Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Impact et conséquences du premier ratio or-argent aux Etats-Unis

IMG Auteur
Extrait des Archives : publié le 13 janvier 2014
2499 mots - Temps de lecture : 6 - 9 minutes
( 3 votes, 5/5 )
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
[titre article pour referencement]
0
envoyer
0
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Histoire de l'or

 

 

 

R. W. Julian, de chez Numismatic News, a écrit un rapport fascinant sur les débuts du bimétallisme aux Etats-Unis.

Aujourd’hui, à l’âge de la monnaie fiduciaire, nous sommes bien loin de l’époque où les pièces d’or et d’argent circulaient librement sur le marché. Au XIXe siècle, les citoyens prêtaient grande attention aux pièces qui étaient utilisées, et s’assuraient qu’elles étaient authentiques et de poids correct.

Lorsque la loi de base sur le battage de monnaie fut votée par le Congrès en 1792, il fut décidé que le système monétaire des Etats-Unis serait bimétallique, un arrangement par lequel l’or et l’argent se trouvaient être d’égale importance. La relation entre les deux métaux fut fixée à 15 onces d’argent pour une once d’or, une relation que l’on appelle aussi ratio 15 :1.

Ce ratio 15 :1 a été minutieusement étudié par le secrétaire du Trésor Alexander Hamilton dans son rapport de maître présenté au Congrès en janvier 1791. Le Congrès n’en fit rien au premier abord, mais après l’intervention du président George Washington à la fin de l’année 1791, les législateurs s’y penchèrent et donnèrent naissance à la loi d’avril 1792 sur le battage de monnaie.

Hamilton a fixé le ratio or/argent à 15 :1, parce que c’est celui qu’utilisaient les marchés financiers internationaux. Le problème que posent les ratios des marchés est qu’ils changent au fil du temps à mesure que des gisements de métal sont découverts et que les guerres viennent interrompre le commerce. C’est ce qu’il s’est produit après 1799, et malheureusement, la nouvelle loi ne permettait alors pas de mécanisme d’évolution du ratio.

Bien que la frappe de pièces d’argent ait débuté à la Monnaie de Philadelphie en automne 1794, il fallut attendre 1795 pour que les opérations soient lancées complètement. En juillet, des pièces d’or commencèrent à être frappées, et la nation disposait d’un système de frappe parfaitement opérationnel pour les deux métaux ainsi que pour les pièces de cuivre, dont la frappe avait commencé en 1793.

En raison de l’absence de transformations sérieuses sur les marchés internationaux à la fin des années 1790, la frappe des pièces d’or et d’argent continua son cours. Les deux métaux étaient en circulation, bien que l’or fût essentiellement réservé aux marchands et aux classes bancaires qui effectuaient d’importantes transactions.

Notons également que, bien que la Monnaie de Philadelphie fût responsable de la frappe de pièces dans les trois métaux, les pièces étrangères représentaient le gros des pièces de métal précieux utilisées sur les marchés Américains. Les pièces d’or et d’argent Espagnoles se trouvaient partout. Il fallut attendre plusieurs années pour que les pièces Américaines arrivent dans d’autres villes majeures telles que New York et Baltimore.

Dès 1800, le ratio or/argent commença à poser problème. Il atteint 15,5 :1, ce qui veut dire qu’il fallait alors 15,5 onces d’argent pour parvenir à une once d’or. Les pièces d’or des Etats-Unis se trouvèrent donc sous-évaluées et commencèrent à être exportées vers l’Europe, notamment vers l’Angleterre et la France. Ce changement ne s’est pas avéré particulièrement sévère au début, puisque l’or Espagnol - notamment les doublons de 8 écus (d’une valeur d’environ 16 dollars) - fut le premier à être envoyé à l’étranger par les marchands.

Comme si la difficulté présentée par l’or n’était pas suffisante, les pièces d’argent Américaines posèrent des problèmes similaires. Il était une habitude chez les marchands Américains que de payer l’importation de produits Chinois ou Indiens grâce à des pièces de huit Espagnoles.

Les problèmes que causait le départ des pièces d’or et d’argent étaient bien connus de la Banque des Etats-Unis et du directeur de la Monnaie Elias Boudinot. Ce dernier, qui était un homme très riche, était également le directeur de la Banque des Etats-Unis, et utilisait son influence pour créer des barrages routiers en vue d’empêcher l’or et l’argent Américains de quitter le pays.

En conséquence de l’intervention de Boudinot, la Banque des Etats-Unis demanda en 1803 au président Thomas Jefferson de mettre fin au battage de pièces d’or de 10 dollars (American Eagles) et de dollars d’argent. Après que le Trésor l’ait informé que ces deux demandes pouvaient être satisfaites, ces deux dénominations cessèrent d’être frappées en 1804.

La suspension de la frappe d’Eagles n’a pas vraiment réglé le problème de l’or Américain, qui continuait de quitter le pays. Les pièces de 5 dollars, ou Half Eagles, étaient elles-aussi sujettes à l’exportation, bien que cette réalité fût d’abord masquée par le fait que les doublons Espagnols continuaient d’être exportés en priorité. D’autre part, la suspension de la frappe de pièces d’argent a partiellement mis fin à la migration de l’argent hors des Etats-Unis. Les demi-dollars étaient exportés en un degré limité, principalement vers les Caraïbes et le Canada, où ils faisaient office de devise locale.

L’un des mythes dont sont l’objet les demi-dollars des Etats-Unis veut qu’ils aient principalement été utilisés par les banques afin de soutenir la monnaie papier. Les pièces étaient bel et bien utilisées à cette fin, mais étaient également utilisées aux quatre coins du pays. Elles furent utilisées pour effectuer des paiements contre des produits Indiens, par exemple, ce qui signifie qu’elles arrivaient à la frontière en quantité relativement importantes.

Malgré la loi de 1792 qui donnait naissance à une devise bimétallique, les Etats-Unis se tournaient peu à peu vers un étalon argent en raison du caractère obsolète du ratio 15 :1. Après 1804, des quantités accrues d’or Américain étaient acheminées vers l’Europe, bien que l’or Espagnol fût encore disponible à l’exportation en de grandes quantités.

La guerre de 1812 avec l’Angleterre, qui éclata au mois de juin, força les Américains à transformer leur système monétaire. En 1811, le Congrès refusa, dans un acte qui défia tout sens commun, de renouveler la charte de la Banque des Etats-Unis. Cette décision empêcha le gouvernement de financer ses dépenses de guerre et contribua à l’endettement de la nation. En période de guerre, beaucoup accumulèrent des pièces d’or et d’argent.

En 1817, alors que la Monnaie de Philadelphie recommençait à frapper des pièces d’argent en de grandes quantités, le système monétaire bimétallique semblait avoir entamé une phase de reprise. L’argent fut suivi par l’or en 1818, mais l’amélioration fut de course durée. Avant la fin de l’année 1919, les pièces d’or, qu’elles soient Américaines ou Espagnoles, avaient complètement quitté les banques. Certaines composaient encore des réserves privées, qui sont celles disponibles aux collectionneurs d’aujourd’hui, mais une majorité étaient parties pour l’Europe.

Afin de contrer le flux sortant de pièces, en janvier 1819, le représentant de Caroline du Sud William Lowndes introduit une mesure de réduction du poids des pièces d’or qui visait dans le même temps à limiter le change légal des pièces d’argent à 5 dollars. Il prévoyait également une réduction du poids des pièces d’argent, ce qui signifiait que son ratio de 15,6 :1 était en réalité plus proche de 15 :1. Son projet, s’il avait été ratifié, n’aurait rien fait de plus qu’attirer l’attention sur la situation monétaire de l’époque.

Les importations d’or étranger ont marqué l’absence virtuelle des pièces Américaines. Les coffres de l’une des branches de la Banque des Etats-Unis furent examinés en 1820 afin de déterminer les quantités d’or qui s’y trouvaient. Ils contenaient 700.000 dollars en espèces, dont seulement 1.200 dollars étaient sous forme d’or, dont seulement 100 dollars d’or Américain.

En de nombreuses occasions entre 1819 et 1822, le Congrès établit des projets de législation en vue de corriger le déséquilibre entre le ratio 15 :1 et le marché international. Un nombre considérable de personnes comprenaient parfaitement quel était le problème et offrirent des alternatives raisonnables, mais un plus grand nombre de le comprenait pas, et les propositions du Congrès de menèrent nulle part.

En une seule fois, la Banque des Etats-Unis, qui se vit délivrer une nouvelle charte de vingt ans en 1817, importa 2 millions de dollars de monnaie métallique depuis l’Angleterre en 1829. Elle demanda à ce que la moitié de cette somme se trouve sous forme d’or, mais ne reçut rien d’autre que des pièces d’argent.

La disparition des pièces d’or signifiait que les Etats-Unis, pour des raisons pratiques, eurent à adopter un étalon argent. L’or était devenu rien de plus qu’une ressource, bien que la Monnaie de Philadelphie ne cessa pas de frapper des pièces d’or. En 1820 par exemple, plus d’un quart de million de pièces d’or Half Eagles furent frappées, qui prirent presque toutes immédiatement la direction de l’Europe.

Dès 1821, les officiels de la Monnaie réalisèrent que les pièces frappées pour les dépositaires ne restaient pas aux Etats-Unis. Le directeur de la Monnaie expliqua à plusieurs reprises que son établissement était devenu une institution de dosage qui fondait de l’or sous forme de pièces.

Dans les années 1820, la situation ne fit que s’aggraver. Non seulement très peu de pièces d’or étaient frappées, la situation ne changea pas. Une fois frappées, les pièces étaient immédiatement envoyées vers l’Europe. Il existe un rapport qui mentionne la fonte à Paris de 40.000 Half Eagles, et tout laisse à croire que ce n’était là pas un cas isolé.

La monnaie commença, dans un étrange retournement de circonstances, à frapper des Quarter Eagles en 1821, chose qui ne s’était pas produite depuis 1808. On pourrait penser que ces pièces d’or plus petites étaient destinées à circuler dans des zones plus reculées du pays, mais ce n’était pas le cas. Elles étaient en réalité frappées pour payer le salaire de membres du Congrès qui demandaient à être payés en or. Elles étaient ensuite vendues à des revendeurs d’or au-dessus du prix d’émission, ce qui permettait aux membres du Congrès d’augmenter leur salaire avec l’aide de la Monnaie.

Lors de la deuxième moitié de 1829, le nombre de pièces d’or frappées par la Monnaie de Philadelphie augmenta soudainement, mais les apparences se montrèrent trompeuses. Les nouvelles pièces, qui devinrent plus fortes dès 1830, n’étaient autres que la conséquence des ruées vers l’or qui se développaient dans le sud. Les mines de Caroline du Nord se sont prouvées être des sources moindres mais régulières de métal tout au long des années 1820, mais les nouvelles découvertes, notamment en Géorgie, ont produit de l’or en des quantités considérables.

Ce fait n’est que très peu connu, mais même les états tels que la Virginie et la Caroline du Sud ont fourni à la Monnaie d’importantes quantités d’or. De moindres quantités de métal ont également été produites par l’Alabama et le Tennessee.

L’année 1832 marque certainement l’arrivée de l’or du sud à la Monnaie de Philadelphie. Les dépôts d’or sur l’année s’élevaient à 800.000 dollars, et la part du sud représentait 680.000 dollars. La Monnaie était devenue, comme je l’ai noté plus haut, une usine de dosage chargée de transformer de l’or en pièces pouvant être exportées vers l’Europe, un fait bien connu des officiels de la Monnaie et du Trésor.

Andrew Jackson, qui devint président en mars 1829, était particulièrement soucieux de l’état du système monétaire de son pays. Il voulait non seulement que l’or et l’argent puissent circuler librement, mais il voulait aussi que ces métaux restent dans son pays et ne soient pas exportés. Il éprouvait également un certain mépris pour les billets de banque de toutes sortes, y compris ceux de la Banque des Etats-Unis. Cette dernière agissait en tant que frein pour les autres banques moins bien gérées, et permettait à l’économie d’être plus équilibrée qu’elle l’aurait autrement été.

Au début des années 1830 eurent lieu un certain nombre de débats au Congrès, notamment à l’issue de l’arrivée de Jackson à la présidence. En juin 1834 fut votée une réforme de la loi sur le battage de monnaie. Avant cette date, le Half Eagle pesait 135 grains (8,75 grammes), poids qui fut réduit à 129 grains, ou 8,36 grammes. Les poids des autres pièces d’or furent réduits proportionnellement.

Le nouveau Half Eagle de 129 grains contenait exactement 116 grains d’or, ce qui lui conférait l’étrange finesse de .8992+. Les personnes chargées de la fonte et de l’affinage de l’or n’ont certainement pas été heureuse de ce nouvel exercice. Le ratio or/argent avait en revanche été porté à 16,002 :1, et était désormais bien plus en phase avec les marchés internationaux.

Les nouveaux poids et finesse des pièces vit le rythme d’activité de la Monnaie se démultiplier. La loi entra en vigueur le 1er août 1834, et avant la fin de l’année, 657.000 Half Eagles et 112.000 Quarter Eagles avaient été frappées et émises. En raison du nouveau ratio, ces pièces ne furent pour la plupart pas exportées. Le public baptisa ces nouvelles pièces les ‘Jackson Yellow Boys’.

L’or qui a servi à la frappe de pièces entre 1834 et 1837 ne provenait pas uniquement des mines et des rivières du sud. Le président Jackson avait aussi demandé à de nombreux gouvernements Européens, notamment à la France, le remboursement des cargaisons saisies illégalement lors des guerres Napoléoniennes du début des années 1800. Plusieurs millions de dollars d’or furent ainsi obtenus.

La quantité de pièces frappées sur la période avait quelque chose de spécial. Le président Jackson avait demandé personnellement à la Monnaie de frapper des Quarter Eagles comme méthode de paiement pour ceux qui réclamaient des dommages pour les pertes du début des années 1800. C’est ainsi que le président parvint à réintroduire les Quarter Eagles dans la circulation.

Le ratio de 16,002 :1 entraîna, comme il fallait s’y attendre, un flux entrant d’or depuis l’Europe. Couplé aux paiements d’indemnités, ce flux entraîna une véritable marée de pièces d’or qui se déversa sur la Monnaie de Philadelphie entre 1834 et 1840, bien que la frappe d’Eagles ait ralenti après 1836.

Sur la même période, entre 1834 et 1837, le président Jackson, avec l’aide du secrétaire du Trésor Levi Woodbury, demanda à ce que soit instauré un dollar or. L’idée était de mettre ces dollars or entre les mains des citoyens ordinaires, mais le directeur de la Monnaie Robert M. Patterson jeta une douche froide sur le projet, en stipulant que seuls les pays de second rang frappaient des pièces d’or de si petite valeur. A l’époque, même la frappe de pièces d’or de 2 à 3 dollars étaient considérées par le Trésor.

Au début de l’année 1836, on commença à s’inquiéter à l’idée que le nouveau ratio puisse entraîner une surévaluation de l’or et chasser l’argent hors de la circulation. Le Congrès décida de le réévaluer, et en janvier 1837, le poids et la finesse des pièces furent à nouveau ajustés, portant le ratio or/argent à 15,998 :1. Le poids du Half Eagle était toujours de 129 grains, mais sa finesse fut portée à .9000. Le poids d’un Half Eagle en or fut porté à 116,1 grains, soit un dixième de grain de plus qu’auparavant.

La loi de 1837 se prouva efficace, et tout au long des années 1840, le système bimétallique fonctionna correctement pour la première fois de l’histoire des Etats-Unis. Il fallut attendre 1848 et la découverte de gisements d’or en Californie pour que des changements soient à nouveau nécessaires.

 

Données et statistiques pour les pays mentionnés : Canada | Etats-unis | France | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Canada | Etats-unis | France | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :5 (3 votes)
>> Article suivant
Tout ce que vous ne voulez pas savoir, mais que vous devriez connaitre. Et une fois que vous savez, vous vous rendez compte que vous ne pouvez rien y changer.
Publication de commentaires terminée
Dernier commentaire publié pour cet article
Soyez le premier à donner votre avis
Ajouter votre commentaire
Top articles
Derniers Commentaires
Une mère de Wuhan s'exprime: "Pas de lits, pas de médicaments, tous...
23 févr.Saphir2
Rien de tout ça dans mon petit écran, un type qui se tire sur la nouille sur le net, c'est nettement plus important selon nos chers médias.
4 fléaux traversent simultanément l'Asie: coronavirus, peste porcin...
21 févr.Saphir
https://www.fawkes-news.com/2020/02/des-scientifiques-ont-bien-cree-des.html
4 fléaux traversent simultanément l'Asie: coronavirus, peste porcin...
21 févr.Saphir
A qui profite le crime. :D
4 fléaux traversent simultanément l'Asie: coronavirus, peste porcin...
21 févr.Saphir
Mais c'est un mal nécessaire lorsque le souhait de certains est l'effondrement de l'économie mondiale, pour balayer la fiat money d'un revers de ma...
4 fléaux traversent simultanément l'Asie: coronavirus, peste porcin...
14 févr.Pouf12
Des sources nombreuses (pas forcément fiables) évoquent pour le coronavirus des séquences de protéines qui n'auraient rien à faire dans son génome....
Le robot fait pour vous !
10 févr.Fortuna
Si ca ne vous flanque pas la trouille... Pas de ca chez moi
4 fléaux traversent simultanément l'Asie: coronavirus, peste porcin...
05 févr.JR7
Si il me semble que certaines théories dites complotistes méritent attention et réflexion, comment admettre qu'un tel type de virus puisse être mis...
4 fléaux traversent simultanément l'Asie: coronavirus, peste porcin...
04 févr.FLYTOX1
Il y avait un temps ou "Made in China" signifiait "de mauvaise qualité" ... Je me demande ce qu'on dira demain du "made in China", et particulièrem...
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX