Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

La cupidité qu’on voit et celle qu’on ne voit pas

IMG Auteur
 
Publié le 16 mars 2012
680 mots - Temps de lecture : 1 - 2 minutes
( 16 votes, 4,1/5 ) , 9 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
9
commenter
Notre Newsletter...
SUIVRE : Bastiat Liberté
Rubrique : Editoriaux

 

 

 

 

Maintenant c’est sûr, le doute n’est plus permis, et avec un peu de chance, le prochain gouvernement en fera une loi mémorielle : les riches sont des salauds. C’est la conclusion qui s’impose, dit-on, à la lecture de l’étude réalisée récemment par l’université de Berkeley et publiée le 27 février dernier dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences.


A l’évidence, si l’étude fait parler d’elle, c’est parce qu’elle conforte le préjugé sur les riches en superposant à la distinction sociologique entre classes moyennes et classes aisées une distinction éthique entre classes morales et classes immorales. Un Français bien élevé ne doit pas évoquer les « classes dangereuses », mais il peut montrer du doigt les classes accapareuses, égoïstes, oisives, immorales. De cette sociologie de comptoir, on ne lui tiendra pas rigueur.


Certes, l’étude ne manque pas de pertinence. Elle fait ressortir, par exemple, que les « riches » hésitent moins que les autres à se jouer des règles s’ils y trouvent un avantage. Cela n’a rien d’une nouveauté. En Occident, les groupes les plus aisés ont toujours été des éléments à la fois stabilisateurs et déstabilisateurs, entre conformisme et anti-conformisme, et l’avènement du capitalisme libéral n’y a rien changé, qui fait de la remise en cause permanente (ce que Schumpeter appelait « destruction créatrice ») le moteur de notre civilisation.


Du reste, dire qu’il existe une corrélation entre le niveau de vie d’un individu et la moralité de son comportement revient à dire ce que tout le monde sait déjà : que l’on peut faire plus de choses avec de l’argent que sans argent, que cette liberté nous rend moins dépendant de la collectivité, et qu’en même temps que le sentiment de dépendance, c’est le sentiment d’appartenance qui s’étiole et déculpabilise d’enfreindre les règles du groupe (Bernanos ne disait pas autre chose quand il fustigeait le mépris du bourgeois pour sa patrie).


C’est justement ce qui devrait mettre mal à l’aise les commentateurs. Car cette forme d’indépendance et de liberté, c’est celle que les classes moyennes et populaires réclament pour elles-mêmes. La question se pose donc de savoir comment ce qui pervertit les uns pourrait édifier les autres…


Pour les auteurs de l’étude, le coupable n’est pas la richesse en soi, mais la cupidité. C’est la cupidité qui pousserait les plus riches d’entre nous à marcher sur les pieds du voisin pour obtenir un avantage quelconque. Il y aurait ainsi deux manières d’écouter ses envies : la manière du riche qui triche, ment, trahit, et la manière des autres, moins cupides, donc plus respectueux des lois et de la morale.


Une théorie commode, qui a l’avantage de légitimer les revendications socio-économiques du plus grand nombre mais l’inconvénient d’ignorer un point essentiel.


En effet, l’étude s’intéressant aux comportements immoraux individuels, elle ignore l’immoralité institutionnalisée, à savoir les mécanismes par lesquels la loi invoque de grandes idées pour répondre à des attentes immorales. Car enquêter sur la moralité des comportements individuels, c’est exclure a priori de son champ de vision tous les vices humains que les administrations publiques se chargent de satisfaire pour le compte de la société.


Ainsi, l’étude épingle l’incivilité du « riche » au volant, mais ne s’interroge pas sur la redistribution ou la progressivité de l’impôt, qui légitiment, en l’institutionnalisant, la cupidité et l’envie du plus grand nombre. Tout le monde n’a pas entendu parler de cette « grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde », comme disait Bastiat.


D’aucuns soulignent, pour s’en réjouir, le caractère scientifique de cette étude. Je veux bien croire que les chercheurs de Berkeley soient des hommes de science. On se trompe toutefois sur la conclusion de leur étude. Car ce que prouve cette dernière, ce n’est pas qu’un riche se comporte a priori moins bien qu’un pauvre, mais que la cupidité rend facilement immoral (ce n’est pas nouveau) et que l’immoralité d’un comportement paraît plus évidente quand aucun beau principe ne vient la justifier.


Très curieusement, ce dernier point ne fait guère couler d’encre. On se demande pourquoi !




 

 

<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4,1 (16 votes)
>> Article suivant
Nils Sinkiewicz est le principal rédacteur du blog catholique et libéral "Marché Gris", qui propose au public analyses et réflexions sur l'actualité socio-économique
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
J'ai toujours eu l'impression qu'être riche, c'est dans la tête ! Si on adapte ses besoins à ses ressources, hé bien, on est riche ! Les pauvres qui rêvent de devenir riches sont mentalement vides et insuffisants ! Je n'ai pas connu de riche heureux ! Ils sont aigris et envieux de ceux qui sont plus riches qu'eux ! Les rares satisfaits sont ceux qui ont servi la société en donnant du travail à un très grand nombre d'employés, mais alors ils ne sont riches que de loin car ils peuvent être ruinés par un retour de flamme économique ou erreur de gestion; les exemples sont innombrables.
L'égalité parfaite sera face à la mort.
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Pas de riches heureux ; ne généralisons pas .
Evaluer :   0  1Note :   -1
EmailPermalink
L'ISF moyen des déclarants ISF est de 1,7 millions d'euros!!!
Savez-vous qu'en épargnant 500 euros par mois pendant 40 ans à 5 %, on accumule 700 000 euros soit le seuil de l'ISF?
A combien commence la richesse?
Il a en France 14 % des contribuables qui gagnent plus de 38 751 euros par an et paient 81 % de l'impôts sur le revenu (source! DGFiP revenus 2009); estce la richesse
Il y avait en 2010, 560 000 déclarants l'ISF à partir de 800 000 € est-ce la richesse?
La richesse c'est mon voisin qui gagne plus que moi
Donc tout le monde est riche
Il y a 27 millions de joueurs au Loto, sont-ils cupides?
S'ils sont cupides cela veut dire que 74 % de la population française est cupide
Cela veut dire que 74 % des Français sont riches.
ce qui permet aux riches d'être riches, c'est peut-être qu'ils osent ....être immoraux, cupides, initiés et surtout cyniques et pragmatiques....les lois sont légères et surtout la justice est lente, imparfaite et au final vivre en marge de la loi est plus rentable, plus fructueux...exemple : Madoff :-) et tous les autres qui eux ne sont pas en prison, Madoff est l'exception qui confirme la règle ?!
Evaluer :   2  2Note :   0
EmailPermalink
" Les hésitent moins que les autres à se jouer des règles...." Bien sûr, pour jouer, mieux vaut savoir jouer! Ce n'est pas qu'ils soient pires mais ils sont, globalement, les plus intelligents et, ou, instruits, ce qui veut dire les plus aptes au contournement de la règle.
Les autres hésitent davantage parce qu'ils se sentent peu armés. Il n'en demeure pas moins vrai que si, face aux défis de la vie, deux personnes sont également armées, le plus cupide, donc le plus dénué de scrupules, aura une plus grande réussite matérielle que l'autre.
Evaluer :   2  1Note :   1
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
Pas de riches heureux ; ne généralisons pas . Lire la suite
Crabiste-réactivateur Diploma - 06/03/2013 à 18:46 GMT
Note :  0  1
Top articles
Derniers Commentaires
Le pari perdant des fin-du-mondistes, des survivalistes ou des coll...
13 déc.Léopold II
Le jugement de Mark Twain me paraît quelque peu excessif. Le mot progrès vient du latin progressus, participe passé du verbe progredi qui signifie ...
Le pari perdant des fin-du-mondistes, des survivalistes ou des coll...
13 déc.Louis L.1
Les gens intelligents s'adaptent à la nature, les imbéciles cherchent à adapter la nature, c'est pourquoi ce que l'on appelle "progrès"
Démondialisation. Comment Trump vient de tuer l’OMC !
12 déc.Saphir0
La mondialisation c'est avant tout le dollar comme monnaie de réserve et son extraterritorialité, je n'ai ni vu ni entendu Trump tenter d'y changer...
Pourquoi la théorie du réchauffement climatique doit nous faire rir...
20 nov.Louis L.1
Saoulez vous et fumez sans la moindre retenue car il est formellement prouvé que cela est sans incidence sur le taux de mortalité qui demeure obsti...
L'illusion de la gratuité
19 nov.zelectron
Même Hollande s'était fendu d'un : c'est gratuit, c'est l'état qui paye.
Propriété menacée. La société de l’usage, c’est la société du serva...
19 nov.zelectron0
L'ignominie de cette proposition montre à quel point le communisme a laissé des traces quasi- indélébiles pour les débiles de la société.
Or, pourquoi ça baisse, pourquoi ça va monter ensuite !
14 nov.Alain J.
et pourquoi çà monte et çà baisse ensuite Il y a 10 ans l'article ci dessus aurait pu s'écrire ... mais autrement. Je suis les articles sur l'o...
Comment on a étranglé la Grèce. Mediapart
15 nov.Patrick W2
La video doit être absolument regardée. Je l'ai vue, et j'ai envie d'acheter le livre de Varouflakis " Conversations entre Adultes" et de voir...
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX