Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Finance et développement

IMG Auteur
Chroniques en liberté
Publié le 08 avril 2019
460 mots - Temps de lecture : 1 - 1 minutes
( 0 vote, 0/5 )
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
0
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux

Selon une étude du F.M.I, les pays en développement qui tirent le meilleur parti de la mondialisation sont aussi les pays dans lesquels la « financiarisation » est la plus avancée [1]. C’est particulièrement frappant dans les zones émergentes de l’Asie et de l’Afrique et cela devrait faire réfléchir tous ceux qui considèrent que finance et développement sont incompatibles. La croissance économique est le résultat d’un processus cumulatif (et évolutif) d’investissement sans lequel la productivité (et donc la capacité à créer des richesses) n’a aucune chance de progresser. Mais l’investissement n’est possible que s’il existe des circuits et des acteurs financiers viables dont le rôle principal est de collecter l’épargne pour l’orienter vers les projets d’investissements les plus prometteurs. Cette capacité d’expertise et de choix constitue un capital humain précieux qu’il s’agit aussi de former. Car c’est la fragilité voire l’absence de ces circuits qui constitue le principal obstacle au développement dans les pays africains que j’ai pu visiter. Si l’aide internationale est une solution d’urgence pour déminer des situations de crise, elle ne peut être une alternative sérieuse à la finance. Au cours de ma dernière mission en Algérie, j’ai pu constater que ce pays se définissait lui-même comme un pays « pauvre en milliards ». En effet, l’embellie pétrolière est une source inestimable de liquidités mais, faute de pouvoir les injecter dans des circuits financiers à même de sélectionner les projets d’investissements cruciaux et prioritaires pour le pays, la détention de ces liquidités devient un problème (de surliquidités). Or, à chaque fois qu’une manne financière transite aux mains des gouvernements locaux, elle est une source de corruption qui entretient le mal-développement. Les décideurs politiques sont redevables devant les citoyens-contribuables de la gestion de l’argent public, ce qui passe par l’affirmation d’un principe élémentaire de finance publique : par une fiscalité équitable et mesurée, l’Etat doit assurer le financement d’un secteur public aux dimensions raisonnables et contrôlée. De ce point de vue, l’impôt est une sorte d’épargne collective et forcée destinée à l’investissement public. Mais l’impôt n’a pas vocation à assécher l’épargne pour laisser émerger un secteur productif lui-même financé par les intermédiaires financiers qui ont en charge d’attirer et de gérer l’épargne libre et volontaire. Dans une certaine mesure, la consolidation d’une croissance vigoureuse et durable dans notre pays, seule susceptible de terrasser réellement le chômage, passe par la reconnaissance de ce rôle positif et essentiel de la finance (outrageusement assimilée à de la spéculation improductive qu’il faudrait taxer) alors que la plus grande partie de l’effort d’épargne des français est orientée vers le financement de notre dette publique. [1] Gulde A.M. et Pattillo C. “Financiarisation de l’Afrique. L’Afrique pourrait croître encore si elle réformait son secteur financier », Finances & Développement, Revue du F.M.I., juin 2006, 44-47

 

<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :0 (0 vote)
>> Article suivant
Jean-Louis Caccomo est Maître de Conférences en Sciences Économiques à l'Université de Perpignan. Chercheur, il est expert international spécialisé dans les questions de croissance, innovation et tourisme international. Responsable de l'atelier tourisme au GEREM (Université de Perpignan). Il est par ailleurs responsable des programmes de coopération avec Prince of Songkla University (Phuket - Thaïlande), avec l'université de Tabasco (Mexique) etavec l'université de Moroni (Comores).
Voir son site webS'abonner à ses offres
Publication de commentaires terminée
Dernier commentaire publié pour cet article
Soyez le premier à donner votre avis
Ajouter votre commentaire
Top articles
Derniers Commentaires
Démondialisation. Comment Trump vient de tuer l’OMC !
12 déc.Saphir
La mondialisation c'est avant tout le dollar comme monnaie de réserve et son extraterritorialité, je n'ai ni vu ni entendu Trump tenter d'y changer...
Pourquoi la théorie du réchauffement climatique doit nous faire rir...
20 nov.Louis L.1
Saoulez vous et fumez sans la moindre retenue car il est formellement prouvé que cela est sans incidence sur le taux de mortalité qui demeure obsti...
L'illusion de la gratuité
19 nov.zelectron
Même Hollande s'était fendu d'un : c'est gratuit, c'est l'état qui paye.
Propriété menacée. La société de l’usage, c’est la société du serva...
19 nov.zelectron0
L'ignominie de cette proposition montre à quel point le communisme a laissé des traces quasi- indélébiles pour les débiles de la société.
Or, pourquoi ça baisse, pourquoi ça va monter ensuite !
14 nov.Alain J.
et pourquoi çà monte et çà baisse ensuite Il y a 10 ans l'article ci dessus aurait pu s'écrire ... mais autrement. Je suis les articles sur l'o...
Comment on a étranglé la Grèce. Mediapart
15 nov.Patrick W2
La video doit être absolument regardée. Je l'ai vue, et j'ai envie d'acheter le livre de Varouflakis " Conversations entre Adultes" et de voir...
Or, pourquoi ça baisse, pourquoi ça va monter ensuite !
13 nov.blitzel
Ahahah, ils veulent nous saborder le "mental." Erreur aujourd'hui mercredi 13 pleine lune sur la dégringolade des cours des banques, Elles ...
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX