Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

L’or et les banques centrales – une relation amour-haine

IMG Auteur
Publié le 06 janvier 2015
1759 mots - Temps de lecture : 4 - 7 minutes
( 2 votes, 5/5 )
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
[titre article pour referencement]
0
envoyer
0
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editorial du Jour

Si l’or est une relique du passé, pourquoi donc les banques centrales en possèdent-elles autant ? Si l’on croit les statistiques officielles, les banques centrales détiendraient environ 20% du stock d’or mondial. Avant de commencer à supprimer le prix de l’or, elles en détenaient 70%. Depuis la crise financière de 2008, elles ont recommencé à acheter de l’or. Cependant, si l’on regarde un tableau des acquisitions d’or des pays en développement, on voit qu’ils ont commencé à acheter de l’or tout de suite après la crise des devises asiatiques en 1987. Il semble bien que tout l’or vendu par les pays développés ait été acheté discrètement par les pays en développement.

Bron Suchecki écrit, dans un article récent : « Je trouve intéressant que les investisseurs conventionnels, des adultes qui font confiance aux gouvernements et aux banquiers centraux pour gérer l’économie, et qui ne font pas confiance à l’or, ne voient pas de contradiction dans le fait que ces mêmes gouvernements et banques centrales possèdent de l’or eux-mêmes. Si l’or constitue un investissement aussi stupide, cela ne fait-il pas des gouvernements et des banques centrales des entités stupides ? Dans lequel cas vous ne devriez pas leur faire confiance. Dans lequel cas vous devez posséder de l’or. Alan Greenspan a dit : « Si, comme l'a déclaré l’économiste anglais John Maynard Keynes, l’or était une ‘relique barbare’, les banques centrales du monde entier ne posséderaient pas une telle quantité d’un actif dont le taux de rendement, en incluant les coûts d’entreposage, est négatif. »

Les États-Unis devraient-ils vendre tout leur or ? Pourquoi cela n’a-t-il pas été fait encore ? Pendant des années, la Fed, le Trésor et les économistes américains ont dénigré l’or, mais personne n’a proposé d’actions concrètes pour aller jusqu’au bout et remplacer ce « métal inutile », cette « relique du passé », par de la monnaie fiduciaire ou d’autres actifs tangibles. S’agit-il de « Fais ce que je dis, pas ce que je fais » ? Si nous jetons un coup d’œil aux deux graphiques suivants, nous pouvons clairement observer que les réserves officielles d’or n’ont décliné que d’environ 37,000 tonnes à environ 30,000 tonnes. Cette baisse s’est arrêté juste avant la crise financière de 2008 et, depuis ce temps, s’est renversé.

Il est aussi intéressant d’observer, dans le graphique suivant, l’augmentation des réserves d’or des pays en développement comme la Chine, la Russie et d’autres. Donc, il semble que la majeure partie de l’or vendu par les banques centrales des pays développés ait été achetée par les banques centrales des pays en voie de développement. Cette tendance a pris assez d’ampleur pour contrer les ventes et renverser la tendance à la baisse dans les réserves mondiales d’or en 2007, juste avant la crise financière de 2008.

Le bas du prix de l’or fut atteint vers l’an 2000. Entre 1999 et 2002, Gordon Brown, Chancelier de l’Échiquier du Royaume-Uni, a vendu 60% des réserves d’or du pays quelque temps avant que l’or n’entre dans un long marché haussier, ce qui a valu à cet épisode le sobriquet de « Brown bottom ».

James Turk dit : « L’or est le baromètre avec lequel est jaugée et évaluée la manière dont une banque centrale gère la devise du pays et son économie. Un prix de l’or à la hausse est un signe précurseur de danger, comme de l’inflation ou des problèmes bancaires. Un prix de l’or à la baisse ou qui stagne est interprété par le marché comme un signe que tout va bien avec la devise nationale et l’économie. Il est clair que les banquiers centraux préfèrent ne pas avoir l’or qui regarde par-dessus leur épaule à chacun de leurs mouvements. Alors ils sont en guerre contre l’or. »

Et Antal Fekete dit que « les gouvernements ont correctement identifié l’or comme le seul antidote contre leurs efforts à construire la Tour de Babel de dette impayable », et que « la haine officielle envers l’or, presque névrotique, apparaît moins irrationnelle si l’on se rend compte que l’or, et l’or seul, est en mesure d’exposer la mauvaise foi omniprésente derrière les promesses des pouvoirs en place. »

Cette année, Mario Draghi, président de la BCE, en a surpris plusieurs, moi inclus, quand il a déclaré, sans hésitation : « Pour les banques centrales, cet or constitue une réserve de sécurité, c’est ainsi que le voit le pays. Dans le cas des pays qui n’utilisent pas le dollar, il leur donne une protection de valeur contre les fluctuations du dollar. » Il s’agissait d’une déclaration très directe, non ambiguë et fortement pro or, et qui venait d’un banquier central. Il répondait à une question sur l’or sans hésiter, ce qui contrastait avec le malaise qu’avait Ben Bernanke, président de la Fed, lorsqu’il avait à le faire.

Zhang Jianhua, de la Banque populaire de Chine, a déclaré dans une interview : « Il n’existe plus d’actif sécuritaire maintenant. Le seul choix pour se protéger des risques est de détenir de la monnaie solide : de l’or. » Sun Zhaoxue a aussi écrit, dans un article, que : « De plus en plus de gens réalisent que l’histoire qui dit que ‘l’or est inutile’ comprend trop de mensonges. L’or souffre d’un ‘écran de fumée’ créé par les États-Unis, qui entreposent plus de 70% des réserves mondiales officielles d’or, qui veulent que les autres monnaies se déprécient afin de maintenir l’hégémonie du dollar US. »

L’expert russe en métaux précieux Dmitri Balkovskiy dit : « Elvira Nabiullina, récemment nommée par Poutine à la Banque de Russie, connaît l’œuvre de Ludwig von Mises et est bien connue des cercles libertaires (libertarian) de Moscou » (von Mises et les libertaires sont pro or, en général). Sans parler de Vladimir Poutine lui-même, qui n’a pas hésité à être photographié avec un lingot d’or à la main, et qui aurait demandé à la banque centrale de Russie de faire grimper les réserves d’or au-dessus de 10% des réserves totales.

Il a aussi dit récemment à des journalistes étrangers, au Forum économique de St-Pétersbourg 2014 : « Pour nous (la Russie et la Chine), il est important de les déposer (les réserves d’or et de devises) de façon rationnelle et sécuritaire… et nous devons ensemble réfléchir à la manière de s’y prendre, en tenant compte de la situation difficile de l’économie mondiale. »

Au contraire de Ben Bernanke, Alan Greenspan, son prédécesseur à la Fed, n’a jamais caché son favoritisme pour l’or. Cela ne l’a pas empêché de déclarer que, si nécessaire, la Fed se tenait prête à utiliser le marché des produits dérivés pour vendre de l’or. En s’adressant au Congrès américain en 1999, il a dit : « L’or représente toujours la forme ultime de paiement dans le monde. La monnaie fiduciaire, in extremis, n’est acceptée par personne. L’or est toujours accepté. »

Eveline Widmer-Schlumpf, ministre suisse de la finance, juste avant le référendum sur l’or en Suisse, déclara que la « crédibilité de la politique monétaire » serait « grandement mise à mal » si le plancher de 20% de réserves en or était introduit. Elle a aussi décrit l’or comme faisant partie des « investissements les plus volatiles et les plus risqués » des bilans de la banque centrale; pourtant, la Suisse possède toujours une très grande quantité d’or dans ses réserves.

À noter également que le Fonds monétaire international (FMI) déclare sur son site web : « Le FMI détient une quantité d’or relativement élevée parmi ses actifs, non seulement pour des raisons de saine gestion financière, mais aussi pour être prêt à rencontrer certaines éventualités non prévues. »

Dans le graphique ci-dessous, on peut voir l’explosion des réserves d’or à la « banque des banques centrales », la Banque des règlements internationaux (Bank for International Settlements, BIS). Ce qui est significatif ici, avec ces transactions de la BIS, est que l’or était utilisé pour les règlements internationaux après avoir été mis à l'écart du système monétaire pendant plusieurs décennies. Les transactions elles-mêmes confirment que l’or est utilisé ainsi, ce qui constitue une confirmation dynamique du retour de l’or dans le système monétaire. Cet épisode révèle combien le système financier était fragile, avant avril 2010, et, selon moi, l’est encore, et démontre comment les gouvernements ont mobilisé l’or pour supporter indirectement les banques commerciales. La vieille utilité de l’or en période d’urgence a refait surface durant la crise de 2008, même si c’était derrière des portes closes au BIS à Bâle, en Suisse.

J’aimerais maintenant que vous jetiez un coup d’œil aux deux graphiques suivants. Ils représentent l’or déposé par les banques centrales étrangères aux États-Unis. Comme vous pouvez le voir, les rapatriements d’or ont débuté dans les années ’60, tout juste avant l’effondrement du système de Bretton Woods en 1971, et ont continué de manière constante jusqu’en 2000.

Depuis 2000, nous avons eu trois épisodes d’accélération des rapatriements. Ils correspondent aux attaques du 11 septembre 2001, à New York, et à la guerre en Irak qui suivit, à la crise financière de 2008 et, maintenant, aux menaces de nouvelle Guerre froide et de crise monétaire mondiale. Depuis la fin de 2013, il est devenu évident que l’on cherche à rapatrier l’or entreposé aux États-Unis, quelquefois ouvertement et, plus souvent, de manière discrète.

Le pouvoir de l’or semble transcender toutes les théories économiques modernes, et quelque chose nous dit, que nous soyons analphabètes ou éduqués, que l’or n’est pas qu’une relique du passé, mais bien plutôt l’actif le plus liquide et le plus facile à échanger en cas de situations extrêmes.

Le raisonnement derrière la suppression du prix de l’or par les gouvernements et les banques centrales est que l’or est une monnaie solide et un métal politique. Depuis que la monnaie existe, les dirigeants ou les gouvernements sont toujours intervenu, surtout après avoir dilapidé la richesse du pays en le soumettant à un niveau exorbitant de dette.

Peter Bernstein, à la fin des années ’90, alors que l’or était à son plus bas, dans un livre excellent sur l’or, même s’il le critique , The Power of Gold, a fait la mise en garde suivante : « L’or pourrait encore servir comme protection ultime dans des conditions chaotiques. Cependant, le retour à son rôle traditionnel de monnaie universelle est improbable, à moins que ne vienne un temps où le dollar, l’euro et le yen ne soient plus à même de remplir leur rôle de paiement acceptable au-delà des frontières internationales. » Il semble que nous nous approchions de plus en plus de ces conditions chaotiques, depuis 2008.

 

Données et statistiques pour les pays mentionnés : Chine | Irak | Russie | Suisse | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Chine | Irak | Russie | Suisse | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :5 (2 votes)
>> Article suivant
Publication de commentaires terminée
Dernier commentaire publié pour cet article
Soyez le premier à donner votre avis
Ajouter votre commentaire
Top articles
Derniers Commentaires
Futurs retraités, vous avez du souci à vous faire…
24 juinmerisier
Le principe de retraite par répartition à prestations définies implique un nombre supérieur de cotisants par rapport aux ayants droit. La tendance ...
Futurs retraités, vous avez du souci à vous faire…
24 juinDorothée2
l'argument devenu "classique" de considérer l'immigration massive ( et donc de la favoriser ) comme une solution au financement des retraites est d...
L’enquiquinante image négative des migrants
24 juinmerisier2
@ glanduron En mai 2017, ce qui n'est pas si loin que ça, les Français ont eu la possibilité de renverser la vapeur. Ils ne l'ont pas fait, pou...
L’enquiquinante image négative des migrants
24 juinPâris3
Un troupeau de moutons métissés produit autant de viande et de laine que des purs sangs. Tout en étant moins vif et plus docile.
Travailler toutes ses heures ? Non mais quel scandale !
23 juinglanduron1
@ merisier, Je connais bien un village de 800 habitants dont les habitants cherchent désespérément ceux que l'on nommait autrefois cantonn...
Travailler toutes ses heures ? Non mais quel scandale !
23 juinmerisier1
Évidemment, lorsque l'on habite une petite commune de France-Profonde avec une population de 452 habitants, on se pose des questions en lisant un t...
Pleurez pour l’Argentine : elle va lancer une émission obligataire ...
23 juinglanduron
Vous pouvez voir les caractéristiques d'un emprunt de ce type ici (entre autre) : https://www.oblis.be/fr/bond/republic-argentina-7125-280...
22/06, Les cours de l’or sont prêts pour une reprise
23 juinSaphir
Même pour tout ça, le cours serait automatiquement cassé, une seule chose pourrait faire repartir les métaux à la hausse sans moyen efficace pour l...
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX