Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais

L’espoir ne fait pas vivre

IMG Auteur
 
Publié le 24 mai 2012
861 mots - Temps de lecture : 2 - 3 minutes
( 5 votes, 3,8/5 )
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
0
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux

 

 

 

 

A l’occasion du sommet informel de Bruxelles, et en attendant la réunion formelle de fin juin, les contours d’un plan A’ a minima ont pris forme sous l’impulsion de François Hollande. Reste à convaincre un gouvernement allemand isolé et sur la défensive qui s’y oppose catégoriquement.


Les mesures qui sont apparues visent en premier lieu à résoudre la crise du système bancaire, en accordant au futur Mécanisme européen de stabilité (MES) la mission de les financer directement, sans passer par les États, « en lien avec la BCE » est-il précisé ; ce qui pourrait signifier qu’il se verrait accorder une licence bancaire et pourrait se financer auprès de la banque centrale. Avec un double objectif : renforcer les banques qui en ont besoin et dénouer le nœud gordien. Celui-ci les lie financièrement avec les États et s’est encore renforcé à la faveur de leurs récentes acquisitions de la dette souveraine.


Annoncés par Herman Van Rompuy, et reprenant au vol les suggestions de la BCE, différents mécanismes d’intégration européenne seront proposés en complément lors du sommet de juin, dont un schéma européen de garantie des dépôts et une supervision commune des banques (que l’on croyait assurée par l’Autorité bancaire européenne…).


Au chapitre de la croissance, la pression est mise sur l’émission d’euro-obligations, à propos desquelles deux conceptions s’affrontent : les uns en font « un élément d’une politique de croissance », les autres « une perspective lointaine d’intégration » a expliqué François Hollande. En réalité, les euro-obligations auraient pour objectif d’aplanir le marché obligataire et de restreindre les énormes écarts de taux qui continuent de s’amplifier. Aboutissant à diminuer le coût de la dette pour les uns et à l’augmenter pour les autres. Ce serait une manière de desserrer l’étau dans lequel se trouvent les finances publiques des États qui en bénéficieraient, sans que cela résulte d’une augmentation de leur recettes fiscales.


On peut s’interroger sur la portée effective de cette mesure phare, dans le contexte de la récession qui frappe nombre d’entre eux et qui ne serait pas corrigée pour autant. Quant à la croissance, elle devrait résulter de mesures de redéploiement des crédits structurels communautaires, d’une augmentation de capital de la Banque européenne d’investissement, et d’une manière générale d’un appel au marché, afin de tenter de suppléer à la grande modicité de l’effort envisagé. Par le chas de l’aiguille, on fait passer une grosse ficelle.


Reste le chapitre de la discipline budgétaire, qui est tactiquement gardé pour la fin et qu’il faudra bien revoir car les dispositions envisagées ne sont simplement pas tenables.


Les dirigeants européens font de la politique et de la mauvaise. Ils vont consacrer toute leur énergie à convaincre leurs collègues allemands d’adopter ce plan A’, avec le secret espoir que la dynamique de la crise sera leur meilleur allié. Une stratégie de dernier recours qui a pour objet de sauver ce qui peut l’être. On colmate mieux les trous lorsqu’ils se révèlent dans les bilans bancaires, on tente de diminuer le coût de la dette des pays les plus en difficulté et l’on se prépare à étaler le calendrier de réduction du déficit public (ou à le calculer autrement, aux choix). Autant d’ajustements destinés à se donner des marges de manœuvre mais qui pourraient faire durer le plaisir…


Un double phénomène d’implosion financière est en cours au sein de la zone euro : les capitaux extérieurs la désertent, ne lui laissant d’autre alternative que de trouver en son sein le financement de sa dette, tandis que celle-ci repose sur un nombre de plus en plus restreint de pays. Si cela ne se traduit pas via des euro-obligations, cela se manifeste au travers d’autres mécanismes de mutualisation financière, y compris au sein de l’Eurosystème (Target 2).


Les Allemands reculent pour mieux sauter : soit ils se résolvent à l’éclatement de la zone euro et à ses conséquences négatives sur leur activité économique, soit ils assument leur part de la solidarité financière que suppose une union monétaire. Mais cela ne réparera pas la machine pour autant. D’autant que le sommet de fin juin s’achemine vers un fiasco.


Et la Grèce dans tout cela ? Les cris silencieux si lourds de sens des indignés espagnols sont en passe d’être mal copiés par les dirigeants européens qui pratiquent le silence radio. Ils en conviennent pour une fois : quand on n’a plus rien à dire, il vaut mieux se taire. Ils font donc l’impasse. Quels préparatifs désormais revendiqués résisteront à la secousse d’une sortie de la Grèce de la zone euro ? La Bundesbank a jugé que « les défis posés à l’Allemagne et à la zone euro seraient conséquents, mais surmontables ». C’est un pari comme un autre.




Billet rédigé par François Leclerc


Son livre, Les CHRONIQUES DE LA GRANDE PERDITION vient de paraître.


Un « article presslib’ » est libre de reproduction numérique en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Paul Jorion est un « journaliste presslib’ » qui vit exclusivement de ses droits d’auteurs et de vos contributions. Il pourra continuer d’écrire comme il le fait aujourd’hui tant que vous l’y aiderez. Votre soutien peut s’exprimer ici.


 

 

Données et statistiques pour les pays mentionnés : Grèce | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Grèce | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :3,8 (5 votes)
>> Article suivant
Paul Jorion, sociologue et anthropologue, a travaillé durant les dix dernières années dans le milieu bancaire américain en tant que spécialiste de la formation des prix. Il a publié récemment L’implosion. La finance contre l’économie (Fayard : 2008 )et Vers la crise du capitalisme américain ? (La Découverte : 2007).
Publication de commentaires terminée
Dernier commentaire publié pour cet article
Soyez le premier à donner votre avis
Ajouter votre commentaire
Top articles
Derniers Commentaires
AdBlock, Commission européenne e...
13:52Cracker's
Le module (ou plugin) "NoScript" dans votre navigateur internet permet de s'affranchir du blocage de "bloqueur de pub" ! Testé sur le site...
McDonald’s : la hausse du salair...
30 avr.Y.Jullien
Pourquoi je pense au film: "Les temps modernes" ?
Un contrat à 34 milliards qui n’...
28 avr.BrickAndFanal
La raison d'être des équipements militaires est de détruire des infrastructure de pays ennemies pour affaiblir leur économie, en espérant de le/les...
Un contrat à 34 milliards qui n’...
28 avr.Librio1
Et c'est pour cela (l'affaire des Mistrals) que l'Australie exigera que ses sous marins soient construits et assemblés à Adélaïde, c'est à dire che...
Pour Bercy, les chômeurs ont plu...
28 avr.Librio
D'accord avec le fond de l'article mais il faut préciser et c'est le cas pour mon épouse (8.000€ de revenus en 2015) que l'on peut très bien avoir ...
Un marché baissier pour les acti...
29 avr.jack.be
L'heure de vérité... depuis le temps qu'on en parle... Je vais finir par croire que le vérité, à force d'avoir été rejetée, a fini par ne plus ...
Oups ! Avec les biocarburants, l...
29 avr.Cracker's
Les bio-carburants de seconde génération (biomasse non alimentaire, déchets) sont effectivement en progrès par rapport à la précédente, et la suiva...
Oups ! Avec les biocarburants, l...
29 avr.zelectron
Si en plus les politiques devaient être cultivés, ça se saurait ! ! !
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX