Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

L’inflation, un risque toujours vivace

IMG Auteur
Publié le 10 août 2017
609 mots - Temps de lecture : 1 - 2 minutes
( 6 votes, 5/5 ) , 2 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
[titre article pour referencement]
0
envoyer
2
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editorial du Jour
Les milliers de milliards de dollars, d’euros, de yens, de yuans etc. créés par les banques centrales depuis la crise de 2008 n’ont pas donné lieu à une vague d’inflation, contrairement à ce que l’histoire enseignait jusqu’alors, mais faut-il pour autant négliger ce risque ? Assurément non.
Cette masse d’argent créée ex nihilo par les banques centrales n’a pas dégénéré en hausse des prix pour une raison bien simple, elle n’a pas investi les circuits économiques mais est demeurée bien sagement dans les coffres bancaires. Cet argent est "gelé", pour une grande partie d’ailleurs dans les coffres des banques centrales elles-mêmes !
Explication : les banques centrales font tourner la planche à billets pour racheter aux banques des obligations d’État et de grandes entreprises, qui se retrouvent ainsi avec une montagne de liquidités. Mais elles l’investissent pour une faible part dans l’économie réelle (la demande de l'économie est faible, les normes de solvabilité découragent le crédit aux entreprises, les opportunités sont rares, ce que traduit la faible croissance). D’autre part, les banques ne se prêtent pas cet argent puisque, suite à la crise de 2008, elles ont perdu confiance entre elles, le marché interbancaire tourne au ralenti. Elles préfèrent ainsi placer cet argent à un endroit où elles sont certaines à 100% de le retrouver, dans les banques centrales. 
L’objectif des banques centrales consistait, par ces rachats, à abaisser les taux d’intérêt pour relancer le crédit aux entreprises et à la consommation en le rendant moins coûteux. La première partie de l’opération a fonctionné, nous sommes dans un contexte de taux zéro et parfois même négatifs, mais pas la seconde, l’économie n’a pas redémarré. Si l’interventionnisme fonctionnait l’URSS serait devenue la première puissance mondiale, mais l’économie ne fonctionne pas comme ça.
Cet argent tourne en rond sans toucher terre, si l’on peut dire, en conséquence pas de risque inflationniste à l’horizon. Il se retrouve en partie sur les marchés financiers, qu'il contribue à doper, dangereusement d'ailleurs, mais c'est tout. Cependant le contexte actuel pourrait changer. Qu’est-ce qui pourrait inciter ou forcer cet argent à rejoindre l’économie "réelle" ? Une vigoureuse reprise économique, qui entraînerait une forte hausse des prêts aux entreprises, de leurs investissements, puis des salaires et enfin des prix ? Ne rêvons pas, l’ankylose de nos économies est profonde, spécialement à cause du poids des impôts et des réglementations (voici où les États devraient agir !). Les taux zéro eux-mêmes freinent la "destruction créatrice" schumpetérienne en permettant aux canards boiteux de continuer à se financer.
Cherchons plutôt du côté des variables de base qui pourraient brusquement changer comme :
  • une hausse des matières premières, au premier rang desquelles le pétrole (qui dépend plus de la géopolitique que des marchés), qui se transmettrait à tous les secteurs,
  • un effondrement d’une ou plusieurs monnaies (le yen est bien placé avec une dette publique japonaise de 300% du PIB) qui fait de facto exploser les prix intérieurs,
  • une nouvelle crise bancaire obligeant à redoubler la planche à billets (l’UE est bien placée avec ses banques italiennes, mais aussi allemandes) au point de faire vraiment douter de la valeur de sa monnaie et de provoquer une "fuite devant la monnaie",
  • les épargnants qui, face à des rendements nuls, décident de migrer en masse vers les actifs réels (l’UE bien placée aussi) et de faire exploser leur prix (un grand nombre comprendra alors que l’or physique offre la meilleure protection contre cette inflation…)
Le déclencheur peut survenir un jour ou l’autre sans que personne ne l’ai prévu. Quoi qu’il en soit, le risque inflationniste demeure l’un des gros Cygnes noirs des mois et des années à venir. 
Achat d’or avec Gold Broker
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :5 (6 votes)
>> Article suivant
Philippe Herlin est chercheur en finance et chargé de cours au Conservatoire National des Arts et Métiers à Paris. Il est également contributeur sur le site Goldbroker.com
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
Surprenant, point de mention de l'effet puissament deflationniste d'internet et des nouvelles technologies.
Rien non plus sur l'arret de la croissance demographique, tout un troupeau de vieux ne consommant rien qui ne cesse de grossir.

l'auteur se vois bien recuperer les fruits de l'inflation dams le produit qu'il vend, l'or en particulier.

Mais mais mais, une partie de cette inflation monetaire va dans les crypto monnaies et Bitcoin et consorts flambent.

On va de surprises en surprises et decidemment l'or n'est plus ce qu'il etait. Au moins pour l'instant.
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
"une partie de cette inflation monetaire va dans les crypto monnaies et Bitcoin et consorts flambent"

@moa

C'est effectivement ce qu'on peut constater!Mais,ce constat fait,il me paraît important de se demander si ceux qui choisissent de "miser" sur les crypto-monnaies sont, sur le long terme, bien inspirer de le faire?

Si on est persuader que les cryto-monnaies et Bitcoin sont la panacée des panacées, il ne faut pas hésiter à s'en procurer et à attendre que l'envolée des cours se poursuivent de façon spectaculaire au point de faire pâlir la réputation millénaire de l'or comme valeur refuge ultime!

A titre perso,la "bitcoinmania " me fait ni chaud ni froid.Je verrai bien si j'ai eu raison ou tort de laisser Bitcoin et consorts aux autres ou non.

Je fais partie de ceux qui ont fortement débancarisé et même si les cours annoncé par certains non seulement pas été approchés mais ont subi des reculs depuis 2012, je n'ai pas eu d'insomnie à cause de cela! J'ai toujours en tête ce que disent les banksters et les boursicoteurs: "TANT QU'ON N'A PAS VENDU,ON N'A PAS DE PERTE"...Je n'ai pas l'intention de vendre le moindre gramme,donc, une fois n'est pas coutume je maintiens ma confiance à la citation des banquiers et des boursicoteurs et qui dit :" Tant qu'on n'a...perdu"

Alors je vous cite encore :"l'or n'est-il vraiment plus ce qu'il était?"

Il semblerait que pour vous ce soit le cas.Mais pour moi,Bitcoin and Co c'est artificiel et ne peut séduire que ceux qui ont une âme de spéculateur...

Bien cordialement.
Dernier commentaire publié pour cet article
"une partie de cette inflation monetaire va dans les crypto monnaies et Bitcoin et consorts flambent" @moa C'est effectivement ce qu'on peut constater!Mais,ce constat fait,il me paraît important de se demander si ceux qui choisissent de "miser" sur les  Lire la suite
Attilio - 29/08/2017 à 07:21 GMT
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX