Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en
Dans la même rubrique

La détermination destructrice de l'Eurosystème

IMG Auteur
 
Publié le 08 mars 2012
771 mots - Temps de lecture : 1 - 3 minutes
( 10 votes, 4,2/5 ) , 6 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
6
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux

 

 

 

 

Une nouvelle preuve nous a été apportée la semaine dernière que l'Eurosystème est déterminé à combattre la crise financière par le simplissime des remèdes : l'inflation. La deuxième opération de refinancement à 3 ans a ainsi mis quelques 529,5 milliards d'euros à la disposition de 800 banques. Lorsqu'on y rajoute l'opération de décembre, d'une ampleur de 489,2 milliards d'euros distribués parmi 523 institutions, on en conclut que l'Eurosystème a injecté quelques 1 019 milliards d'euros pour les trois années à venir.


Cette injection, qui n'est pas réversible avant la première année - les banques auront alors l'option d'inverser l'opération - a pour objectif principal de signaler l'intention de la BCE de mettre durablement des liquidités à disposition du système financier. Elle a le mérite de rendre parfaitement lisible la politique monétaire, et notamment qu'elle consiste immanquablement en une production plus ou moins intensifiée de monnaie.


En effet, les principales opérations de refinancement, à savoir les prêts à échéance hebdomadaire, ont perdu toute importance. Ces prêts, qui avant la crise représentaient 2/3 des opérations d'open-market, étaient affichés par la BCE comme le moyen par excellence d'exercer un contrôle continu sur les taux d'intérêt, d'où leur prédominance relative. La toute dernière opération hebdomadaire, qui se monte à seulement 17.5 milliards d'euros reçus par 65 banques, représente à peine 1.7% du total des prêts accordés par l'Eurosystème, et ne couvre à l'évidence qu'un échantillon fort restreint d'établissements de crédit.


Les opérations jadis principales n'apporteront donc désormais que des liquidités à la marge qui viendront combler les besoins imprévus des banques, un peu comme la facilité journalière de prêt.


La BCE aura-t-elle sacrifié le contrôle des taux d'intérêts sur l'autel de la stabilité financière? Il n'en est rien. Le contrôle du taux d'emprunt à l'Eurosystème n'a jamais influencé directement les taux d'intérêt dans l'économie. L'influence s'est toujours exercée par le biais des liquidités mises à la disposition des banques. La BCE reste donc cohérente dans ses efforts, qu'elle déploie déjà depuis 2008, de faire redémarrer le crédit bancaire dans la zone euro qui depuis 2009 reste atone. Comme l'indique le graphique ci-dessous, son bilan a considérablement gonflé depuis cette date alors que le bilan des banques commerciales n'a pas du tout augmenté dans les mêmes proportions, ce qui est pourtant l’objectif ultime des ces injections massives de liquidité.


Il n'est pourtant pas exclu qu'en dépit de l'incertitude économique actuelle, les efforts de l'Eurosystème puissent finalement porter leurs fruits. Les banques disposent maintenant, sur la fameuse facilité de dépôt, de plus de 820 milliards d'euros. Il s'agit là d'un nouveau record que nous avions déjà prévu dans un article précédent. Les banques finiront tôt ou tard par se servir de ces liquidités excédentaires pour financer une expansion de crédit qui profitera tant au secteur privé que public.


Il est à noter que, suite à la première opération de 3 ans de décembre 2011, les banques de la zone euro ont déjà augmenté leur portefeuille de dette souveraine de plus de 50 milliards d'euros, alors que ce portefeuille était en baisse depuis octobre 2010. Il est à craindre que l'expansion de crédit profite principalement aux gouvernements qui seront alors moins encouragés à poursuivre des politiques de consolidation de leurs propres finances.


En effet, il est aisé pour les banques de générer des profits faciles en investissant dans de la dette publique, ce qui a pour conséquence de faire baisser le coût d'endettement des États. Il est bien plus difficile d'identifier des projets privés qui en valent le risque dans le climat actuel des affaires.


Les banques pourront aussi utiliser ces liquidités pour payer leurs propres échéances sur le marché financier, qui se montent à quelques 1 000 milliards d'euros rien que pour 2012. Chose intéressante, plus de 40% de ces obligations arrivant à maturité sont dues par des établissements allemands. Ceci explique sans doute pourquoi, selon les rapports des analystes, près de la moitié des 529.5 milliards d'euros ont été souscrits par des banques allemandes. Tout de même, le remboursement des échéances sur base des liquidités nouvelles ne fera pas sortir celles-ci du système dans la mesure où certains des créditeurs sont eux-mêmes des institutions


En conclusion, en inondant le marché financier de liquidités massives et durables, l'Eurosystème est en train d'inhiber toutes les forces internes de l'économie capables de sortir de la crise via la restructuration des investissements dans le secteur privé et la remise en ordre des finances publiques.


Sauf à abandonner rapidement cette philosophie de l'inflation, l'Eurosystème prépare sa propre faillite. Nous examinerons cette question, fort importante, des faillites des banques centrales dans une série d'articles à venir.    


Taille du bilan consolidé de l'Eurosystème

 


 

 

 

<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4,2 (10 votes)
>> Article suivant
Siméon Brutskus a vécu sa jeunesse à l'Est, avant de parfaire son éducation économique en France. Sa carrière d'enseignant-chercheur l'a conduit à s'intéresser à la théorie et politique monétaires, et au rôle qu'occupent les banques centrales dans la déstabilisation des systèmes financiers.
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
Echange avec ELS:
La planche à billet concerne la monnaie fiduciaire et là nous sommes en présence de monnaie scripturale, ce qui est différent puisque dans le premier cas il s’agirait de production d’inflation car distorsion entre production et masse monétaire. Dans le deuxième cas, il s’agit de monnaie-dette qui doit trouver sa destruction lors de son remboursement à échéance. Quel circuit va emprunter cette monnaie-dette ? (le terme emprunter est d’ailleurs joliment adapté) là est seule la question.
Si cette possibilité de financement va vers les Etats impécunieux qui se serviront de cette ressources pour financer leurs politiques sociales il y aura transfert vers la demande donc inflation, si le circuit va vers le l’investissement productif privé il y aura bien remboursement à terme des emprunts donc destruction donc pas d’inflation et surtout production de richesse avec coûts plus élevés et création d'emplois en fonction de besoins raisonnés.
La question à 1 000 milliards d’euros (pour commencer) est donc de savoir où va aller cette monnaie-dette ? Pour ma part je suis persuadé qu’il ira dans la dépense publique insatiable et vers notre perte car nos souverains sont minables ils ne sont inscrits que dans l’urgence électoraliste.
Evaluer :   5  3Note :   2
EmailPermalink
Quid des intérêts ? Aujourd'hui les emprunts servent principalement à assurer le service de la dette, c'est-à-dire le remboursement des intérêts. C'est d'ailleurs pourquoi il est inenvisageable que l'on puisse rembourser le capital...
Et de quelle "dépense publique insatiable" parlez-vous ? Si la dépense publique a augmenté, c'est parce que la charge de la dette a augmenté. Pour le reste, on n'a de cesse de tailler dans les dépenses publiques, et ce depuis plus de vingt ans !
Evaluer :   3  2Note :   1
EmailPermalink
"les forces internes de l'économie capables de sortir de la crise" ça n'existe pas.
Aucune force n'est à même de contrer un système exponentiel typique d'une monnaie-dette. La BCE fait, en toute logique, la seule chose qui lui soit possible (mais interdite dans ses status, ce qui est comique) en phase finale de ce système pyramidal, afin de gagner du temps. Tout comme la FED l'a fait et va continuer à le faire. Et qui va amener à des tensions insupportables au sein de la population, une montée des ressentiments, des régimes extrêmes, la recherche de coupables tout désignés (au sein de sa propre population ou à l'extérieur, comme lors de la précédente WW) etc ...
A moins que l'énergie ne manque, les structures ne s'effondrent et que l'on passe par une grande période chaotique avant d'avoir des structures plus adaptées aux ressources renouvelables (états de la taille de régions au mieux). Qui vivra verra.
Evaluer :   4  1Note :   3
EmailPermalink
Exellent article plein de bon sens. J'attends les suivants avec le plus grand intérêt. Merci à Mr Brutzkus.
Evaluer :   3  2Note :   1
EmailPermalink
La BCE n'est qu'un gros hedge fund gavé des obligations toxiques qu'elle a acheté aux banques depuis trois ans. Son levier (total bilan sur capitaux propres) est de plus de 33, toute banque présentant ces ratios devrait immédiatement etre fermée.
Evaluer :   3  2Note :   1
EmailPermalink
Quel que soit le nom, poli comme "assouplissement quantitatif" ou technique comme "LTRO" que vous donniez aux mécanismes d'intervention des banques centrales, le fondement reste toujours le même, in fine. Imprimer de l'argent ou, plus faire plus moderne, faire tourner la planche à crédit.

Avec les conséquences inéluctables que cela aura sur le long terme, à savoir la destruction de la ressource commune qu'est la monnaie, avec les perturbations habituelles sur la production.

Remarquez qu'avec ces deux interventions massives en trois mois pour près de 1.000 milliards d'euros, le bilan de la BCE est aujourd'hui aussi massivement important que celui de la Banque du Japon.
Evaluer :   3  1Note :   2
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
Quid des intérêts ? Aujourd'hui les emprunts servent principalement à assurer le service de la dette, c'est-à-dire le remboursement des intérêts. C'est d'ailleurs pourquoi il est inenvisageable que l'on puisse rembourser le capital... Et de quelle "dépen  Lire la suite
boutros - 12/03/2012 à 00:32 GMT
Note :  3  2
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX