Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en
Dans la même rubrique

Folies économiques : Hollande prêt à détruire l'économie française

IMG Auteur
Publié le 13 juin 2012
585 mots - Temps de lecture : 1 - 2 minutes
( 27 votes, 4,5/5 ) , 26 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
26
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Marchés

 

 

 

 

Le nouveau gouvernement  de François Hollande pense avoir la solution pour juguler la hausse du: il veut empêcher les entreprises de licencier les travailleurs en rendant le licenciement tellement coûteux que les entreprises seraient dissuadées d’y avoir recours.


Le gouvernement veut aussi travailler sur la mise au point de sanctions pour les entreprises qui veulent augmenter leurs profits et leurs dividendes en délocalisant leur production dans des pays à bas salaires. C’est ce que le ministre a déclaré lors d'une interview à la radio France Info (aux alentours de 5,45 minutes).




Le nouveau ministre du Travail, Michel Sapin a défini ce qu’il appelle les « licenciements boursiers » : « un licenciement boursier, c'est lorsque l'on ferme une activité parce qu'elle n'est pas suffisamment rentable, pas parce qu'elle fait perdre de l'argent (...) Ce sont des boites qui vont très bien mais qui vont encore aller mieux si elles ferment une activité ». Il compte bien mettre un frein à cette pratique.

Rappelons que Le taux de chômage a atteint les 10.2% en Avril, le plus haut niveau depuis 199 selon les données d’Eurostat.








Absurdité économique


La solution au problème du chômage selon le ministre du travail est donc de rendre les licenciements tellement couteux que cela ne vaudra pas le coup de les réaliser.


Quatre points, tous négatifs :


1.       Des licenciements massifs seront effectués avant que la loi n’entre en action,

2.      Les sociétés vont délocaliser tous les jobs possibles à l’étranger,

3.      Comme il sera difficile de licencier, les entreprises n’embaucheront plus,

4.      Les profits des sociétés françaises vont s’effondrer ainsi que le marché boursier, particulièrement si une crise difficile venait à survenir.

De tous ces points, le 3° est le plus important.

De la même manière, la proposition d’Arnaud Montebourg et de Michel Sapin de vendre les usines au lieu de licencier les employés n’est rien d’autre que de la folie.  Pas une folie douce. Une folie pure et dure.


Toutefois, ces idées sont  bien plus insidieuses que cela.  En effet, les sociétés qui ont assez d’employés sont en général les sociétés les plus importantes, et elle ont les capacités de se faire entendre par les politiques.  En revanche, les sociétés qui ont le plus besoin d’employés sont en général plus petites, plus entrepreneriales et n’ont aucune voix dans le débat politique.

Et comme la plupart des créations d’emploi se situe au niveau de ces plus petites sociétés dirigées par des entrepreneurs, cette proposition de loi va subventionner la stagnation économique en réduisant la création d’entreprise, ce qui tuera la France à moyen terme en abaissant sa compétitivité tout en augmentant le chômage.

Rappelez vous comment l’ancienne URSS a tenté de forcer les entreprises à garder leurs employés dans les années 80.   Vous souvenez vous comment cela  s’est terminé ? 

Les choses sont allées si mal que l’URSS a du se dissoudre.


Sans compter ceci : Le dilemne de Gouvernemaman.

Pensez vous que les bureaucrates de Bruxelles accepteront une telle idée ? S’ils le font, ils détruisent l’Europe. S’ils ne le font pas, comment vont-ils faire pour tout « harmoniser », selon l’expression à la mode ?

Pour plus d’informations sur les conflits potentiels avec l’Europe, voir ci dessous (en anglais)


·         Enorme conflit potentiel avec l’Europe : Hollande baisse l’age de la retrainte à 60 ans

·         Un autre “plan du jour” européen sans intérêt : ‘Un nouveau plan pour l’Europe”

·         "Plans multiples européens »   Devaluation, la dernière option ?

·         Trichet appelle à la création d’un Gouvernemaman Européen



 

 

Données et statistiques pour les pays mentionnés : France | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : France | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4,5 (27 votes)
>> Article suivant
IMG Auteur
Mish 13 abonnés
Réflexions sur de débat de l’inflation /déflation/stagnation et autres remarques sur l’or, l’argent, les monnaies, les taux d’intérêts et les politiques monétaires affectant les marchés mondiaux.
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  

Au PS, l’impôt n’est pas une politique, c’est une addiction.

Le 18 août 2013
Christian

Il ne se passe pas de jour sans qu’une nouvelle taxe soit annoncée ni qu’un impôt ou un prélèvement ne soit augmenté. Moscovici vient encore, entre deux hoquets sur la croissance, d’évoquer d’une manière plus sûre l’augmentation de 0,3 % des prélèvements en 2014. Des rumeurs persistantes font état d’un accroissement de la CSG.

La France est un pays socialiste avec ou sans les socialistes, il n’y a rien d’étonnant à ce qu’elle le soit davantage quand ils sont aux affaires. Chez eux, c’est de l’ordre du réflexe : lorsque les recettes publiques vacillent, la réponse consiste toujours à augmenter les prélèvements plutôt qu’à diminuer les dépenses.
François Hollande avait indiqué qu’on ne pourrait pas augmenter l’imposition des ménages en 2014. Dès juin, la baisse du plafond du quotient familial annoncée impactera 12 % des ménages. Au PS, l’impôt n’est pas une politique, c’est une addiction. De la fiscalisation des heures supplémentaires jusqu’aux droits de succession, du plafonnement des niches fiscales à la création d’une nouvelle tranche à 45 %, la frénésie fiscale socialiste s’est déployée, n’hésitant même pas à augmenter la TVA intermédiaire, non sociale et sans intérêt pour notre balance commerciale, et se heurtant parfois à certains obstacles constitutionnels ou à la résistance de volatiles divers qui n’acceptaient pas de se laisser plumer.
Le principal handicap de notre pays, c’est qu’il est structurellement socialiste. Lorsqu’un État aligne 56 % de dépenses publiques, 51,8 % de recettes publiques et 46,3 % de prélèvements obligatoires par rapport à son PIB, il est clair que le poids des administrations est plus important que celui des acteurs économiques privés. Non seulement la France est structurellement socialiste, mais elle l’est de plus en plus.

Les hésitations et les contradictions de Moscovici, condamné à se démentir piteusement pour n’avoir pas accordé ses violons avec le grand aria euphorisant du Président, ne révèlent que trop l’absence de clairvoyance et davantage encore le manque de courage de nos dirigeants, ceux d’aujourd’hui comme ceux d’hier, hélas ! La France vit sous morphine publique et pas un n’ose la réveiller. Ils se contentent d’augmenter la dose.
Les banques françaises privées ne font plus parties des 50 banques les plus solides au monde, selon le classement biannuel du très sérieux magazine Global Finance.
Il n'en restait plus qu'une lors du dernier classement : le Crédit Mutuel, qui depuis a vu sa note dégradée d'un cran à de A+ à A par l'agence de notation Standard & Poor's. Cet évènement a clairement joué dans la disparition de la banque française du classement puisque pour effectuer son palmarès, le magazine a classé les banques en fonction de la qualité de leurs actifs et des notations -attribuées par les agences Moody's, Standard & Poor's et Fitch- de leurs lignes de crédit à long terme.
Il est donc toujours dominé par des banques européennes. Le « Top 10 » comprenant, outre la CDC, quatre Allemandes, trois Néerlandaises, une Suisse et une Luxembourgeoise. Les banques publiques trustent comme toujours les premières places du classement. L'Allemande KfW bankengruppe se positionne en tête, suivie par la banque néerlandaise BNG et la suisse Zürcher Kantonalbank.
Du côté des petits nouveaux, deux banques américaines font leur entrée dans le classement - AgriBank et AgFirst, qui s'adjugent la 34ème et la 39ème place -, ainsi que la japonaise Bank of Torkyo-Mitsubishi UFJ (50ème), précédée de LGT Bank du Lichtenstein. La banque de Hong-Kong Hang Seng bank fait une entrée fracassante à la 22ème place alors que la Korea Developpement Bank ( 43ème) émerge 6 mois après deux de ses compatriotes.
Vous mettez dans ces banques les plus solides le Credit Agricole et la Société Générale ?
Sans la moindre hésitation ...
http://www.captaineconomics.fr/actualite-economique/item/293-solidite-banque-francaise-risque-faillite
Les bafouilles maladroites des bacheliers français font déjà glousser la toile.

Le stress des examens peut en faire dire ou écrire de belles. Les bacheliers français ont encore prouvé leur originalité pour les épreuves 2013.

Il était hors de question que les professeurs gardent cela pour eux jusqu'au 5 juillet, jour de révélation des résultats. Le site «perlesdubac.fr» répertorie les erreurs, interprétations fantasques et autres horreurs orthographiques qui ont dû faire mourir de rire - ou de peur - en salle des profs.

En philosophie, certains élèves montrent qu’ils passent aussi leur permis de conduire: «S’il n’y avait pas de lois, les gens seraient libres de conduire en état de sobriété.» Ou qu’ils ne sont pas inspirés: «Parfois, il est vrai que l’on se sert du langage comme un outil pour arriver à ses fins: ici, j’essaie désespérément d’utiliser le langage pour vous prouver que je mérite une bonne note.»

En histoire, ils tentent de donner des leçons. «Le document doit comporter une erreur: Jacques Chirac est un Président de la République et pas Premier Ministre.» Ou de comprendre: «Jacques Chirac dit que les Français ne veulent plus de la collectivisation, ça veut dire qu’ils en ont assez de vivre en collectivité les uns sur les autres.»

En géographie, le Mexique et la Chine deviennent des villes, la multiplicité des langues en Afrique de la «bio-diversité». Mais le coup de cœur actualité revient à «l’Afrique du Sud a été créé en 1815 par Nelson Mandela.»
TDG
- parce que la pauvreté ne recule pas avec la distribution des richesses de ceux qui les créent: l'augmentation du RSA ne la fera pas reculer mais l'augmentera

- parce que la pauvreté ne recule que lorsque, justement, des richesses sont créées

- parce que les richesses sont créées par ceux que le président François Hollande n'aime pas, c'est-à-dire les riches

- parce que l'on n'attrappe pas les mouches avec du vinaigre, autrement dit parce que les riches veulent bien créer des richesses à condition de ne pas s'en voir confisquer la plus grande part

- parce que la solidarité et la générosité n'existent tout simplement pas sans le consentement de ceux qui donnent

- parce que l'impôt, a fortiori confiscatoire, comme le nom l'indique, n'est pas consenti non plus par ceux sur lequel il pèse.

- parce qu'en France, l'Etat, toutes administrations confondues, est hypertrophié

- parce qu'en France, l'Etat continue à vivre sur un grand pied, ce qui n'est jamais justifiable, encore moins en temps de crise

- parce qu'en France, aucun politicien n'a le courage de réduire les dépenses publiques de manière significative pour libérer l'économie et lui permettre de créer toujours plus de richesses.
Seule une baisse des impôts pour tous est susceptible de relancer les forces vives du pays. Car, si trop d'impôt tue l'impôt, le contraire est vrai: moins d'impôt peut rapporter gros, comme le président Ronald Reagan l'a expérimenté en écoutant Arthur Laffer.

Pour cela il faut que les hommes politiques français, et les Français d'une manière générale, comprennent que les richesses ne se décrètent pas et qu'il faut des hommes motivés, et non pas démotivés, pour les créer au bénéfice de tous.

Pour cela il faut que les hommes politiques français, et les Français d'une manière générale, comprennent que les inégalités n'ont aucune importance si tout le monde s'enrichit et que l'égalité ne sert à rien si tout le monde s'appauvrit.

La France deviendra de plus en plus un enfer fiscal. Et de plus en plus nombreux seront ceux qui, comme Gérard Depardieu, choisiront l'exil pour y échapper.

Francis Richard

Martine Aubry (JDD, 30 avril 2011)

Arrêtez de dire qu'il travaille. François n'a jamais travaillé. Il ne fout rien.
Standard: «La Famille des Rouches » n’a pas l’intention de reprendre le club .

Tout foutu le camp .

On nous disait il y a encore quelques mois : « vous bénéficierez de l’aide au concours », « les bourses du CROUS seront revalorisées »…

Avec mes collègues, nous y avons cru.

C’est d’ailleurs assez difficile pour moi d’écrire et de dénoncer l’envers des propositions socialistes alors que d’autres Français sont au plus mal et perçoivent tous les fonctionnaires comme des privilégiés.

En effet, nous passons pour les chouchous de Hollande, ceux dont il fera « la priorité nationale ». Mais au fond, il faut savoir que cette palette de promesses est loin d’être tenue, en témoigne ma situation d’étudiante future prof.

En octobre 2012, les discours alléchants ont tourné court.

Tout d’abord, l’aide aux concours enseignants (ACE) destinée aux étudiants de Master 2 inscrits aux concours, a été supprimée.

Raison ? Elle va servir à financer les emplois d’avenir du PS. Des emplois qui ne nous concernent pas. Nous sommes donc des centaines à être laissés sur le carreau sans un rond.

La réaction des étudiants dans mon institut a été unanime. On nous punirait presque de sortir de la masterisation Sarkozy ! Pourquoi nous ? !

Sachez, par ailleurs, que les prochains étudiants de Master 2 seront rémunérés 800€ / mois !! De quoi sortir de ses gonds quand on lutte pour étudier et manger à sa faim chaque mois.

D’autre part, le calcul de la bourse du CROUS a quelque peu changé pour mon cas.

Mon père étant à la retraite et ma mère étant au foyer, je comptais sur une bourse échelon 2 ou 3. L’attribution conditionnelle était prévue à échelon 2. J’ai attendu 2 mois et demi avant que mon dossier soit traité. Inquiète, j’ai pris contact avec le CROUS de mon académie (a priori, on m’avait complètement oublié !!) puis ma bourse a été versée. Résultat, échelon 1.

Je me retrouve avec 160€ / mois pour me nourrir !! Autant dire, un défi pour faire ses courses et acheter mes livres.

D’autres diront, bien sûr, qu’il faut travailler à côté.

Ce n’est pas faute d’essayer. Mais comment cumuler un job avec un planning universitaire bougeant sans cesse ? Comment cumuler un job quand les cours sont placés très tard (9H/19H, parfois 20H) parce que nos enseignants ont déjà un poste ailleurs ou viennent de loin ? Comment cumuler un job avec les stages, les révisions du concours, les examens de Master, la rédaction du mémoire ?

Mais le plus dur en cette période de réformes, c’est de faire face à la langue de bois du Ministère de l’Education Nationale.

hollande détruit l'économie française!!!

Il ne faut pas croire que tous les petits profs de Hollande auront la belle vie. Au contraire. A priori, les recalés du concours pourront pourvoir un poste à mi-temps (j’écris bien : a priori). C’est-à-dire, un demi-salaire, 800€ / mois. Voilà le statut qu’on fait subir aux « nuls » : du rabais. Enfin, c’est comme ça que nous le ressentons à la fac.

Voilà donc le portrait d’une France qui « change » : de belles promesses de campagne non tenues, du nivellement par le bas.
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
J'en attendais pas moins de Porcinet et sa basse-cour. Cependant, même s'il est louable qu'ils se creusent tous le cerveau pour nous miner toujours un peu plus, et ce, je dois l'avouer, brillamment, c'est une utopie de croire que Bruxelles laissera couler. Quoique j'ai presque des doutes, tellement cette réforme servirait les intérêts de la Commission. Bon, si on s'en tient aux lois européennes, plus précisément au dictat de Lisbonne, le gouvernement français ne peut pas décider de telles mesures. La régulation du marché intérieur européen est sous l'autorité exclusive de la Commission Européenne, et les Etats ne sont là que pour appliquer.
Bref, une réforme qui montre une nouvelle fois l'incompétence (ici, je penche pour l'incompétence plus que pour la perfidie) de la classe dirigeante, qui non seulement prendrait hypothétiquement des mesures qui iraient à l'exact opposé de ce qu'ils expliquent, mais également son ignorance de traités qu'ils ont signés contre l'avis des peuples européens, pour des intérêts qui ne sont pas ceux des peuples européens.

On aurait pu appeler cet article : Stéréotype du politique européen du 21ième siècle.
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
sérieux, c' est pas la peine de s' appeler Einstein pour comprendre qu' "on ne résoudra pas les problèmes avec ceux qui les ont créés".
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Les politiques libérales ne sont pas la trouvaille du siècle, nonobstant les politiques socialistes sont encore beaucoup pire, on n'a pas besoin de donner comme exemple les pays de l'Este avant. il suffit de voir l'exemple espagnol et portugais où ils ont pris leurs rêves par des réalités et voyez donc dans quel désastre se retrouvent ces deux pays. Au Portugal les socialistes ont du faire appel au FMI trois fois, soit en 1977/1983/2011. Le peuple n'a pas la capacité de comprendre cela et se fie aux charlatans et l'histoire ne sert jamais de leçon. Toutefois ce sont, en partie, les politiques libérales responsables de porter au pouvoir les socialistes, pourquoi? Par leur laxisme et leur mauvaise administration dont certaines politiques font écoeurer les populations et parfois n'ont pas d'autre choix, faute alternative, en effet pour avoir du changement afin de ne pas encourager d'avantage ceux qui les ont écoeurer. En élisant les mêmes tordus ça pourrait leur donner un mauvais signal en les faisant croire qu'ils ont bien gouverner et à devenir encore plus médiocres. Le socialisme et la sociale démocratie ne veulent plus rien dire, sont à peine deux emballages dont les contenus ne sont pas autre chose que la cochonnerie pour la première et du produit avarié pour la deuxième. Peut-être qu'il y aurait des alternatives au centre entre les deux avec un contenu plus potable mais, la population ne faitt pas confiance, car cette dernière est beaucoup plus portée vers la fausse propagande répandue au coût d'énormes sommes d'argent. En conclusion, nous sommes condamnés à vivre, plus ou moins, avec la médiocrité.
L.Conceicao
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Logique... Je suis chef d'entreprise.
Si je ne peux plus ajuster mon volume de personnel en fonction de mes besoins, il est évident que je n'embaucherai plus... Je resterai en sous-effectifs et prendrai des CDD -tant que cela sera possible car lorsque nos politiques verront l'inefficacité de leur mesure ils élargiront le processus- et ferai appel à l'intérim.
Je sous traiterai aussi sans être exigeant sur le pays dans lequel ce travail sera effectué. Si les produits proposés répondent aux normes qualité, aucun souci.
Et sil les mesures sont maintenues, s'il le faut, je ne garderai que le secteur commercial !
Par contre.
Si je peux embaucher et débaucher en fonction de mes besoins, je le ferai. Je n'aurai pas à utiliser les procédés évoqués ci haut.
Pourquoi compliquer les choses ?
Evaluer :   3  1Note :   2
EmailPermalink
Pourquoi compliquer les choses ?

Parce que vous êtes chef d'entreprise, et donc du mauvais coté de la force.

Evaluer :   3  1Note :   2
EmailPermalink
drole d'article
Evaluer :   1  2Note :   -1
EmailPermalink
Pfffff, il est clair que nous allons tués ce qu'il reste de l'economie Française.

Le problème, c'est l'euro et l'europe. Elle ne protège pas assez ou pas du tout ses industries. Ou sont les barrieres douanieres?

Par contre, les delocalisations et là je suis d'accord devrait etre interdites mais on doit coupler ces mesures par une protection de notre economie contre les pays qui produisent à bas couts.

Taxer les pdts etrangers qui sont déjà pdt sur le territoire. Voilà une vrai mesure..Par contre si on taxe et que le pdt etranger reste meilleure, là il faut se poser des questions sur la qualité mais là c'est le problèmes des industries.

Ensuite, interdire le licenciement sans savoir de quoi il en retourne (maximiser le profit ou licenciement economique?) est une mesure abusive et contre productive.

Interdire les delocalisations seul revient donc simplement au suicide et interdire les licenciements c'est la mort de la société en periode de depression.

En gros, j'ai l'impression que nos politiciens evitent les vrai pbs qui sont l'europe et l'euro et vont sacrifier l'economie française pour un reve qui est devenu un vrai cauchemard.

Mesdames, Messieurs reveillez vous, la droite et la gauche nous mentent, un complot se trame sous nos yeux. Je veux parler du nouvel ordre mondial...

Evaluer :   5  0Note :   5
EmailPermalink
On est d'accord. Ils feraient mieux de s'occuper de l'euro, et des "banksters".
Evaluer :   2  3Note :   -1
EmailPermalink
Avant de critiquer, attendons au moins d'avoir des bases sur lesquels le faire.
Ceux qui le font en ce moment, ne s'appuyant sur aucuns résultats, ne peuvent nier que c'est fait par rapport à des aprioris.
De toutes façon, aucuns ne pourra enrayer cette crise de la dette dans aucuns pays.
Il aurait fallu que les bonnes décisions soient prises dès le début de la crise, ce qui est loin d'avoir été le cas.
J'entends déjà certaines personnes mettre sur le dos à Hollande toute la faute. Alors que aucuns de ses prédécesseurs n'a fait ce qu'il fallait pour empêcher la finance de prendre le pouvoir.
Attaquons nous aux vrais responsables, et arrêtons de croire ceux qui se servent de cette crise pour nous faire peur, et continuer dans cette voie, celle là même qui nous conduit à notre perte.
Barrons la route à tous ces spéculateurs, qui pour s'enrichir, n'hésitent pas à affamer des peuples entiers.
Empêchons ces banquiers véreux, qui vendent des crédits toxiques aux communes, et aux particuliers, et spéculent avec l'argent de nos dépôts en banque, plutôt que de financer des entreprises.
Là sont les vrais combats, ne vous laisser surtout pas distraire par les mensonges racontés par la plupart des médias, les complices de ce système !!!
Evaluer :   7  6Note :   1
EmailPermalink
D'accord pour dire qu'il faut lui laisser sa chance, mais pour autant que je sache un et un font deux, et lorsqu'on fait des calculs qui ne tiennent pas compte des fondamentaux, les résultats ne seront pas à la hauteur des promesses.

En l'espèce, bloquer l'ajustement des entreprises au moment où le tsunami arrive semble effectivement proche de la folie, et est en tout état de cause parfaitement déraisonnable.

Quand à fixer administrativement le salaire des dirigeants d'entreprises, pourquoi 20 fois le smic et pas les aligner sur le tarif des fonctionnaires de catégorie A ?

450 000 euros pour diriger un paquebot syndicalisé, ca me parait vraiment beaucoup.
Evaluer :   5  1Note :   4
EmailPermalink
Hercule.
Bien sur, tu as raison, beaucoup de salaires de hauts fonctionnaires sont trop élevés. Tout comme pour ceux qui à la tête des syndicats, touchent des sommes absolument étourdissantes, sans rapport avec leur fonction première qui est de défendre les salariés, chose dont ils se foutent depuis maintenant un certain temps. Eux aussi ont été achetés, et ne sont désormais intéressés que par le pouvoir que leur donne leur fonction.
En plus, la plupart de leurs revendications sont complètement déroutantes, à croire que eux aussi ne vivent pas dans le même monde que nous...
Mais tu n'as pas du saisir mes propos, car ce que je disais dans mon commentaire précédent, c'est qu'au lieu de nous déchirer entre partis politique, nous ferions bien mieux de nous unir, et ce, malgré nos divergences d'opinions, de façon à lutter contre nos véritables ennemis, la finance, les banksters et les places boursières comme la city, wall street...ect...
Je reste convaincu que chaque parti politique contient en son sein des gens valables, qui réellement ont envie de se battre pour le peuple français. Nos différences ne sont quand même pas si importantes,et ce que nous cherchons tous, c'est de vivre convenablement.
Une image m'a bien plu, c'est quand cote à cote, Sarkozy et Hollande ont rallumés la flamme du soldat disparu. La voilà la solution à mon avis. Et comme on le dis " l'union fait la force !"
Evaluer :   2  1Note :   1
EmailPermalink
Bonjour Numisargent,

Alors là, c'est vraiment bien dit ! Félicitations !

Voilà enfin quelqu'un qui a compris que les clivages "gauche/droite" ne sont là que pour noyer le poisson une fois de plus et que ce n'est pas ça le vrai problème ! Aaaaah, que ça fait du bien.

Et puis "L'union fait la force", ça me touche particulièrement puisque c'est la devise de la Belgique. ;-)

Evaluer :   1  1Note :   0
EmailPermalink
"Et comme on le dis " l'union fait la force !""
Et même qu'il existe une piéce de 5 Francs "Union et Force"; en argent bien sur!;-)
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink


Je suis las de ces titres ronflants gonflés aux trop ostensibles hyperboles, loin de la mesure qui devrait être, théoriquement, celle de tout être pensant.

Las !
Evaluer :   4  2Note :   2
EmailPermalink
Las ?
... alors va donc voir si la rose, etc...



Ce n'est pas le même "las" de la langue française.

Celui de Ronsard n'est d'ailleurs plus guère usité.


Un peu de rigueur sémantique, monsieur Fred !
Allons !



Hollande, une taupe de l'Allemagne pour éliminer un concurrent ?
Evaluer :   5  6Note :   -1
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
Vous mettez dans ces banques les plus solides le Credit Agricole et la Société Générale ?  Lire la suite
Hercule - 30/08/2013 à 08:12 GMT
Top articles
Derniers Commentaires
Amiante : vous reprendrez bien un petit repérage obligatoire ?
21 aoûtmerisier1
Contrôle amiante avant le passage d'un artisan ???? On rêve ! Encore une raison de plus de faire du black !
L’arrogance d’un commissaire européen qui se permet d’insulter la S...
20 aoûtblitzel
"le commissaire européen Johannes Hahn" Le Commissaire, c'est tout dire. L' UE est un Commissariat Central de police économique où tous les...
Hidalgo a ruiné Paris
16 aoûtmerisier1
Se présenter aux élections pour la mairie de Paris c'est accepter le commandement d'un navire en train de sombrer, de nuit et dans le brouillard. M...
Zapata contre Greta
16 aoûtLéopold II1
Dieu seul sait comment ce mouvement finira ! C'est pourtant simple, cher Merisier : les Jeunesses Climatiques ( Klimatjugend ) finir...
Introduction de WeWork : potentiel 3,000 milliards de dollars avec ...
15 aoûtJack A.
La prétendue "nouvelle économie" n'existe que du fait de l'alliance de Wall Street et de la FEd, qui inonde le marché de "liquidité", entendez d'ar...
L’insupportable ultra-libéralisme des supermarchés ouverts le diman...
15 aoûtblitzel
La machine comme l'instrument est fait pour l'homme. Non l'homme pour la machine. Quand l'homme est soumis au rythme de la machine et notre soc...
L’insupportable ultra-libéralisme des supermarchés ouverts le diman...
14 aoûtFortuna
La France est un pays merveilleux, ou tout est possible entre adultes consentants. Sauf travailler l'un pour l'autre, bien entendu
Taxes par-ci, taxes par-là, échec partout.
11 aoûtAlain J.
Il faut savoir il est de gauche ou de droite. Il est socialiste ou libéral. Il taxe ou pas. tout est relatif dans la vie ça dépend de votre...
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX