en commençant par le haut ! Là il y aurait des économies au moins du quadruple !
Sinon oui, Aix-la-Chapelle pourquoi pas ?
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Prestige avant efficacité... Tout est dit et le peuple paye.
Oui, Aachen, capitale de l'empire de Charlemagne, historiquement indicutable.
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Cela dit les Allemands du fait que la capitale de Charlemagne etait Aachen qu'il etait Allemand. Il ne faut pas exagerer tout de meme
Cela dit les Allemands du fait que la capitale de Charlemagne etait Aachen qu'il etait Allemand. Il ne faut pas exagerer tout de meme
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Vous avez raison. Encore un que les Allemands n'auront pas.
Si vous saviez comment sont construits les Airbus...
Evaluer :   5  0Note :   5
EmailPermalink
Aix la Chapelle serait plus indiquée ,on reviendrait à la capitale de Charlemagne , c'est plus au centre de l'Europe et historiquement indiscutable
Evaluer :   4  0Note :   4
EmailPermalink
Pourquoi pas Aix la Chapelle on reviendrait ainsi à l'Empire européen de Charlemagne et c'est plus au centre de l'Europe que Bruxelles ou Strasbourg ?
Evaluer :   4  0Note :   4
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
D'accord pour supprimer Strasbourg, mais assorti à une condition: virer un fonctionnaire européen sur trois en commençant par le haut ! Là il y aurait des économies au moins du quadruple ! Sinon oui, Aix-la-Chapelle pourquoi pas ? Lire la suite
zelectron - 20/09/2013 à 14:15 GMT
Note :  1  0
Top articles
Derniers Commentaires
La haute administration au pouvoir : l’occupant intérieur se frotte...
16 juil.Saphir1
On peut aller encore plus loin : le pouvoir est dans les loges, le reste n'est qu'illusion.
La haute administration au pouvoir : l’occupant intérieur se frotte...
07 juil.Bernard Conte
En bref malgré les élections on ne sort pas de la démocratie de connivence caractérisée par un bipartisme qui instrumentalise les chiens de berger ...
L’origine de l’échec des nations
22 maiERWIN2
dont le dépassement se fera probablement dans la violence. Quel sera le niveau d'organisation de cette violence et par quel encadrement ? J'ima...
L’origine de l’échec des nations
22 maiBernard Conte1
Les élites politiques de notre bipartisme de fait sont au service de leurs sponsors. La crise actuelle est aussi une crise de légitimité des él...
L’origine de l’échec des nations
21 maiNoumounke1
Je vous cite : "Malheureusement cette restructuration se heurtera inévitablement à un effet de cliquet... dont le dépassement se fera probablement ...
L’origine de l’échec des nations
21 maiRüss655
La question de la violence ne laisse malheureusement aucun doute: Une fois sauté le troisième repas d'affilée, on n'a plus le temps d'expl...
L’origine de l’échec des nations
21 maimerisier10
Peut-être suis-je pessimiste, mais je n'arrive pas bien à imaginer une retructuration drastique (mais indispensable) de nos élites en douceur. Effe...
L’origine de l’échec des nations
21 maiBernard Conte2
le problème des élites est récurrent dans l'histoire. En Amérique Latine AG Frank attribuait une grande part de la responsabilité du sous dével...
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX