Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Intervention de l’État : c’est tout choisi !

IMG Auteur
Jean de Selzac
Publié le 15 janvier 2013
607 mots - Temps de lecture : 1 - 2 minutes
( 17 votes, 4,5/5 ) , 3 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
3
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux

 

 

 

 

Il est des discours qui passent inaperçus et qui pourtant décident de l’avenir d’un pays. C’est le cas du discours prononcé par François Hollande le 17 décembre 2012 à Château-Renault en Indre-et-Loire, lors de la visite de l’usine Radiall. L’intervention de l’État dans l’économie y est proclamée : François Hollande a annoncé pour 2013 la mise en place d’une économie planifiée et aidée pour le reste du quinquennat.


Une économie planifiée


Le Président de la République a expliqué aux industriels et aux entrepreneurs présents quels étaient les domaines d’activités qui devaient être développés. « J’ai identifié », déclare-t-il, « trois domaines où nous pouvons, à condition de mobiliser tous les moyens, être les premiers de la classe ». Et le Président de détailler.


Le premier domaine concerne « la transition énergétique », avec « tout ce qui va nous permettre d’adapter nos bâtiments, de changer nos modes de transports, nos réseaux d’énergie, mais également de traiter nos déchets ».


Le deuxième domaine touche à « la santé et l’économie du vivant », notamment « le secteur du médicament que nous connaissons bien, les biotechnologies, mais aussi la nutrition, l’agroalimentaire ».


Le troisième domaine est celui de « la technologie générique », ciblant « le numérique, le secteur électronique, les télécoms, la ʺconnectingʺ (sic), tout ce qui permet de relier les instruments les uns aux autres et d’aller plus vite ».


Ayant défini les secteurs industriels qu’il veut développer, le Président continue en décrivant comment il va le faire.


Une économie aidée


Logique avec lui-même, François Hollande ne conçoit l’économie planifiée que si elle est aidée par l’État. Ainsi « ces filières d’excellence telles que je les ai définies seront appuyés par la Banque publique d’investissement ».


La BPI aura deux rôles : celui d’aider les entreprises à l’instar du secteur bancaire, mais surtout « ce nouvel établissement devra contribuer à appliquer la stratégie industrielle nationale ». En d’autres termes, la BPI sera l’outil qui veillera au financement et à la mise en œuvre de l’économie planifiée.


La perte de liberté d’entreprendre


Les conséquences du discours du 17 décembre seront désastreuses pour l’esprit d’entreprise en France car toute intervention de l’État dans l’économie coûte cher, humainement et financièrement.


Humainement, d’abord. C’est un principe que l’économiste Frédéric Bastiat a rappelé avec force dans son ouvrage sur la Loi : « quand la Loi – par l’intermédiaire de son agent nécessaire la Force – impose un mode travail […] elle agit sur les hommes […] : elle substitue la volonté du législateur à leur propre volonté, l’initiative du législateur à leur propre initiative. Ils n’ont plus à se consulter, à comparer, à prévoir ; la Loi fait tout cela pour eux. »


Dès lors que deviennent les industriels français s’ils se laissent diriger par le Président de la République ? Bastiat répond : « L’intelligence leur devient un meuble inutile ; ils cessent d’être hommes ; ils perdent leur Personnalité, leur Liberté, leur Propriété ».


Financièrement, ensuite. De nouvelles administrations naissent, comme la Banque publique d’investissement, de nouvelles réglementations se feront jour puisque le Président insiste sur le fait que « l’idée-même de réglementation n’est pas remise en cause », et des agents de l’État seront mobilisés pour vérifier, contrôler, évaluer les entreprises privées qui seront subventionnées. Le coût de fonctionnement de tout ceci s’ajoute aux dépenses de l’État et sera payé, directement ou indirectement, par les contribuables.


La liberté d’entreprendre ne peut être ni planifiée, ni subventionnée. Si elle l’est, elle cesse d’être une liberté ; elle devient un poids supplémentaire dans les dépenses publiques et s’ajoute à la dette nationale qui grève les revenus de chacun des français.


 

 

 



Données et statistiques pour les pays mentionnés : France | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : France | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4,5 (17 votes)
>> Article suivant
Esprit libertarien, entrepreneur, grand voyageur parcourant des continents aussi divers que l’Afrique et l’Amérique, Jean de Selzac met sa plume au service de la liberté économique et de l’esprit d’entreprise. Il a souvent écrit dans les différentes publications de Contribuables Associés.
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
Hollande 1er roi des ineptes !
Evaluer :   3  1Note :   2
EmailPermalink
Au delà de toutes les théories, il y a à la base des Hommes. Si dans sa tête un individu se sent créateur (économie, arts, tout ce qu'on veut), il faut que les "gestionnaires" de la société dans laquelle il vit soient assez transparents pour lui laisser la bride sur le cou. Ceux qui ont déjà entrepris doivent pouvoir, s'ils le désirent, se développer dans le même état d'esprit. Les seules limites sont imposées par les fondamentaux de la morale (respect de la vie et des autres...).
Dès qu'il y a une intervention extérieure sur ce processus, on limite les potentiels.
L'Homme est un animal libre, né pour être libre. Toutes les interventions extérieures, politiques, syndicales et autres ne sont que des actes de pouvoir et des entraves qui conduisent à l'esclavage.
RalphZ, s'échouer sur un banc de sable est une vision optimiste, car elle implique des survivants...à condition de n'avoir pas avant coulé en haute mer....!
Evaluer :   5  2Note :   3
EmailPermalink
En plus de cela, l'esprit d'entreprise devient l'esclave de l'état.

Si l'état a bien ciblé ses objectifs, tout le pays ira de l'avant...... mais s'il les a mal ciblés, ou si le monde connaît un revirement entre-temps et que l'état ne réagit pas assez vite, le navire France ira s'échouer sur un banc de sable.

Car planifier l'économie, cela revient à condamner à mort tout ce qui ne va pas dans le sens imposé par des politiciens (de gauche)...

Dans une économie non-planifiée, c'est le marché qui décide si un investissement a été bon ou mauvais....pas l'état "à priori".
Evaluer :   9  1Note :   8
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
Hollande 1er roi des ineptes ! Lire la suite
zelectron - 15/01/2013 à 14:53 GMT
Note :  3  1
Top articles
Derniers Commentaires
La Russie achète, de nouveau, des titres de la dette américaine
19 oct.blitzel
Et pendant ce temps-là, des manoeuvres militaires de l' Otan en Allemagne préparent actuellement une confrontation fictive d'une guerre nucléaire à...
La crise du REPO… éternelle. Ca r’commence !
19 oct.blitzel
J.P. Chevallier parle de crask obligataire en monétarisme.*1 Delamarche parle d'Obligations insuffisantes de bonne qualité pour garantir ses c...
Opération Yellowhammer. Le plan ultime de Boris Johnson pour le Brexit
11 oct.glemet
Il y a longtemps que la chèvre de M Seguin rêvait de quitter son petit enclos. L’herbe est si verte ailleurs et l’Europe montre tant de faiblesses,...
Nouveau Monde, la mobilité de masse arrive. Un visuel
09 oct.Patrick W2
C'est drôle..... quand on clique sur vos liens pour obtenir des renseignements pour trouver vos livres, ça ne fonctionne pas. En tout cas, brav...
Opération Yellowhammer. Le plan ultime de Boris Johnson pour le Brexit
09 oct.Patrick W3
Oui, il est fort possible que Boris Johnson arrive à ses fins et on doit reconnaître que pour ou contre le Brexit, Boris Johnson est droit dans sa ...
La France et ses administrations criminelles
08 oct.Louis L.
Heureusement, il est consolant de savoir que pour cette épidémie d'incendies industriels depuis Notre Dame jusqu'à ce jour, aucune autre cause qu'...
Les réserves de cash au plus haut ! 600 milliards planqués sous les...
07 oct.Louis L.
Charles parle ici de 600 Mds € stockés par tous les européens sous forme d'espèces. Sa phrase est ambigüe car tous les européens sont 513 mil...
La France et ses administrations criminelles
07 oct.blitzel
Très bon article.... vu la situation critique. Les choses hélas ne sont plus comme elles étaient dans le temps il y a 50 ans. Il y avait ...
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX