Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

L'accord Goldcorp-Newmont appelle plus de fusions et acquisitions

IMG Auteur
 
Publié le 17 janvier 2019
2168 mots - Temps de lecture : 5 - 8 minutes
( 0 vote, 0/5 )
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
0
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editorial du Jour

Davantage de mines d'or seront exploitées grâce au rapprochement annoncé de la société minière aurifère ab Lockbuster, annoncé lundi . Et les grandes sociétés aurifères chercheront également à acquérir des gisements importants, de préférence à haute teneur, en raison du problème toujours présent d'épuisement des réserves minières, car les coûts d'extraction deviennent plus coûteux et les marges bénéficiaires réduites sans augmentation significative du prix de l'or.

Ce sont les deux principaux points à retenir de la fusion de Goldcorp et de Newmont Mining, qui crée la plus grande société aurifère au monde - éliminant «New Barrick» (Barrick Gold et Randgold) du haut du piédestal.

La consolidation a commencé avec la prise de contrôle de Randgold en Afrique par Barrick en septembre; L'entente tout en actions valait 6,5 milliards de dollars. Après des années de languissement des cours des actions aurifères et aurifères après le prix record de l'or de 1 900 dollars l'once en 2011, certains des plus grands exploitants d'or sont enfin prêts à brandir le drapeau blanc - submergés par des marges bénéficiaires érodées au milieu de prix (relativement) bas de l'or le sommet de 2011 et les coûts de production plus élevés.

Le prix de l'or a baissé de 5% en 2018, principalement en raison de l'appréciation du dollar américain tout au long de l'année dernière et de la demande soutenue de bons du Trésor américain (pour en savoir plus, lisez notre or et le grand stade des fous ). Plus important encore, l'or devient de plus en plus difficile à trouver.

La production minière en baisse

L'offre minière de métaux précieux diminue, la plupart des «fruits à portée de la main» ont été extraits et le reste se trouve soit dans des endroits éloignés, soit enfoui profondément dans la terre, ce qui signifie des coûts d'extraction plus élevés.

L'année 2016 était la première année de baisse de la production minière depuis 2008. Au printemps 2018, le World Gold Council rapportait dans son rapport annuel sur les tendances de l'or que l'offre totale d'or avait chuté en 2017 pour s'établir à 4 398 tonnes, soit une baisse de 4% par rapport à 2016. identique à l’année dernière, 3 268,7 tonnes, mais l’or recyclé a diminué de 10%, passant à 1 160 tonnes. Les principaux producteurs d'or qui ont connu une baisse en 2017 sont la Chine et la Tanzanie.

Les découvertes mondiales de mines d'or ont atteint leur apogée au début des années 1980, selon les données du spécialiste MinEx Consulting.

Au cours du premier semestre de 2018, les trois principaux groupes aurifères - Barrick, Newmont et Goldcorp - ont chuté de 15% par rapport au premier semestre de 2017, parallèlement à la hausse du prix du pétrole, ce qui a entraîné une chute des flux de trésorerie.

La baisse de la production est une tendance depuis un certain temps, qui signalera éventuellement une hausse des prix.

La production d'or sud-africaine a chuté en dessous de 250 tonnes, contre 1 000 tonnes dans les années 1970, et la Chine, premier producteur d'or, est le seul pays à avoir augmenté sa production ces dernières années, note Goldcore via ZeroHedge.

Grades inférieurs, coûts plus élevés

Pourquoi la production est en baisse? Pour la plupart, cela est dû aux notes inférieures. En 1998, Barrick produisait de l’or, principalement à partir de ses activités au Nevada, à 9,6 grammes par tonne. À mesure que Barrick a ajouté de nouvelles mines, sa production a augmenté, atteignant un sommet de 8,6 millions d’onces en 2006, mais son rendement moyen était de 1,71 g / t. La production et les qualités de la société ont toutes deux diminué depuis lors, produisant 5,3 millions d'onces en 2017 à 1,68 g / t.

Les qualités inférieures ont entraîné une augmentation significative des coûts de production. Comme le montre la diapositive ci-dessous, Barrick avait besoin de 55 camions chargés par jour pour déplacer 2,3 millions d’onces dans les mines Goldstrike et Cortez en 1998. En 2017, elle devait charger 220 camions par jour pour produire la même quantité d'or. Cela représente une multiplication par quatre de la quantité de minerai à transporter, ce qui entraîne des coûts de carburant, de main-d'œuvre et de traitement beaucoup plus élevés.

Selon MINING.com , les coûts d'extraction de l'or ont augmenté de 22% depuis le début de la baisse du prix de l'or au premier trimestre de 2016.

Les victimes

Entre le premier semestre de 2017 et le premier semestre de 2018, la production des trois principaux miniers aurifères Barrick, Newmont et Goldcorp - a diminué de 15%.

En analysant les performances financières des trois premiers, SRSrocco Report conclut que «le plus grand perdant est Barrick, dont la production a diminué de plus de 20%, tombant à 2,1 millions d’onces au premier semestre 2018, contre 2,7 millions de Moz l’année précédente. La production de Goldcorp a chuté de 10%, tandis que celle de Newmont a chuté de près de 9% ».

Au premier semestre de 2018, les flux de trésorerie disponibles des trois principaux secteurs combinés ont chuté de 718 millions USD au premier semestre 2017 à seulement 38 millions USD au premier semestre 2017.

Seeking Alpha est allé plus loin dans une analyse d'octobre 2018. En combinant les données des trois plus grandes sociétés aurifères, Simple Digressions a constaté que le chiffre d'affaires des trois premiers trimestres de 2018 avait chuté de 9,4% par rapport aux premier, deuxième et troisième trimestres de 2017. En comparant les mêmes périodes, la quantité d'or des trois principales ventes a chuté de 11,3%. . Un coût de production unitaire plus élevé (674 USD par once au cours des neuf premiers mois de 2018 par rapport à 610 USD par once aux premier, deuxième et troisième mois de 2017) s'est traduit par une marge brute de 3,3 milliards USD pour les trois premiers trimestres de 2018, contre 4,1 milliards USD pour les neuf premiers mois. mois de 2017.

Goldcorp est clairement le meilleur exemple d’un mineur d’or en détresse. Dans un article d'actualité publié le week-end avant l'accord de 10 milliards de dollars entre Goldcorp et Newmont, le Globe and Mail a souligné que les actions de Goldcorp se négociaient vendredi à 12,86 dollars contre 54 dollars en 2011, son plus bas niveau depuis 17 ans.

Le PDG David Garofalo a été fortement critiqué pour le cours insipide de ses actions, mais les ennuis ont commencé avant son arrivée en 2016. Goldcorp a pris des mesures vraiment stupides au sommet du supercycle minier et compte une série d'objectifs manquants. En 2006, il a versé 430 millions de dollars américains pour le projet Éléonore au Québec. La mine devait produire 600 000 onces d’année, mais en 2018, elle ne gérait que 350 000 onces. La propriété en développement Cocheneur en Ontario a été initialement présentée comme un gisement de 5 millions d’onces, mais a depuis été déclassée à 300 000 onces dans les réserves. Une autre déception récente a été la propriété de café que Goldcorp a achetée à Kaminak Gold pour 530 millions de dollars. Les travaux de forage intercalaire ont récemment réduit les réserves de 23%, pour atteindre 1,7 million d'onces.

"En général, la production mondiale est sur le point de connaître une forte baisse en raison de la mise en valeur de réserves précédemment prouvées et du manque de nouvelles découvertes." Andrey Lobazov, analyste minier chez Aton

En 2017, Goldcorp avait déboursé plus d'un demi milliard de dollars pour une participation de 50% dans la mine Cerro Casale au Chili, mais rien ne s'est passé. Le projet est considéré comme trop pauvre, trop éloigné et trop coûteux à développer, a rapporté le Globe and Mail. Idem pour un autre projet racheté par Casco Goldcorp au Chili: la société n’a pas encore converti ses 12,5 millions d’onces en réserves.

Malgré toutes ces erreurs, Goldcorp était le deuxième producteur d'or au Canada et le troisième au monde en valeur de marché, avant la prise de contrôle de lundi.

Des cibles?

Compte tenu de la piètre performance des trois premiers chercheurs d’or, qui pourrait être la prochaine cible des fusions et acquisitions? Bloomberg nomme AngloGold Ashanti, Newcrest et Kinross Gold comme possibilités. La publication n’exclura pas non plus New Barrick (cela n’a-t-il pas l'air bizarre?), A déclaré son nouveau PDG, Mark Bristow, de Randgold, affirmant qu'ils ne "resteraient pas les bras croisés s'il devait y avoir d'autres Opportunités."

Bloomberg a également déclaré qu'avec deux contrats énormes récemment signés dans le secteur aurifère, "la pression sur ceux qui resteront derrière sera encore plus grande":

Les deux méga-accords promettent de transformer le secteur, ce que de nombreux investisseurs ont évité en raison des prix du lingot et du piètre processus décisionnel des producteurs. Les sociétés nouvellement regroupées devraient également mettre en vente plusieurs actifs mal aimés, laissant ainsi une marge de manoeuvre considérable à ceux qui ont raté la transaction jusqu'à présent.

Newmont a déclaré qu'elle vendrait un actif de 1 milliard à 1 milliard de dollars au cours des deux prochaines années.

Grands dépôts rares

Le marché baissier de 2012 à 2016 a signifié que la plupart des grandes sociétés aurifères ont réduit leurs budgets d'exploration et que les petits explorateurs ont eu beaucoup de mal à réunir des fonds. L'industrie constate un ralentissement important du nombre de gisements importants découverts. Frank Holmes cite Pierre Lassonde, cofondateur de Franco-Nevada, affirmant récemment qu'il ne sait pas comment nous allons remplacer les énormes gisements découverts au cours des 130 dernières années :

« Si vous regardez les années 70, 80 et 90, au cours de chacune de ces décennies, l'industrie a découvert au moins un gisement d'or de plus de 50 millions d'onces, au moins dix dépôts de plus de 30 millions d'onces et d'innombrables dépôts de 5 à 10 millions d'onces. Mais si vous regardez les 15 dernières années, nous n’avons trouvé aucun dépôt de 50 millions d’onces, aucun dépôt de 30 millions d’onces et seulement quelques dépôts de 15 millions d’onces », a déclaré Lassonde.

"Le futur pipeline est [maintenant] presque dépourvu de projets de calibre mondial. La production d'or [doit] provenir soit d'un plus grand nombre de petites opérations, soit faire face à une contraction importante de la capacité", déclare Mark Fellows, directeur de Metals Focus. analyse des stocks de mines

Les découvertes ont effectivement diminué. Selon S & P Global Market Intelligence, entre 1999 et 2017, il y a eu 222 découvertes, contre seulement 41 dans les 10 années précédant 2017. En 2017, aucune découverte n'a été faite.

À mesure que les réserves à haute teneur s'épuisent (voir l'exemple de Barrick ci-dessus) et que les coûts augmentent, les mineurs d'or sont obligés d'être plus efficaces et d'acquérir de nouveaux gisements pour remplacer leurs réserves.

C’est bien sûr une bonne nouvelle pour nos jeunes mineurs, dont le rôle dans la chaîne alimentaire minière est de maintenir l’approvisionnement en minerais au moyen de découvertes généralement achetées, par le biais d’achats de projets ou d’acquisitions de sociétés, par de grandes sociétés minières.

De simples facteurs économiques dictent également qu'à mesure que l'offre diminue, le prix va augmenter. Compte tenu de la rareté de l'or - présent en quantités beaucoup plus petites que d'autres métaux - du fait que la production diminue et que les nouvelles découvertes sont rares, nous nous préparons à une hausse continue du prix de l'or, indépendamment de l'investissement. et la demande de bijoux.

La semaine dernière, nous avions signalé que le prix avait augmenté depuis le début de l'année, grâce à la baisse du dollar américain et à la demande accrue des détenteurs de FNB et des banques centrales . Ross Norman, PDG de Sharps Pixley, a noté cette semaine que le prix de l’or se situe actuellement à quelques points de pourcentage de son record de 72 monnaies, sans compter le dollar américain.

La récente fusion / acquisition est une excellente nouvelle pour l’industrie aurifère et les sociétés d’or junior. J'ai hâte de voir qui présentera le prochain accord majeur.

Avis juridique / Déni de responsabilité

Ce document n'est pas et ne doit pas être interprété comme une offre de vente ou la sollicitation d'une offre d'achat ou de la souscription d'un investissement. Richard Mills a fondé ce document sur des informations obtenues de sources qu’il considère fiables, mais qui n’ont pas fait l’objet d’une vérification indépendante. Richard Mills n'offre aucune garantie ni déclaration ni garantie et n'assume aucune responsabilité quant à son exactitude ou son exhaustivité. Les expressions d'opinion sont celles de Richard Mills uniquement et sont sujettes à modification sans préavis. Richard Mills n'assume aucune garantie quant à la pertinence, l'exactitude ou l'exhaustivité des informations fournies dans le présent rapport et ne saurait être tenu pour responsable des conséquences résultant de la confiance accordée aux opinions ou déclarations contenues dans le présent document ou de toute omission. De plus, moi, Richard Mills, n’assume aucune responsabilité pour les pertes ou dommages directs ou indirects, et en particulier pour la perte de profit que vous pourriez subir du fait de l’utilisation et de l’existence des informations fournies dans le présent rapport.


<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :0 (0 vote)
>> Article suivant
Richard Mills est l'éditeur de Ahead of the Heard, un site dans lequel il analyse les matières premières et les actions minières qui leur sont associés
Publication de commentaires terminée
Dernier commentaire publié pour cet article
Soyez le premier à donner votre avis
Ajouter votre commentaire
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX