Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

L’insécurité fiscale gangrène l’activité économique

IMG Auteur
Publié le 19 juillet 2011
498 mots - Temps de lecture : 1 - 1 minutes
( 1 vote, 4/5 ) , 1 commentaire
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
[titre article pour referencement]
0
envoyer
1
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux





Investir est une décision à long terme. Risquée et longtemps pesée sous tous ses aspects. Faute d’un cadre législatif et fiscal stable, les entreprises qui le peuvent, c’est-à-dire les entreprises étrangères, se retiendront d’investir dans un pays. La Belgique en est aujourd’hui la preuve.

En matière de stabilité législative et fiscale, la Belgique fait en effet figure de très mauvais élève. Le pays est en proie à une crise politique grave depuis plus de 5 ans. La remise constante aux calendes grecques d’un nouveau gouvernement suite aux élections de juin 2010, n’est que le dernier épisode de la saga belge. Le précédent gouvernement était déjà paralysé et incapable d’entreprendre, non seulement la réforme institutionnelle que les Flamands appellent de leurs vœux, mais aussi les indispensables mesures destinées, entre autres, à assainir les finances publiques. Une situation qui effraie les investisseurs étrangers.

Mauvais bulletin

Ainsi, avant même les élections de juin 2010, le rapport d’enquête annuel de la société de conseil Ernst & Young sur l’attractivité de la Belgique soulignait déjà le manque d’attractivité du pays pour les investisseurs étrangers. Parmi les raisons avancées par le consultant, l’importance pour ces investisseurs de disposer d’un cadre législatif et fiscal stable, une exigence peu compatible avec l’atmosphère de crise politique qui régnait déjà à l’époque dans le pays. Ernst & Young attribuait la légère amélioration des chiffres de l’année 2009 à au calme institutionnel qui s’était installé après deux années de fortes tensions et appelait de ses vœux  « la formation rapide d’un gouvernement». Raté. Assez logiquement, l'édition 2011 du même rapport ne laisse aucune place à l’équivoque. Si les investissements se sont maintenus en 2010, note Ernst & Young, c’est principalement parce qu’ils sont le résultat de décisions prises bien avant le début de la crise. Mais l’avenir s’annonce moins rose, car les investisseurs se montrent désormais plus que circonspects.  « Trois quarts des 204 chefs d’entreprise interrogés sont d’avis que l’absence d’un gouvernement fédéral en bonne et due forme, et l’impasse politique dans laquelle se trouve aujourd’hui le pays, auront un impact négatif sur le climat d’investissement ».

D’autres voix s’élèvent d’ailleurs pour confirmer les constatations d’Ernst & Young. Ainsi IBM Global Services, qui publie chaque année Global Location Trends, une étude sur les destinations préférées des entreprises, abonde dans le même sens : la Belgique a accueilli en 2010 moins de projets d’investissements (166) qu’au cours des années 2008 (189) et 2009 (177) pourtant marquées par la crise économique, alors qu’on constate, depuis 2009, une hausse des investissements à travers le monde. IBM ajoute une cause majeure à la désaffection des entreprises étrangères pour la Belgique. Outre le contexte politique tendu, le coût exorbitant de la main d’œuvre effraie lui aussi les investisseurs potentiels. Un souci lui aussi récurrent,  intrinsèquement lié aux préoccupations sur l’avenir institutionnel du pays : faute d’accord gouvernemental, les charges qui pèsent sur le travail resteront inchangées. L’instabilité politique risque donc bien à terme de détourner définitivement les investisseurs étrangers du pays.

 




Frédéric Wauters




Données et statistiques pour les pays mentionnés : Belgique | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Belgique | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4 (1 vote)
>> Article suivant
Frédéric Wauters est journaliste économique indépendant et professeur de sciences commerciales et de communication à la Haute Ecole Galilée à Bruxelles. Entrepreneur (www.ex-abrupto.be), il est également essayiste et vient de publier, avec son confrère Ludovic Delory, d'un ouvrage intitulé "Retraites Plombées: comment l'Etat vole votre avenir" (plus de détails sur www.retraites-plombees.be).
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
Article intéressant mais dont les conclusions sont basées sur des prémisces contestables. La sécurité juridique et fiscale est elle une conséquence de la présence d'un gouvernement? On pourrait arguer exactement du contraire, le cas de la France pouvant servir d'exemple.

Et concernant la Belgique en particulier, il semblerait au contraire que le cadre législatif et fiscal soit particulièrement stable. En effet, il n'y a pas de gouvernement pour le modifier. Le premier ministre par interim, Yves Leterme, déclarait lui meme en Mai qu'à sa plus grande surprise le rating de la Belgique était en train de monter, et la raison qu'il a citée est extraordinaire : "comme la Belgique n'a pas de Gouverment, elle est moins tentée de faire des bêtises". Texto.

Et rien ne prouve que, si la Belgique arrivait à former un gouvernement, celui ci s'attaquerait à la racine du mal Belge mentionné dans l'article, à savoir un cout exorbitant de la main d'oeuvre. Un gouvernement Wallon pourrait tout à fait utiliser des arguments Keynesiens pour augmenter encore la protection sociale en période de crise.

Enfin, si l'on en juge par tous les Français qui émigrent vers la Belgique et qui sont responsables de la hausse des prix de l'immobilier à Bruxelles, on peut tout à fait douter du fait que les investissements étrangers soient en train de se tarir en Belgique.

Dernier commentaire publié pour cet article
Article intéressant mais dont les conclusions sont basées sur des prémisces contestables. La sécurité juridique et fiscale est elle une conséquence de la présence d'un gouvernement? On pourrait arguer exactement du contraire, le cas de la France pouv  Lire la suite
ELS - 19/07/2011 à 15:33 GMT
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX