Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

L’éducation à domicile, le futur de la liberté

IMG Auteur
Publié le 24 avril 2013
682 mots - Temps de lecture : 1 - 2 minutes
( 9 votes, 4,6/5 ) , 14 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
14
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Or et Argent

S’il est une caractéristique commune aux régimes autoritaires, c’est bien la criminalisation des alternatives au système d’éducation contrôlé par le gouvernement. Les dictateurs reconnaissent le danger que représentent les libre-penseurs pour leur pouvoir, et mettent en place un certain nombre de règles qui mettent en avant le caractère ‘malsain’ d’idées telles qu’un système éducatif contrôlé par les parents plutôt que par l’Etat. C’est la raison pour laquelle le gouvernement du National-Socialisme (le parti Nazi) Allemand a rendu illégale l’éducation à domicile en 1938.

Malheureusement, ces restrictions qui datent de l’ère Nazie sont aujourd’hui encore en vigueur en Allemagne, et n’offrent aucune alternative aux parents qui aimeraient pouvoir mieux contrôler l’éducation de leurs enfants. C’est pourquoi en 2006, Uwe et Hannalore Romeike, un couple Allemand qui désirait éduquer chez lui ses trois enfants pour des raisons religieuses, ont demandé le droit d’asile aux Etats-Unis. Le juge de l’immigration Lawrence Burman leur a donné son accord, et a ainsi reconnu le droit pour des parents d’éduquer leurs enfants chez eux comme étant un droit de l’Homme.

Mais l’administration des Etats-Unis ne voit pas les choses du même œil, et a annoncé qu’il faisait appel à la décision du juge Burman. Si l’administration obtenait le dernier mot, les Romeike pourraient être renvoyés chez eux, en Allemagne, où ils seraient forcés d’envoyer leurs enfants dans des écoles dont le système d’enseignement n’est pas en accord avec leurs croyances religieuses. S’ils refusaient de le faire, ils risqueraient des amendes, une peine de prison, voire même la perte de la garde de leurs enfants.

L’administration décrète que le gouvernement fédéral a l’autorité constitutionnelle d’interdire l’enseignement à domicile dans les cinquante Etats des Etats-Unis. La vérité, c’est que la Constitution n’offre au gouvernement aucun pouvoir de contrôle sur quelque aspect de l’éducation que ce soit. En plus de cela, les parents qui, comme les Romeike, refusent de placer leurs enfants à l’école pour des raisons religieuses, devraient être protégés par le Premier Amendement.

L’hostilité qu’éprouve le gouvernement à l’idée de voir des enfants être éduqués à domicile est partagée par les membres du gouvernement, peu importe leur rang. Malgré le succès du mouvement pour la légalisation de l’éducation à domicile dans tous les Etats, de nombreuses familles sont encore sujettes aux menaces de leurs autorités locales.

Tout Américain amoureux de la Liberté devrait défendre la cause de ces gens qui désirent éduquer eux-mêmes leurs enfants. Si le gouvernement peut usurper l’autorité parentale dans un domaine aussi important que l’éducation de leurs enfants, alors il n’existe aucune limite aux capacités du gouvernement à interférer avec leur rôle de parent.

Il a été prouvé que l’éducation à domicile est un moyen d’éducation efficace. Nous sommes tous familiers des succès remarquables des enfants éduqués à domicile. Les étudiants qui ont été éduqués à domicile enregistrent généralement des performances académiques supérieures à ceux qui ont été éduqués dans le public.

Il n’est pas insensé que les enfants s’en tirent mieux lorsqu’ils sont éduqués par des gens qui savent quels sont leurs besoins plutôt que par un bureaucrate fédéral. Un mouvement en faveur de l’éducation des enfants à domicile pourrait aussi contribuer à améliorer les autres formes d’éducation. Si la compétition entraîne une amélioration des biens et des services, pourquoi ne pourrait-elle pas améliorer l’éducation et pousser les écoles publiques comme privées à innover ?

Lorsque le gouvernement interfère avec la capacité des parents à déterminer quel système d’éducation est le meilleur pour leurs enfants, il agit de manière immorale et fait preuve d’une attitude contraire à l’idée de société libre. Un gouvernement qui interdit à ses citoyens le droit d’éduquer leurs enfants finira par porter atteinte aux droits de tous les parents. Les enfants éduqués à domicile ont plus de chances d’embrasser la philosophie de la Liberté. Je ne serais pas surpris si les prochains leaders du parti pour la Liberté avaient été éduqués par leurs parents.

J’ai une telle foi dans le mouvement en faveur de l’éducation à domicile que j’ai lancé mon propre curriculum pour les familles désireuses de se lancer dans cette voie. Visitez mon projet révolutionnaire ici : http://www.ronpaulcurriculum.com.


Données et statistiques pour les pays mentionnés : Allemagne | Etats-unis | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Allemagne | Etats-unis | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4,6 (9 votes)
>> Article suivant
Ron Paul est membre du Congrès Américain, où il représente le 14° District du Texas, et a la réputation d’être un des principaux défenseur des libertés. Il est l’avocat à Washington d’un gouvernent limité, d’une fiscalité très faible, de marchés libres, et d’un retour à des pratiques monétaires saines fondées sur une monnaie gagée sur un actif réel. Il fut candidat à l’élection présidentielle américaine de 2008 (http://www.ronpaul.org/)
Voir son site webS'abonner à ses offres
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
Un jeune sur sept n’est ni à l’école ni au travail.

En Belgique, deux fois plus de jeunes sont exclus de l’emploi et de l’éducation qu’aux Pays-Bas.

Ils font quoi alors ?
76 % des Français hostiles à la politique du gouvernement
Une écrasante majorité des personnes interrogées estime que les emplois aidés ne sont pas une solution efficace dans la lutte contre le chômage.

OU est votre dignité ?



Flandre
Top 5

Universitaire

1. Dentisterie

2. Soins de santé

3. Médecine

4. Sciences pharmaceutiques

5. Sciences industrielles et technologies

Non universitaire

1. Sciences commerciales

2. Théologie

3. Droit

4. Sciences industrielles

5. Langues

En cette période de crise prolongée, les débouchés qu’offrent certaines filières peuvent s’avérer déterminants dans le choix des études. Certes, il y a toujours ceux qui privilégient leur passion, peu importent les perspectives d’emploi, mais il y a aussi les prudents qui regardent où leur choix pourra les mener.

Des tendances parcourent les trois Régions. D’abord les titulaires de diplômes supérieurs sont embauchés plus rapidement. Les titulaires de ces diplômes s’installent plus durablement sur le marché de l’emploi.

Autre constat transversal : les filières scientifiques sont plus porteuses que les autres. En sciences humaines, les résultats sont contrastés selon les disciplines. Le droit, les sciences économiques ou les études d’ingénieur commercial mènent davantage à l’emploi que les autres sciences humaines telles les sciences politiques, l’histoire, la psychologie et même les langues.

Pour les études supérieures non universitaires, deux filières sont particulièrement sûres : tout ce qui mène à l’enseignement et aux soins de santé.
LESOIR

Lien
L'éducation peut conduire les gens à choisir des modes de vie plus sains et à éviter des comportements qui nuisent à la santé. Disposer d'un salaire plus élevé peut aussi permettre de s'offrir des soins de meilleure qualité, note l'OCDE.

Les titulaires de diplômes de l'enseignement supérieur sont moins touchés par le chômage en période de crise, fument moins et sont moins susceptibles de devenir obèses .
"L'écart en termes d'emploi entre les jeunes qui ont un bon niveau d'instruction et ceux qui ont abandonné tôt leurs études n'a cessé de se creuser pendant la crise".
A noter que la plupart des données s'arrêtent en 2011 et ne prennent donc pas en compte les restrictions budgétaires ultérieures dans le cadre de la crise de la dette.
"Aujourd'hui, il est plus important que jamais de quitter l'école avec un bon niveau de qualification", déclare le secrétaire général de l'OCDE Angel Gurria, cité dans un communiqué. Il enjoint les pouvoirs publics "d'axer leurs efforts sur les mesures en faveur des jeunes", notamment "moins qualifiés, les plus exposés au risque de bas salaire".
Le taux de chômage de ceux qui n'ont pas terminé le lycée est presque trois fois plus élevé (13%) que celui des diplômés de l'enseignement supérieur (5%). Le diplôme permet aussi de percevoir un meilleur salaire, les titulaires d'un diplôme du supérieur gagnant 1,5 fois plus que les diplômés du secondaire.
S'inquiétant en pleine crise de la proportion de jeunes qui ne suivent pas de cours, sans travailler, l'OCDE, qui regroupe 34 pays développés, avait demandé fin mai à ses pays membres de "prendre des mesures pour réduire le taux d'abandon scolaire, éviter les redoublements et donner une seconde chance aux jeunes", ainsi que d'améliorer les programmes de formation professionnelle.

Le rapport souligne aussi une mobilité internationale croissante des étudiants: ils étaient 4,3 millions à étudier hors de leur pays en 2011, contre 0,8 million en 1975. Cinq pays attirent la moitié d'entre eux:
les Etats-Unis (17%),
le Royaume-Uni (13%),
l'Australie,
l'Allemagne et la France (6% chacun).
Pour séduire ces étudiants étrangers, de nombreuses universités de pays non anglophones ont mis en place des formations en anglais.
Pour la première fois, le rapport s'est penché sur la corrélation entre le degré d'instruction, le tabagisme et l'obésité. En moyenne, parmi 24 pays pour lesquels ces données sont disponibles, les diplômés de l'enseignement supérieur ont une probabilité moitié moindre de devenir obèses, par rapport à ceux qui se sont arrêtés au secondaire.
De même, dans 23 pays de l'organisation où 30% des adultes fument tous les jours, ce taux grimpe à 37% chez ceux qui se sont arrêtés au secondaire, mais descend à 21% chez les diplômés du supérieur.
L'éducation peut conduire les gens à choisir des modes de vie plus sains et à éviter des comportements qui nuisent à la santé. Disposer d'un salaire plus élevé peut aussi permettre de s'offrir des soins de meilleure qualité.
Dieuh merci il y a une justice.
Les feignants ne devront plus se déplacer ; ca va buzzer.
Evaluer :   0  1Note :   -1
EmailPermalink
MES gains partent en fumée de barbec . Bienteau S....D...F ...et MERTE DE tiDIOUSSetJESUMARILLE !!! Com ment mon praiSSident pourriki que jai veau thé acceptez sela et comment je vais partir en vacansse lovecost moi et c'est honteu et je vais voir mon sindicat sossiallo et je fais graive du chaumage et j'en ai mare des alloks !!!!!!! Ah non PAS MeS RSISRASSSraf !
Séguéla: «Les Français ne croient plus à rien»


Son père était radiologue, il aurait pu devenir pharmacien mais il est tombé dans la pub comme on entre en religion. À 79 ans, Jacques Séguéla n’a pas résisté à la tentation d’écrire un livre sur cette profonde déprime qui paralyse la France et les Français. «Ils sont 20% plus déprimés que les autres Européens»...
Je relaie ce complément.
Ce qui n'a pas été essayé contre le chômage
Par Jean-Marc Vittori | 26/04 | 07:00 | 2commentaires
Télécharger le PDF
Jamais la France n'a compté autant de chômeurs. C'est un terrible drame humain, un formidable gâchis économique et une honte politique. Car le chômage n'est en rien une fatalité. Contrairement à ce que disait François Mitterrand il y a deux décennies, on est loin d'avoir tout essayé contre le chômage. Aucun gouvernement n'a jamais actionné sérieusement les trois principaux leviers de l'emploi : la croissance, l'école et la liberté.
La croissance d'abord, car il n'y a rien de plus efficace pour créer des emplois. C'est elle qui avait engendré 1 million de postes supplémentaires pendant les « Trois Glorieuses » (10 % de hausse du PIB sur les trois années 1998 à 2000). C'est elle qui a disparu depuis cinq ans. Cette disparition s'explique bien sûr par des causes que l'on retrouve chez la plupart de nos voisins : des dettes publiques et privées à résorber, une Europe à réparer. Mais elle a aussi des causes propres à la France. Depuis la fameuse phrase de Mitterrand, la production par tête a progressé moins vite chez nous que dans la quasi-totalité des pays développés. Les gouvernants ont enchaîné des politiques de relance de la demande. Mais ils n'ont jamais osé pratiquer une politique de l'offre. Les innovations et les bénéfices font figure d'intrus. La France démontre le théorème de Schmidt à l'envers : la faiblesse des profits d'aujourd'hui fait la pénurie d'investissements de demain qui fera le chômage d'après-demain.
L'école,!!!!!!
ensuite, car elle fabrique les prochaines générations d'actifs. Certes, elle doit d'abord former des citoyens à l'esprit critique. Mais elle doit aussi donner à chacun un bagage de connaissances permettant de trouver une place dans la vie active. Or elle s'évertue à écrémer ceux qu'elle considère comme les meilleurs, éjectant les autres tôt ou tard. Cela pouvait paraître logique au XIX e siècle quand les industriels embauchaient des foules de bras pour les mettre à la chaîne ou dans la mine, et quelques cerveaux pour les encadrer. C'est une folie au XXI e siècle, quand la qualification et l'autonomie deviennent nécessaires partout ou presque.
La liberté, enfin, car elle seule ouvre de nouveaux espaces. Liberté sur le marché du travail, bien au-delà de la petite avancée en débat actuellement à l'Assemblée nationale. Les pays nordiques ou la Suisse ont des marchés du travail beaucoup plus ouverts que la France sans être pour autant des enfers sociaux!!!
. Liberté sur les marchés de biens et services, où l'entrée de nouveaux venus élargissant l'offre est bien trop souvent bloquée par des réglementations et des acteurs déjà en place. Non, décidément, on n'a pas tout essayé contre le chômage.
Evaluer :   0  2Note :   -2
EmailPermalink
La mixité sociale est indispensable au développement de l'individu, c'est aussi un rôle fondamental de l'école. A condition qu'elle joue le jeu. Enseignement laïc, autorité de l'enseignant, et ne pas faire grève pour mettre nos gamins dans la rue le mardi après-midi au lieu d'aller en cours alors que d'autres enfants dans d'autres pays n'ont pas accès à l'instruction.
L'école doit rester un Exemple.
Evaluer :   0  5Note :   -5
EmailPermalink
Mettre tous sur la capacité éducative de l'école c'est aussi se dé-responsabilisé vis a vis de ces enfants. Pour des parents responsables qui ont la disponibilité cela devrait aussi d'avoir la possibilité d'éduquer ses propres enfants. La dictature de l'État pour une pensée unique informatiser est la pire des sociétés et en Europe actuelle totalitaire et new communiste cela n'est pas bien vue.
Un point négatif de l'enseignement à domicile, point qui n'est pas soulevé par l'auteur, vient du fait que l'enfant demeure cloisonné dans sa famille et n'a que peu de contact avec d'autres enfants, extérieurs à celle-ci. La mixité sociale me paraît pourtant essentielle. Elle aide l'enfant à se situer l'enfant dans la société et à construire sa personnalité en parallèle à celle de ses autres camarades. Seule l'école, qu'elle soit publique ou privée, peut lui apporter cette mixité sociale.
Evaluer :   0  5Note :   -5
EmailPermalink
il y a un âge pour tout. Un âge de transition entre le sein et le vaste monde aussi.
L'immense majorité des (grands) parents enseignants n'a pas pour objectif d'isoler les enfants de la société, mais de choisir le moment et la manière de tomber du nid.
Ce n'est pas à un fonctionnaire central de savoir si ce saut dans le grand bain doit se faire uniformément (chaque enfant, chaque sexe, chaque région...) à 6 mois, à 3, 6 ou 12ans.
Evaluer :   5  1Note :   4
EmailPermalink
théorie. confronté à la pratique ça tient pas une seconde.
mais merci d'avoir participé.
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
Séguéla: «Les Français ne croient plus à rien» Son père était radiologue, il aurait pu devenir pharmacien mais il est tombé dans la pub comme on entre en religion. À 79 ans, Jacques Séguéla n’a pas résisté à la tentation d’écrire un livre sur cette pro  Lire la suite
clair et net - 28/06/2013 à 07:28 GMT
Top articles
Derniers Commentaires
Pourquoi la théorie du réchauffement climatique doit nous faire rir...
20 nov.Louis L.1
Saoulez vous et fumez sans la moindre retenue car il est formellement prouvé que cela est sans incidence sur le taux de mortalité qui demeure obsti...
L'illusion de la gratuité
19 nov.zelectron
Même Hollande s'était fendu d'un : c'est gratuit, c'est l'état qui paye.
Propriété menacée. La société de l’usage, c’est la société du serva...
19 nov.zelectron0
L'ignominie de cette proposition montre à quel point le communisme a laissé des traces quasi- indélébiles pour les débiles de la société.
Or, pourquoi ça baisse, pourquoi ça va monter ensuite !
14 nov.Alain J.
et pourquoi çà monte et çà baisse ensuite Il y a 10 ans l'article ci dessus aurait pu s'écrire ... mais autrement. Je suis les articles sur l'o...
Comment on a étranglé la Grèce. Mediapart
15 nov.Patrick W1
La video doit être absolument regardée. Je l'ai vue, et j'ai envie d'acheter le livre de Varouflakis " Conversations entre Adultes" et de voir...
Or, pourquoi ça baisse, pourquoi ça va monter ensuite !
13 nov.blitzel
Ahahah, ils veulent nous saborder le "mental." Erreur aujourd'hui mercredi 13 pleine lune sur la dégringolade des cours des banques, Elles ...
Pour « sauver la planète », l’industrie tue les campagnes. Reporterre
13 nov.blitzel
Article impeccable. Un 11 novembre dans les labours Quand j'entends cela, cela nous rappelle, "aux oreilles de nos ancêtres dans les tranc...
Pour « sauver la planète », l’industrie tue les campagnes. Reporterre
08 nov.Patrick W3
Tout ce que vous notez est trop vrai.!!!....trop sombre, et le véritable drame est que la machine ne s'arrêtera pas, quelque soient les actions men...
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX