Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

L’environnement a-t-il un prix ?

IMG Auteur
 
Extrait des Archives : publié le 11 juillet 2012
581 mots - Temps de lecture : 1 - 2 minutes
( 14 votes, 5/5 ) , 6 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
6
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Fondamental

 

 

 

 

Au-delà des critiques sur la faiblesse des engagements pris lors du dernier sommet de Terre organisé par les Nations Unis au mois de juin à Rio de Janeiro au Brésil, ce que l’on retient, c’est le désormais célèbre  leitmotiv environnementaliste: « sauver la planète n’a pas de prix ». Depuis le premier sommet, organisé à Stockholm en 1972, ce slogan s’est traduit dans les politiques publiques par une incitation à augmenter les dépenses destinées à protéger des écosystèmes en danger et à limiter les différentes formes de pollution et d’émissions gaz à effet de serre.


Il est toutefois crucial de noter la rareté non seulement des ressources environnementales, mais aussi des ressources qui sont employées pour les préserver. Ainsi, il est évident que l’augmentation des dépenses environnementales ne peut pas être une panacée car elle conduit implicitement à diminuer le montant d’autres dépenses : éducation, santé etc. Si l’on écarte d’entrée de jeux l’hypothèse plutôt naïve et simpliste selon laquelle les dépenses publiques environnementales auraient de véritables retombées économiques, l’on peut comprendre rapidement que sauver la planète à un prix !


Ironiquement, le problème vient du fait que nous ne connaissons pas exactement ce prix. Les prix dénotent un rapport entre deux biens réellement échangés. Or les achats et les ventes des ressources naturelles sont souvent limités (comme dans le cas de la plupart des forêts, montagnes et cours d’eau), sévèrement encadrés (comme dans le cas des minerais), ou encore interdites (comme dans le cas des océans et de l’air). Placées sous l’étiquette « biens communs », ces ressources ne peuvent souvent pas faire l’objet des transactions volontaires. Mais en l’absence de véritables échanges, nous ne pouvons pas nous attendre à avoir de véritables prix. On est donc bien loin de la situation de « marchandisation de la planète » habituellement dénoncée par les ONG.


Au contraire, le malaise environnemental contemporain fait simplement écho à la difficulté de savoir comment rationnaliser les dépenses environnementales ou comment évaluer leurs coûts d’opportunité. Sans le système de prix, il est pratiquement impossible de comparer des nuisances écologiques aussi différentes que celles crées par l’émission de plusieurs tonnes de CO2, par la marée noire dans le Golf du Mexique ou encore par les résidus corrosifs issus du raffinage de bauxite déversés dans le Danube.


En outre, les prix pourraient jouer un rôle fondamental dans la rationalisation de la consommation des ressources environnementales. Leur raréfaction se traduirait naturellement par des prix élevés, qui limiteraient implicitement la consommation ou encourageraient la mise en œuvre de moyens de production supplémentaires. Ainsi, le danger de disparition qui menace actuellement beaucoup de poissons (comme le thon rouge) doit être interprété comme la conséquence d’une demande particulièrement élevée encouragée par des prix faibles, eux-mêmes favorisés par une exploitation gratuite des océans en tant que « biens communs ». Si en revanche les océans étaient – comme la plupart des terres – des facteurs de production appropriables et échangeables, les prix refléteraient plus exactement leur rareté.


Donc, lorsqu’il s’agit d’agir concrètement pour préserver les ressources naturelles, il devient crucial d’abandonner le slogan ingénu selon lequel « sauver la planète n’a pas de prix » et les oppositions à la marchandisation des biens environnementaux, pour au contraire comprendre leur prix réels. Certes, le système des prix ne constitue probablement pas non plus une panacée environnementale mais il constitue sans doute l’indicateur le plus fiable dont nous disposons pour évaluer le rapport réel entre les intérêts de consommer et de protéger des ressources naturelles.

 

 

Données et statistiques pour les pays mentionnés : Brésil | Mexique | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Brésil | Mexique | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :5 (14 votes)
>> Article suivant
Marian Eabrasu est professeur d’économie et d’éthique à l’ESC-Troyes. Il a été chercheur à l’International Centre for Economic Research (Turin, Italie) et à l’institut Ludwig von Mises (Auburn, Etats Unis). Il est l'auteur de nombreux articles publiés dans des revues à comité de lecture comme La Revue Française de Science Politique, Quarterly Journal of Austrian Economics, Business and Society, etc. Son dernier article publié en 2012 dans Raisons Politiques s'intitule "Les états de la définition wébérienne de l'Etat"
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
Ce sont les destructions qui nous coûtent cher, les prédations industrielles, financières, commerciales.
La destruction des cycles naturels se traduira par la mise à mort de centaines de millions d'êtres humains.
Evaluer :   6  1Note :   5
EmailPermalink
Je suis pret a parier que vous vivez en ville avec l'eau chaude a tous les etages et que vous n'avez jamais eu a vous lever un matin d'hiver a 5 heures pour aller traire les vaches a l'etable, vous
Evaluer :   5  4Note :   1
EmailPermalink



Et alors, quel rapport ?



Evaluer :   2  4Note :   -2
EmailPermalink
Vous n'avez aucune idee de la brutalite de la nature. Cessez donc de denigrer les inventions de l'homme destinees a s'en proteger.
Evaluer :   6  3Note :   3
EmailPermalink
Voilà une remarque très pertinente et pleine de bon sens. Le monsieur en a gardé un vrai traumatisme psychique...
Evaluer :   1  3Note :   -2
EmailPermalink
Je ne sais pas si l'environnment a un prix, mais il commence à nous couter cher
Evaluer :   1  5Note :   -4
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
Voilà une remarque très pertinente et pleine de bon sens. Le monsieur en a gardé un vrai traumatisme psychique... Lire la suite
ungars - 14/07/2012 à 13:21 GMT
Note :  1  3
Top articles
Derniers Commentaires
Inflation à 148 107 au Venezuela !
12:47napo
Maduro, le mentor de Méchancon !
Le pays du mensonge et les monopoles prédateurs - Une maison divisée
14 févr.zelectron2
Le pays du mensonge et des monopoles prédateurs y compris la France de par son État et son gouvernement qui renforce tous les jours par tous les mo...
L’action humaine est une action déterminée
14 févr.zelectron2
Au fond, une petite, moyenne ou grande partie de l'action humaine est libre sauf à sacrifier sa propre faculté de penser donc décider, en s'inféoda...
Saletés d’armes à feu qui protègeraient des gens honnêtes !
14 févr.zelectron3
Début 1939 le gouvernement socialiste a interdit les armes, merci pour ne pas avoir pu résister tout de suite aux allemands, il est a noter que les...
Saletés d’armes à feu qui protègeraient des gens honnêtes !
14 févr.zelectron1
je préfère être un vivant illégal, qu'un mort légal.
Les dates de consommation… le gaspillage en bande organisée !
13 févr.Cracker's
Tout d'abord, il faut bien intégrer la notion de DLUO et de DLC. DLC : Date Limite de consommation, c'est à dire une date à respecter impé...
Saletés d’armes à feu qui protègeraient des gens honnêtes !
11 févr.gloopy2
délais d' intervention des forces de police au Bataclan ( au coeur de Paris et en pleine opération "sentinelle renforcée" ) = 2 heures et 50 minute...
Proposition d’un nouveau système d’étalon or pour les Etats-Unis
13 févr.Saphir
Bienvenue dans la 4è dimension. Utopie est un mot trop faible pour qualifier votre idée d'un monde libre. Et il y a même des inco...
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX