Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

L'évolution prévisible du fixing de l'or

IMG Auteur
Publié le 02 mars 2016
1455 mots - Temps de lecture : 3 - 5 minutes
( 3 votes, 5/5 ) , 1 commentaire
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
[titre article pour referencement]
0
envoyer
1
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editorial du Jour

Le fixing du prix de l’or, le mécanisme qui détermine deux fois par jour le prix auquel le plus gros des échanges d’or physique sont effectués, est actuellement en phase de transformation. Par le passé, cinq banques commerciales basées à Londres s’entretenaient par téléphone avec leurs clients pour déterminer le prix auquel ces transactions étaient effectuées. C’était là un moyen efficace d’établir un prix de l’or fiable pour les échanges d’or.

Participaient également à ce marché des traders et spéculateurs (je perçois le Comex comme un marché financier, puisque 5% de ses contrats impliquent le déplacement de métal physique). En négociant sur les réserves d’or marginales (hors des ventes liées à des contrats, qui représentent le gros de l’offre physique), les traders et spéculateurs ont eu une influence disproportionnée sur le prix de l’or. Alors que le monde développé recevait 80% des flux monétaires globaux jusqu’en 2000, il a également régné sur le marché de l’or global.

Londres – le cœur du marché de l’or

Des siècles durant, Londres est resté le centre global du marché de l’or, notamment sous l’étalon or, alors que Londres importait plus de 1.000 tonnes d’or sud-africain par an. Londres a été capable de maintenir son rôle en tant que centre financier et marché de l’or mondial. Les standards ainsi que les personnes impliquées sur ce marché lui ont permis de dominer le marché physique de l’or jusqu’à ce jour.

Au cours de ces dernières années, le système de détermination du prix de l’or de Londres a été jugé dépassé et a été accusé de manipulation, souvent sous l’influence des gouvernements. Bien que ces accusations comportent un élément de vérité, elles ne sont pas justifiées pour ce qui concerne les opérateurs professionnels individuels du marché de l’or de Londres.

Les pires manipulations du prix de l’or ont eu lieu en 1933, alors que le dollar se trouvait dévalué par rapport à l’or, et après 1985, alors que les banques centrales ont accéléré la production d’or pour inonder le marché, tout en décrétant vouloir vendre leurs 30.000 tonnes de métal sur le marché. Ces manipulations ont pris fin en 2009. Depuis lors, des traders individuels ont manipulé les prix, non seulement sur le marché de l’or, mais aussi sur les marchés des taux d’intérêt, et des enquêtes ont encore lieu aujourd’hui concernant d’autres affaires de manipulation des marchés financiers. L’idée générale reste cependant que le marché de l’or a été géré par des personnes capables et professionnelles.

Les banques commerciales qui ont majoritairement opéré sur le marché de l’or ont aussi été responsables de la livraison de l’or acheté sur ce marché vers les marchés globaux. Comme nous avons pu le voir récemment, les banques peuvent tirer de gros revenus de l’inefficacité des chaines de distribution, qui invite l’établissement de premiums sur les marchés comme ceux de Shanghai et de l’Inde. Ces premiums s’ajoutent à ceux des banques, et n’encouragent pas une amélioration du système de distribution ou la baisse de ces premiums.

La montée en puissance du monde émergent

D’ici à 2020, le monde émergent devrait profiter de 65% des flux monétaires globaux, contre 35% pour le monde développé. Ce transfert de richesses et de pouvoir vers l’est  donne vie à un marché de l’or radicalement différent. Dans le monde développé, le système de devises liées au dollar a éloigné les Occidentaux de l’or pour les forcer vers les devises nationales. Le marché de l’or est donc moins lié à la vie financière qu’il a pu l’être au fil de l’Histoire. Avec le développement de marchés d’actions aurifères et de produits dérivés (contrats à terme et options), le gros de la demande en or physique a beaucoup diminué en Occident.

La conséquence en a été la dominance des grosses banques occidentales sur les marchés et ses participants. Le pouvoir des volumes monétaires qu’elles brandissent sur les marchés financiers leur a permis de devenir les maîtres des prix.

Mais à mesure que les marchés émergents ont vu leur pouvoir, leur capital et leur production minière se développer, leur capacité à déterminer les prix aurait dû s’accroître aux dépens de l’Occident pour refléter le pourcentage représenté par la Chine et l’Inde par rapport à la demande globale. Mais la condition requise était l’efficacité des marchés. Les institutions qui opéraient autrefois les marchés de l’or ont conservé leur pouvoir sur la distribution et les marchés.

Ensemble, le Proche-Orient, la Chine et l’Inde représentent 75% de la demande globale. La Chine, avec 430 tonnes chaque année, est également le plus gros producteur global. Pourquoi le marché de l’or ne reflète-t-il pas les changements fondamentaux de l’offre et de la demande ? Tout est question de présence sur le marché de l’or, des produits offerts et de la facilité avec laquelle ils se déplacent entre les différents marchés. Le marché de l’or chinois est toujours en développement en termes de détermination de prix. Le pays s’est beaucoup développé en termes d’or utilisé au sein de son système financier, et continue d’étendre son système de distribution domestique vers l’ouest, bien que nous devrons certainement attendre encore longtemps avant qu’il ne couvre l’ensemble du pays. Plus important encore, son absence du marché de l’or de Londres, en termes de participation, a empêché son marché de l’or d’avoir de l’importance. La même chose peut être dite de l’Inde, où les banques occidentales continuent de dominer la distribution.

Il est évident que la Chine n’est plus satisfaite de devoir utiliser les banques de Londres comme source unique d’or étranger. C’est pourquoi elle accueille à bras ouvert la transformation du fixing de Londres, et cherche à l’intégrer. Le 20 mars dernier, le fixing de Londres a été transformé en un système de détermination de prix impliquant des banques globales ainsi que les banques du LBMA qui opéraient autrefois le fixing. Ce nouveau mécanisme électronique devrait opérer plus efficacement et équilibrer le prix global, ainsi que diminuer l’influence des banques de Londres sur le prix de l’or.

Il existe à l’heure actuelle un premium de 5 dollars par once sur le prix de Londres sur les marchés chinois. Les banques chinoises que sont Bank of China Ltd, China Construction Bank Corp et ICBC devraient bientôt intégrer le nouveau prix de l’or de Londres. La capacité du marché chinois à déterminer les prix en sera espérons-le impacté.

Si le premium appliqué au prix de l’or venait à disparaître en Chine, c’est que ce phénomène se sera produit. Gardez à l’esprit que l’Industrial and Commercial Bank of China Ltd. est déjà la plus grosse banque du monde en termes de commerce de l’or au détail. Non seulement les banques chinoises devraient opérer en vue de supprimer le premium sur le prix de l’or en Chine (qui aujourd’hui accroît le profit des banques qui vendent de l’or en Chine) mais aussi de rendre le marché global plus efficace.

Puisque le marché de l’or chinois est à sens unique (aucune exportation n’est permise), les banques chinoises établiront peut-être une mise en commun de liquidités qui permettra aux ordres de vente chinois d’être passés à Londres sans que du métal ne quitte la Chine. Notons que les ventes d’or sont très peu importantes en Chine. Cette mise en commun pourrait faciliter l’arbitrage des opérations qui équilibreront les prix globaux et feront du marché de l’or chinois le marché à double-sens qu’il devra devenir pour refléter la demande et l’offre globale. En retour, nous pourrons avoir accès à un marché de l’or ouvert 24 heures sur 24.

La transformation de barres de 400 onces en barres d’un kilo auquel nous assistons aujourd’hui au travers des affinages effectués en Suisse comme ailleurs finira par améliorer la fluidité des produits sur les marchés globaux. La présence de banques chinoises à Londres pourrait accélérer ce processus.

Vers un fixing de l’or en yuan avant la fin de l’année ?

Les Chinois ont annoncé qu’ils établiront avant la fin de l’année un système de fixing du prix de l’or en yuan à Shanghai. Nous estimons qu’aux côtés des développements décrits ci-dessus, un tel fixing sera pris à cœur par les marchés, dans le monde émergent comme dans le monde développé. Le fait que le prix de l’or soit fixé en yuans garantira l’adoption du yuan par le monde de l’or, et des échanges en yuans qui ne nécessiteront pas un passage par le dollar, l’euro ou la livre sterling – qui présentent des risques distincts.

Puisque le gouvernement chinois encourage l’utilisation du yuan à l’échelle internationale, il n’en faudra pas beaucoup pour que les entités étrangères et les banques centrales commencent à en accumuler. Cela n’affectera pas le marché de l’or, mais simplement les marchés des devises globales. Après tout, l’or est perçu comme une alternative à toutes les autres devises.

 

Données et statistiques pour les pays mentionnés : Chine | Suisse | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Chine | Suisse | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :5 (3 votes)
>> Article suivant
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  

Vous semblez faire l'impasse sur le rôle des "algos" dans l'évolution des cours ?

Merci
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
Vous semblez faire l'impasse sur le rôle des "algos" dans l'évolution des cours ? Merci Lire la suite
Petipolak - 02/03/2016 à 08:46 GMT
Note :  1  0
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX