Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Il ne faut pas combattre les paradis fiscaux, il faut en devenir un !

IMG Auteur
Publié le 24 octobre 2008
962 mots - Temps de lecture : 2 - 3 minutes
( 0 vote, 0/5 )
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
0
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux

 

 

 

 

La crise financière ayant relancé la guerre, verbale pour l'instant, économique peut-être, des pays à taxation lourde contre les paradis fiscaux, je remets en avant ce que l'Institut Hayek, par la voix de Maître Afschrift, et moi même, écrivions il y a quelques mois sur le sujet:

 

Thierry Afschrift: "La légitimité du rôle des paradis fiscaux" --- Extrait

 

Sans entraver le droit légitime des pays étrangers de faire un autre choix, les paradis fiscaux n’ont aucune raison de faire prévaloir l’intérêt de ces Etats, qui ont une autre conception de leur rôle, sur celui des individus qui partagent leur point de vue et font confiance à leurs institutions. Bien plus, ils peuvent parfaitement considérer qu’ils n’ont pas à assumer une fonction de « délation », consistant à dénoncer des personnes ayant peut-être commis des infractions dans leur pays d’origine, dès lors que les faits qu’ils ont accomplis ne sont même pas des délits dans le système politique choisi par ces paradis fiscaux.

 

Il est au contraire logique, pour ceux-ci, et notamment pour le Liechtenstein, qui ont choisi de protéger la vie privée, de ne pas s’ériger en collaborateurs de régimes qui ont fait un autre choix. Au contraire, la délation est un acte considéré comme moralement répréhensible dans de nombreuses sociétés et aucun système ne pourrait justifier qu’on impose à un état souverain de devenir un délateur au nom de valeurs qu’il ne partage pas.

 

(...)

 

Vincent Bénard : "Les paradis fiscaux, une nécessité pour les états fiscalement avides" --- Extrait

 

(...)

 

3. D'autre part, les états qui ont choisi de se spécialiser en pratiquant une fiscalité Low Cost, et en favorisant l'essor d'intermédiaires financiers capables de fournir des services de qualité aux entreprises et aux particuliers, ont pu ainsi permettre à leurs citoyens d'accéder à des niveaux de vie souvent appréciables, alors qu'ils n'avaient en général que peu d'atouts pour y parvenir: territoires exigus, pas de ressources naturelles, etc... Au nom de quoi devraient ils renoncer à des systèmes qui font la prospérité de leurs citoyens, pour complaire à la rapacité des gouvernements de la vieille Europe incapables de réformer en profondeur les tares de leur état providence ?

 

(...)

 

5. Si les états gloutons n'étaient pas soumis à la menace de voir leurs capitaux fuir vers des cieux plus cléments, ils imposeraient plus encore qu'aujourd'hui leurs populations et le fruit de leur travail, ce qui obérerait plus encore qu'aujourd'hui leurs économies.

 

6. Les sommes déposées dans les coffres du Liechtenstein n'y restent pas, car le pays n'a pas assez d'actifs pour placer de tels fonds. Par le jeu des écritures électroniques et de montages financiers discrets, ces fonds reviennent donc s'investir dans l'économie réelle des pays fiscalement gloutons. L'argent ainsi soustrait aux appétits de l'agent économique de loin le plus inefficace, l'état, est ainsi récupéré par ceux qui en font un usage plus efficace... Ce qui conduit à élargir la base taxable des états gloutons.

 

7. Enfin et surtout, les travaux d'un chercheur de Harvard, Mihir Desaï (PDF, article de presse), démontrent que la présence de paradis fiscaux faciles d'accès à proximité des états gloutons, favorisent les décisions d'investissement dans ces pays. En effet, en augmentant la rentabilité du capital investi, les montages financiers impliquant des paradis fiscaux permettent de transformer en projets concrets des investissements qui seraient sans cela restés purement putatifs, faute de présenter un espoir de gain suffisant pour l'investisseur. Les travaux de Desaï montrent qu'un surcroît d'activité dans les paradis fiscaux correspond également à un surcroît d'activité dans les purgatoires ou enfers fiscaux avoisinants. On peut donc se demander dans quelle mesure les paradis fiscaux qui nous entourent, en abaissant la pression fiscale réelle subie par les entreprises des pays de forte imposition, ne contribuent pas à plus augmenter l'activité générale du pays.

 

Enfin, je rappelle qu'au lieu de geindre contre les scandaleux abus de souveraineté des états fiscalement raisonnables, il serait tout à fait possible de transformer la France en paradis fiscal, avec juste un peu de courage politique. Ce sont la Suisse et la Belgique qui l'auraient alors mauvaise ! 

 

Vincent Bénard : "Transformer la France en paradis fiscal, c'est possible !" --- Extrait

 

Si un politicien vous affirmait qu'il était possible, en France, en une seule année, faire passer le taux d'impôt sur les sociétés de 33 à 17%, de remplacer l'impôt sur le revenu actuel (tranche maxi 40%) par une flat-tax de 19%, et de supprimer simultanément l'ISF, la taxe professionnelle, la taxe d'habitation, les taxes foncières et les droits de mutation sur les ventes immobilières, sans remettre en cause les grands équilibres budgétaires de la nation, vous le prendriez sûrement pour un fou ! Et pourtant, cela n'a vraiment rien d'utopique ni extravagant. Voici comment.(...)

 

Vincent Bénard

Objectif Liberte.fr

Egalement par Vincent Bénard

 

Vincent Bénard, ingénieur et auteur, est Président de l’institut Hayek (Bruxelles, www.fahayek.org) et Senior Fellow de Turgot (Paris, www.turgot.org), deux thinks tanks francophones dédiés à la diffusion de la pensée libérale. Spécialiste d'aménagement du territoire, Il est l'auteur d'une analyse iconoclaste des politiques du logement en France, "Logement, crise publique, remèdes privés", ouvrage publié fin 2007 et qui conserve toute son acuité (amazon), où il montre que non seulement l'état déverse des milliards sur le logement en pure perte, mais que de mauvais choix publics sont directement à l'origine de la crise. Au pays de l'état tout puissant, il ose proposer des remèdes fondés sur les mécanismes de marché pour y remédier.

 

Il est l'auteur du blog "Objectif Liberté" www.objectifliberte.fr

 

Publications :

"Logement: crise publique, remèdes privés", dec 2007, Editions Romillat

Avec Pierre de la Coste : "Hyper-république, bâtir l'administration en réseau autour du citoyen", 2003, La doc française, avec Pierre de la Coste

 

 

Publié avec l’aimable autorisation de Vincent Bénard – Tous droits réservés par Vincent Bénard.

 

 

 

 

Données et statistiques pour les pays mentionnés : Belgique | France | Suisse | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Belgique | France | Suisse | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :0 (0 vote)
>> Article suivant
Vincent Bénard, ingénieur et auteur, est Président de l’institut Hayek (Bruxelles, www.fahayek.org) et Senior Fellow de Turgot (Paris, www.turgot.org).
Voir son site webFaire une donation
Publication de commentaires terminée
Dernier commentaire publié pour cet article
Soyez le premier à donner votre avis
Ajouter votre commentaire
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX