Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en
Dans la même rubrique

Important déclin de la production d’argent au Pérou

IMG Auteur
Publié le 24 avril 2017
1612 mots - Temps de lecture : 4 - 6 minutes
( 5 votes, 5/5 ) , 5 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
[titre article pour referencement]
0
envoyer
5
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editorial du Jour

–La production d’argent a enregistré un déclin très important au Pérou
–La production d’argent du deuxième plus gros producteur mondial a décliné de 12% sur un an
–Ce déclin est dû à l’épuisement des réserves au Pérou
–Selon le GFMS, le pic de l’argent aurait été atteint en 2015
–Le marché global de l’argent a enregistré un important déficit net en 2016
–L’argent a gagné 13,5% au premier trimestre de 2017
–La production de métaux de base est responsable de 56% de la production d’argent globale
–La demande en métaux de base est menacée par l’économie globale
–Les pièces et barres d’or et d’argent représentent des assurances financières

Ceux qui investissent sur et accumulent de l’argent devraient se préparer à un déclin de la production d’argent tout autour du globe. Le Pérou vient d’enregistré une baisse de 12% sur un an de sa production d’argent – le pic de l'argent est arrivé.

SRSrocco Report a abordé hier le déclin de la production d’argent au Pérou, un déclin qui devrait se propager tout autour du globe à mesure qu’approchera la crise internationale de la dette.

Le deuxième plus gros producteur d’argent du monde, le Pérou, a rapporté un déclin de 12% sur un an de sa production d’argent au mois de février, qui est tombée jusqu’à 323,1 tonnes.

Comme l’explique SRSrocco Report, « la production du Pérou a perdu 12% pour atteindre 323,1 tonnes au mois de février, contre 367,4 tonnes en février de l’année dernière ».

Selon l’auteur, cela représente un déclin d’1,5 million d’onces (44 tonnes) en seulement un mois. Le Ministère péruvien de l’énergie et des exploitations minières explique la situation ainsi :

Ce déclin s’explique par les résultats médiocres (-23,53%) du plus gros producteur péruvien, Minera Yanacocha S.R.L., dont les opérations à Cajamarca ont été affectées par un épuisement des gisements actuellement exploités.

GoldCore et SRSrocco ont tous deux porté le problème du pic de l’argent à l’attention du monde, bien que les inquiétudes au regard du pic de l’argent n’aient pas encore eu d’impact conséquent sur le marché de l’argent.

En 2016, la hausse de la demande en argent a été (selon le GFMS) majoritairement liée à la hausse de la demande en valeurs refuges, mais aussi aux « inquiétudes quant à une possible réduction de la production minière dans un avenir proche ».

Les récents chiffres publiés par le Pérou confirment le déclin de l’offre globale en argent. La situation que traverse le Pérou n’a rien d’unique, et se reproduira certainement dans de nombreux autres pays producteurs d’argent.

Je n’aborde par ici le sujet de la production d’argent en raison du prix du métal, mais de son rôle dans l’économie globale – de l’impact de la production de métaux de base, du déclin des réserves de combustibles fossiles et de l’endettement de l’économie sur le secteur.

L’argent est un métal particulier – il est un instrument de couverture, une monnaie et une marchandise de grande valeur. La manière dont il est produit est liée à la fois à la performance de l’économie et à celle des autres marchandises.

56% de l’argent produit dans le monde est le sous-produit d’autres activités minières

30% de l’argent produit dans le monde est issu de sources primaires. L’argent produit de par le monde est majoritairement un sous-produit de l’exploitation de métaux de base. 34% de la production d’argent (chiffre de 2015) est issue de la production de plomb et de zinc, et 22% de la production de cuivre.

Selon le World Silver Survey de 2016, la plus importante hausse jamais enregistrée de la production d’argent, avec 7% sur l’année 2015-16, est survenue en conséquence d’une hausse de la production de cuivre.

La production d’argent n’est pas simplement question des mines qui le produisent et de la demande en métal blanc à un instant T. Elle est également affectée par les marchés globaux et par la demande en métaux de base. Les prix des métaux de base ont significativement diminué ces dernières années en raison de la crise financière, et ont récemment enregistré un déclin alors même que les prix des métaux précieux remontaient face aux inquiétudes quant à la croissance économique.

Si la demande en cuivre déclinait, ce qui se produirait certainement si la bulle sur la dette venait à exploser, la production d’argent plongerait également.

Un ralentissement économique signifie un déclin de la demande industrielle en métaux de base, ce qui veut dire que 56% de l’offre d’argent se trouve menacée.

La demande énergétique de l’argent

Mais l’industrie minière n’est pas seulement une question de demande en métaux de base et en leurs sous-produits. D’importantes quantités de combustibles sont nécessaires à la production de métaux précieux.

Comme RSRrocco l’explique dans son article du mois de novembre, de très importantes quantités d’énergie sont nécessaires à la production de métaux de base (et donc d’argent).

… La Commission chilienne pour le cuivre a stipulé, dans un rapport publié en 2014, que le Chili a consommé 535 millions de gallons de combustibles liquides pour produire 5,7 millions de tonnes de cuivre. Ainsi, l’industrie du cuivre a consommé 94 gallons de combustibles liquides pour chaque tonne de cuivre produite.

D’autre part, Pan American Silver a brûlé 20,5 millions de gallons de combustibles liquides pour produire ses 26,5 milliards d’onces d’argent en 2015. Ce qui signifie que la production de chaque once d’argent a nécessité 0,80 gallon de combustibles liquides. Si nous utilisons la consommation de Pan American comme base, les 269 millions d’onces de métal blanc produites par les producteurs d’argent primaires en 2016 ont nécessité 215 millions de gallons de combustibles liquides. En revanche, la consommation moyenne globale est bien inférieure à celle de Pan American, et se situe certainement autour de 0,50 gallon par once d’argent. Entre 135 et 150 millions de gallons de combustibles liquides ont donc dû être consommés pour produire l’argent issu de sources primaires en 2016.

Le monde a produit un total de 18,4 millions de tonnes de cuivre en 2014. Au vu de la moyenne chilienne de 94 gallons par tonne de cuivre produit, et en choisissant une estimation conservative de 75 gallons par tonne à l’échelle du globe, le monde a consommé environ 1,4 milliard de gallons de combustibles liquides pour produire ses réserves de cuivre en 2014.

C’est environ dix fois les quantités de combustibles qui ont été nécessaires pour produire l’argent issu de la production primaire.

Un effondrement financier verrait chuter les réserves de pétrole et de combustibles disponibles. La demande plongerait, ainsi que la production. Compte tenu de ce qui semble être une hausse des quantités d’énergie utilisées pour extraire des métaux de base et précieux, il n’est pas exagéré de croire que la production d’argent continuera de décliner en parallèle aux réserves énergétiques.

Un déficit d’argent physique d’1,5 milliards d’onces

Le déclin de la production minière signifie une hausse du déficit des réserves d’argent disponibles, parce que la demande en argent ne ralentit pas en parallèle aux chiffres de la production minière.

Nous enregistrons un déficit annuel d’argent physique depuis 2011 (2012 ayant été une exception, avec un surplus de 2 millions d’onces). Entre 2014 et 2015, ce déficit est passé à 60%. Depuis 2004, les déficits annuels d’argent ont atteint un total de 1,5 milliard d’onces, à en juger par les World Silver Survey publiés précédemment.

Nous en sommes arrivés au pic de l’argent. Et les choses n’auront désormais que peu de chances de s’améliorer. Même les médias conventionnels commencent à l’accepter.

Dans son World Silver Survey du mois de décembre, le GFMS stipule que :

• Nous estimons que la production minière d’argent a atteint un pic en 2015, et continuera désormais de baisser.
• Le déclin de l’offre devrait désormais devenir un facteur clé des déficits annuels du marché de l’argent.

Conclusion – Conservez de barres et pièces d’argent en tant qu’assurance

Bien que je qualifie la situation comme n’ayant que peu de chances de s’améliorer, cela dépend bien évidemment des quantités d’argent que vous possédez. En réalité, un déclin de l’offre d’argent est une excellente chose pour ceux qui ont choisi d’investir sur ce métal, mais aussi pour ceux qui ont investi sur des sociétés minières, dont le produit sera de plus en plus recherché. Un ralentissement économique est synonyme d’une hausse de la demande en valeurs refuges telles que les barres et pièces d’or et d’argent.

Les facteurs qui laissent supposer un déclin de l’offre d’argent – ralentissement de l’activité économique, déclin des marchés énergétiques et affaiblissement des marchés des métaux de base – sont tous une raison supplémentaire d’en posséder. Bien que le GFMS sépare la demande en valeurs refuges de la demande en argent liée au déclin de la production minière, elles sont une seule et même chose. Les investisseurs cherchent à accumuler de l’argent, parce qu’il est une marchandise utile et rare, et une forme précieuse d’assurance financière.

Les métaux de base ont tendance à souffrir d’un ralentissement économique. Si l’économie n’en demande plus, ils n’ont plus aucun rôle à jouer. C’est l’inverse pour la demande en argent. Quand l’économie n’est plus capable d’acheter, de vendre et de produire des biens, les gouvernements se retrouvent en difficulté. Mais l’argent continue de servir de couverture et d’assurance.

L’argent est une valeur de couverture nécessaire en période de troubles financiers. Comme nous pouvons le voir aujourd’hui, quand la conjoncture économique est mauvaise, les gouvernements ont tendance à accroître leur production de monnaie papier et électronique.

Le métal blanc nous en préserve, c’est pourquoi nous devrions tous posséder des barres et pièces d'argent. Un déclin de la production d’argent est un signe bénéfique pour son prix, mais aussi un indicateur de sa valeur vis-à-vis des autres actifs. 

 

<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :5 (5 votes)
>> Article suivant
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
l'argent n'est pas investissement, c'est juste une police d'assurance qui peut faire x 30 dans les années qui viennent. C'est bien tentant de le prendre pour un investissement, quand Von Gruyère nous dit que l'immobilier va être divisé par 10 !
Merci, Marc aux burnes !
Merci, Sammy des Anaux !
merci Herr cul :-)))
J'ose, je comprends, mais ph06 ?
Dernier commentaire publié pour cet article
J'ose, je comprends, mais ph06 ? Lire la suite
Gretel - 29/04/2017 à 00:14 GMT
Top articles
Derniers Commentaires
Pétrole : alerte rouge pour la France et nos approvisionnements
16 sept.Josey Wales2
Avant on n'avait deja pas de petrole mais on avait des idees. Maintenant qu'on a plus d'idees...
Clownerie ministérielle : Bruno Le Maire veut une blockchain publique
14 sept.Fortuna
This country is fucked up
La BCE en mode Père Noël avec 1000 euros pour à Noël !!
10 sept.ramin974
Bonjour, Tout ça me rappelle les parties de monopoly que je faisais quand j'étais petit. Normalement quand un joueur n'a plus de sous, il ...
Martin Armstrong : de nouvelles découvertes compromettent le dogme ...
10 sept.Alain J.
Bonjour Venez habiter entre 1800 et 2200 m d'altitude Mr Flamel. L'expérience en science vaut mieux que toute théorie avec des idées préconçues...
France : une couverture (et une fraude) sociale légendaire ?
10 sept.Red Pill1
Mais, mais, mais, je pensais que nous avions le meilleur systeme de secu du monde, que le monde entier nous l'enviait, et que nos enarques, la fine...
France : une couverture (et une fraude) sociale légendaire ?
10 sept.Go4Gold
Il y a trois sortes de comptables : ceux qui savent compter et ceux qui ne savent pas compter
L’avenir inquiétant des banques… et de vos frais !!
07 sept.jymesnil2
Bon la blague qui consiste à prétendre que les banquiers prêtent l'épargne des clients est une blague....les depots sont ridiculement insuffisants ...
Grâce au glyphosate, la SNCF va nous coûter encore plus cher !
06 sept.Fortuna
En France on n'a pas de petrole, on n'a pas de bonnes idees mais au moins on n'aura plus de desherbants
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX