Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

La chute continue de l’industrie européenne

IMG Auteur
Publié le 13 janvier 2020
838 mots - Temps de lecture : 2 - 3 minutes
( 0 vote, 0/5 )
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
0
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Opinions et Analyses
24hGold - La chute continue de...

Chris Williamson, chef économiste de Markit, n’a pu que constater la morosité ambiante. L’indice PMI, chiffre qui mesure l’activité manufacturière, a de nouveau chuté en décembre, pour atteindre 46,3 contre 46,9 le mois précédent. Nous sommes donc loin d’atteindre les 50 nécessaires à la progression de l’activité. Tout ceci est d’autant plus grave que la chute de décembre a été violente et qu’elle constituait une 11e baisse consécutive.

Le PMI allemand est descendu jusqu’à 43,7, « plus bas niveau des pays étudiés »… or l’Allemagne reste la locomotive industrielle européenne, mais la chute ne concerne hélas pas que l’Allemagne, loin de là.

En effet, la situation n’est pas meilleure en Italie puisque la péninsule s’est retrouvée face à son plus fort recul industriel depuis presque sept ans. Les chiffres sont également mauvais pour les Pays-Bas… ou la France.

Bref, le décrochage industriel concerne désormais toute l’Europe et plus largement, le monde entier.

« Ceci est un article « presslib » et sans droit voisin, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.insolentiae.com. »

L’industrie européenne continue de s’effondrer

Le secteur industriel en zone euro a enregistré son 11e mois de contraction consécutif en décembre, d’après l’enquête mensuelle d’IHS Markit. L’Allemagne, habituée à jouer les bons élèves en la matière, se trouve toujours en difficulté. En France, les industriels font également la moue. Et la situation ne devrait pas s’arranger de sitôt.

«Le secteur manufacturier de la zone euro a terminé l’année 2019 sur une note très décevante, l’enquête de décembre mettant en évidence le plus fort repli de l’activité manufacturière depuis 2012.»
Au moment d’analyser les derniers chiffres du secteur industriel de la zone euro, Chris Williamson, chef économiste de Markit, n’a pu que constater la morosité ambiante. L’indice PMI, chiffre qui mesure l’activité manufacturière, a de nouveau chuté en décembre, pour atteindre 46,3 contre 46,9 le mois précédent. Nous sommes donc loin d’atteindre les 50 nécessaires à la progression de l’activité. Tout ceci est d’autant plus grave que la chute de décembre a été violente et qu’elle constituait une 11e baisse consécutive.

«Les dernières données PMI préfigurent ainsi une baisse de la production industrielle de l’ordre de 1,5% au quatrième trimestre. Ces mauvaises performances risquant de peser fortement sur la croissance économique globale de la région», a précisé Chris Williamson.
Les mauvaises performances de l’Allemagne, pourtant réputée comme une machine industrielle à haute capacité, jouent un rôle essentiel dans la chute de l’indice PMI depuis plusieurs mois. Le sien est d’ailleurs descendu jusqu’à 43,7, «plus bas niveau des pays étudiés» comme le font remarquer nos confrères de La Tribune. «La première puissance économique de la zone euro reste plongée dans de profondes difficultés liées à une industrie exposée aux soubresauts de l’économie mondiale et aux exigences environnementales. Si le taux de chômage et l’emploi résistent au niveau global, les destructions de postes signalés par les industriels allemands pourraient avoir des répercussions sur l’économie outre-Rhin», analysent-ils.

Et ailleurs, la situation n’est pas meilleure. L’industrie italienne s’est retrouvée face à son plus fort recul depuis presque sept ans. Les chiffres sont également mauvais aux Pays-Bas… ou en France. L’hexagone fait pourtant office de bon élève en 2019 avec une croissance estimée à 1,3%, contre 1,1% en zone euro, selon les derniers chiffres de l’INSEE. Mais comme le relève La Tribune, Markit souligne que «le secteur manufacturier français a enregistré sa plus faible croissance depuis trois mois en décembre, tendance reflétant notamment un ralentissement de la hausse de la production et un retour à la baisse des nouvelles commandes.»
Du côté des motifs d’espoir, il faut noter la prochaine signature de la «phase 1» de l’accord entre Washington et Pékin, qui devrait calmer un peu la guerre commerciale que se livrent les deux premières puissances économiques du monde et qui impacte de nombreuses économies dans le globe, notamment au sein de la zone euro.

D’après Chris Williamson, le challenge sera de taille en 2020 pour la zone euro:

«Seul le sous-secteur des biens de consommation a enregistré une hausse de la demande en décembre, continuant ainsi de soutenir l’économie de la région, au bord de la récession depuis plusieurs mois. Maintenir une croissance économique malgré la sévérité de la contraction dans le secteur manufacturier représente par conséquent un défi majeur pour la zone euro à l’aube de la nouvelle année.»
Julien Pouget, chef du département de la conjoncture à l’INSEE, estimait récemment que «sur le plan économique, la crainte d’un retournement conjoncturel global semble s’atténuer». Avant de poursuivre:

«En même temps, on peine à discerner les facteurs qui seraient susceptibles de redonner du souffle à l’économie mondiale. Il faut se contenter d’un tableau en clair-obscur, avec des facteurs de soutien monétaire et budgétaire»

Source Agence de presse russe Sputnik.com ici

<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :0 (0 vote)
>> Article suivant
Charles Sannat est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l’Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires Il a exercé les fonction de directeur des études économiques de la société Aucoffre.com de 2012 à 2015, et créé le Contrarien Matin un site de « décryptage quotidien, sans concession, humoristique et sarcastique de l’actualité économique ». Il a fondé en Septembre 2015 le site Insolentiae.com et se consacre depuis pleinement à ce nouveau projet éditorial.
Commenter cet article
>Suivre tous les commentaires du site
Vous devez être connecté pour commenter un article8000 caractères max.
connectez-vous ou inscrivez-vous
Dernier commentaire publié pour cet article
Soyez le premier à donner votre avis
Ajouter votre commentaire
Top articles
Derniers Commentaires
Retour à la case départ pour l’or.
17 janv.Saphir
Disons que l'argent papier n'a plus aucun avenir, donc c'est essentiellement l'unique raison pour laquelle on devrait posséder de l'or et de l'arge...
Retour à la case départ pour l’or.
11 janv.Alain J.
Bonjour Comme je vous avais dit dans un précédent commentaire lor et largent ne sont pas des placements tranquilles. Au contraire des qu'on les...
Le pari perdant des fin-du-mondistes, des survivalistes ou des coll...
02 janv.Grégory D.
Merci Charles. La vision de la collapsologie et de l'écologie partagée par nombre de sites et de journaux économiques est consternante, fondée sur ...
Upton Sinclair, citations
02 janv.Grégory D.1
Upton Sainclair a aussi écrit une phrase que je cite souvent pour illustrer l'incapacité de la plupart des gens à comprendre l'ampleur et les consé...
Le pari perdant des fin-du-mondistes, des survivalistes ou des coll...
20 déc.Louis L.
Bien entendu, le progrès n'est pas, a priori, imbécile, bien au contraire. Il est malheureusement dévoyé par d'intelligents imbéciles qui mette...
Le pari perdant des fin-du-mondistes, des survivalistes ou des coll...
13 déc.Léopold II
Le jugement de Mark Twain me paraît quelque peu excessif. Le mot progrès vient du latin progressus, participe passé du verbe progredi qui signifie ...
Le pari perdant des fin-du-mondistes, des survivalistes ou des coll...
13 déc.Louis L.1
Les gens intelligents s'adaptent à la nature, les imbéciles cherchent à adapter la nature, c'est pourquoi ce que l'on appelle "progrès"
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX