Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Helvétius ou comment transformer les citoyens en esclaves

IMG Auteur
Extrait des Archives : publié le 28 avril 2014
555 mots - Temps de lecture : 1 - 2 minutes
( 16 votes, 4,9/5 ) , 2 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
2
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Fondamental

 

 

 

 

Dans un volume intitulé Freedom and its Betrayal: Six Ene­mies of Human Liberty, et traduit en français sous le titre : La liberté et ses traitres[1], le philosophe et historien des idées Isaiah Berlin s’intéresse aux doctrines des Lumières qui furent les matrices de la dictature moderne. Helvétius figure, avec Rousseau, Fichte, Hegel, Saint Simon et de Maistre, parmi les six grands ennemis de la liberté. Voyons pourquoi selon Berlin.


Un utilitarisme « scientifique »


Pour Helvétius, l'homme est « infiniment malléable », il n’est rien de plus qu'« un morceau de terre de potier ». Il serait donc criminel de laisser le gouvernement des hommes entre les mains d’ignorants. Toute sa philosophie est ancrée d'abord dans sa convic­tion que le but qui fait marcher les hommes est la « recherche du plaisir et la volonté d'éviter la douleur », et ensuite que, pour y parvenir, ils ont besoin de comprendre le monde et de se comprendre eux-mêmes, c'est-à-dire de savoir ce qui est réellement bon pour eux. Pour cela, il leur faut des gui­des : or peut-on imaginer un meilleur guide que la science, et des individus plus habilités à conduire les hommes que les scientifiques ?


Le système d'Helvétius « conduit finalement vers une sorte de tyrannie technocratique », explique Berlin : la tyrannie de l'ignorance, de la superstition et de l'arbitraire royal est remplacée par une autre tyrannie, la tyrannie de la raison. Ainsi se forme ce « nouveau monde » qui ressemble fort au meilleur des mondes de Huxley, produit de l'idée qu'à tout problème peut être trouvée une solution scientifique.


Dans ce monde, gouverner les hommes est identique à l'élevage du bétail. Puisque les buts de l'existence humaine sont donnés et que l'homme est malléable, tout se réduit à un problème purement technique : comment s'assurer que les hommes vivent en paix, en prospérité et en harmonie ? Mais puisque les intérêts de tous ne coïncident pas, il appartient au philosophe éclairé de les rendre compatibles. De là provient la nécessité du despotisme d'une élite de scientifiques.


Quiconque connaît la vérité, nous dit Helvétius, est aussi vertueux et heureux. Or les scientifiques connaissent la vérité, donc ils sont vertueux, donc ils peuvent nous rendre heureux, et donc c'est entre les mains des scientifiques qu'il convient de remettre le soin de tout diriger.


L’inventeur du meilleur des mondes


On le voit, le présupposé de toute la philosophe d’Helvétius, et cela vaut pour les Encyclopédistes également, est qu’il est possible de créer une science de l’homme et une science du bonheur comparable aux sciences de la nature.


Le problème, écrit Isaiah Berlin, c’est que dans le genre de société idéale que décrit Helvétius, il y a peu de place, voire pas de place du tout, pour la liberté individuelle. Dans un tel monde, les hommes peuvent trouver le bonheur, mais la notion de liberté finit par disparaître. Elle disparaît parce que disparaît la liberté de faire le mal, dans la mesure où chacun a été conditionné à ne faire que le bien. Nous sommes devenus pareils à des animaux, dressés à ne rechercher que ce qui nous est utile.


 

 



[1] Un recueil de textes datant du début des années 1950, prononcés d'abord par Berlin sur les ondes de la BBC, avant d’être publiés en 2002. La traduction française est disponible chez Payot.


<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4,9 (16 votes)
>> Article suivant
Damien Theillier est professeur de philosophie. Il est l’auteur de Culture générale (Editions Pearson, 2009), d'un cours de philosophie en ligne (http://cours-de-philosophie.fr), il préside l’Institut Coppet (www.institutcoppet.org).
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
Le problème de I. Berlin, c'est qu'il considère la Liberté comme naturelle, or rien n'indique cela et même, philosophiquement parlant la Liberté est un miracle des sociétés humaine, contre nature d'une certaine manière puisque tout est contraint par l'environnement.
De plus, je ne vois pas comment on peut supprimer cette supposée Liberté en conditionnant à ne faire que le bien car pour conditionner ainsi il faut bien aussi le mal sinon il n'y a ni l'un ni l'autre....
Il 'y a rien de pire que d'avoir des esclaves et de les appeler Citoyens

Alphonse de Lamartine.
Evaluer :   3  0Note :   3
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
Le problème de I. Berlin, c'est qu'il considère la Liberté comme naturelle, or rien n'indique cela et même, philosophiquement parlant la Liberté est un miracle des sociétés humaine, contre nature d'une certaine manière puisque tout est contraint par l'en  Lire la suite
Sokal - 28/04/2015 à 11:34 GMT
Top articles
Derniers Commentaires
Une mère de Wuhan s'exprime: "Pas de lits, pas de médicaments, que ...
24 févr.MERLOU
à bas le communisme, qu'il soit chinois ou français !
Quand les Nazis sont arrivés : le peuple qui se croyait libre
12 févr.LB64401
ET gnagnagna les nazis, et gnagnagna shoah 6 milions, p***n même ici il faut qu'on nous empoisonne avec ces salades !! A ce charabia imbitable pond...
Une mère de Wuhan s'exprime: "Pas de lits, pas de médicaments, que ...
02 marsglanduron2
Video intéressante ! Je commence à voir des français s'exprimer de la sorte. Et je les comprends car il y a bien peu de différence entre la dictatu...
Une mère de Wuhan s'exprime: "Pas de lits, pas de médicaments, que ...
23 févr.Saphir3
Rien de tout ça dans mon petit écran, un type qui se tire sur la nouille sur le net, c'est nettement plus important selon nos chers médias.
Quand les Nazis sont arrivés : le peuple qui se croyait libre
10 févr.Y.Jullien
Et dans le même ordre d'idées entrer sur Google: "Marschieren". Un avant gout de ce qui se prépare ? Cette fois ci les victimes ne seront p...
Quand les Nazis sont arrivés : le peuple qui se croyait libre
10 févr.Y.Jullien2
Lire la LTI ( la langue du III° Reich ) de Victor Klemperer les analogies du parcours de Macron avec l'ascension d'Adolph Hitler sont hallucina...
Quand les Nazis sont arrivés : le peuple qui se croyait libre
13 févr.Pâris1
Criant d'actualité, malheureusement.
Quand les Nazis sont arrivés : le peuple qui se croyait libre
10 févr.hyoe lo7
Hi Charleston The human nature is probably what less changed on this planet. For our biggest misfortune. Thank you for the text.
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX