Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Introduction de WeWork : potentiel 3,000 milliards de dollars avec des pertes du meme montant ?

IMG Auteur
Publié le 15 août 2019
1350 mots - Temps de lecture : 3 - 5 minutes
( 2 votes, 5/5 ) , 1 commentaire
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
1
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux

Toutes les entreprises de la « prochaine génération » sont là pour vous aider et vous faire du bienn et rayonnent de chaleur. En attendant, Uber atteint un nouveau plus bas, en baisse de 24% par rapport au prix de son introduction.

 

«The We Company», comme l'appelle désormais WeWork, qui se consacre à brûler de l'argent et à vendre du «service en espace», s'est inscrite à la SEC pour réaliser son introduction en bourse dès le mois prochain, en espérant que cela soit encore possible.

 

Et son dépôt S-1 , qui est disponible aujourd'hui, présente une entreprise qui pousse encore plus loin les limites du possible, avec une vision d'un potentiel de marché de  3 000 milliards de dollars. De façon plus réaliste, cette société a perdu 4,3 milliards de dollars au cours des trois dernières années et demi, dont 904 millions de dollars rien qu'au premier semestre de 2019.

 

Mais cette présentation ne présente pas encore  les pertes abyssales qui seront affichées au second semestre:

Durant ce second semestre, si l’entrée en bourse a lieu, les pertes vont etre massives du fait de deux composantes: les pertes régulières de WeWork et ses coûts de rémunération à base d’actions.

 

En 2018, la perte annuelle de près de 2 milliards USD était 2,6 fois supérieure à celle enregistrée au premier semestre. Il est donc probable que la perte régulière de l'année entière en 2019 sera plus du double de sa perte de 904 millions de dollars au premier semestre. Alors peut-être une perte régulière de 2 milliards de dollars. Ensuite, il y a les coûts de sa rémunération à base d'actions pendant l'indroduction en bourse. Voyons comment.

 

Dans le cas d'Uber, les coûts de la rémunération à base d'actions liés aux introductions en bourse se sont élevés à 3,9 milliards de dollars, soit une perte nette de 5,2 milliards de dollars pour le trimestre, dépassant le chiffre d'affaires de 2 milliards de dollars .

 

Les deux sociétés ont beaucoup en commun, en termes de pertes et de modèles d'affaires, au sens que toutes les deux sont très consommatrices de capitaux. 

 

Les actions Uber [UBER] ont chuté de 6,8% hier encore  pour atteindre un nouveau plus bas à 33,96 USD, en baisse de 24% par rapport au prix de l'introduction en bourse.

 

Les actionnaires de  WeWork voient parfaitement le risque qu'il se passe la meme chose pour leurs actions  et ils sont maintenant pressés de vendre des actions au public au prix le plus élevé possible, pendant qu'ils le peuvent encore.

 

Où vont ces milliards de dollars d'investisseurs?

 

WeWork dépense beaucoup d’argent pour réparer de grands  immeubles de bureaux pour en faire des petits plus sympas. Donc, une partie de cet argent sert à la construction de ces propriétés, et une partie de l'argent va aux personnel.

  • “Plus de 500 designers et architectes qui travaillent sans relâche pour créer des espaces à la fois beaux et simples, surélevés mais accessibles, globaux et uniques localement….
  • «Plus de 2 500 gestionnaires de communautés formés qui favorisent la connexion humaine par la collaboration et soutiennent de manière holistique nos membres, tant personnellement que professionnellement.
  • «Environ 1 000 ingénieurs, concepteurs de produits et scientifiques en apprentissage automatique se consacrent à la construction, à l'intégration et à l'automatisation des systèmes complexes que nous utilisons pour exploiter notre entreprise.

 

Voici quelques moments hilarants dans le classement S-1.

 

Pertes pérennes: WeWork a lancé son premier espace il y a neuf ans et a connu des pertes énormes depuis. Ainsi, la possibilité distincte de pertes pérennes trouve sa place dans les «facteurs de risque» de la S-1:

«Nous avons des antécédents de pertes et, surtout si nous continuons à croître à un rythme accéléré, nous ne pourrons peut-être pas atteindre la rentabilité au niveau de la société (tel que déterminé conformément aux PCGR) dans un avenir prévisible.»

 

Le gaspillage de fonds va être "efficace". Des variantes du mot "efficace" apparaissent 64 fois dans la S-1, telles que:

 

  • «Rentable» pour les membres - ce qui signifie subventionné par les investisseurs.
  • «Capital efficient» - signifiant que c'est l'argent des autres que nous claquons,
  • “Améliorer l'efficacité opérationnelle” - signifiant, nous devons en quelque sorte arrêter le saignement avant qu'il ne nous tue.

 

La propagande dans les entreprises de la prochaine génération parle. WeWork est un pionnier de la nouvelle génération de discours d’entreprise, conçu pour vous donner la chaleur et le flou que vous inspirent les expressions suivantes:

 

  • «Nous sommes une entreprise communautaire engagée pour un impact mondial maximum.»
  • "Notre mission est d'élever la conscience du monde."
  • "Nous pensons que notre société a le pouvoir d'améliorer la façon dont les gens travaillent, vivent et grandissent."
  • «Nous réinventons la façon dont les gens travaillent et transformons la façon dont les individus et les organisations se rapportent au lieu de travail."
  • «Il y a neuf ans, notre mission était de créer un monde dans lequel les gens travaillent pour gagner leur vie, pas seulement pour vivre.»
  • «Nous croyions que si nous créions une communauté qui aide les gens à vivre sa vie avec détermination, nous pourrions avoir un impact significatif sur le monde.»
  • «Nous changeons la façon dont les gens travaillent à l'échelle mondiale et, ce faisant, nous avons perturbé la plus grande classe d'actifs au monde, celle de l'immobilier.»
  •  

 Une «opportunité» de chiffre d'affaires de 3 000 milliards de dollars. 3 trillions de dollars. Cela commence par la «taille du marché adressable» - tout le monde dans la plupart des pays ayant un emploi en col blanc. Espérons qu'ils loueront tous un bureau chez WeWork. Au final, les calculs du potentiel pourraient générer un chiffre d'affaires de 3 000 milliards de dollars par an. Ce serait donc plus que le PIB de la France. Et la société vous guide dans le calcul:

 

Dans les 111 villes du monde où il a maintenant des sites, et dans les 169 villes où il souhaite ouvrir des sites à l’avenir, il existe, selon le rapport, une "population potentielle estimée à environ 255 millions de membres".

Il applique ensuite son «revenu moyen par adhésion à WeWork pour la période de six mois terminée le 30 juin», à ces 255 millions de personnes dans ces 280 villes et estime qu’il s’agit «d’un marché potentiel de 1,6 milliards de dollars».

 

OK, il faut voir grand. Et comme c'est l'argent des autres, il faut voir encore plus grand.

 

Citant des données de CBRE Group et de Cushman & Wakefield, la société  a déterminé que les entreprises dépensaient en moyenne environ 11 700 dollars par employé et par an en «coûts d’occupation». Elle applique donc ces 11 700 dollars à ses 255 millions «membres potentiels» pour créer «une opportunité totale». de 3,000 milliards de dollars. "

 

Mais imaginons maintenant les pertes qu’il subirait avec ces revenus de 3 000 milliards de dollars. Peut-être 2 000 milliards de dollars par an? Les investisseurs doivent se préparer à alimenter cette société avec des fonds importants pour que ce plan se concrétise.

Heureusement qu'il reste encore beaucoup de chemin à parcourir: «Nous avons réalisé environ 0,2% de notre potentiel total dans nos 280 villes cibles dans le monde et même dans nos dix plus grands marchés, notre taux de pénétration n'est que de 0,6% aujourd'hui."

 

Les pertes en milliers de milliards de dollars devront donc attendre.

 

Et les 255 millions de membres potentiels seront fournis aux annonceurs. WeWork connaît quelque chose sur ses membres - «un groupe démographique recherché de consommateurs et d'entreprises» - et va leur vendre les données dont ils disposent à ses «partenaires» afin qu'ils puissent inonder les membres malchanceux de promos et de publicités dans leurs comptes de médias sociaux, leurs courriels et peut-être même leurs visites en personne. Ou plutôt, comme il est dit dans le discours d'entreprise de la prochaine génération, que «les membres ont facilement accès à une gamme variée de produits et de services de haute qualité et adaptés à leurs besoins». Et pour WeWork, cette activité «générera de plus en plus de chiffre d'affaire et de  marge. "

 

Voulez-vous être informé par courriel de la publication d'un nouvel article par WOLF STREET? Inscrivez-vous ici .

 

 

Données et statistiques pour les pays mentionnés : France | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : France | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :5 (2 votes)
>> Article suivant
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
La prétendue "nouvelle économie" n'existe que du fait de l'alliance de Wall Street et de la FEd, qui inonde le marché de "liquidité", entendez d'argent gratuit.

Cet argent est accaparé par les grandes banques et investisseurs qui seules y ont accès, et est reciclé dans des "startups" qui n'ont comme seule modèle qu'un cout du capital égal à 0 et illimité, et donc elles se servent pour détruire sans pitié des pans entiers de l'économie qui elle, doit gagner sa vie.

Pensez Amazon, Uber, We work, Tesla, vous voyez le genre.

Tout cela finira brutalement lorsque ces sociétés ne pourront plus se refinancer sur le marché. Leurs actions tomberont à 0, leurs pertes ne pourront plus etre financées, et la faillite sera pratiquement immédiate.

J'éviterai donc de participer à cette introduction, bien entendu
Dernier commentaire publié pour cet article
La prétendue "nouvelle économie" n'existe que du fait de l'alliance de Wall Street et de la FEd, qui inonde le marché de "liquidité", entendez d'argent gratuit. Cet argent est accaparé par les grandes banques et investisseurs qui seules y ont accès, et  Lire la suite
Jack A. - 15/08/2019 à 10:58 GMT
Top articles
Derniers Commentaires
Pourquoi la théorie du réchauffement climatique doit nous faire rir...
20 nov.Louis L.1
Saoulez vous et fumez sans la moindre retenue car il est formellement prouvé que cela est sans incidence sur le taux de mortalité qui demeure obsti...
L'illusion de la gratuité
19 nov.zelectron
Même Hollande s'était fendu d'un : c'est gratuit, c'est l'état qui paye.
Propriété menacée. La société de l’usage, c’est la société du serva...
19 nov.zelectron0
L'ignominie de cette proposition montre à quel point le communisme a laissé des traces quasi- indélébiles pour les débiles de la société.
Or, pourquoi ça baisse, pourquoi ça va monter ensuite !
14 nov.Alain J.
et pourquoi çà monte et çà baisse ensuite Il y a 10 ans l'article ci dessus aurait pu s'écrire ... mais autrement. Je suis les articles sur l'o...
Comment on a étranglé la Grèce. Mediapart
15 nov.Patrick W1
La video doit être absolument regardée. Je l'ai vue, et j'ai envie d'acheter le livre de Varouflakis " Conversations entre Adultes" et de voir...
Or, pourquoi ça baisse, pourquoi ça va monter ensuite !
13 nov.blitzel
Ahahah, ils veulent nous saborder le "mental." Erreur aujourd'hui mercredi 13 pleine lune sur la dégringolade des cours des banques, Elles ...
Pour « sauver la planète », l’industrie tue les campagnes. Reporterre
13 nov.blitzel
Article impeccable. Un 11 novembre dans les labours Quand j'entends cela, cela nous rappelle, "aux oreilles de nos ancêtres dans les tranc...
Pour « sauver la planète », l’industrie tue les campagnes. Reporterre
08 nov.Patrick W3
Tout ce que vous notez est trop vrai.!!!....trop sombre, et le véritable drame est que la machine ne s'arrêtera pas, quelque soient les actions men...
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX