Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

L’irrésistible et navrante schiappatisation du Président Macron

IMG Auteur
Publié le 29 novembre 2017
980 mots - Temps de lecture : 2 - 3 minutes
( 2 votes, 5/5 ) , 4 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
[titre article pour referencement]
0
envoyer
4
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux

Dans cet océan de vacuité qu’est l’actualité du moment, dans laquelle il devient quasiment impossible de lire un article de presse sans immédiatement s’infliger une tempête de facepalms retentissants, des petits grumeaux d’absurdité rigolote font régulièrement surface pour nous rappeler que la politique française ne se bâtit pas seulement sur des actions stupides. Parfois, elle se construit aussi autour de déclarations idiotes.

On découvre en effet, entre deux consternations moyennes, qu’à l’occasion de la journée de lutte contre les violences faites aux femmes, Emmanuel Macron – notre président au sourire Pepsodent™ – a annoncé la prochaine création d’un « délit d’outrage sexiste » punissant le harcèlement de rue dans le prolongement direct des actuelles discussions visant à pénaliser les comportements lourdingues, l’impolitesse crasse et les mauvaises manières. Au passage, on rappellera que les tentatives de viols, violences, atteintes sexuelles et intimidations sont déjà largement pénalisées, ce qui permet d’affirmer calmement qu’avec cette nouvelle fournée de petits textes juridiques pas piqués des hannetons, notre société progressiste et permissive trottine tout droit vers de nouveaux sommets législatifs à côtés desquels le code Napoléon tiendra lieu d’album de coloriage pour enfant défavorisé.

Pour faire bonne mesure, l’idée géniale a été immédiatement touittée par l’équipe de communication du président, permettant à la fois de montrer qu’il se préoccupe de ce sujet d’importance capitale et de faire l’affichage ostentatoire de toute la fermeté dont il est capable pour punir les impétrants :

Nous créerons le délit d'outrage sexiste verbalisable immédiatement avec un montant dissuasif. #NeRienLaisserPasser

— Emmanuel Macron (@EmmanuelMacron) November 25, 2017

Youpi, il était temps, la France, les 3.5 millions de chômeurs, les générations futures accablées de 2000 milliards d’euros de dettes, les entreprises et les contribuables croulant sous les taxes et les impôts, les citoyens englués dans les sparadraps et le sentiment d’insécurité, les étudiants sans diplômes et les retraités sans pension, tout ce monde et le reste se réjouit d’avance qu’on s’occupe enfin de ce problème si prégnant.

Grâce à l’action ferme et déterminée du président Macron, l’impolitesse et les sifflets seront pourchassés hors du territoire. Enfin, pourchassés, c’est vite dit. Disons qu’ils seront surtout verbalisés. Parce qu’en fait de délit d’outrage sexiste, on aura surtout droit à une infraction et donc une amende correspondante.

Et encore puisqu’il faudra pour cela que la maréchaussée (largement évaporée des endroits où elle serait utile pour n’être plus guère présente qu’à l’affût de l’automobiliste) soit présente et se décide à verbaliser. Quand on voit le succès global d’application de certaines autres lois du même acabit (voile, burkini, j’en passe) et votées, coïncidence étonnante, avec la même volonté de coller niaisement à l’actualité sans prendre le moindre recul, on sait déjà que tout ceci va se terminer comme le reste, à savoir dans les poubelles de l’Histoire et l’arrière-cour des codes de lois illisibles.

Au-delà de cet aspect pratique déjà gratiné, notre président Pepsodent™ semble aussi oublier qu’il va être particulièrement complexe de faire concrètement valoir ce nouvel « outrage sexiste ». Ce que certains qualifieront clairement d’outrage passera sans mal pour d’autres pour une simple remarque. Et de toute façon, la charge de la preuve de culpabilité restera bien à l’accusation outragée, contrairement à ce que semble croire le défenseur des Droits qui n’a pas trop bien relu son petit Dalloz comme en témoigne le tweet suivant :

En cas de harcèlement sexuel, c’est à l'auteur des faits de démontrer devant la justice qu’il n’y a pas eu harcèlement. Le Défenseur des droits soutient les victimes et enquête pour les aider à gagner https://t.co/096m7ymoGA

— Défenseur des droits (@Defenseurdroits) November 25, 2017

Bref, encore une fois, on assiste – avec, soyons honnête, un brin d’amusement peu étonné – à la sur-banalisation navrante de la fonction présidentielle. S’il est vrai qu’avec sa Léonardisation, le président Hollande avait abaissé le niveau si bas que plus rien ne pouvait arriver de réellement pire, Macron montre ici qu’il a appris des meilleurs : en emboîtant le pas à sa Marlène de Secrétaire d’Etat, il semble décidé à se schiappatiser dans une frétillance d’actions périphériques qui, encore une fois, déforcent une fonction présidentielle de plus en plus risible.

Et en dehors de ces petites bulles d’air tiède à la surface d’une actualité vidissime, comme Hulot qui ne sert décidément à rien (la pantalonnade récente du glyphosate montre l’étendue du gouffre intellectuel dans lequel il barbote avec une aisance innée), Schiappa ne sert pas plus, ni la cause féministe, largement dévoyée ces dernières années, ni même celle d’une lutte contre l’insécurité de certains quartiers dont les femmes sont les premières victimes.

Du reste, mon propos n’est ici pas seulement de dire que toutes ces fadaises niaiseuses sont parfaitement éloignées des préoccupations réelles des Français, ni même que le Défenseur des Droits ne semble pas savoir ce qu’est la présomption d’innocence, mais aussi que Schiappa a en fait le même rôle dans ce gouvernement que Taubira ou Vallaud-Belkacem dans le précédent : c’est le supplément d’âme progressiste, le grigri sociétal de la gauche qui sert à polariser et cliver histoire de bien montrer qu’on est progressiste et dans le Camp de Bien, peu importent le coût pour les libertés publiques, les dérives en matière de droit qu’elles entraînent, l’abaissement de la fonction présidentielle et le délitement complet de la parole politique qui ressemble de plus en plus à du verbiage de gamin trop gâté.

La République une et indivisible a laissé place à la République multiculturelle, bigarrée, inclusive, festive, citoyenne et aussi divisible que possible pour mieux régner. Pour les citoyens, on peut réellement douter que ce soit un mieux. En revanche, pour le président et sa clique, pas de doute… Ça marche !

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, aidez à mettre Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Source : h16free.com
Données et statistiques pour les pays mentionnés : France | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : France | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :5 (2 votes)
>> Article suivant
H Seize écrit sur http://h16free.com ses chroniques humouristiques d’un pays en lente décomposition, et apporte des solutions dans son livre, Egalité, Taxes, Bisous. Dans un monde toujours plus dur, et alors que la crise, la vilénie, les aigreurs et les misères allant de la maladie aux bières tièdes font rage, un pays fait courageusement face et propose toute une panoplie de mesures plaisamment abrasives qui permettront d'aplanir les aspérités, gommer les difficultés et arrondir les angles. Ce pays, rempli de gentils et d'aimables tous les jours mieux pensant, est devenu un véritable phare scintillant dans la nuit noire de l'obscurantisme des méchants et des vilains. Et pour mieux scintiller, il s'est doté d'une devise qui est parvenue à se hisser au rang de slogan, d'accroche et de modus vivendi : pour chacun et pour tous, il faudra de l'égalité, des taxes, et des bisous.
Voir son site webS'abonner à ses offres
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
"Nous créerons le délit d'outrage sexiste verbalisable immédiatement avec un montant dissuasif."
Tiens, 3 ou 4 loulous (dont l’attitude envers les femmes est devenue un gène) en train de siffler une minette de passage, juste devant un représentant des forces de l'ordre. Le Pandore bondit, protège la donzelle de son corps de Superman, et sort son calepin pour verbaliser les petits sauvageons (parents insolvables) et leur faire un cour de morale, leur rappelant que c'est le président de la République qui a dit qu'un tel comportement était indigne et devait cesser immédiatement. La larme à l’œil les djeunes présentent leurs excuses, remercient le policier et, juré-craché promettent de rester dans le droit chemin et embrassent l'écusson bleu-blanc-rouge cousu sur la manche de l'uniforme du sergent moralisateur.
J'aime la France socialiste qui guide nos pas et nous protège des forces malfaisantes....................
Evaluer :   3  0Note :   3
EmailPermalink
Cet article est des plus pertinents.
Quand on voudra critiquer cette crème-chantilly, je suis toujours preneur.
Notre Précédent ne pouvait pas être dangereux, il était banal et nul. Tandis que notre Jupiter a une forte potentialité à avoir les chevilles qui enflent surtout pour traiter des sujets comme le dit l'article : sur ' la sur-banalisation navrante de la fonction présidentielle'.
On est tombé bien bas et la fonction présidentielle fleurte avec des sujets que même un commissaire de police n'oserait aborder.
Quand on surfe sur la vague du 'balance ton porc', c'est franchement déplorable car on ne sait pas où est la limite à la décence comme cet élu qui s'est vu potentiellement accusé d'avoir posé ou avoir effleuré le genou d'une collègue. Vite un constat à l'amiable, sinon c'est la Gendarmerie
Je veux bien croire que les femmes subissent des dits"harcèlements " dans la rue où certains énergumènes "un peu lourd" mettent à mal la pudeur féminine et en cela effectivement, je les trouve même absolument détestable, mais de là à verbaliser des mots déplacés et des gestes d'affleurement, il y a un pas excessif.
Sans doute faudra-t-il aussi comme la Hidalgo que les hommes serrent les jambes dans les trains sous peine de sanction et n'aient plus droit de siffler une femme dans la rue sans être poursuivi.
Ce sont les moeurs qui se dégradent petit à petit et le travail en aval ne sert à rien.
Le vrai harcèlement doit être défini, mais il faut qu'il soit insistant, et potentiellement perturbateur pour les victimes et cause des blessures ...morales avec séquelles pour une personne saine.
Je souhaite du plaisir au législateur c'est sans doute pourquoi un auteur de dit harcèlement actuellement se voit de fournir la preuve de sa faute.
Evaluer :   3  0Note :   3
EmailPermalink
@ blitzel
Je suis bien d'accord avec votre commentaire, je trouve aussi que l'on tombe de plus en plus bas.
On m'a toujours dit qu'un véritable chef était quelqu'un capable de s'entourer de gens compétents et de rester au dessus du lot, fonction oblige. Macron est dans la droite ligne du couple Hollande/Léonarda.
On nous prends déjà assez pour des c** en nous faisant élire un président inconnu, alors qu'il ne galvaude pas la fonction!
Quant au "balance ton porc"..... J'en suis assez stupéfait! Je n'évoquerais pas le problème du harcèlement sexuel, hélas bien réel. Mais toute action engendrant un effet de réaction (physique de base!) on jour on va finir par avoir "balance ta garce", parce que là aussi le sujet pourrait prêter à de vastes développements...
Je crois qu'il faut arrêter des enchères aussi stupides que stériles.








Evaluer :   4  0Note :   4
EmailPermalink
Il y aurait lieu aussi de remonter à la source de ce scandale Weinstein .
Je suis tout de même étonné qu' à Hollywood dans ce sérail méprisable, les femmes, ...naïves n'aient pas acquis la certitude que dans ce cercle de puissants, des déconvenues "physiques" et des "risques" puissent apparaître pour décrocher tels ou tels cachets. Si les femmes avaient été metteur en scène, elles auraient tout autant... à leur manière utilisées leur charmes et leur pouvoir pour arriver à leur fin.
le monde est bien innocent. Tout cela est bien abjecte. Ce monde du spectacle est vérolé de tous les côtés et même Johnny s'en ait allé à son petit refrain à Cannes sur les dessous corrupteurs de cette scène grandiose et de ses paillettes multicolores.
Car il faut bien le dire, ce qui guide toutes ces frasques d' Hollywood, c'est l'argent qui est mis sur la table. Et à ce jeu, il y a un réel danger que des personnes payent de leur personne le pouvoir de devenir une star. A Hollywwod, on fleurte, on couche et on se marie, et... on divorce. Quel bel objectif. Le cinéma est un univers dangereux, des stars sont poursuivis même peut-être à tort .. pour le fric, allez savoir !
Puisse-t-il ce cinéma-là ne faire pas tache sur note vie de tous les jours.
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
Il y aurait lieu aussi de remonter à la source de ce scandale Weinstein . Je suis tout de même étonné qu' à Hollywood dans ce sérail méprisable, les femmes, ...naïves n'aient pas acquis la certitude que dans ce cercle de puissants, des déconvenues "phy  Lire la suite
blitzel - 29/11/2017 à 19:05 GMT
Note :  1  0
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX