Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

La Croatie efface les dettes de ses citoyens les plus démunis !

IMG Auteur
Publié le 04 février 2015
870 mots - Temps de lecture : 2 - 3 minutes
( 11 votes, 3,5/5 ) , 11 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
11
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux
24hGold - La Croatie efface le...

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

J’étais invité sur le plateau d’Écorama, la nouvelle émission de décryptage de l’économie que vient de lancer le site Boursorama. Vous pouvez voir l’enregistrement de cette vidéo ici !

Hier, je vous parlais de l’idéologie et de ses ravages. J’évoquais évidemment l’idéologie socialiste, ce qui m’a valu quelques piques acerbes dans le courrier des lecteurs du type « plutôt que de taxer à 75 % les riches, taxons les petites c’est bien ça ? »… Eh bien non, ce n’est pas ça du tout. Dire et dénoncer une idéologie qui consiste à faire du riche l’ennemi du pauvre cela ne veut pas dire que c’est le pauvre qui doit payer !! Non, non et non. Dans tous les cas, la question qui se pose c’est celle de la répartition de la richesse.

Et c’est une question à laquelle il n’y a jamais eu de réponse totalement efficace apportée. Depuis des millénaires, on tâtonne, on expérimente et surtout on s’affronte, que ce soit au niveau des idéologies ou des luttes des classes, car ne nous leurrons pas, la lutte des classes continue et comme le disait Warren Buffett, « c’est ma classe (celle des riches) qui a gagné »… Alors oui il faut répartir les richesses de façon optimale mais rien n’est optimal lorsque l’on taxe à 75 %… alors que l’on a les frontières ouvertes, et j’insiste sur l’importance de ce point. Dans un monde fermé, la taxe à 75 %, à défaut d’être juste ou équitable, a un sens dans la mesure où celui qui doit la payer ne peut pas y échapper, tandis que dans un monde ouvert où le contribuable peut fuir, excusez-moi mais il faut être un peu stupide pour croire que cela peut marcher !

Bon, à propos de justice sociale, nos amis Croates ont eu une idée qui ne consistait pas à aller taxer les riches à 75 % et plus mais à effacer la dette des plus pauvres… Comme quoi, on peut régler un problème de plusieurs façons. En France, pour régler un sujet, on invente une nouvelle taxe mais on pourrait faire autrement, si, si je vous assure !!

La Croatie efface les dettes de ses citoyens les plus démunis

Voilà l’essentiel de ce que nous apprend cet article de La Tribune qui revient sur ce sujet :

« Cette mesure consiste notamment à effacer les dettes des personnes en difficulté, à hauteur de 4 500 euros, par des entreprises publiques, des opérateurs de téléphonie et des banques.

La Croatie, tout dernier membre de l’Union européenne, a démarré lundi un programme d’effacement des dettes de plusieurs dizaines de milliers d’habitants les plus démunis ayant des difficultés à les rembourser à cause d’une récession économique longue de plus de six ans. Le gouvernement a indiqué que le montant total des dettes qui seront supprimées est d’environ 46 millions d’euros, soit 0,1 % du PIB.

Au total, quelque 60 000 personnes pourront bénéficier de cette mesure unique adoptée à la mi-janvier par le gouvernement de centre-gauche à la popularité décroissante, alors que les élections législatives sont prévues à la fin de l’année.

Cette mesure concerne également les personnes ou les familles les plus démunies, qui touchent déjà des allocations sociales. Elle s’appliquera à ceux dont les revenus mensuels ne dépassent pas 325 euros, ainsi qu’aux familles dont les revenus cumulés ne dépassent pas 160 euros pour chacun de leurs membres. »

Que se passe-t-il si on annule les dettes ?

La dette de Dupond c’est une créance de Durand… voilà ce qu’il faut retenir comme grand principe général. En clair, mon emprunt provient de votre argent. Par extension, on peut dire que c’est l’épargne des uns qui finance les dettes et les dépenses des autres. Annulez les dettes des uns et en réalité vous annulez l’épargne des autres.

C’est particulièrement flagrant pour ceux qui détiennent des obligations d’État. Un titre obligataire c’est une reconnaissance de dette certes mais tous vos sous placés dessus n’existent plus et si l’État ne rembourse pas son crédit, vous serez ruiné !

Ne pas payer ses dettes ou voir ses dettes annulées, dans tous les cas c’est faire défaut, faire faillite. Il ne s’agit pas de savoir si c’est bien ou mal. Économiquement parlant, si on annule des dettes, cela fera des pertes à d’autres, premier constat. Deuxième constat : en dehors de toute morale, ce qui est certain c’est qu’arrivé à un certain point, le remboursement des dettes n’est plus possible, il est illusoire et le droit français prend d’ailleurs en compte cet état des choses avec ce que l’on appelle la « commission de surendettement », ou la « faillite personnelle » dans le droit anglo-saxon.

Donc la bonne question à se poser en tant qu’épargnant est que se passera-t-il pour moi si les faillites y compris d’États se multiplient et comment me protéger de cela ? Car si la Grèce ne remboursera jamais sa dette, si beaucoup de Croates non plus, je peux vous assurer qu’ils sont loin, très loin d’être les seuls dans ce cas.

Il est déjà trop tard, préparez-vous.

Charles SANNAT

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes » (JFK)

Données et statistiques pour les pays mentionnés : France | Grèce | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : France | Grèce | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :3,5 (11 votes)
>> Article suivant
Charles Sannat est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l’Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires Il a exercé les fonction de directeur des études économiques de la société Aucoffre.com de 2012 à 2015, et créé le Contrarien Matin un site de « décryptage quotidien, sans concession, humoristique et sarcastique de l’actualité économique ». Il a fondé en Septembre 2015 le site Insolentiae.com et se consacre depuis pleinement à ce nouveau projet éditorial.
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
"si la Grèce ne remboursera jamais sa dette, si beaucoup de Croates non plus..."

Il y a des prêts sur gage et des prêts sur solvabilité.
Dans le premier cas, si la gage est sérieux, le risque est faible pour le créancier.
Dans le deuxième cas, si la solvabilité a été mal estimée, c'est AUSSI le problème du prêteur imprudent.

Personnellement, je préfère ne pas aider ceux que je n'aime pas: si je ne suis pas d'accord avec les actions d'un gouvernement, je ne vais pas l'aider à les réaliser en lui achetant des obligations. Question de cohérence.
Si je prête à un privé, je cherche à aider à réaliser un projet qui me plaise, (le rendement n'étant alors plus le seul critère).
"mon emprunt provient de votre argent"

Pour les dettes entre particuliers, les factures impayés etc, oui!
Pour une dette bancaire dans un système fractionnaire, il n'y a que 5 ou 10% de mon emprunt qui vient de l'épargne d'un autre déposant.
Quand une banque prête de l'argent, il me semblait qu'elle ne prêtait rien en réalité, mais qu'elle ne faisait qu'une écriture comptable de reconnaissance de dettes tout en créditant mon compte.
Si je ne rembourse pas elle n'a rien perdu, si ce n'est que son exercice comptable est déséquilibré. La seule conséquence réelle c'est que cet argent non remboursé favorise l'inflation monétaire et fait donc perdre de la valeur aux actifs réels de la banque.
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
c'est juste, mais elle peut perdre des liquidités en monnaie centrale sans espoir d'être remboursé et c'est souvent le cas puisque le dépôt est utilisé et fuit dans une autre banque et ça peut l'amener à devoir se refinancer ce qui a un coût . Comptablement elle impute la perte sur ses fonds propres ce qui diminue sa capacité à faire crédit et l'oblige aussi à devoir reconstituer ses fonds propres pour respecter ses ratios ce qui peut aussi avoir un coût, d'autre part elle doit toujours rémunérer une partie des dépôts ( au taux créditeur) alors qu'elle perd en partie les intérêts "manquant" ( taux débiteur) donc baisse du taux de marge du fait du non remboursement du prêt. Et oui ça augmente la masse monétaire sauf si la banque arrive à vendre ou à se faire rembourser les biens pris en garantie, hypothèque par exemple.
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
"Si je ne rembourse pas elle n'a rien perdu"

En général elle a pris des cautions/nantissements pour un montant supérieur au prêt.
En général encore, l'accident de paiement ne vient pas le jour de la souscription mais plus tard, après avoir payé beaucoup d'intérêts et peu de capital.
Donc si vous ne remboursez pas et que l'opération se finit par une saisie des cautions, ça peut finalement se révéler pour la banque une meilleure opération que si vous aviez payé à l'heure jusqu'au bout. Juste un peu de stress mais tant pis pour elle.

Par ailleurs, la banque vend des produits financiers à tout va, mais en connaissant bien leur virtualité (forcément: elle les a conçus!).
Rien ne lui plait d'avantage que de saisir des bien tangibles, à commencer par des parcelles foncières. Ca ne peut se faire évidemment qu'en plantant son client.
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
On annule une dette = on annule de l'épargne, OK.
Mais qu'en est-il avec l'argent de la planche à billets (QE etc) ????
Merci de m'éclairer, j'ai encore des lacunes !
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Très bonne question, dont la réponse est tout sauf simple.
Hier soir sur ARTE, il ya avait une excellente émission sur la dette justement.Voici le lien :
http://programme-tv.linternaute.com/p2988067-la-dette-une-spirale-infernale/

Sur le fond lorsque la BCE fait fonctionner la planche à billet, les sommes d'argent émises sont inscrites au passif de la banque.
Et à tout passif doit correspondre un actif.
Dans le cas de QE (Quantitative Easing), l'actif est en général une créance "pourrie" dont on sait qu'elle a très peu de chance d'être un jour remboursée.
Au final il n'y a rien ou presque pour contrebalancer le passif que représentent le montant des billets émis.
Les conséquences sont une basse de la valeur de la monnaie ainsi "traitée".
Ces conséquences nous les subissons tous, du moins tous ceux qui ont des avoir dans cette monnaie.

Le phénomène est bien connu et a fait l'objet de (très) nombreux articles de notre excellent Charles Sannat qui nous conseille par conséquent de limiter au maximum la détention d'argent liquide et de s'orienter vers les biens réels comme l'immobilier, l'or, les bijoux, les œuvres d'art (si on s'y connait) et le fameux PEBC (Plan d'Épargne Boîtes de Conserve).
Au cas où.....
Evaluer :   5  0Note :   5
EmailPermalink
@ Philippe L
Merci pour cet éclairage... Qui pourra aussi servir à d'autres.
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
L'argent liquide n'est pas le seul à se faire dévaluer mais c'est le sort de tous les avoirs et contrats exprimés dans l'unité de monnaie.
Un contrat de travail ou un contrat de location se font dévaluer comme un compte en banque !
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
dans le cas du qe, la banque centrale prend la perte donc c'est tous les détenteurs de monnaie qui payent en voyant la dilution du pouvoir d'achat de leur monnaie, (10€ un café, 150€ le morceau de viande....). Une économie qui vie par le QE meurt par le QE (peter schiff) et il a raison !

edit: même réponse que philippe ;)
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Bon anniversaire, les 560 traîtres !

C'était il y a sept ans, le 4 février 2008, à Versailles. Les députés et les sénateurs étaient réunis en Congrès pour voter le projet de loi constitutionnelle modifiant le titre XV de la Constitution. En clair :

- Si les députés et les sénateurs avaient voté "contre", un référendum sur le traité de Lisbonne aurait été organisé.

- Si les députés et les sénateurs avaient voté "pour", il n'y aurait pas eu de référendum sur le traité de Lisbonne.

Résultat :

Les députés et les sénateurs se sont rendus complices d'un coup d'Etat : ils ont voté "pour" (560 voix).

560 traîtres ont trahi le peuple français.

560 traîtres ont refusé de soumettre le traité de Lisbonne à référendum, alors que ce traité de Lisbonne reprend 98 % du Traité établissant une constitution pour l'Europe.

Seuls 181 députés et sénateurs ont sauvé l'honneur. Seuls 181 députés et sénateurs ont résisté au coup d'Etat : ils ont voté "contre".

Conséquence : il n'y a pas eu de référendum sur le traité de Lisbonne. Le traité de Lisbonne a été adopté trois jours plus tard par le Parlement français, le 7 février 2008.

Conclusion : la construction européenne est anti-sociale, anti-populaire, anti-démocratique. Elle doit être détruite.

Pour savoir qui sont les 560 traîtres qui ont voté « pour », c'est ici :

http://www.assemblee-nationale.fr/13/scrutins/jo9000.asp
Evaluer :   4  0Note :   4
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
L'argent liquide n'est pas le seul à se faire dévaluer mais c'est le sort de tous les avoirs et contrats exprimés dans l'unité de monnaie. Un contrat de travail ou un contrat de location se font dévaluer comme un compte en banque ! Lire la suite
Pâris - 04/02/2015 à 17:58 GMT
Note :  1  0
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX