Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en
Dans la même rubrique

La défaite prévisible des eurosceptiques

IMG Auteur
 
Publié le 04 juin 2013
870 mots - Temps de lecture : 2 - 3 minutes
( 18 votes, 4,8/5 ) , 7 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
7
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux

 

 

 

 

S'il y a encore un aspect surprenant à la crise des dettes publiques de la zone euro après plus de trois ans d'agonie, c'est bien l'absence d'un mouvement eurosceptique européen.


Il est évident que la zone euro fonctionne mal. Il est flagrant que les politiques mises en œuvre pour la sauver sont un échec.


Pourquoi donc les Européens n'envoient-ils pas leurs hommes politiques en retraite anticipée ?


Certains gouvernements ont perdu des élections nationales. Mais la politique générale s’articulant entre renflouement des États et « faustérité

 » (hausse des impôts sans réduction du poids de l’État dans l'économie ni réformes structurelles) n'a jamais été autorisée à changer. Pourquoi ?


Des narrations nationales incompatibles


La réponse est qu'il n'y a pas d'analyse des problèmes européens communément admise. Dans tous les pays de la zone, les sondages d'opinion suggèrent qu'un malaise face à l’euro et à la gestion de la crise est très répandu. Ce qui diffère de pays à pays sont les raisons de l'insatisfaction des Européens.


Dans les pays qui souscrivent pour l’instant au sauvetage de la monnaie unique, la principale préoccupation des citoyens est de payer pour les erreurs des autres. Les Finlandais, les Néerlandais, les Autrichiens et les Allemands ne souhaitent ni renflouer les oligarques russes et leurs dépôts à Chypre, ni les préretraités grecs, ni les fraudeurs fiscaux italiens. Il s’agit là d’exagérations stéréotypées, mais elles représentent assez bien le sentiment populaire.


Pour ceux qui s'opposent à l'euro en Grèce, à Chypre ou en Italie, la monnaie unique et les choix politiques qui sont sensés la soutenir sont vus comme des diktats indésirables promulgués par Bruxelles, Francfort et Berlin.


Le lecteur de la presse populaire britannique, quant à lui, apprend que l’euro est juste la façon dont l'Allemagne a tardivement gagné la guerre. Ce que les panzers n'ont pu conquérir, la puissance économique de l’Allemagne moderne l’a fait.


Il ne semble guère possible pour un Allemand préoccupé par la compétitivité de son pays et son propre fardeau fiscal de s'associer à un manifestant anti-austérité grec. Les deux peuvent être convaincus que l'euro est la racine de tout mal ; mais ils le sont pour des raisons totalement différentes. Pour l'Allemand, l'euro a incité l’État grec à dépenser sans compter avant la crise, provoquant la débâcle actuelle ; pour le Grec, cette débâcle est la conséquence des politiques d'austérité imposées par Berlin afin de sauver l’euro.


On le voit, l’opposition à la monnaie unique est fragmentée à travers le continent. Les récits nationaux eurosceptiques ne sont pas compatibles.


Des partis politiques aux lignes opposées


Dans la plupart des pays européens, il existe maintenant des mouvements eurosceptiques. Mais leurs lignes politiques ne sauraient être plus diverses.


Ainsi, même si on note de grandes différences de fond et de style entre ces formations politiques, le Parti pour l'indépendance du Royaume-Uni, l’Alternative pour l’Allemagne et l'équipe Stronach en Autriche pourraient toutes être définies comme étant plutôt opposées à l’Union européenne tout en étant vaguement libérales sur le plan économique.


De leur côté, le Mouvement 5 étoiles italien et la Coalition de la gauche radicale grecque justifient leur position anti-euro par leur rejet des politiques réformistes imposées par l’Union européenne.


L'Union européenne a toujours souffert de son incapacité à unir le continent derrière des causes communes. Ironie du sort, ses détracteurs sont confrontés à la même difficulté. Ils sont trop différents pour contester efficacement l’orthodoxie de l’Union.


Extrêmes dans l'exagération ou le consensus


S’opposer à la monnaie unique a été rendu encore plus difficile par la façon dont les partis concernés ont été étiquetés comme étant extrêmes ou réactionnaires.


Le Parti pour l'indépendance du Royaume-Uni semble en partie composé de personnes excentriques, désagréables et tonitruantes - ce qui n’est guère surprenant : chaque mouvement s’opposant au consensus attire son lot d'hurluberlus.


En Allemagne, être en faveur d’une intégration européenne toujours plus étroite a été longtemps considérée comme une condition sine qua non de respectabilité politique. Aucun parti politique souhaitant rester éligible n'aurait osé s'écarter de ce consensus démocratique d'après-guerre.


Le nouveau parti Alternative pour l’Allemagne, dirigé par un éminent professeur d'économie de Hambourg, a dû se défendre dès sa création contre des allégations d’extrémisme politique. Et pourtant, s'il y a quelque chose qui est extrême dans ce parti, c'est sa volonté de jouer selon les règles de la démocratie européenne.


Ce curieux parti eurosceptique se décrit comme pro-européen et même en faveur de l’Union européenne mais déclare que l'introduction de l'euro a été une erreur qui doit être corrigée. Toutefois, la fin de la zone euro devrait se produire à la suite de renégociations entre les membres de la zone euro, dans le cadre d’une dissolution ordonnée de la monnaie unique. Cette recherche permanente du consensus dans l’alternative rappelle la célèbre maxime de Lénine : « Si j'ordonne à des Allemands de prendre une gare, ils commenceront par acheter des tickets de train ».


Tant que les mouvements eurosceptiques en Europe restent fragmentés, les chances qu’il y ait une opposition significative à la politique européenne sont proches de zéro.


Comme toutes les monnaies, l'euro finira par disparaître, peut-être à cause de ses défauts de conception. Mais on peut penser que l’opposition politique à la monnaie unique ne contribuera guère à sa chute.

 

 

Données et statistiques pour les pays mentionnés : Allemagne | Autriche | Chypre | Grèce | Italie | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Allemagne | Autriche | Chypre | Grèce | Italie | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4,8 (18 votes)
>> Article suivant
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
L'excellentissime Pierre Hillard, Europe, Etat-Unis, Allemagne, France ect...

http://youtu.be/kLauGGDA7To
L'explication est à chercher dans le domaine psychologique. A chaque fois qu'on vise un dictateur sanguinaire, on se pose exactement la même question : pourquoi son peuple ne vient-il pas lui tirer une balle dans la tête ?

La majorité de la population (moyenne mondiale) est composée de gens qui ont une personnalité de type "fonctionnelle" : ces gens vivent pour s'intégrer dans un système, trouvent leur accomplissement dans celui du système. L'idée de changement, d'inconnu, les angoisse.
Donc, tant que le système en question ne leur cause pas trop de tort, ils continueront à le soutenir, passivement pour les uns, activement (voire fanatiquement) pour les autres.
Pendant ce temps, les personnes voulant du changement resteront une minorité, souvent divisée car chacun veut du changement selon ses propres désirs et convictions (c'est ce qui a perdu les "confédérés" lors de la Guerre de Sécession, les Etats confédérés s'étaient alliés pour demander une indépendance de chaque Etat. Après quelques années de guerre et de vie commune, ils ont forcément commencé à avoir à des vues différentes les uns des autres, tandis que les Etats du Nord restaient unis).

Le système n'est bousculé que quand les "fonctionnels passifs" souffrent trop et finissent par comprendre que le changement est nécessaire. Si un "révolutionnaire" parvient à les attirer dans la promesse d'un nouveau système, plus juste et humain, alors ils le suivront.

Pour l'instant, l'Euro ne fait pas encore souffrir les "fonctionnels", sauf dans les nouveaux pays du tiers-monde (grèce, chypre, espagne...) qui sont encore tenus en laisse et muselière par l'UE et le FMI.
Mais au train où vont les choses, le jour du basculement approche...
Evaluer :   7  2Note :   5
EmailPermalink
"Dissolution ordonnée de la monnaie unique".... Dieu que cela est bien dit ! Certaine états seraient-ils donc favorables à la révision de la copie ??? En tout cas il semble bien qu'il en soit question.
Quant à l'euroscepticisme, je suis sceptique ! Chez nous il faudra déjà commencer par le francoscepticisme, c'est tout le pays qu'il faut remettre à plat, un sacré ménage à faire pour redonner de l'espoir aux gens.
Evaluer :   3  1Note :   2
EmailPermalink
Alternative für Deutschland ne peut pas parler de dissoudre la monnaie unique car un Allemand n'a jamais entendu ce mot là !

Les Allemands parlent de monnaie COMMUNE, ce qui d'emblée pose déjà une nuance de sens !

La monnaie est pour eux un outil (précieux) mais un simple outil.

Dans le même genre et pour comparer ils ont des associations de jardiniers, qui achètent des outils en commun et que chacun peut utiliser dans le dialogue et la bonne humeur. Pour un outil peu usité (une tarrière pour les clôtures ou un broyeur à souches...) certains vont préférer l'outil en commun parceque c'est plus raisonnable, plus efficace, qu'à plusieurs on peut choisir une meilleure qualité.

Si simultanément d'autres jardiniers font aussi ce choix mais pour d'autres raisons, par exemple par idéologie en pensant que un seul outil c'est mieux par principe, que c'est plus communautaire que plusieurs, forcément, un jour ou l'autre ça va coincer.

Les premiers proposeront de se retirer en douceur pour améliorer ce qui ne fonctionne pas, les seconds seront paniqués à l'idée d'abandonner un principe.
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Pourquoi donc les Européens n'envoient-ils pas leurs hommes politiques en retraite anticipée ?


EXCELLENT !!!
Evaluer :   3  4Note :   -1
EmailPermalink
hausse des impôts sans réduction du poids de l’État dans l'économie ni réformes structurelles

La france a tout faux !
Evaluer :   1  4Note :   -3
EmailPermalink
La perde de poids, s'il elle n'est pas progressive, elle est brutale.
Si on ne choisit pas de maigrir de façon ordonnée, on finit comme la grenouille devant le boeuf.
Dernier commentaire publié pour cet article
L'excellentissime Pierre Hillard, Europe, Etat-Unis, Allemagne, France ect... http://youtu.be/kLauGGDA7To Lire la suite
Spiritalone - 05/06/2013 à 13:03 GMT
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX