Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en
Dans la même rubrique

Gazole ou essence? L’Etat décide pour vous!

IMG Auteur
Publié le 16 août 2011
642 mots - Temps de lecture : 1 - 2 minutes
( 0 vote, 0/5 ) , 2 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
[titre article pour referencement]
0
envoyer
2
commenter
Notre Newsletter...
SUIVRE : Belgique Dia Bras
Rubrique : Editoriaux





Depuis des décennies, de nombreux Etats européens, dont la France et la Belgique, subventionnent le gazole au détriment de l’essence. Une distorsion de marché – en passe de disparaître - pèse à la fois sur le fonctionnement des raffineries, l’environnement et la santé publique.

Aujourd’hui, l’écart entre le prix du gazole et celui de l’essence super ne cesse de se restreindre. De nombreux automobilistes déçus le regrettent d’ailleurs. Pourtant, la situation actuelle est encore loin de refléter la réalité économique, tant le marché des carburants est victime des distorsions introduites par des États particulièrement gourmands.

Pour s’en convaincre, il suffit de jeter un petit coup d’œil aux prix officiels des carburants: bien que le gazole routier et le mazout de chauffage soient chimiquement identiques (si l’on excepte le colorant destiné à les distinguer), le premier se vend en Belgique au prix de 1,4720€ le litre, alors que le litre du second s’achète pour 0,8325€ (prix officiels du 26 juillet dernier).


50% de taxes !

Penchons-nous plus sérieusement sur la question. La Fédération Pétrolière Belge publie régulièrement un tableau reprenant la structure du prix des carburants en Belgique. Première constatation: les diverses taxes et accises qui viennent grever le prix des carburants représentent aujourd’hui en Belgique 54,70% du prix de la super 95, 53,92% du prix de la super 98, et 46,76% du prix du diesel. Autrement dit, l’État belge - et il est loin d’être une exception - vit grassement des besoins de déplacement de ses citoyens. Mais il gagne moins d’argent sur le diesel que sur les supercarburants. Rien d’étonnant à ce que, depuis plusieurs années, il s’attelle à réduire l’écart de prix - enfin, de taxes - entre les deux catégories. Plus intéressant encore: le diesel coûte en réalité plus cher que l’essence: le prix à la sortie de la raffinerie est en effet de 0,6043 € le litre de diesel, contre 0,5678€ pour la super 95 et 0,5966 € pour la super 98. Autrement dit, les taxes et accises ont inversé la logique économique, qui voudrait que le diesel soit plus cher que l’essence.

Conséquences importantes, ou carrément désastreuses ?

Cette distorsion de prix en faveur du diesel routier n’est pas sans conséquences. Au fil des années, les automobilistes se sont massivement détournés de l’essence en faveur du diesel. En 1977, les voitures diesel étaient de 114.622 unités sur 2.777.344 , soit un peu plus de 4% du parc de voitures particulières (qui ne reprennent pas les camionnettes et les 4x4, donc). En 2010, elles étaient  2.173.718 sur 4.820.868, soit 45% (source: SPF Economie). Si on ajoute à cela le fait que les camions, les camionnettes et les 4x4 roulent principalement au diesel, le résultat est sans appel: la consommation de diesel routier en Belgique est aujourd’hui quatre fois plus importante que la consommation d’essence.

Cela pose aujourd’hui deux problèmes importants: d’une part, le raffinage du pétrole obéissant aux lois de la physique et de la chimie, diesel et essence sont produits à parts plus ou moins égales par les raffineries. Comme la consommation d’essence est aujourd’hui largement inférieure à celle du diesel, les producteurs européens se retrouvent donc avec trop d’essence sur les bras et pas assez de diesel. Ils sont donc obligés d’exporter massivement de l’essence et d’importer du diesel. D’autre part, les moteurs diesel sont particulièrement mal adaptés à la circulation urbaine: s’ils émettent certes moins de CO2 grâce à leur moindre consommation, ils sont en revanche grand producteurs de particules fines, dont les effets nocifs sur la santé sont connus depuis des années. Ceci est particulièrement vrai pour les petits trajets, lorsque les filtres à particules sont inefficaces parce qu’ils n’ont pas atteint leur température de fonctionnement. Au point que les autorités commencent enfin à admettre - avec réticence - être confrontées à un sérieux problème. Un remake moderne de l’arroseur arrosé ?





Frédéric Wauters




Données et statistiques pour les pays mentionnés : Belgique | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Belgique | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :0 (0 vote)
>> Article suivant
Frédéric Wauters est journaliste économique indépendant et professeur de sciences commerciales et de communication à la Haute Ecole Galilée à Bruxelles. Entrepreneur (www.ex-abrupto.be), il est également essayiste et vient de publier, avec son confrère Ludovic Delory, d'un ouvrage intitulé "Retraites Plombées: comment l'Etat vole votre avenir" (plus de détails sur www.retraites-plombees.be).
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
A voiture identique, un moteur diesel consomme 20% de moins qu'un modèle essence.
D'ailleurs, on le sent passer à l'achat du véhicule.
Certe le bruit est bien moins agréable que celui d'un bon v8 essence, mais la puissance des moteurs diesels n'a rien à envier aux moteurs essences. Il suffit de regarder Audi et Peugeot en cours proto pour le vérifier.
La solution : Hybride Diesel - Electrique à condition qu'il ne nous taxe pas d'avantage l'électricité (peut on croire encore au Père Noël de nos jours ?) et que le prix de ces véhicules baissent. (une nouvelle prime à la casse et donc des impots en plus ?)
Sur les petits trajets, le moteur électrique suffit et sur les longs trajets, le diesel prend le relais réglant les problèmes de particules. CQFD :-).
Ils n'ont rien compris. Il faudrait mettre les taxes à 100% sur l'essence et le diesel et les donner gratuitement.
Dernier commentaire publié pour cet article
A voiture identique, un moteur diesel consomme 20% de moins qu'un modèle essence. D'ailleurs, on le sent passer à l'achat du véhicule. Certe le bruit est bien moins agréable que celui d'un bon v8 essence, mais la puissance des moteurs diesels n'a rien à  Lire la suite
JRis2fun - 16/08/2011 à 12:14 GMT
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX