Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Keynes est mort, et les politiques d’Abe sont vouées à l’échec

IMG Auteur
Publié le 03 février 2014
1276 mots - Temps de lecture : 3 - 5 minutes
( 6 votes, 4,7/5 ) , 2 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
2
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Or et Argent

L’économiste Andy Xie a publié sur CaixinOnline un article intéressant dans lequel il expose ses prévisions pour 2014.

Voici un extrait de Breaking Out Is Hard, par Andy Xie :

« L’économie globale a peu de chances d’entamer une reprise en 2014. Les attentes d’une économie américaine en passe de dépasser la vitesse d’évasion s’avèreront vaines. Les politiques économiques d’Abe Shinzo ont des chances de finir en queue de poisson. Les économies émergentes n’accélèreront pas. Il y a des chances que l’économie globale en termes de PIB nominaux, aux taux de change actuels, augmente de 2%.


La globalisation, accélérée par la technologie de l’information, a raccourci le circuit de rétroaction entre le stimulus de la demande et la réponse de l’offre. La croissance qui vient maintenant répondre à la demande de stimulus ne peut pas durer, comme l’ont prouvé ces cinq dernières années.


Maintenir à des niveaux suffisamment bas les biens non-échangeables comme l’immobilier, la santé et l’éducation est la clé de la compétitivité économique et d’une croissance durable. Les économies dynamisées par le gonflement de ces biens seront pénalisées plus tard par un taux de croissance plus faible.


Keynes est mort


J’explique depuis un certain temps déjà que l’épisode actuel de globalisation a fondamentalement transformé le fonctionnement des économies, y compris des plus grandes comme celle des Etats-Unis. Bien que la demande  soit restée locale, l’offre s’est globalisée. Les cols bleus et les cols blancs de la manufacture se sont globalisés. La technologie actuelle de l’information permet aux sociétés multinationales de localiser leurs activités de recherche, de marketing, de finance et de direction où elles veulent. Ainsi, quand un pays stimule la demande, cette dernière est satisfaite par des produits qui viennent de partout.


L’échec d’Abe


Le Japon a enregistré deux trimestres de croissance importante, et beaucoup ont été persuadés que les politiques d’Abe Shinzo étaient ce dont ils avaient besoin. Mais au cours du troisième trimestre, les chiffres de la croissance sont retombés autour d’1%, et il y a des chances qu’ils y soient restés au cours du quatrième trimestre. Les marchés financiers se retrouvent chancelants à mesure que l’élan de croissance ralentit. Trop de gens sont investis dans les politiques d’Abe pour changer de camp aujourd’hui. Mais après deux mauvais trimestres de plus, ils en auront peut-être le courage.


Le gouvernement d’Abe a demandé aux sociétés japonaises d’augmenter les salaires pour soutenir l’élan de croissance. Même si ces augmentations de salaire voyaient le jour, comme les gens sauraient qu’elle a été forcée et n’est pas durable, pourquoi la dépenseraient-ils ?


En terrain glissant


Les prix très élevés des marchandises ont entraîné une frénésie sur le secteur de l’investissement. La crise de 2008 a mis fin à cela pendant trois ans. D’importantes sommes de monnaie ont été allouées à des projets à haut risque. Le risque auquel font face les économies de marchandises est l’explosion de cette bulle sur l’investissement, et non la réduction des revenus engendrée par la baisse du prix des marchandises per se.


J’ai parlé de la trajectoire baissière éventuelle de l’économie australienne en raison de l’explosion sur sa bulle de l’investissement sur les sociétés minières. Je maintiens mes propos. Le pire ne sera derrière nous qu’une fois que le système financier sera débarrassé des actifs non-performants.


Le commerce global est-il la cause ou la conséquence de la croissance ? Probablement la conséquence. Pendant les dix années qui ont précédé la crise de 2008, le commerce engendrait la croissance. Les multinationales diversifiaient leurs bases de production et leurs marchés. Leurs activités ont poussé la croissance bien au-delà du PIB. La décennie dorée de la croissance commerciale ne sera probablement qu’un évènement unique en son genre.


Chacun pour soi


Lorsque les obstacles structurels sont l’entrave principale à la croissance, le stimulus, même s’il est efficace, ne peut apporter qu’un soulagement temporaire. Après la crise de 2008, les économies majeures et notamment la Chine et les Etats-Unis, ont poursuivi leurs politiques de stimulus. La nature globale du stimulus a engendré de la croissance pendant deux ans. Des réformes auraient dû être adoptées. Malheureusement, quand tout va bien, personne ne veut prendre de médicaments amers.


La fatigue commence à s’installer tout autour du monde. La Chine et les Etats-Unis ont des chances de réduire leurs politiques. La zone Euro ne fera rien d’important. La Banque centrale européenne pourrait diminuer les taux d’intérêts de 25 points de base pour les faire passer à zéro, mais les effets n’en seront pas significatifs. Les politiques de stimulus du Japon ne contrebalanceront pas l’impact de la hausse des taxes sur la consommation. Le Brésil, l’Inde, l’Indonésie et d’autres économies émergentes pourraient continuer d’augmenter leurs taux d’intérêts contre les monnaies dévaluées.


Une réforme du commerce international pourrait rajeunir l’économie globale. Malheureusement, les accords de l’Organisation mondiale du commerce sont très limités. Le système tout entier est coincé. Il n’est plus une plateforme permettant d’aller de l’avant. Le Partenariat trans-pacifique dirigé par les Etats-Unis est lui-aussi coincé. Les négociations commerciales de Washington avec l’Union européenne n’en mènent pas large non plus. Il semblerait qu’aucune réforme ne soit en passe de restaurer la croissance cette année.


Les nations qui veulent prospérer doivent le faire malgré une économie globale en mauvais état. L’une des solutions qui s’offrent à elles est la dévaluation. Bien entendu, la dévaluation compétitive finira par aggraver le cas de tout le monde. Pour les économies émergentes, la dévaluation est généralement suivie par une inflation. Elle n’apporte aucun bénéfice.


La seule solution durable est d’augmenter la compétitivité au travers de réformes structurelles. Voilà qui stimulerait la croissance grâce à une efficacité accrue. Les économies majeures pourraient identifier les problèmes qui se posent à la croissance économique : le coût des soins de santé aux Etats-Unis, la rigidité du marché du travail en Europe, les industries zombies du Japon, le manque d’infrastructures en Inde et le surinvestissement en Chine. Imaginez que ces problèmes soient combattus. L’économie globale pourrait augmenter à un rythme de 4% par an.


Bien entendu, les réformes structurelles coordonnées ne sont que chimères. Les réformes structurelles sont douloureuses. Tout le monde attend que d’autres agissent avant eux. Et quand les autres commencent à s’en sortir, il est facile de profiter des avantages. Attendre que les autres fassent le premier pas est ce qui a causé l’équilibre de stagflation dans lequel nous nous trouvons aujourd’hui.


Alors que nous avons tendance à espérer le meilleur, la réalité peut être cruelle. Tant qu’il est possible de patauger, aucune réforme ne voit le jour. Après la crise de 2008, j’ai prédit une politique de stimulus généralisée, son échec éventuel et la descente du monde vers la stagflation. Malheureusement, c’est ce qui a le plus de chances de se passer ».


Ma seule réserve


La foi en les politiques d’Abe n’est pas le problème. Elles ne fonctionneront pas de toute façon.


Et quand cela deviendra évident, que fera Abe ?


Il fera j’en ai peur ce que font tous les Keynésiens : il se lancera dans toujours plus de politiques d’impression monétaire et de dévaluation de devise, couplées à plus de stimulus fiscal, dans l’espoir qu’elles puissent fonctionner.


Si Abe parvenait à faire grimper les salaires, à mettre fin au QE et à laisser le yen grimper, je m’inquièterai pour le Nikkei.


Mais tout indique qu'Abe continuerait sur sa lancée, ce qui détruira le yen.


Comme Xie, je pense que les politiques économiques d’Abe sont vouées à l’échec. Contrairement à Xie, je pense que le Nikkei a monté en raison de l’échec des politiques d’Abe, et non d’une confiance infondée en ses politiques.


En dehors du débat autour du Nikkei, Xie a tout à fait raison quant à l’état de l’économie globale.


Données et statistiques pour les pays mentionnés : Brésil | Chine | Etats-unis | Japon | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Brésil | Chine | Etats-unis | Japon | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4,7 (6 votes)
>> Article suivant
IMG Auteur
Mish 13 abonnés
Réflexions sur de débat de l’inflation /déflation/stagnation et autres remarques sur l’or, l’argent, les monnaies, les taux d’intérêts et les politiques monétaires affectant les marchés mondiaux.
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
J'ai mis 5 étoiles sans état d'âme à cette excellente réflexion qui dépose et repose les choses en contrepieds...

Bien sûr que les "stimulus" d'un corps en état de rigidité quasi-cadavérique ne provoquent que des soubresauts et en aucun cas le redémarrage de la vie !

Mais je trouve que les nécessités de refontes des structures sont bien éclairées. En France où le marché du travail est complètement sclérosé jusqu'à la névrose des raidis contre tout mouvement de la vie, l'urgence de la LIBERTE qui redonnerait vie au corps social et économique est contrebattue par les expédients monétaires et financiers jusqu'à la fin archi-prévisible et prévue. Cette fin aura lieu dès le moment où aucune contrepartie financière ne se "pointera" à la demande des "levées" de fonds étatiques ou sub-étatiques ou para-étatiques. Ce sera en Janvier-Février 2015. Lorsque l'AFT ne trouvera plus assez à "emprunter" pour financer sa cavalerie démentielle qui couvre depuis trop longtemps la continuité des déficits annuels sans aucune solution d'économie structurelle à la hauteur. Le problème est bien posé.

Il faut faire plus d'économies dès la première année où l'on obtient les leviers de commandes que le seul déficit annuel. L'année d'après des pans entiers de privatisations de tous les services sur impôts. L'année d'après continuer encore, et encore l'année d'après jusqu'à obtenir enfin une situation propre et claire où la VIE puisse reprendre sans perfusions inutiles et mortelles. Ensuite remettre le budget dans l'ordre : dépenser l'année d'après avoir reçu les impôts !... Ensuite réduire lesdits impôts... Après cela si les fus ne m'ont pas flingué avant, tout le monde me baisera les pieds ce qui me gênerait profondément.

Voilà les choses et le courage politique mortel au début est paradisiaque après les efforts sauf mort prématurée... TOUT est dans LE POLITIQUE, le VRAI !
15 fois le mot "croissance" pour enfoncer des portes ouvertes. Ce n'est plus du raisonnement mais de l'incantation.
Comprendront-ils un jour que les arbres ne montent pas jusqu'au ciel.
Toute solution visant à ressusciter une croissance morte est vaine.
Leurs électrochocs ne font qu'agiter un cadavre.
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
J'ai mis 5 étoiles sans état d'âme à cette excellente réflexion qui dépose et repose les choses en contrepieds... Bien sûr que les "stimulus" d'un corps en état de rigidité quasi-cadavérique ne provoquent que des soubresauts et en aucun cas le redémarr  Lire la suite
LMDM - 04/02/2014 à 17:04 GMT
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX